Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mafia et démocratie
Un entrepreneur qui ne respecte pas les pratiques courantes (pots de vin) de la Mafia et qui obtient d'une manière honnête des commandes du gouvernement, est abattu. Un commissaire de police découvre les coupables et leurs motifs.

Leonardo Sciascia dénonce de nouveau le pouvoir antidémocratique de la Mafia en Italie: les mafieux ont...
Publié le 19 novembre 2010 par Luc REYNAERT

versus
3.0 étoiles sur 5 Un roman policier réduit à l'os, une critique de la Mafia sicilienne implicite - mais un modernisme parfois éprouvant
Quand on est sicilien et qu’on a la fibre littéraire, il existe un sujet tout trouvé, une réalité à laquelle frotter sa plume : la Mafia. Du moins au XXe siècle ; pour Guiseppe Tomasi de Lampedusa, la question ne se posait pas encore, heureux homme. Revenons à aujourd’hui, et constatons qu’un des meilleurs...
Publié il y a 5 jours par Un amateur éclectique


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mafia et démocratie, 19 novembre 2010
Par 
Luc REYNAERT (Beernem, Belgium) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Jour de la chouette (Poche)
Un entrepreneur qui ne respecte pas les pratiques courantes (pots de vin) de la Mafia et qui obtient d'une manière honnête des commandes du gouvernement, est abattu. Un commissaire de police découvre les coupables et leurs motifs.

Leonardo Sciascia dénonce de nouveau le pouvoir antidémocratique de la Mafia en Italie: les mafieux ont même accès au cabinet du ministre des travaux publics. Ce n'est plus seulement la Sicile qui est infectée, mais aussi Rome maintenant.

L'auteur mentionne dans une note que le préfet Cesare Mori, nommé par Mussolini, avait dans les années 1926 et 1927 les pleins pouvoirs pour éradiquer la Mafia et ses pratiques. Le fait qu'il avait réussi partiellement, explique pourquoi dans certaines régions de l'Italie le fascisme avait été reçu avec beaucoup de sympathie par la population.

Quoique le ton du livre soit beaucoup moins virulent et dénonciateur que d'autres livres de l'auteur (p. ex. `Les Oncles de Sicile'), les thèmes et les arguments du roman en font tout de même un livre typique pour lui.
Lecture hautement recommandée aux fanas de Leonardo Sciascia.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 " La lumière du jour n'aveugle que les chouettes ! ", 12 août 2013
Par 
FINET Franck (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Jour de la chouette (Poche)
Romancier, critique et polémiste italien, Léonardo Sciascia (1921-1989) devient un personnage incontournable des scènes culturelles et politiques internationales à compter de la sortie de son essai "L’Affaire Moro" (1978). En 1979, il est élu à la Chambre des députés. Si les dix dernières années de sa vie sont marquées par la maladie, Sciascia continue à écrire et mène un combat sensible contre la Mafia et la peine de mort.
En 1961 la parution de "Le Jour de la chouette", oeuvre aux accents policiers sur le thème de la Mafia est largement saluée.

Un roman témoignage, un fragment de mémoire de la Sicile.
La Mafia comme une mécanique abjecte qui gangrène l'Ile.
Une organisation criminelle qui affecte toutes la société italienne, de l'artisan au ministre.
Une oeuvre construite avec les ingrédients du Polar. Salvatore Colasberna abattu de 2 coups de chevrotine pour ne pas avoir accepter la protection offerte par "l'association".
Don Mariano Arena, le mafieux.
Pizzuco et Marchica, les hommes de main. Le capitaine Bellodi, commandant d'une section de carabiniers, un Emilien de Parme.
Calogero Dibella, l'indicateur.
Paolo Nicolsi, le témoin gênant. La vingtaine de témoins dont "la figure semblait exhumée d'un silence séculaire".
Mais avant tout, le pouvoir politique et religieux, complice et/ou niant l'évidence.

Un roman court, concis, qui va droit à l'essentiel en flirtant avec les limites du "politiquement correct" admit en 1961.
Avec Sciascia, il faut lire à travers les lignes, comprendre que la Mafia est une entreprise terroriste qui frappe la victime mais surtout le témoin (menacé à tout moment de devenir la prochaine victime).
Fraude fiscale, blanchiment et amitiés contre nature ne sont pas oubliées et viennent renforcer le témoignage de l'auteur.
Une oeuvre qui conserve -malheureusement- un goût d'actualité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pas chouette, la mafia, 30 juin 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Jour de la chouette (Poche)
Plus qu'un roman policier, Le Jour de la Chouette est un roman politique dans lequel Léonardo Sciascia démonte le mécanisme de la mafia dans la description de l'enquête policière qu'un officier de gendarmerie en Sicile mène sur une affaire criminelle dans les années 1950.Il fait un long et patient travail pour parvenir à l'élucidation, mais la vérité est anéantie comme si la lumière du jour aveuglait les témoins sortis de l'ombre. Sciacia montre à la perfection comment la mafia a imprégné les êtres, ils suent tous la mafia des plus humbles au plus puissants, elle est un réseau presque naturel du criminel au ministre qui désoriente l'enquête. Si on a laissé l'officier enquêter, le système politique l'accule à son échec quand la justice passe. Lui qui a su garder recul, éthique en tout ce qu'il a fait savait être abusé.Si l'officier n'est peut-être pas ébranlé, l'homme est touché psychologiquement "(La mafia), c'est bien compliqué à expliquer, (...)c'est incroyable: voila" dit-il. La Sicile, c'est incroyable et l'Italie devient Sicile. Mais lui le parmesan, sait qu'il aime la Sicile et qu'il y retournera. "Je m'y briserai la tête"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vraiment bon, 2 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Jour de la chouette (Poche)
Un roman atypique qui nous offre en plus d'un roman policier agréable, une description unique et passionnante de la pensée sicilienne -et en passant italienne du sud. Sociologue et psychologue qui s'ignore, sans prétentions, Sciascia nous explique (involontairement, le roman a été écrit fin années 50) les errances politiques et économiques de l'Italie de Berlusconi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Un roman policier réduit à l'os, une critique de la Mafia sicilienne implicite - mais un modernisme parfois éprouvant, 13 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Jour de la chouette (Poche)
Quand on est sicilien et qu’on a la fibre littéraire, il existe un sujet tout trouvé, une réalité à laquelle frotter sa plume : la Mafia. Du moins au XXe siècle ; pour Guiseppe Tomasi de Lampedusa, la question ne se posait pas encore, heureux homme. Revenons à aujourd’hui, et constatons qu’un des meilleurs auteurs de romans policiers contemporains est Andrea Camilleri – mais le lieu n’est pas discuter de l’excellence de ses romans, bien que le genre policier est de mise aussi pour le Sicilien Leonardo Sciascia (1921-1989) et Le Jour de la Chouette (1961).

Ce roman fait partie des classiques du XXe siècle, de ces livres dont on entend parler à force d’en lire d’autres ; le nom de l’auteur et le titre deviennent tellement familiers qu’à force on croirait l’avoir lu. Il convient donc de passer un jour du fantasme à la perversion, celle-ci pouvant être définie comme la satisfaction d’un fantasme – il est pire perversion que la lecture des classiques, convenons-en.

Bref. J’en viens au roman à proprement parler. Le mieux pour l’appréhender est de commencer par la fin, où se trouve une brève « Note » de Sciascia expliquant sa démarche : il écrit en 1960 un roman policier se déroulant en Sicile et dont l’argument narratif est l’assassinat d’un entrepreneur indépendant, surtout par rapport à la mafia. Seulement, une fois le roman rédigé, Sciascia s’est aperçu que sa publication pourrait lui être fatale au sens propre, tellement était grande la certitude que de véritables mafiosi s’y reconnaîtraient, et il a donc élagué un an durant, a réduit le récit à l’os, en a retiré tous les éléments narratifs reconnaissables, pour en retirer un bref roman (cent quarante pages) qui ne dit que l’essentiel. Le plus saisissant après cet élagage, à la relecture, ce sont les séquences dédiées à la mafia, où aucun personnage n’est nommé, confrontant le lecteur aux seuls propos des personnages et lui donnant l’impression que ces propos émanent d’une entité abstraite nommée… mafia, effet quelque peu sidérant et ne manquant pas d’un certain potentiel humoristique.

Pour autant, même si l’expérience de lecture est gratifiante voire plaisante, on peut émettre des réserves à l’encontre du Jour de la Chouette. Cet aspect moderne, déjà, comme s’il fallait que l’écriture prime sur le récit. Cette impression entraîne un autre défaut de ce bref roman : il est ultra-littéraire, entre le policier Bellodi qui a beaucoup lu et des personnages appartenant au peuple sicilien des années cinquante qui parlent en longs discours châtiés. En évoquant le peuple, et ce sera le troisième défaut du Jour de la Chouette, il est plutôt mal considéré, le peuple : ainsi d’un brave brigadier qui se demandait si le coupable se prend pour Arsène Lupin, et donc, « ne possédant plus que de lointains souvenirs de ses lectures, prenait un voleur pour un policier ».

Ces défauts seraient rédhibitoires si le roman n’était avant tout voulu comme une pointe littéraire fichée dans le flanc de la mafia, une œuvre destinée à en parler sans nul romantisme sur le mode du roman policier, respectant les codes du genre tout en jouant de l’ellipse aussi subtile qu’intelligente.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Le jour de la chouette, 18 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Jour de la chouette (Poche)
Pas encore terminé de le lire . interessant mais pas facile il faut vraiment etre a fond dedans ce qui n est pas mon cas pour ce livre la
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 'le fascisme n'accrochait qu'un seul drapeau aux cornes du peuple....., 19 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Jour de la chouette (Poche)
......tandis que la démocratie laisse chacun se l'accrocher lui-meme à ses propres cornes, en choisissant la couleur qui lui plait'! (p.86); ce n'est pas très "gentil" de la part de quelqu'un qui a brigué des mandats municipaux et parlementaires!

la 'ligne du palmier' (p.170) a depuis longtemps dépassé la limite Nord de la France, aussi le récit des turpitudes siciliennes et romaines de notre auteur nous émeut d'autant moins que le népotisme, la corruption , les magouilles immoblières et politico-financières de notre beau pays font la une quasi-quotidienne de nos journaux, et que de nombreux films intéressants et réussis ont été tournés sur ce sujet qui a été longtemps "explosif";
il nous reste un avantage sur l'Italie, il nous reste les derniers 'vrais' communistes au monde!
ce livre est un "classique" puisqu'il a droit à la collection "GF", et je ne sais pas trop pourquoi tant d'honneur!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le Jour de la chouette
Le Jour de la chouette de Leonardo Sciascia (Poche - 7 janvier 1993)
EUR 6,40
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit