Commentaires en ligne


9 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Rapide et efficace
Livre très sympatique centré sur la bataille d'Andrinople en Aout 378 qui mit face à face les légions romaines aux Goths immigrés. Ecrit de façon très simple, ça se lit comme un roman, c'est très fluide, très agréable. Très peu de date, pas vraiment besoin d'ailleurs vu la faible durée de la...
Publié le 11 novembre 2012 par ChaK_

versus
10 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Anachronisme
Le "jour des Barbares", c'est le 9 aout 378, qui vit à la bataille d'Andrinople la défaite de l'armée romaine devant les Goths. L'empereur Valens fut tué au cours du combat. Cet affrontement a révélé que l'empire romain, qui présentait encore une façade impressionnante, n'était plus qu'un géant aux...
Publié le 18 février 2012 par Konstantin Tchernenko


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Rapide et efficace, 11 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
Livre très sympatique centré sur la bataille d'Andrinople en Aout 378 qui mit face à face les légions romaines aux Goths immigrés. Ecrit de façon très simple, ça se lit comme un roman, c'est très fluide, très agréable. Très peu de date, pas vraiment besoin d'ailleurs vu la faible durée de la période couverte.

L'auteur ne se contente pas de nous balancer sur le champ de bataille, mais part bien avant. Il explique les phénomène "barbare" peu à peu romanisé, de la conséquence de la poussée des Huns qui déclencha véritablement cette immigration, de la façon dont les romains ont abordés le problème etc... On suit le cheminement des escarmouches, de l'incompétences (et la corruption) des officiers romains pour aboutir à cette bataille qui bien que méconnue accéléra très fortement le déclin de Rome à l'est (paradoxalement, Andrinople étant en Thrace).

Il ne se contente pas non plus de terminer sur la défaite romaine, mais poursuit également sa réflexion sur les conséquences de cette batailles, l’intégration des goths, le recours de plus en plus aux mercenaires etc... Il continue très rapidement jusqu'au sac de Rome par Alaric en 410, phénomène que les romains ont eux même engendré.

Bref, un livre, simple, concis, très bien écrit, qui ne s'encombre pas de trop de détails, utiles aux historiens mais parfois barbant aux profanes.

Aller, pour râler un peu je pourrais dire que 50 pages en plus n'auraient pas été de refus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un bon exemple d'une bonne analyse historique stricto sensu avec des manques méthodologiques assez gênants cependant ...., 8 novembre 2013
Par 
Finity's end "Forteresse des etoiles" (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
..... mais avec des qualités certaines incontestablement .

En 378 une bataille à Andrinople , entre l'empereur romain d'orient et Les Goths et leur alliés variés et originaires de la steppe , décide de l'avenir politique et culturel de l'Europe .

Se profile à l'horizon historique , un empire d'orient miraculé bien que défait , qui tiendra bon jusque 1453 et pour ce qui est de l'empire d'occident , il expirera officiellement en 476 .
Et ce sont les goths qui recueilleront son dernier souffle et qui destitueront le dernier empereur aux noms fameux d'Auguste et de Romulus ! .
L'auteur se place en amont de la bataille d'Andrinople et montre la cascade d'évènements imprévisibles qui concourront à cette défaite qui changera l'histoire de l'Europe en ouvrant la voie au moyen-âge germano latin que nous avons connu en occident . .

C'est une analyse historique orthodoxe car l'auteur reprend en paratexte les sources historiques disponibles , tout en les commentant et en les comparants . L'ouvrage mobilise également des données géographiques , archéologiques , culturelles , le tout étant fondu dans le corps du texte , en suivant un plan principalement chronologique .

C'est un texte effectivement agréable et facile d'accès . Le fond est limpide et les données sont mises en perspectives sur des trames temporelles parfois courtes , parfois millénaires .
L'auteur démontre que le monde romain n'était pas en décadence et que la chute n'était pas inexorable .
Ainsi si on se bousculait aux frontières orientales et occidentales de l'empire , cette société romaine était une société foncièrement cosmopolite très désireuse et très capable d'intégrer ces populations car cela correspondait à un réel besoin de l'empire , comme à un réel besoin des barbares .

L'auteur démontre d'ailleurs pertinemment que les élites administratives de l'empire avaient d'ailleurs façonnées une véritable idéologie officielle qui allait dans le sens de l'accueil , de la romanisation et de l'intégration des barbares , il y avait un discours officiel dans l'air .
Cet ouvrage permet aussi de mesurer que ces populations étaient déjà sensiblement acculturées au monde romain . Pour certains de ces peuples il y avait même une véritable dépendance au monde romain .

Sans nier que la société romaine du 4e siècle était assez figée et rigide , A.Barbero espère démontrer que cela restait néanmoins une société vivante encore bien adaptée à son environnement géopolitique . La chute n'avait donc rien d'inéluctable selon l'auteur .

Son point de vue est intéressant mais ils ne permet pas de mesurer les difficultés structurelles de l'empire , au niveau social , fiscal , et militaire . Je crois que la lecture d'un ouvrage sur le monde romain au bas empire s'impose , afin que le lecteur curieux puisse découvrir l'époque et qu'il puisse mesurer correctement les difficultés structurelles de cette société fonctionnelle mais cependant foncièrement en difficulté , car confrontée à des problèmes majeurs , népotisme , corruption , insuffisances monétaires , enferment social rigide ....

Un aspect très positif du texte est de bien engager le lecteur dans l'antiquité romaine tardive , de ressentir les spécificités nombreuses de cette époque , de mesurer en quoi concrètement il ne s'agit pas d'une société décadente.
C'est une société qui se confronte à des difficultés sociales et économiques , avec de grandes difficultés mais non sans succès . Des difficultés économiques et structurelles spécifiques ne font pas forcement une décadence ...

Fondamentalement l'auteur argumente trop peu ces thèses , pas de notes , pas de citations contradictoires , mais reconnaissons-le , une bonne bibliographie incontestablement . C'est d'ailleurs très dommage car ces vues de l'auteur sont remarquablement intéressantes , mais pas toujours très solidement amenées . il laisse trop d'ambiguïté autour de certains de ses arguments .

L'auteur parle d'émigration , il s'agit d'un phénomène autre . Un phénomène complexe et de plusieurs statuts différentiels qui portent d'ailleurs plusieurs noms en latin et en grec , réduire ce phénomène au terme d'immigration , qui est très histoire contemporaine de surcroit est trop réducteur . Evitons donc tout anachronisme et ne jouons pas les cassandres .

Ce qui a détruit l'empire ce n'est pas les barbares , c'est les faiblesses de l'empire d'occident . D'ailleurs L'empire d'orient restera intact .

Le tournant d'Andrinople comme étant nocif à l'état romain , à mon humble avis , consiste non pas en une explosion des effectifs barbares qui pénètrent l'empire et dépasserait ses capacités d'absorption .
Non , en fait ce qui change alors , c'est que après Andrinople les barbares ont pour la plupart de véritables visées politiques , personnelles souvent pour les élites de certains peuples , soit carrément nationale pour d'autres populations . Il ne s'agit plus de rémunérations , de subsides , de razzias , de ponctuels bénéfices . Il est désormais question pour certaines de ces populations de bénéfices politiques et patrimoniaux tangibles localisés durablement dans l'empire et aussi de la prise de contrôle de territoires et de statuts social sur le territoire même de l'empire donc .

C'est ce changement qui créera en occident une situation de nature à détruire l'état romain sans cependant détruire la romanité pour autant .

Il n'e s'agit pas véritablement et consciemment , pour les barbares , de détruire l'état romain , mais d'en tirer profit et de le façonner , à l'avantage des nouveaux venus , plus que d'afficher et de mettre en oeuvre donc une volonté de le détruire véritablement .

D'ailleurs l'idée politique d'empire survivra en Europe en gros jusque la guerre de 14/18 .
L'acculturation des barbares à Rome était en bonne voie , restait encore à acculturer la société romaine à la civilisation barbare , mais ce fut une autre paire de manche .
Ce fut long et cela se passa en occident et c'est le haut moyen-âge occidental qui récoltera les fruits de cette fusion ...

Je recommanderais très chaleureusement la lecture du Musset , Les Invasions : Les vagues germaniques , Nouvelle Clio .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Journée néfaste pour l'empire romain !, 31 août 2010
Par 
bir-hacheim "Le blog de bir-hacheim" (Tourcoing, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
Flammarion ressort, dans la collection Champs Histoire, cette relation de la bataille d'Andrinople (9 août 378) par l'historien italien Alessandro Barbero. Cette défaite romaine marqua définitivement le déclin de l'empire romain face aux barbares.

Je ne peux qu'inciter vivement ceux qui n'ont pas encore acquis cet ouvrage important de le faire sans délai.

Voici mon commentaire de l'édition française originale parue en 2006.

Petit ouvrage remarquable sur un sujet de l'histoire antique rarement traité : la bataille d'Andrinople en 378 après JC. Barbero en fait l'épisode de l'histoire de l'Occident qui va précipiter, dans un siècle, la chute de l'empire romain. Au-delà du sujet rarement traité en langue française, on appréciera le style de cet historien italien. Comme de nombreux auteurs anglo-saxons, Barbero nous livre un ouvrage à la fois érudit (cf les notes et la bibliographie) et très vivant dans la façon de présenter et d'expliquer les faits dans une écriture largement tournée vers la compréhension et le plaisir du lecteur.

Lire également son passionnant Waterloo sorti en 2005 et 2008 (poche) toujours chez Flammarion.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très agréable à lire, 16 septembre 2012
Par 
Frédéric D. (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
Voilà un auteur qui a un style très agréable à lire.

J'ai déjà lu son Waterloo et là j'ai dévoré son livre sur la bataille d'Andrinople.

Ce livre permet de voir que les Barbares n'étaient pas aussi barbares que le nom pourrait le laisser croire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon livre, 7 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
Un bon livre pour découvrir cette période un peu oubliée de l'histoire romaine.
J'ai un peu regretté que l'auteur ne fasse pas davantage ressortir le rôle essentiel de la cavalerie dans cette affaire...
En effet, à mon avis, cette bataille marque la naissance de l'arme qui combine à la fois la vitesse et le choc, deux éléments fondamentaux de victoire et cela jusqu'à la fin du XIXème siècle, jusqu'aux charges catastrophiques de la guerre de 1870.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Passionnant ouvrage d'Histoire, 16 septembre 2010
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
Alessandro Barbero est un historien et romancier italien. Cet auteur est doué d'un rare talent de conteur et expose de manière magistrale l'intérêt de cette bataille d'Andrinople qui s'est déroulée sur les frontières orientales de l'Empire romain, en Thrace (partie européenne de la Turquie d'aujourd'hui), le 9 août 378. Cette bataille marque la fin de l'Empire romain. Le contexte historique, les enjeux, les perspectives, les sources composent un récit de qualité.

Que s'est-il passé en ce jour maudit des Romains ?

Deux années auparavant, des barbares inconnus des historiens romains, les Huns (les historiens actuels pensent qu'ils venaient de l'actuelle Ukraine) avaient razzié les populations gothiques, ravageant leurs territoires. La terreur qu'elles avaient inspiré avait fait fuir les Goths qui se pressaient sur la rive du Danube, demandant l'autorisation et les moyens de franchir ce grand fleuve à Rome afin de se placer sous sa protection.

Les Goths n'étaient plus les barbares du siècle passé, étant romanisés, hellénisés, peuples païens en voie de christianisation (essentiellement arianisés). Par ailleurs, l'Empire romain avait toujours démontré son exceptionnelle faculté d'assimiler les peuples étrangers à sa culture, laissant les voies de l'ascension sociale à ces immigrés. Enfin, cet Empire manquait de bras pour l'agriculture notamment, source de richesses et d'impôts. Les barbares représentaient une richesse potentielle et permettaient aux conscrits d'éviter l'engagement dans les légions, s'y faisant remplacer.

Les Goths furent accueillis à la demande expresse de l'empereur Valens. Hélas, une mauvaise organisation amplifiée par une corruption structurelle, affama ces Goths qui se révoltèrent. Deux années de saccage et de razzias s'ensuivirent qui se devaient d'être stoppés le 9 août 378, au-delà de la ville d'Andrinople.

Cette défaite "marque une accélération brusque, dramatique, dans un processus d'ouverture de l'Empire romain à l'immigration barbare qui modifiait déjà depuis quelque temps la société, l'armée, le gouvernement même de l'empire." (p.252) Ce sera en outre le conflit opposant l'Orient de l'Occident dans cet empire qui finit par le désagréger.

NB : je remercie Bir-Hakeim pour son excellente recommandation pour cette lecture qui s'est révélée captivante.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 quel bon conteur, 26 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
J'éprouve toujours autant de plaisir à lire Barbero, pour sa façon de narrer l'histoire.
Si ces batailles anciennes ne figurent pas au palmarès des annales, l'auteur nous fait agréablement revisiter ce tournant du monde romain.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 andrinopole, 2 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
le contenu du livre est passionnant et bien documente sur cet evenement historique peu connu; l ouvrage est complet dans la mesure ou l auteur analyse causes et consequences de cette bataille
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Anachronisme, 18 février 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 (Broché)
Le "jour des Barbares", c'est le 9 aout 378, qui vit à la bataille d'Andrinople la défaite de l'armée romaine devant les Goths. L'empereur Valens fut tué au cours du combat. Cet affrontement a révélé que l'empire romain, qui présentait encore une façade impressionnante, n'était plus qu'un géant aux pieds d'argile condamné depuis longtemps à recruter des " Barbares" (c'est-à-dire des Germains) pour nourrir les rangs de ses légions. Ces mercenaires, réputés pour leur valeur, entraient parfois par tribus entières au service de Rome. Pressé par des envahisseurs venus d'Asie, les Goths ont souhaité être accueillis sur le sol de l'empire après avoir franchi le Danube. Le non-respect des promesses qui leur avaient été faites explique la suite...

Alessandro Barbaro fait le récit de ces événements en s'inspirant de très près du texte d'Ammien Marcellin qui rédigea ses Histoires à la fin du IVe siècle.

Pourquoi pas ?

Mais le bât blesse quand il interprète à sa façon la défaite romaine: c'est parce que les autorités ont refusé d'accepter les masses immigrées que la catastrophe s'est produite. Car qui sont ces immigrés (l'auteur utilise à répétition ce terme)? "Ces bandes de pauvres hères qui s'introduisent clandestinement dans l'empire, puis vivent d'expédient jusqu'à ce qu'ils soient pris dans une rafle, sont seulement des gens qui fuient la faim, la misère, la violence des tribus ennemies".
On voit vite où l'auteur veut en venir: il y a toujours grand intérêt à régulariser tous les sans-papiers...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378
Le jour des barbares : Andrinople, 9 août 378 de Alessandro Barbero (Broché - 28 août 2010)
EUR 8,20
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit