undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

7
3,7 sur 5 étoiles
Le contrat naturel
Format: PocheModifier
Prix:8,20 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce livre qui a plus de 20 ans est en effet à lire ou à relire tant M. Serres semble parfois mal compris.

Passons sur les commentateurs qui n'aiment pas le style de ce véritable écrivain doublé
d'un fantastique conteur ... Ceux-là devraient lire son texte.

Ceux qui ont cru trouver dans cet ouvrage une simple réflexion "verte" ou écologique doivent
impérativement le relire. Au passage, pas une fois est utilisé le mot "écologie" !

Ce texte philosophique fondateur est écrit à propos d'un tragique problème actuel majeur: "la mer monte !"
Il s'agit de notre relation à la nature qui interroge notre mort non en tant qu'individus,
ni en tant que civilisation mais en tant qu'espèce vivante à la surface de la terre. La cause de cette mort globale peut être un accident
brutal extérieur à nous ou faire suite à des changements plus lents découlant de nos actions aux inter- et rétro-actions globales !

Depuis le milieu du XXième siècle, selon M. Serres, notre philosophie n'est plus adaptée au monde global
depuis que notre science engendre des objets-monde. Un retour de la philosophie est nécessaire
dans ces nouvelles conditions pour redéfinir des notions de base comme sujet, objet, connaissance et actions.

Ce livre s'attache donc à trouver le nouveau "lieu ultime" d'où dans ces nouvelles conditions et d'un seul mouvement, saisir les lois qui organisent les
collectifs humains (le Droit) et les phénomènes physiques (Science) puisque désormais sujet et objet, entrant dans un champ global, deviennent
interdépendants.

Pour habiter la maison-monde et devenir un symbiote et non un parasite, l'homme va devoir harmoniser le contrat social
et le contrat passé avec son objet-hôte (le monde). La mer monte et le prix de ce phénomène va devoir entrer
dans toutes les activités humaines.

Une nouvelle philosophie du droit et de la science est nécessaire pour permettre l'émergence
d'un nouveau contrat de symbiose de l'Homme avec son Monde par analogie avec le contrat social de Rousseau.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
23 sur 26 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 juin 2008
Il faut lire ce livre pour se rendre compte de la vanité et de la vacuité des critiques qui lui ont été faites injustement. Michel Serres n'est ni un intégriste écologiste, ennemi pessimiste et conservateur du progrès et de la technique, ni un technophile naïf et optimiste. A travers ce livre, qui est en avance sur son temps, puisqu'il a fallu vingt ans pour se rendre compte de sa force et de son actualité - mais philosopher, pour Michel Serres, c'est anticiper - l'auteur se félicite que l'humanité soit, conformément aux vœux de Galilée et de Descartes, "comme maître et possesseur de la nature." Mais il faut à présent renoncer à l'idéal prométhéen, non pas en abandonnant nos techniques et nos sciences - bien au contraire ! - mais en apprenant à devenir maître de notre maîtrise de la nature. Il faut apprendre à maîtriser notre maîtrise de la nature. Et c'est paradoxalement la science - aidée de la philosophie - qui doit nous permettre de maîtriser notre maîtrise de la nature, en passant d'une relation exclusivement parasitaire à une relation symbiotique à l'égard de la nature. Et cette nouvelle relation, pas seulement parasitaire, mais encore et surtout symbiotique, que nous devons inaugurer à l'égard de la nature, n'est pas seulement un impératif écologique. Il s'agit d'un impératif éthique, politique et juridique. Etre éduqué et autonome, c'est apprendre à ne pas parasiter l'autre, et il faut élargir cet autre à la nature, car c'est en transformant notre rapport à la nature que nous transformerons notre rapport à l'autre, et réciproquement. Il faut faire la paix avec les hommes pour faire la paix avec la nature, et faire la paix avec la nature pour faire la paix avec les hommes.
Qui oserait affirmer le contraire ? En quoi Michel Serres ici fait-il preuve de mysticisme ou d'intégrisme ? Qui oserait aujourd'hui nier que la guerre militaire est désastreuse du point de vue de l'environnement, comme la compétition économique, dérégulée et faussée ?
C'est là tout le sens de ce que Michel Serres appelle "contrat naturel", qui prend donc la forme non pas d'une dialectique, mais du chiasme. Et c'est également la raison pour laquelle la pensée de Serres est indissociable de son style. Travail d'écriture et réflexion philosophique demeurent profondément liés, et son style, très proche du style " à sauts et gambades " de Montaigne, est déjà une manière de faire la paix avec les hommes et la nature. Son écriture nous ouvre déjà la voie de la paix et de la douceur.
Pour ceux que le style - et donc la pensée - de Serres rebute, n'oubliez pas que les plus grands philosophes français étaient en même temps de très grands écrivains. En considérant que le travail philosophique est toujours déjà un travail d'écriture, Michel Serres ne fait rien d'autre que se placer dans la lignée de nos plus grands penseurs, tels que Montaigne, La Bruyère, Montesquieu, Diderot, Voltaire, Rousseau. Il faut être vraiment inculte ou de mauvaise foi pour faire semblant d'ignorer cela.
Que l'on cesse donc de caricaturer et de trahir la pensée de Serres, et que l'on se mette à le lire, sans a priori.
La thèse qu'il défend dans le Contrat naturel sera explicité quelques années plus tard, dans un texte bref et pertinent intitulé Retour au contrat naturel. Dans son dernier ouvrage, Le Mal-Propre, Serres approfondit sa réflexion sur l'environnement, qu'il avait déjà initiée dans Le Parasite au début des années 1980, et montre avec brio les liens intimes entre logique d'appropriation et pollution. A lire de toute urgence !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 janvier 2011
Michel Serres n'est plus à présenter.
Cet ouvrage nous rapproche de ce qui devrait être "les valeurs naturelles"...au sens de "Mère Nature".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 23 avril 2015
il m'est parfois difficile de rentrer dans l'univers et la dialectique de Michel Serres mais le sujet est d'actualité et nous devons prendre en compte les réactions de la "Nature"
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
difficile à lire et à comprendre pour les néophytes, cet ouvrage est capital ; son titre nous livre déjà tout son secret
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 octobre 2012
Ce livre est très intéressant

Mais mon mari voulant que la réception de ce colis avec les 2 autres livres de Michel Serres arrivent rapidement pour ma fête en Aveyron chez mes beaux parents, il a pris l'option livraison en 2 jours avec un supplément de 9€....malgré cela nous avons été livré que 4 jours plus tard, le motif étant que le village de mes beaux-parents était introuvable alors que les GPS vous emmène jusque devant chez eux!

Je comprends que ceci n'est pas de votre faute mais nous ne savons pas comment être remboursé des frais de livraison!

Cordialement
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 33 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La réflexion philosophique se trouve prise de vertige par le vide de ce texte se terminant par une divagation érotico-lyrique au cours de laquelle Michel Serres fait l'amour avec la Terre. Recommandé à des audiences grégaires bien ciblées dans les sectes vertes, c'est à dire aux cerveaux sans réflexion et aux lecteurs dont le système nerveux est limité à un système pulsionnel.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
La nature
La nature de Frank Burbage (Broché - 6 novembre 2013)
EUR 7,90

Petite poucette
Petite poucette de Michel Serres (Broché - 30 mars 2012)
EUR 10,90

Rêveries du promeneur solitaire
Rêveries du promeneur solitaire de Michèle Crogiez (Poche - 2001)
EUR 2,90