undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles150
3,4 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:18,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 11-20 sur 46 commentaires(5 étoiles). Afficher tous les commentaires
le 6 janvier 2015
J'ai beaucoup aimé ce Houellebecq sans aucun passage gore. Une merveille du début à la fin. À la hauteur d'extension du domaine de la lutte.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"La carte et le territoire" est un roman très drôle et un drôle de roman. une histoire de notre temps avec des personnages "people". La construction du récit est solidement charpentée : on avance avec plaisir et sans être dupe dans cette galerie de miroirs. Les portraits des personnages sont brillants, vifs, évocateurs. Beaucoup de trouvailles et d'inventions dans ces pages et également des notations très précises sur les objets (importance des marques), les lieux, les situations, les mots-tics de notre époque... Plusieurs thèmes serpentent tout le long du roman, telle la perplexité devant l'Art contemporain (perplexité et non rejet) ou le fil rouge de la relation père/fils. Ces thèmes apparents sont traités avec intelligence, sensibilité et... humour. C'est un roman très réaliste, pas seulement parce qu'il prend soin de reprendre de façon comique des modes d'emploi et des notices de type Wikipedia, mais surtout parce qu'il est profondément ancré dans les truculences de son temps. Parce qu'il appartient strictement à cette tradition du roman français que les frères Goncourt avaient cristallisée dans leurs propres récits, parce qu'il renouvelle aussi les subtilités de Gide (construction en abîme), parce qu'il est profondément novateur et tout simplement très bien écrit (avec des jeux de langage, sans aucune négligence ou facilité) ce roman mérite de recevoir le plus grand prix littéraire de la rentrée. Je l'ai dévoré en quatre heures et j'en souris encore.
0Commentaire|40 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2010
Ce qui me frappe dans cet ouvrage c'est que l'auteur se met en scène lui-même, complaisance à laquelle Michel Houellebecq ne nous avait pas habitué. Au premier abord tout se passe comme si il rejoignait ainsi le bataillon des post-modernes fascinés par l'auto référence, ce qui n'est d'ailleurs sans doute pas étranger au succès critique de son roman. Il y a trop longtemps que j'apprécie Houellebecq pour ne pas voir là comme une ruse, un piège dans lequel ce fin stratège conduit toute la cour des petits marquis de la critique comme pour mieux la ridiculiser. La galerie des glaces, sillonnée en tous sens par ces courtisans aux perruques ébouriffées par tant de nouveauté, résonnant sous les louanges les plus improbables, c'est le résultat, à mon sens, de la plus belle opération d'intox de ces dernières années. Grimer Michel Houellebecq en post-moderne, seul Michel Houellebecq pouvait le faire dans cette ébouriffante relance de l'« Extension du domaine de la lutte » car, enfin, n'est-ce pas tendre à toute cette gent croassante le micro fatal qui, dans un effet Larsen terminal, fera voler en éclat les glaces des miroirs de l'autoréférence, que de se dépeindre sous les traits de quelque Céline en fin de course ? Voici une intervention qui, l'air de rien, dynamite l'ensemble du modernisme actuel en lui renvoyant le style pompier qui se cache sous tant d'audaces : la perspective de passer ne serait-ce que cinq minutes face au tableau représentant Steve Jobs et Bill Gates en train de se partager le monde a de quoi terrifier le plus endurci des modernes, le plus enragé des autoréférents. Un grand livre comique !
22 commentaires|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le très regretté Bernard Maris m'a fait découvrir Houellebecq dans un ouvrage clair, didactique, fort : Houellebecq Economiste dont je recommande vivement l'enrichissante lecture.
"La carte et le territoire" (2010 - Prix Goncourt) décrit un monde de séparations des êtres que tenterait - c'est l'un de ses objets- de relier l'art. Or l'art est devenu une activité marchande obéissant aux lois du capitalisme, c'est-à-dire, de la loi de la prédation, du plus fort, loi marchande. L'art n'échappe pas à la pesanteur libérale. Il est devenu un accessoire de riches que n'importune que le sentiment de donner l'illusion d'être cultivés, de paraître ce qu'ils sont en réalité, et ne le savent pas, des "Tartuffes" ou autres Monsieur Jourdain.

La société capitaliste programme non pas seulement l'obsolescence des produits qu'elle manufacture, mais aussi, et là est son vice, dénoncé avec rage par Houellebecq, des hommes. Les hommes sont devenus des objets du capitalisme. Leur horizon n'existe pas dans la société. En sortir comment ? L'art est bien souvent un subterfuge. L'amour est réduit aux fonctions sexuelles sans lendemains, tarifées ou pas, cela revient au même. L'amitié ? Voilà une bien étrange question qui surgit là où on ne l'attend pas, dans la confrontation entre l'artiste, héros du roman, Jed Martin et l'auteur lui-même qui s'y risque avec plaisir. C'est un commencement de relation amicale qui permet à Jed de rencontrer son père, en vérité, même si la fin est programmée.
Noir est le roman pour qui ne sait concevoir d'autres lumières que celles de la consommation effrénée, du redimensionnement de l'homme au produit jetable. Mais un avenir peut se construire en dehors, avec un pas de côté, pour se considérer autrement.
22 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce nouveau Houellebecq donne une sensation à la fois étrange et rassurante : on a d'abord une vague impression de "déjà lu", mais elle disparaît très vite au profit du constat qu'en fait, on est tout simplement en terrain connu. En d'autres termes, on est heureux de retrouver Houellebecq comme on retrouverait un vieil ami.
Il se trouve qu'en plus, dans "La Carte et le territoire", l'auteur parvient à se renouveler. Ce n'était pas gagné, vu qu'il est tout de même le dépositaire d'un style très singulier, qui lui est propre, mais qui a été plagié et parodié ad nauseam, ces 15 dernières années.
Plus apaisé que ses prédécesseurs (ici, point de diatribe anti-religion, ou de sexe à outrance...), "La Carte et le territoire" permet à Houellebecq de creuser encore son sillon tout en l'enrichissant d'une réflexion (nouvelle chez lui) sur les rapports père-fils... On pourrait appeler ça l'oeuvre de la maturité.
A moins d'être de mauvaise foi, il est difficile de nier l'apport de Houellebecq, non seulement à la littérature contemporaine, mais aussi (et peut-être aussi surtout, au vu de son exceptionnelle popularité) à la société contemporaine : bien peu ont su, comme Houellebecq, dire avec autant de justesse et d'élégance (car l'humour est bien présent, ici aussi) la solitude de l'homme moderne.
Il faut lire Houellebecq, un peu pour mieux comprendre son époque, et beaucoup pour le plaisir pur d'une littérature qu'on dit parfois (avec une pointe de méchanceté) minimale, voire clinique, ou même désincarnée, mais qui est, en fait, ni plus ni moins que le style Houellebecq, sa signature. Et il faut croire (si l'on en juge au nombre de lecteurs) que cette écriture est exactement le contraire de ce qu'on lui reproche : non pas froide, mais bel et bien généreuse.
11 commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2012
A mon sens le meilleur Houellebecq. L'auteur est ici au sommet de son art, dans le style, la peinture des personnages, la composition d'un portrait d'artiste. On attend son prochain livre avec impatience.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2012
J'ai aimé les précédents. Je ne m'étendrai pas davantage sinon pour dire que j'ai été surpris par celui-ci.
Moins provocateur ? ont écrit d'aucuns... qui sait, d'un certaine façon...
Déjà il me faut conclure, les affres de la page blanche en somme...
Trop égotique cet ouvrage ai-je également lu dans les critiques... Hé bien encore heureux que mes problèmes de page blanche ne me font m'étendre davantage... Il y a tant à dire sur le style de l'égotisme dans la littérature, un exercice en soit très périlleux. (lire et relire Yann Moix pour s'en persuader, notamment les ouvrages critiquant Michel pour comprendre que l'exercice se peut affliger.)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 février 2015
Je n'aurais jamais eu l'idée d'acheter ça (parce que je trouve les prix Goncourt chiants en général), mais j'ai adoré "Soumission".....
Et bien, j'ai adoré celui-ci aussi! Ambiance clown triste et démonstration magistrale du fonctionnement d'un système. On sait ici que Houellebecq est vraiment un artiste polyvalent et de grand talent.J'aurais donné cher pour contempler le tableau "Jeff Koons et Damien Hirst se partageant le monde de l'art"! Et puis je trouve admirable le masochisme du jury du Goncourt!!!!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2014
Premier roman que je lis de cet auteur. Une amie me l'apporte avec un petit sourire narquois. Ce livre revele, je pense , chez son auteur une sensibilite extreme, presque paralysante, je retrouve la meme chez Patrick Modiano ou Dans le Temps Retrouve. Et une acuite si forte qu'elle en devient douloureuse, comme dans Michel Tournier mais qui serait du cote obscure. Et de l'humour tres drole ( viellard un- viellard deux ). Comme a la lecture des grands classiques, on se sent moins seul apres avoir ferme le livre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2012
J'ai déjà lu 4 livres du même auteur, et je ne suis jamais déçu. Nous sommes certes dans une vision cynique de l'homme moderne, mais cette vision est plausible. Dans ce dernier livre, nous abordons des thèmes commes les relations père-fils, l'art contemporain, la solitude ..., Houellebecq, avec un style agréable à lire, nous confronte donc à la communication dans le monde moderne, le monde de l'apparence ... un régal de lecture.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

21,00 €
8,10 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)