Commentaires en ligne 


13 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifiques espoirs
Jacques Chancel, pyrénéen issu d'une famille engagée dans la Résistance, quitta la France métropolitaine après avoir fait l'école militaire des transmissions. Direction : l'Indochine. Musicien amateur, passionné de jazz, il sait partager plusieurs passions avec ses amis. La passion de la France n'est pas la moins...
Publié il y a 7 mois par Latour07

versus
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un parcours exceptionnel
et très instructif sur cette guerre absurde. Jacques Chancel nous fait vivre de l'intérieur toute cette période sortie d'un autre temps.
Un écrit passionnant et plein de sensibilité.
Publié il y a 7 mois par jlbernigaud


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifiques espoirs, 31 décembre 2013
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
Jacques Chancel, pyrénéen issu d'une famille engagée dans la Résistance, quitta la France métropolitaine après avoir fait l'école militaire des transmissions. Direction : l'Indochine. Musicien amateur, passionné de jazz, il sait partager plusieurs passions avec ses amis. La passion de la France n'est pas la moins forte. Celle de la musique est affirmée. Celle des rencontres, de la découverte, de l'Aventure toujours vibrante, anime ses vingt ans. Par ses relations familiales nobiliaires, Jacques Chancel sera aidé dans sa compréhension de la société coloniale vietnamienne : Saïgon, le delta du Mékong, ses populations, peuples, brigands et pirates, sectes : les Caodaïstes, Baï Vinh, les Hoa Hao. L'Armée, ses arrières et planqués haut gradés, ses hommes d'honneur, capitaines et soldats pour lesquels De Lattre de Tassigny viendra. La Légion, Vandenberghe ! une mission en sa compagnie.

Passionné de l'Indochine, deux générations de ma famille y ayant vécu,grand-père et grand-mère paternels (et leur fratrie) nés à Hanoï au Tonkin, père (+ oncles et tantes) né à Saïgon en Cochinchine, parents de soldats - légionnaires morts ou blessés grièvement au combat (13° DBLE, 1er BEP, 1er REC), j'ai suivi avec attention, rêves bercés d'un amour toujours vivant de ma famille pour le Vietnam et ses peuples, l'histoire de ce pays. Jacques Chancel décrit avec pudeur et griserie asiatique mélangée ses souvenirs de quatre années engagées dans cette fin d'histoire de la présence française en Indochine. Quel feu ! quelle ardeur dans les rencontres avec des femmes aux attraits qui ne sont pas exclusivement provoqués par la sensualité, ces hommes aux personnalités fortes, tranchantes comme des lames d'acier. Ce que Chancel décrit, c'est un monde que certains ne connaissent pas, celui des Hommes.

Ces étincelles surgissent brillantes dans la nuit et le jour : Pierre Schoendoerffer, Georges Kowal - cinéaste mort au combat-, Dixie Reese, Lucien Bodard, Jean Lartéguy, Jean Hougron - dont j'ai su apprécier La terre du barbare- les aristocrates chinois, un prince cambodgien et de nouveau Pierre Schoendoerffer dont il importe de revoir Diên Biên Phú et, parmi tant d'autres encore feu follets, la lumineuse Joséphine Baker, le défilé de haute couture. Chancel nous confie le plus beau des souvenirs d'un homme qui sait écouter et s'engager. Journaliste il co-anime une émission d'écoute des soldats passant la musique, commentant des nouvelles, liant la société à ces hommes défendant la France dans les postes isolés à l'image de celui de la 317e section ou de celui de l'autre côté de l'eau : Indochine, 1950-1952

La guerre. Jacques Chancel grièvement blessé, perdra la vue pendant une dizaine de mois (forte commotion cérébrale). La déliquescence de la société. L'agonie de la présence française à la lumière blafarde, fangeuse et mouillée de la défaite de Dien Bien Phu. La victoire de la vie en fin de compte, celle qui laisse ouvertes toutes les portes de la conquête, malgré le vieil âge, plein d'expériences belles et amères d'une vie aventurière, à 24 ans.

J'ai été conquis par la lecture de ce magnifique ouvrage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un beau voyage dans les souvenirs, 27 janvier 2014
Par 
Valerie Paule - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
Découvert lors d'une semaine sur l'Indochine sur France Culture ("la fabrique de l'Histoire"), j'ai offert ce livre à ma mère et ce fut pour elle l'occasion d'un beau voyage dans ses souvenirs de Saigon. Elle rapporte une belle écriture et un plaisir de lecture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un parcours exceptionnel, 17 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
et très instructif sur cette guerre absurde. Jacques Chancel nous fait vivre de l'intérieur toute cette période sortie d'un autre temps.
Un écrit passionnant et plein de sensibilité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du plaisir à lire ce livre, 9 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
En lisant de livre, l'on peut revivre Saïgon durant le début des années, de grands souvenirs et de tristesse à voir comment cette ville à évoluer où le pouvoir de l'argent est roi.
Merci à Jacques Chancel pour ce merveilleux livre !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une autre vision de l'indo!, 1 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
Merci pour ce livre M. Chancel. Une autre vision de l’Indochine.... celle des dessous politiques et mondains qui sellerons le destin de notre armée sur cette terre oubliée....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 le vécu de J. Chancel en Indochine dans les années d'après guerre, 1 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
J'ai beaucoup aimé ce récit que j'ai lu presque d'une traite. Pour avoir étudié l'histoire du Vietnam, j'ai été intéressée par cette période dont J. Chancel nous parle presque comme un correspondant de guerre ou un reporter. Il rencontre des grands reporters qu'il nous dépeint habilement dont Bodard, Lartéguy... mais aussi des chefs de l'armée et des soldats qui sentent venir la fin de l'Indochine. Il pénètre dans la société saïgonnaise qui offre des personnages dignes de ceux que l'on a pu voir dans "Apocalypse now". Les Vietnamiens sont en lutte vers l'indépendance. Tout cela se soldera par la fin d'une période coloniale avec toutes ses atrocités.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un document intéressant., 31 mars 2014
Par 
Gerard Muller "médicactus" (Nouvelle Caledonie) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
La nuit attendra/Jacques Chancel
Jacques Chancel né en 1928 part en Indochine en 1945 en qualité d’attaché aux transmissions pour l’armée, seulement âgé de 17 ans, en ayant triché sur sa date de naissance. Pour lui, sa patrie, c’est l’aventure.
Faisant des rencontres favorables, notamment celle de l’écrivain et journaliste Lucien Bodard, qui lui permettent de devenir correspondant de guerre, il nous raconte cette aventure d’un jeune homme audacieux et ouvert.
Pendant 10 ans il va parcourir le sud-est asiatique en cette qualité et celle d’animateur à Radio France Asie et même musicien au sein d’un groupe et rencontrer à la terrasse du Continental, nid d’espions, là où s’ancrent toutes les curiosités et où les honnêtes gens et les salauds se côtoient et se confondent, des personnages charismatiques tels que Graham Greene, Jean Hougron, Jean Lartéguy, Raymond Cartier, Pierre Schœndœrffer, etc…
On y capte toutes les informations les plus précieuses ainsi que les échos des dernières vilenies. Au cours de ses émissions, de ses reportages, de sa fréquentation des cercles de presse et des réunions de correspondants de guerre, il va se tisser un réseau de connaissances extraordinaire.
Le jeune Chancel n’est pas un idéaliste convaincu penchant pour un camp ou l’autre dans cette guerre qui a commencé contre le communisme. Quoiqu’il pense que c’est une quête que de vouloir être soldat, il songe à l’instar de son entourage que le déshonneur est une possibilité qu’il faut envisager. Les militaires du corps expéditionnaire qu’il va côtoyer sont souvent sans illusions et n’hésitent pas à le dire : « Nous sommes des bêtes promises à l’abattoir ! » Il émane de cette armée résignée et sans espoir une dignité suicidaire qui ne voit comme seule alternative que le départ plutôt que la fuite. Hélas, le gouvernement français restera sourd et obstiné dans son incurie.
La description que nous offre Chancel d’une société saïgonnaise corrompue est précise et sans concession. Nous sommes autour des années 50 et la guerre s’étend du Nord vers le Sud, mais Saïgon fait la fête tous les soirs.
Sa rencontre avec l’empereur Bao Daï lui laissera découvrir un personnage sans charisme, sans pouvoir. D’empereur, il n’a que le titre et il n’a même pas le goût du pouvoir. Il charme les salons et s’honore d’avoir la réputation d’être un bon fusil. Sa délicieuse épouse Nam Phuong est délaissée sans vergogne au profit d’une blonde vulgaire.
Quittant temporairement la Cochinchine, Chancel part au Tonkin, car c’est là que va se jouer le sort de l’Indochine, dans la cuvette indéfendable de Diên Biên Phu plus précisément. Nous sommes alors en novembre 1953.
Parole de soldats gradés enregistrées par Chancel : « Nous avons été trahis par les mollassons du gouvernement français et de leurs vassaux, les chefs de notre armée : la bataille est perdue depuis le premier jour, on nous a envoyé au massacre, il y aura des milliers de morts parmi les nôtres. » Mais cet entretien sera censuré par Radio France Asie. Et le cauchemar ne faisait que commencer qui va durer jusqu’au 7 mai 1954 : la fin de tout, le massacre, trois mille morts….et onze mille prisonniers pour une « longue marche »…
Un récit autobiographique qui a valeur de document et qui intéressera particulièrement tous ceux qui aiment le Vietnam après avoir aimé l’Indochine.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 meilleur à l'oral qu'à l'écrit !, 13 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
J'ai acheté ce livre à la suite d'une interview de j. Chancel et j'ai été très intéressée, ne sachant pas qu'il avait une expérience vécue du journalisme de guerre en Indochine.
J'ai beaucoup apprécié le sujet mais au niveau littéraire j'ai été un peu déçue, je trouve J. Chancel plus à l'aise à l'oral.
Par contre cela m'a donné l'opportunité de lire Lartéguy et d'autres sur ce sujet passionnant et très complexe.
Donc je le conseille
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une page d'histoire, 5 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
Je viens de terminer le magnifique récit de Jacques Chancel sur sa jeunesse en Indochine. Avec élégance, il raconte la guerre, le journalisme, les fumeries d'opium... Mais aussi comment il est resté aveugle pendant plusieurs mois. Un témoignage poignant qui se lit comme un roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 superficiel, 11 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit attendra (Broché)
le livre de trop pour chaque jacques Chancel. beaucoup de déception
des longueurs , trop de longueurs sur sa personne, sur un entourage restreint, protégé, non représentatif de la vie la bas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La nuit attendra
La nuit attendra de Jacques Chancel (Broché - 6 novembre 2013)
EUR 19,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit