Commentaires en ligne 


4 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Consistance des consistances: le sens absent de tous les sens
Bernard Stiegler prévient que la lecture de son livre demande des efforts, comme tous les autres ce livre s’adresse à un public averti c’est-à-dire familiers du vocabulaire et des concepts d’ars industrialis donc on trouvera avantageusement le lexique à la fin.
La position de Stiegler est de penser que ce n’est pas...
Publié il y a 3 mois par devas

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Décevant
Ce livre est prétentieux, le vocabulaire est tarabiscoté pour dire ce que bien d'autres en divers disciplines ont déjà développé (sociologues, militants politiques, associatifs, etc...) avec bien plus de clarté et accessible à tout quidam.
Trop cher pour un tel charabia, de plus mal numérisé...
Publié il y a 12 mois par Liliane Alarcon


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Décevant, 6 avril 2013
Par 
Liliane Alarcon (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce livre est prétentieux, le vocabulaire est tarabiscoté pour dire ce que bien d'autres en divers disciplines ont déjà développé (sociologues, militants politiques, associatifs, etc...) avec bien plus de clarté et accessible à tout quidam.
Trop cher pour un tel charabia, de plus mal numérisé.
Dommage, la cause est juste s'il s'agit de tirer la sonnette d'alarme de la catastrophe annoncée.
Et dommage encore, car Mr Stiegler est passionnant à écouter.
Comment ce peut-il : une telle dichotomie entre l'oral et l'écriture ??
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Consistance des consistances: le sens absent de tous les sens, 6 janvier 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Bernard Stiegler prévient que la lecture de son livre demande des efforts, comme tous les autres ce livre s’adresse à un public averti c’est-à-dire familiers du vocabulaire et des concepts d’ars industrialis donc on trouvera avantageusement le lexique à la fin.
La position de Stiegler est de penser que ce n’est pas le mode de vie industriel le problème mais plutôt son agencement (des rétentions tertiaires) se basant sur le fait que tout artefact, qui est la condition de l’existence humaine, est un pharmakon c’est-à-dire un remède qui peut aussi devenir un poison. Ainsi le désinvestissement de l’Etat et des individus (désaffectés) qui ont capitulé devant l’idéologie néo-conservatrice ou plutôt été capturés par elle déclencherait des régressions par la captation des désirs (protentions) exploités par le marketing aux fins de plus-value et qui finissent réduits aux pulsions et à leur appels réitérés laissant l’individu dans une addiction pulsionnelle et une aliénation entretenue par le marché. Ce processus de choc toujours renouvelé et intensifié de désajustement social serait désindividuant car il court circuite la transindividuation c’est-à-dire les savoir-faire et savoir vivre d’un milieu métastabilisé. L’adhésion au Front National serait donc provoquée par le sentiment d’individus désaffectés ou sidérés pour qui il faut trouver un bouc émissaire à l’impossibilité de se projeter dans un milieu désormais désindividuant et dans lequel il devient impossible de sublimer ses désirs et dans lequel les pathologies prolifèrent.
Comme toujours le livre alterne entre des lucidités fulgurantes sur les conditions de nos existences et des passages lourds et indigestes ou la répétition des mots concepts semblent se mordent la queue. Le principal objet de Stiegler même s’il n’apparaît pas toujours clairement est de traiter du psychique et du désir et de son exploitation systématique à l’heure des technologies du numérique et sous l’emprise de la révolution néo-conservatrice. Le travail de Bernard Stiegler est immense mais il n’est pas sans poser problème dans sa propre réalisation :
- 1-On comprend que le but d’Ars Industrialis consiste à réinvestir le champ de désir et de la transindividuation mais pour cela il faut que la chose soit désirable. Or pour commencer Le langage de Stiegler est un langage de notre époque c’est-à-dire hyper rationalisé et très technique ce dont le public est justement peut-être fatigué ce qui ne semble pas effleurer Stiegler. Ainsi le but qu’il se propose passe par un langage qui justement ne suscite aucun désir particulier sinon celui de sa propre technicité, le projet de Stiegler est d’envergure mais son message éloigne ou cache son horizon, il serait urgent de prendre soin de la clarté du style. En effet le style de Stiegler le dessert largement dans ses passages trop condensés dans lesquels il ne semble ressortir que les mêmes mots ou concepts considérés comme des nouvelles armes (Deleuze), hormis des spécialistes (tel Jean Hugues Barthélémy contributeur d’Ars Industrialis qui ne semble plus que parler pour lui !) qui peut appréhender de telles armes et vouloir et pouvoir les utiliser quand dans le même temps le langage se décompose ? L’anatomie d’un corps et ses réseaux complexes physico-psychiques exposés ne sont pas les raisons qui font que ce corps soit désirable, tout comme savoir que l’eau c’est H2O ne me la rend pas plus désirable, la science aussi est une dé-symbolisation si ce n’est la dé-symbolisation par excellence. On se demande parfois si Stiegler ne voudrait pas substituer au psychisme modelé par l’intérêt et l’exploitation libidinale du marché un psychisme idéal reconstitué scientifiquement et qui s’apparenterait à un projet d’un Frankenstein psychique tel que la psychanalyse et les sciences conçoivent son fonctionnement. Si la transindividualité visée par Stiegler est à l’image de son langage (et comment pourrait-il en être autrement ?) elle semble fort peu désirable et donc inopérante comme soin du présent et des protentions.
-2- Un autre problème de taille dans ce livre : peut-on traiter du Front national sans jamais lui donner la parole? Stiegler ne considère le Front National que comme une réaction aux externalités négatives économiques ou à une régression due à la désindividuation qui cherche des boucs émissaires comme une réponse en boucle à la révolution néo-conservatrice. C’est vite oublier le fait que le front national est un parti très hétéroclite et que les raisons nationalistes n’ont pas attendu l’ère Reagan/ Thatcher pour s’exprimer. La question que l’on voudrait aborder c’est quel genre d’hommes voulons-nous ?
Or c’est justement les réponses qu’apportent quelques nationalistes anarchistes par exemple mais Stiegler n’aborde pas ces sujets en tant que matérialiste voire hypermatérialiste (comme il définit lui-même les échanges de métadonnées) car cela suppose d’évoquer des qualités humaines en soi et donc de penser en métaphysicien ce que Stiegler combat. Aussi La légitimité de la question de la communauté telle qu'on la trouve chez Georg Simmel est totalement évacuée pour laisser place chez Stiegler à une coindividuation fondée sur des échanges contributifs à travers les prothèses technologiques. A ce sujet il faut lire le livre très enrichissant de Aurélien Berlant « la Fabrique des derniers hommes » dans lequel tous les problèmes et pathologies de l’ère industrielle sont analysées finement et j’ose dire agréablement (par le langage clair) par les premiers sociologues allemands pour saisir les racines du malaise de la civilisation. Aucune référence non plus à la nouvelle droite, à la pensée d'Alain de Benoist avec qui pourtant il a partagé un plateau chez Frédéric Taddéï. Si bien que le Front National ou ses tendances sont réduites au concept que Stiegler dégage dans sa réflexion on pourrait parfois dire qu’il est juste prétexte à exprimer ses concepts.

-3- Il a y un autre aspect assez dérangeant dans les œuvres de Stiegler c’est l’occidentalisation à outrance ou l’ultra spécialisation dans les références. Si les sciences modernes sont englobantes elles ne sont pas universalistes. Stiegler cite souvent la Chine et est conscient de sa différence de conception des choses, par contre il ne cite jamais l’Inde trop métaphysique certainement. Or il serait intéressant d’aborder en quoi consistait la transindividualité de ces cultures gigantesques et en quoi consiste la transindividualité des connaissances de L’ Hindouisme, du Bouddhisme du Taoisme, du Shintoisme, des Hesychastes qui regorgent de soin et de techniques de soi….On aimerait par exemple que Stiegler se pose la question des consistances de ces cultures millénaires et se demander si la consistance des consistance n’est-elle pas dans le renoncement, l’ascèse c’est-à-dire dans le détachement même des désirs que lui cherche à construire? Seulement Stiegler ne conçoit la spiritualité que comme le soin du psychisme et confond deux plans (parce qu’il nie l’esprit) outrageusement de la même manière qu’il accuse certains de confondre pulsions et désirs.
Ainsi pourrait-il se demander si le crédit et la dignité de l’homme à conquérir ne sont par-delà ses désirs ?
Plus près il pourrait s’intéresser au scientifique Marcel Locquin et de son concept de chimères biologiques, technologiques, bioniques et idélles et se rendrait compte de la possibilité de rendre compte de ses concepts et ceux de Simondon de transindividualité et de rétentions tertaires dans un langage clair et lumineux qui rend la vision de Lockin elle très désirable. Locquin savait que l’homme n’est pas la propriété d’un groupe d’hommes fussent-ils scientifiques, il est le devenir de l’homme à travers toutes les générations passées et toute culture a une base sentimentale, nous sommes des êtres sensibles qui savons que le rationnel ne nous semblent pas toujours raisonnable et c’est la position de nationalistes qui semblent totalement échapper à Stiegler dans son livre et dont il ne rend absolument pas compte. On espère aussi que son pari sur le retournement du pharmakon des technologies ne relève pas du même "crédit" et du même espoir, pour ne pas dire naïveté, qu'il attendait de Hollande pour infléchir l'empire de la "destruction destructrice".
Néanmoins Stiegler est attachant et stimulant car il pointe avec passion et engagement les maux qui nous accablent et se bat comme un lion pour les contrecarrer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Et si Stiegler faisait enfin un pas de côté..., 23 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pharmacologie du Front national : Suivi du Vocabulaire d'Ars Industrialis (Broché)
Stiegler, avec ce livre qui eût pu s'appeler tout autrement - car il est bien peu question du FN dans ce livre...- voulait un outil pour poser autrement des réponses aux questions que pose le FN. Je doute que l'objectif soit pleinement atteint... Stiegler développe un nouveau temps de sa pensée philosophique qui finir par confiner de plus en plus au surplace... Les avancées de la pensée de Stiegler se font au compte-goutte. Je pense que Stiegler devrait s'accorder un temps de repos et briser avec cette dérive polygraphique. Laisser décanter pour nous offrir le grand bouquin qui ouvre sur de nouvelles trouées conceptuelles décisives. Qui va piano va sano ;-)
Ce qui est toujours aussi dommage avec Stiegler, c'est cette écriture, tortueuse, parfois inutilement alambiquée. Un peu comme du Heidegger sous amphétamines. C'est d'autant plus dommage que les livres d'entretiens que l'on peut trouver de lui sont eux limpides. Mais moins enrichissants...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Argumentaire philosophique..., 5 mai 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pharmacologie du Front national : Suivi du Vocabulaire d'Ars Industrialis (Broché)
Pour comprendre ce qu'est la mouvance extrémiste de droite et comment trouver des arguments de combat contre son idéologie !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xae2629b4)

Ce produit

Pharmacologie du Front national : Suivi du Vocabulaire d'Ars Industrialis
EUR 21,85
En stock, mais la livraison peut nécessiter jusqu'à 2 jours supplémentaires
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit