undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

27
4,3 sur 5 étoiles
Promotion Ubu Roi
Format: BrochéModifier
Prix:18,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 juin 2014
... A moins que ça ne soit la réalité! et dans ces conditions, ce livre est terrifiant. On avale ce récit de la scolarité du jeune impétrant avec avidité. On hésite entre rire et larmes mais on ne s'ennuie jamais et au final ce livre aide à mieux comprendre l'état d'esprit de nos élites politiques et administratives et pourquoi notre pays est en retard dans de nombreux domaines.
Il convient de souligner le sens des valeurs et l'outrecuidance voire l'intrépidité de l'auteur qui s'écarte des chantiers battus et de la droite ligne du parti à ses risques et périls.
Ce livre devrait être au programme de tout jeune étudiant de science po.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 décembre 2013
Juste histoire de se faire une opinion sur la formation, l'état d'esprit de nos dirigeants...

A l'instar des "fous de Dieu" qui sont formés en Afghanistan,
Les "fous de politique" sont formés à l'ENA, en France.

Inquiétant...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le témoignage d'Olivier Saby a le mérite de mettre en avant certains travers de la haute administration française en montrant qu'ils sont en germes dès l'ENA. L'obsession du classement, notamment, mais aussi les plans de carrière sécurisées, le travail de contrôle de son image, les imbroglios politiques dans les jeux de pouvoir, les abus faciles d'argent public, l'absence de compétences de certains intervenants, l'usage facile de la langue de bois, etc. Finalement, on ressort de cette lecture avec pas mal de confirmations de soupçons ou d'intuitions que l'on pouvait avoir, mais sans grande découverte. De plus, le livre a les deux défauts classiques de tout témoignage de ce type : la subjectivité de l'auteur-narrateur nous donne un prisme déformant, celui de sa perception de la réalité et les limites de son expérience personnelle, d'autant moins généralisable qu'il tente de se démarquer de ses condisciples et de leur parcours.

Notons qu'Olivier Saby ne cherche pas à régler de comptes ni à cracher dans la soupe. D'ailleurs, son rang de sortie très honorable lui permettait d'accéder à de confortables carrières. Non, il apparaît plutôt comme déçu par la réalité, comparée au mythe et à l'aura qui entourent "l'Ecole". Il n'oublie ni l'énergie et le temps phénoménaux consacrés au concours (évoqués mais non abordés dans le livre), ni les deux années passées entre stages et cours pour un résultat qui ne lui paraît globalement pas à la hauteur des enjeux et des pouvoirs qu'obtiendront les diplômés. Il ne remet pas fondamentalement en cause son existence, seulement son fonctionnement, et les produits de ce système : lâchetés, compromissions, hypocrisie, arrivisme. Cela dit, le livre se lit facilement et agréablement, ne prétend pas à faire oeuvre littéraire mais son approche chronologique le rend très accessible et intéressant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 août 2014
Tres très bon livre et très divertissant , surtout pour celui qui passe des concours , après je pense que l auteur avec bcp de courage et de sincérité a su nous parler de l' apparatchik du polit bureau des futurs énarques .....ça fait peur des fois quand même , non ?
enfin livre à mettre entre toutes les mains ...et surtout celle de nos décideurs politiques ...des énarques non ??? attention a ne pas sortir du moule .....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 mars 2014
J'adore la démystification d'une formation considérée comme la meilleure.
De fabriquer la croyance à une élite. J'ai aimé le ton léger sans jamais être négatif.
Je recommande ce livre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
18 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 octobre 2012
Décembre 2008 : Olivier Saby figure sur la liste des admis au concours externe d’entrée à l’École Nationale d’Administration, l’ENA. Il commence alors une des formations les plus convoitées de France, celle qui lui permettra à la sortie d’intégrer la haute fonction publique, les « hautes sphères du pouvoir« . Après plus d’un an et demi de préparation à Sciences Po, l’étudiant de 26 ans est soulagé de ne pas avoir travaillé pour rien. Et si ce n’est pas forcément un rêve qui devient réalité, il a hâte de découvrir ce qui l’attend sur les bancs de l’institution strasbourgeoise. Il va vite déchanter…

Dès les premières lignes, on découvre une école qui ne tourne pas rond, qui marche sur la tête. Les critiques sont nombreuses : des intervenants (il n’y a aucun enseignant fixe à l’ENA) qui ne découvrent le sujet du cours qu’ils sont censés dispenser aux élèves que quelques minutes avant le début de celui-ci, sujet dont ils ne sont absolument pas spécialistes ; une course permanente à la très bonne note (quitte à flirter avec les limites de l’éthique et de la corruption) ; les coups bas des camarades de promo en vue du classement de sortie ; la rigidité des pratiques de l’institution ; les petits arrangements des élèves – élevés par les anciens au rang de traditions et bien connues de la direction – pour maximiser leurs indemnités prélevées sur l’argent public… Le livre est rempli de ces exemples d’incohérence et de malhonnêteté.

Les critiques qui entourent l’institution fondée en 1945 ne sont pourtant pas nouvelles. « L’énarchie » a souvent été pointée du doigt. L’ENA a parfois été menacée. Mais a toujours survécu. Alors qu’apporte le récit des péripéties d’Olivier Saby pendant ces 27 mois de formation ? On distingue sous son discours qui hésite entre indignation et résignation, une véritable envie de redonner ses lettres de noblesse à l’ENA. S’il critique, souvent de manière humoristique, les travers strasbourgeois, ce livre est rempli de pistes pour une réforme en profondeur de l’ENA, une réforme qui serait respectueuse de ses valeurs initiales. Si les élèves débordent d’ambition, c’est en partie parce qu’ils sont placés en situation de compétition du week-end d’intégration au fameux amphi-garnison. Si la plupart des directeurs et formateurs ne voient pas les incohérences du système, c’est parce qu’ils sont enfermés dans leurs traditions administratives.

Mais les aventures du jeune énarque ne nous montrent pas seulement les dérives de son école. Au cours des 4 stages obligatoires de sa scolarité (en ambassade, en collectivité territoriale, dans un ministère et dans une entreprise), on découvre le monde de la haute administration, ses réseaux, ses coutumes et ses anecdotes. Et on en ressort encore une fois décontenancé. Entre ambiance délétère, luttes de pouvoir, rancœurs et ambition démesurée, le portrait dressé n’est pas fameux. Même si tout n’est pas si noir. Ainsi Olivier Saby nous dresse le portrait de nombreuses personnes compétentes, voulant faire de leur mieux, malgré la lourdeur administrative. Et montre qu’avec un regard neuf et pragmatique, il est possible d’améliorer le fonctionnement quotidien des services de l’État (au-delà de la fameuse RGPP, invoquée à tort et à travers !).

Ce livre devrait être lu par l’ensemble des candidats au concours de l’ENA. Non pour les décourager, mais pour démystifier le monde qu’ils souhaitent intégrer. Qu’ils sachent à l’avance dans quoi ils s’engagent. Et qu’ils puissent aider cette grande institution à se réformer.

PS : Ceci est le texte de notre critique parue sur [...]
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 novembre 2012
Ce journal qui se lit comme un roman confirme de manière plus vivante les analyses du sociologue Michel Crozier dans "la crise de l'intelligence": l'élite française est formée dans l'idée présomptueuse de devoir avoir réponse à tout. L'auteur raconte aussi le conformisme et l'aversion au risque comme l'évoquait Pierre Veltz dans "Faut-il sauver les grandes écoles?"

C'est du Kafka en beaucoup plus drôle et haletant. On y retrouve même des situations de Quai d'Orsay, cette BD sur les grandes heures de Villepin...

Mais le plus impressionnant et finalement encourageant, c'est l'auteur même de ce document et son indépendance d'esprit vis à vis d'un système qui l'a fait Roi.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 novembre 2012
Un grand merci à l'auteur, qui en plus de briser un tabou jusqu'alors inébranlable, a eu le courage de publier sous son vrai nom.
Un livre révélateur d'un problème bien français : des élites incompétentes et déconnectées de la réalité quotidienne des français, ultra-individualistes mais rendues imbues d'elles-mêmes par leur parcours.

Vous y retrouverez absolument tout :

_L'ignorance et le désintérêt des dirigeants en place quant à leur fonction (cf. le passage sur Rachida Dati)
_L'obsession du classement de sortie, qui témoigne du désintérêt des énarques pour leur pays et leurs concitoyens. Seule leur carrière personnelle compte.
_Le niveau lamentable de l'enseignement supérieur français. Même à l'ENA, l'auteur nous informe qu'il n'a strictement rien appris en 2 ans.
_Le silence imposé à chaque élève quant à la qualité de l'école et de l'administration en général, sous peine de détruire leur carrière.
_Les places les plus importantes trustées par les plus jeunes de chaque promotion (ceux qui sortent de la prépa ENA de Sciences Po), autant dire par ceux qui n'ont concrètement jamais travaillé de leur vie.
_Et même un fait nouveau : les administrations qui sélectionnent leurs futurs diplômés avant même leur sortie de l'école, menaçant même ceux qui souhaiteraient les rejoindre s'ils prennent la place des pré-sélectionnés.

Et plus généralement, l'arrogance insupportable de tous les élèves. On notera aussi que jamais il n'est enseigné aux énarques l'art d'innover et de changer les choses. Le mot d'ordre : avoir son diplôme, rentrer dans l'administration avec un bon poste puis faire profil bas, sous peine de nuire à sa carrière.

Un ouvrage indispensable pour tous ceux qui se bercent encore d'illusions sur l'ENA, et perdent leur temps et leur énergie à préparer le concours.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 octobre 2012
Je me demandais toujours ce que l'on devait attendre des haut fonctionnaires; ce livre m'a donné une réponse. De l'analyse, un regard critique, du recul, l'envie de toujours améliorer le système pour le bien commun, de la transparence et enfin un petit dose d'humour et d'autodérision, pour ne pas que le délire du pouvoir monte à la tête.
Un livre d'utilité publique à lire.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 17 août 2015
Saint Preux et Saby...il n'y aurait donc que deux Énarques courageux ?
je vous admire messieurs
vous forcez le respect
si je puis me premettre vous devriez aussi lire "les tribulations d'un patron de pme"
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
L'Etrange Défaite
L'Etrange Défaite de Stanley Hoffmann (Poche - 1 janvier 1990)
EUR 11,90

À l'ENA : y entrer, (s')en sortir
À l'ENA : y entrer, (s')en sortir de Saint-Preux (Broché - 20 mars 2013)
EUR 16,90

Ena, miroir d'une nation
Ena, miroir d'une nation de P. Legendre (Poche - 27 octobre 1999)
EUR 2,60