undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

9
4,3 sur 5 étoiles
C'est (vraiment ?) moi qui décide
Format: BrochéModifier
Prix:9,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Habitué à ce genre d'ouvrage sur les comportements de l'homo economicus, celui de Dan Ariely me paraît cependant particulièrement digne d'une recommandation, même après la lecture d'un seul chapitre (celui sur la gratuité, n°3).

En effet, non seulement l'auteur illustre de manière plaisante des résultats de laboratoire qui tendent à montrer que nous sommes tous sujets aux décisions irrationnelles, pour ne pas dire idiotes, mais, en se mettant en scène lui-même, il dédramatise le phénomène et déculpabilise le lecteur: c'est le double effet Ariely !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 23 septembre 2013
Pourquoi faisons-nous des achats dont nous n'avons pas besoin ? Comment se fait-il que, dans certaines situations, nous prenions des décisions en contradiction avec nos préférences affichées ? C'est (vraiment ?) moi qui décide est un ouvrage écrit par un expert en économie comportementale, discipline récente qui emprunte à la psychologie et à l'économie.
L'auteur part du constat que nous avons tendance à surestimer la part consciente de nos choix. En effet, la théorie classique en économie met l'accent sur la rationalité de l'individu : nous sommes tous capables de prendre des décisions qui nous profitent grâce à notre capacité de raisonnement. Au quotidien, nous comparons donc les choix qui s'offrent à nous avant d'opter pour le plus bénéfique. Or l'économie comportementale montre que c'est loin d'être vrai. Nous prenons régulièrement des décisions imparfaites, voire irrationnelles si on les compare à nos goûts et objectifs affichés. Faut-il en conclure que l'homme est incompréhensible ?
En fait, Dan Ariely montre dans son livre que cette irrationalité n'est ni insensée, ni aléatoire. Elle est au contraire récurrente et répétitive. Elle tient au fonctionnement de notre cerveau et à un certain nombre de biais stables. Au fil des chapitres, il nous livre le résultat de très nombreuses recherches et expériences qui se révéleront très utiles pour le marketeur. En premier lieu, on découvre que le cerveau ne valorise rien dans l'absolu, et donc que l'on peut influencer significativement la valeur accordée à une offre en jouant sur les éléments de comparaison que l'on fournit au client. L'attrait quasi irrésistible qu'exerce la gratuité, et ce au-delà de toute justification objective, est aussi édifiant. Enfin, l'influence de nos attentes sur la façon dont nous vivons notre expérience de consommation, si elle reprend les théories bien connues de l'effet placebo, donne de nombreuses pistes pour mieux valoriser son offre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 novembre 2013
Tout est dans le titre. Très agréable à lire, plutôt drôle, fourni d'exemple ! Il permet de prendre conscience de beaucoup de chose.
Pas nécessaire d'être un universitaire ou un étudiant, tout le monde peut le lire !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 janvier 2013
Petit livre de réflexion sur des choix que l'on fait au cours de sa vie.
Ainsi on est souvent en train d'essayer de se laisser ouvert un maximum de portes. Mais le fait de se maintenir un maximum de portes ouvertes à un coût que l'on ne consacre pas aux activités.

Le phénomène de l'économie relative: un stylo bille qui est 2€ moins cher dans le supermarché d'à côté que dans le tabac presse: vous allez dans le supermarché.
Par contre, pour un costume qui est 2€ moins cher dans le supermarché d'à côté, vous n'irez pas.

Bref j'ai beaucoup apprécié ce livre il y a quelques années et ai plaisir à le relire actuellement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 décembre 2012
Dan Ariely est le nouveau saint de la Behavioral economics après les papes Daniel Kahneman et Richard Thaler ! Un grand livre aussi clair et passionnant que fun. Et ne loupez pas ses vidéos sur danariely.com !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 octobre 2013
Des les premières lignes, ce livre de Dan Ariely vous entraine dans l'irrationalité prévisible de nos choix.

Extrêmement instructif. Le deux derniers chapitres sont moins accessibles, mais toujours autant passionnants.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 avril 2013
Dans la famille je vulgarise bien, et des choses intéressantes, je demande Dan Ariely, je l'ai découvert sur TED, et j'ai vraiment aimé cet ouvrage en équilibre entre psychologie, et économie (marketing, management, et même un peu sociaux-sanitaire) On parcours facilement les pages d'une expérience à l'autre, avec pour fil rouge, notre propre irrationnalité, ou au choix notre fausses rationalité économique. Puisque nous sommes bien souvent convaincu de faire les meilleurs choix.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 mars 2013
Belle illustration dans un "très american style" d'une réalité que l'on croyait pourtant comprise et bien évidemment maitrisée...

Ou comment nos choix sont manipules pour nous laisser croire qu'ils sont rationnels, librement construits et consentis en toute indépendance...

Parfois un peu difficile à lire... Il vaut mieux avoir un cahier de notes à portée de main...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 avril 2013
Livre américain à 100 % avec ses forces et ses faiblesses :
Les points forts : concret (bourré d'expériences et d'anecdotes), clair, simple et agréable à lire
Les points faibles : la théorie, contestable et
• L'auteur se prétend "économiste" mais son livre est un livre de psychologie de la décision et de l'influence. Une question de mots ? Pas seulement, car l'auteur ignore les découvertes faites en ce domaine par ses collègues, ce qui l'amène à postuler des "forces obscures" influençant la décision. Pourtant, ces forces "irrationnelles" n'ont rien de mystérieux : il s'agit d'une part des besoins, désirs, émotions et valeurs (les forces internes) et de l'entourage (forces extérieures). Autrement dit, ce livre fait l'impasse sur trois disciplines indissociables de son sujet : la psychologie, la communication (non-verbale surtout) et la sociologie.
Plus grave : l'auteur se prétend scientifique, mais tout son livre est orienté idéologiquement : il montre que nos décisions (économiques ou pas) ne sont pas rationnelles, contrairement au postulat des économistes (anglo-saxons ?). Soit. Mais il le regrette et part en croisade contre l'irrationalité (des décisions), accusée de tous les maux... Pourtant les psychologues ont prouvé que sans émotion, AUCUNE décision n'est possible... (des accidentés dont la partie du cerveau correspondant aux émotions a été endommagée ou enlevée ne peuvent plus prendre AUCUNE décision). Il y a 2 circuits de décision, le plus court est celui de l'émotion et le plus long est celui du raisonnement (et du calcul), qui contredit ou (la plupart du temps) entérine et justifie les décisions prises avant par les émotions... Le ressort ultime de la décision est donc l'émotion et non le calcul ou le raisonnement. Car décider, c'est choisir, préférer et vouloir.
L'auteur essaie donc de sauver le soldat rationnel, censé nous apporter l'efficacité et les bonnes décisions. Mais rien ni personne n'a montré que les décisions prises par le circuit de l'intellect étaient meilleures que celles prises par le circuit de l'émotion. pour un exemple (de l'auteur) : lorsqu'on choisit une boisson ou un plat dans un bar, on est influencé par ce que prennent les autres avant nous... Et ceux qui se laissent influencer de la sorte sont moins satisfaits de leur boisson... Mais c'est oublier que l'on satisfait de la sorte d'autres besoins (par exemple le besoin d'appartenance). L'auteur se trompe donc quand il affirme que se laisser influencer est une erreur ou une mauvaise décision... Il a isolé un facteur au détriment de tous les autres (il y a au moins 12 types de besoins).
Dernière critique, la quasi-totalité des expériences ont été menées sur des étudiants américains (donc de la classe aisée), parfois sur des effectifs réduits... Quid de la validité de ses expériences ?
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Nudge
Nudge de Cass SUNSTEIN (Poche - 21 juin 2012)
EUR 8,10


Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée
Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée de Daniel Kahneman (Broché - 28 septembre 2012)
EUR 25,00