Commentaires en ligne


10 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 anarchiste tory, race non viable!, 8 juin 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Broché)
il faut toute la subtilité d'un éminent sinologue belge pour analyser la personnalité d'Orwell qui fut un véritable oxymore vivant; athée anglican et foncièrement anti-catholique, socialiste belliciste foncièrement anti-communiste, anti-colonialiste officier de police colonial en Birmanie pendant 5 ans, ancien combattant anarchiste de la guerre d'Espagne éleveur de poules dans le Berkshire, ancien éléve d'Eton clochard à Paris,... Orwell est humain certes mais quoiqu'il en soit très anglais, et pour nous continentaux cartésiens très stimulant intellectuellement;
et si le 'best-seller' "1984" est à juste titre incontournable, "La ferme des animaux" est également indispensable pour comprendre la vision d'Orwell sur les totalitarismes, "Hommage à la Catalogne" est autrement plus instructif sur la guerre d'Espagne que le manifeste d'auto-glorification de Malraux, "Une histoire birmane" et "Dans la dèche à Paris et à Londres" sont des pépites eclairant les autres facettes de la psychologie orwellienne!
finalement, quel meilleur guide que Simon Leys, continental non cartésien, grand décrypteur d'idéogrammes chinois, pouvait-on imaginer pour déchiffrer la mystérieuse simplicité d'Orwell!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le mystère d'une âme simple..., 4 mai 2012
Par 
Darko (Bretagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Broché)
"Depuis la guerre d'Espagne, je ne puis pas dire honnêtement que j'ai fait grand chose, sauf écrire des livres, élever des poules et cultiver des légumes"...

Voilà une phrase qui résume admirablement bien le personnage d'Eric Blair, alias George Orwell, son courage, son intelligence, sa modestie et son humour. Ecrivain britannique (1903-1950) qui aura marqué son temps, il restera l'une des grandes voix de la littérature du XXème siècle. Dans "un classement des 50 auteurs préférés des auteurs", établi en 2010 par la maison d'édition Penguin, Orwell arrive encore largement en tête, preuve s'il en est de son influence sur ses contemporains et les générations suivantes jusqu'à aujourd'hui.

Dans ce petit essai paru pour la première fois en 1984 (on se demande bien pourquoi ?...) et réédité dans une version mise à jour en 2006, Simon Leys nous raconte à sa manière la vie et l'oeuvre de l'écrivain. Il nous dévoile notamment comment, au fil de ses expériences, Eric Blair est-il progressivement devenu George Orwell, son double littéraire. S'il s'inspire beaucoup de la biographie de référence de Bernard Crick George Orwell, une vie, c'est uniquement pour la mettre en perspective en la complétant par des remarques personnelles et des témoignages inédits de proches, souvent tirés d'ouvrages non traduits en français.

L'un des passages les plus intéressants du livre a trait à l'enfance de l'écrivain. Simon Leys explique comment les années d'internat, mal vécues, du jeune Blair auront une influence déterminante sur sa personnalité et, par extension, sur son oeuvre littéraire. Le sentiment d'abandon très profond et de culpabilité qu'il ressentira au cours de ces six années forgeront chez lui une dureté de caractère en même temps qu'un sentiment d'échec pouvant aller jusqu'au désir d'autopunition. Il en ressortira avec "une révolte instinctive contre toute autorité établie" et une détestation de l'injustice sous toutes ses formes, "l'amenant ainsi à épouser, en toute circonstance, la cause des pauvres, des faibles et des opprimés". J'y ajouterai, à titre personnel, une aversion irréversible envers le catholicisme, utilisé comme outil d'endoctrinement et de mystification. Orwell éprouvait également un sentiment violent de répulsion à l'égard du catholicisme, mais certainement pour des raisons différentes, car je doute qu'il fut jamais pensionnaire d'une institution catholique....

Ceci dit, et selon l'avis de Simon Leys, "c'est sans doute dans l'internat de son enfance qu'Orwell trouva le premier embryon microscopique de ce qui allait devenir la peinture de la vie quotidienne sous Big Brother". Comme l'écrivain l'avoua lui même un jour à son ami Tosco Fyvel "Les souffrances d'un enfant inadapté dans un internat sont peut-être le seul équivalent qu'on puisse trouver en Angleterre de l'isolement qu'éprouve un individu dissident dans une société totalitaire". Pour ceux qui l'ont vécu, cela ne fait aucun doute...

Cet essai court (88 pages), mais remarquable, est complété par trois annexes : une première annexe regroupant des citations et extraits de textes d'Orwell sous la forme d'un abécédaire, une seconde annexe reprenant une lettre inédite d'Evelyn Waugh adressée à l'écrivain le 17/07/1949 à propos de 1984 et la dernière faisant état, pour la réfuter, de l'accusation portée contre Orwell, selon laquelle il aurait été un indicateur de la police, dénonçant des intellectuels communistes aux autorités anglaises... voir à ce sujet : Orwell devant ses calomniateurs. quelques observations.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 livre INDISPENSABLE, 2 août 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Poche)
Tous les livres de Simon LEYS sont à lire pour le style et le contenu : la sobriété, l'intelligence, le sens critique "différent" de la presse courante. Si vous ne voulez pas lire ORWELL tout est dit dans ces 103 petites pages : sur la personnalité, les expériences désespérantes de la vie d'ORWELL ses convictions, sa vision de NOTRE avenir. La présente édition 2006 est une réédition annotée de 1984 à distribue dans les écoles...on peut toujours rêver!!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du très bon Simon Leys, 14 avril 2012
Par 
Jorian 132 "lire, quel plaisir!" (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Broché)
La réédition de cet essai de Simon Leys sur l'oeuvre et la pensée d'Orwell, essai complété par des remarques récentes de l'auteur, est une excellente initiative. De très nombreux ouvrages ont été consacrés à l'incomparable Orwell, dont la finesse d'analyse de notre monde et la juste appréciation des dangers totalitaires n'ont pas, en 60 ans, pris un pli. A voir les comportements aujourd'hui de nos pacifistes bien-pensants qui veulent imposer à tous leur idéologie, ou encore ceux des islamistes qui rêvent d'appliquer leur primitive charia au monde entier, on se dit qu'Orwell avait vraiment bien compris ce qu'est un totalitarisme, et si de son temps c'était le communisme qui, après le nazisme, le préoccupaient, nul doute qu'aujourd'hui Orwell serait bien triste de voir cette police de la pensée que l'islamo - écolo - gauchisme veut nous imposer!

A côté d'ouvrages plus difficiles mais aussi excellents (Crick, Michéa,...) cet essai de Simon Leys résume l'essentiel dans un style direct, agréable. A lire pour mieux comprendre notre monde d'aujourd'hui!...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un essai brillant sur un des penseurs les plus clairs et nécessaires du XXe siècle, toujours pertinent aujourd'hui., 4 mars 2015
Par 
Un amateur éclectique - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Poche)
En 1984, Simon Leys (1935-2014), éminent sinologue entre autres, publie un bref essai sur George Orwell au titre surprenant : Orwell ou l’Horreur de la Politique. La thèse de Leys est limpide : Orwell, que l’on réduit trop souvent au célèbre (mais souvent mal lu) 1984, selon la formule de son meilleur biographe, Crick (dont il s’inspire énormément), « plaidait pour qu’on accorde la priorité au politique, c’était seulement afin de mieux protéger les valeurs non politiques ». Leys développe cette idée avec un rien d’humour :

« En un sens, quand il s’appliquait à planter des choux, à nourrir sa chèvre et à maladroitement bricoler de branlantes étagères, ce n’était pas seulement pour le plaisir, mais aussi pour le principe ; de même, quand, collaborant à un périodique de la gauche bien-pensante, il gaspillait de façon provocante un précieux espace qui aurait dû être tout entier consacré aux graves problèmes de la lutte des classes, en dissertant de pêche à la ligne ou des mœurs du crapaud ordinaire, il ne cédait pas à une recherche gratuite d’originalité – il voulait délibérément choquer ses lecteurs et leur rappeler que, dans l’ordre normal des priorités, il faudrait quand même que le frivole et l’éternel passent avant le politique. »

Un peu plus loin, Leys use d’une formule aussi lapidaire qu’à rendre obligatoire à l’heure où l’éducation à la « citoyenneté » passe avant toute considération civique, avant la « common decency » chère à Orwell : « Si la politique doit mobiliser notre attention, c’est à la façon d’un chien enragé qui vous sautera à la gorge si vous cessez un instant de le tenir à l’œil. »

On le comprend très vite, dès les premières pages de cet essai : Leys admire la pensée d’Orwell et plus encore la façon dont cette pensée se développe, malgré la « brutalité intellectuelle » revendiquée par Orwell lui-même. Après lecture de l’ensemble de l’œuvre d’Orwell, aussi bien ses romans (pour lesquels Leys confesse n’avoir pas grande admiration, mis à part Un peu d’Air Frais, se demandant même si on rééditerait encore Et Vive l’Aspidistra ! ou Une Fille de Pasteur s’ils n’étaient signés Orwell – la réponse serait plus que probablement négative…) que ses essais ou sa correspondance (où il puise une citation très éclairante, ajoutée en annexe de la présente édition : « La vraie distinction n’est pas entre conservateurs et révolutionnaires mais entre les partisans de l’autorité et les partisans de la liberté. », distinction toujours à effectuer aujourd’hui…), Leys a ni plus ni moins que remis l’église au milieu du village concernant le rapport d’Orwell, insistant sur l’aspect concret de ce rapport : « Les eunuques qui prêchent la chasteté ne sont guère convaincants. Inversement, ce qui conférait aux croisades d’Orwell leur singulière force de persuasion, c’est ce sentiment qu’il avait lui-même connu, vécu et compris de l’intérieur ce qu’il attaquait : très littéralement, et à la différence de la plupart des gauchistes orthodoxes, il savait de quoi il parlait. »

Pour arriver à cette conclusion, Leys rappelle tout simplement la biographie d’Orwell, insistant sur son passage par l’internat (matrice du totalitarisme, à l’en croire) puis la Birmanie, et montrant en quoi le passage par l’Espagne fut fondateur, fut une expérience centrale pour celui qui va au passage, avec Hommage à la Catalogne puis Le Quai de Wigan, inventer une méthode largement reprise depuis : « la transmutation du journalisme en art, la recréation du réel sous le déguisement d’un reportage objectif, minutieusement attaché aux faits », ce qui en dit long sur son talent littéraire effectif. Ces deux expériences, Espagne et Wigan, font attacher définitivement Orwell à la cause socialiste, mais son socialisme est plus ou moins irrécupérable aujourd’hui, tant par des socialistes gestionnaires de l’ultra-libéralisme que par la « nouvelle droite » américaine (qui ne se fit pas faute d’essayer, comme le rappelle Leys), tant il s’ancre dans une confrontation « dure » au réel.

Après avoir billamment confronté le lecteur à la pensée d’Orwell et à sa sage grandeur (et avoir incité au passage à aller plus loin : après la lecture de l’essai de Leys, on a envie de lire ceux d’Orwell, comme si Leys avait eu comme volonté première, et tout à fait honorable, d’ouvrir une porte à ses lecteurs), Leys conclut d’une façon parfaite par une formule toujours valable en 2015 : « aujourd’hui, je ne vois pas qu’il existe un seul écrivain dont l’œuvre pourrait nous être d’un usage pratique plus urgent et plus immédiat ». Pour appuyer cette opinion, citons Orwell lui-même, un bref extrait de ses essais proposé parmi d’autres en annexe de celui de Leys :

« L’argument selon lequel il ne faudrait pas dire certaines vérités, car cela « ferait le jeu de » telle ou telle force sinistre est malhonnête, en ce sens que les gens n’y ont recours que lorsque cela leur convient personnellement (…). Sous-jacent à cet argument, se trouve habituellement le désir de faire de la propagande pour quelque intérêt partisan, et de museler les critiques en les accusant d’être « objectivement » réactionnaires. C’est une manœuvre tentante, et je l’ai moi-même utilisée plus d’une fois, mais c’est malhonnête. Je crois qu’on serait moins tenté d’y avoir recours si on se rappelait que les avantages d’un mensonge sont toujours éphémères. Supprimer ou colorer la vérité semble si souvent un devoir positif ! Et cependant tout progrès authentique ne peut survenir que grâce à un accroissement de l’information, ce qui requiert une constante destruction des mythes. »

Pas mieux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Étude sur le cas Orwell, 1 septembre 2014
Par 
Daniel Roux - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Poche)
Petit opus, très facile et agréable à lire, qui présente les grandes étapes de la vie de l'écrivain anglais, ainsi que son évolution politique intellectuelle à travers ses ouvrages.
Sur le même sujet le livre de Brice Begout, la décence ordinaire, est également très pertinent, ainsi qu'également les deux livres de Jean-Claude Michea sur Orwell.

En somme à lire pour découvrir la pensée politique de ce grand écrivain.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Superbe, 16 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Broché)
Un ouvrage bref mais d'une force et d'une lucidité hors normes. A lire pour comprendre et mieux aimer George Orwell...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 découvrir Orwell, 23 janvier 2010
Par 
Barthès Olivier (montpellier) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Broché)
écrivain et homme très attachant malheureusement trop souvent méconnu.On se contente généralement de lire 1984 alors que ses essais et articles sont d'une remarquable actualité.De la décence ordinaire : Court essai sur une idée fondamentale de la pensée politique de George Orwell
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Partie inconnue d'Orwell, 2 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Poche)
En France, on ne connait Orwell que pour des oeuvres majeures comme 1984 ou La Ferme des Animaux. Ce livre permet de mieux saisir la compléxité de cet homme, écrivain par hasard, mais engagé dans la "decency", ce concept qui met dos-à-dos totalitarisme et libéralisme, quant à leur absence de mesure.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Excellente analyse d'un personnage riche et complexe!, 20 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orwell ou l'horreur de la politique (Poche)
Leys, connu au départ par ses "habits neufs du Président Mao" , brosse ici, par petites touches un portrait en demi-teinte d'un écrivain qui fut bien plus que l'auteur des remarquables "1984" et "La ferme des animaux"!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Orwell ou l'horreur de la politique
Orwell ou l'horreur de la politique de Simon Leys (Poche - 12 mars 2014)
EUR 6,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit