undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

C'est dans les sociétés primitives que l'on a des chances d'observer in situ les mécanismes impliqués dans la naissance du sentiment religieux que l'on pourrait définir en gros comme la mutation d'une pensée magique vers une pensée logique, ou encore comme l'apparition d'une notion de sacré différenciée du profane. Par société primitive il faut comprendre, une société simple mais surtout qui n'est influencée par aucune autre religion, ce qui coule de source. Pour Durkheim c'est dans l'animisme et le naturalisme que se forme la première construction de type religieux, mais c'est surtout au travers du totémisme que va se forger le véritable sens du phénomène religieux par l'établissement des codes généraux dont le principal objet est de créer une identité commune. Par certains côtés, le totem est l'ancêtre du gentilé qui identifie un groupe social dans une relation bien spécifique à son milieu ou son mode de vie. L'animal ou le végétal choisi n'est pas vénéré en lui-même mais bien comme médium d'un type d'énergie vitale propre à sa symbolique, le mana spécifique à la communauté.
Pour Durkheim le religieux est donc avant tout un phénomène social, et l'église une sorte d'école de pensée qui édicte ses règles, dogmes, interdits, obligations et tabous qui font la référence et au-delà forgent la coutume et apaisent la relation sociale qui autrement resterait continuellement inquiète. Suivre le troupeau est le prix à payer pour la paix de l'âme que l'on acquiert surtout en suivant les règles.

Mais il existe aussi une autre façon de voir la question, façon qui ne contredit rien mais au contraire rejoint par d'autres cheminements la pensée de l'auteur. En effet à y regarder de près on peut aussi imaginer que les peuples se sont forgés des croyances et des mythologies pour alimenter leur religion dès lors qu'ils n'avaient pas d'histoire sur laquelle se construire, ou dès qu'il leur était nécessaire de s'en créer une nouvelle. En définitive c'est le rôle de l'histoire que de créer les communautés, c'est le rôle des religions de se substituer à l'histoire si nécessaire. Mais quels que soient ces arrangement communs il n'en reste pas moins qu'il est de la liberté de chacun de suivre son propre cheminement mystique indépendamment de toute prescription généraliste des religions. Peut-on alors dans ce cas parler encore de religion ? C'est une autre histoire.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

32,00 €
15,30 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)