Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 merci M. Serna
Wagner remis à sa vraie place : antisémitisme - nazisme (filiation d’héritage de Cosima,
Winifried et son grand ami Oncle Wolf… lire à ce sujet le livre du dissident Gofffried,
“l‘Héritage Wagner”) - pilleur de la musique des autres (CF la symphonie n°5 de
Mendelssohn - les lettres de Liszt...
Publié il y a 24 mois par JMeric

versus
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 les incultes ont la parole
On se demande comment une maison d'édition comme PUF à la réputation sérieuse peut publier une tel livre. Enfin, si on peut appeler ceci un livre. Plutôt un torchon, torrent d'insultes traduisant l'inculture crasse et abyssale de son auteur. La encore si un tel" scribouiillard" peut être qualifié d'auteur.
Après Freud et...
Publié il y a 23 mois par wotan


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 les incultes ont la parole, 25 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Anti-Wagner sans peine (Broché)
On se demande comment une maison d'édition comme PUF à la réputation sérieuse peut publier une tel livre. Enfin, si on peut appeler ceci un livre. Plutôt un torchon, torrent d'insultes traduisant l'inculture crasse et abyssale de son auteur. La encore si un tel" scribouiillard" peut être qualifié d'auteur.
Après Freud et Sartre flingués par des écrivaillons de dernier ordre à l'intellect des plus limités, PUF en est réduit à publier des illettrés, sourds comme des pots et raclant les fonds de cuve des ragots!
Livre à utiliser pour allumer son feu de cheminée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 un livre parti - pris, 11 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Anti-Wagner sans peine (Broché)
Analyser les ombres de la légende wagnérienne : l'idée était neuve. Hélas ! Où est le livre-événement vanté sur la quatrième de couverture, cet « antidote [...] au raz de marée d'ouvrages, essais, dictionnaires, encyclopédies et autre pavés relatifs à Richard Wagner déjà publiés ou annoncés pour l'année 2013 » ? Où est cette « fausse note donnant un autre son de cor dans ce concert hagiographique » ? Le procureur Serna instruit, avec « un brin de parti pris et un grain de mauvaise foi » revendiqués certes, un procès à charge. Son dossier d'instruction se présente sous forme d'un abécédaire de 41 entrées classées, de A comme « antisémitisme » à W comme « Wolf » (allusion à l'Oncle du même nom...). Une large part, consacrée à l'idéologie, représentant près d'un quart des articles, nous dresse le portrait d'un artiste raciste, antisémite, pangermaniste, anti-français et inspirateur du nazisme ! Exemples à propos de l'antisémitisme : « L'aeuvre quasi entière en procède » (p. 11) - « Car Hitler n'aurait pas existé sans Wagner, sans ce lien historique » (p. 15) ou encore « [...] Siegfried, l'Aryen resplendissant et vengeur... » (p. 49). La mise en perspective historique raisonnée et subtile d'un tel sujet est curieusement absente de l'argumentation. Les entrées consacrées à l'esthétique du compositeur réduisent en formules à l'emporte-pièce voire agressives les particularités novatrices du drame wagnérien : « Le chant de Wagner n'est pas spécifiquement beau, ni ne vise à l'être » (p. 26) - « Les ouvrages de Wagner sont mal construits : affirmation qui n'est en rien hasardeuse mais une évidence » (p. 27) - « [...] les livrets embrouillés [...] » (p. 73). Quant au chant, il « privilégie le cri si peu musical et encore moins mélodieux » (p. 73). Et bizarrement, les thèmes qui auraient pu évoquer l'antiwagnérisme tant musical que littéraire sont absents : aucune entrée sur Nietzsche (pourtant allègrement - et fort mal - cité), Debussy, Saint-Saëns ou encore Claudel. Par ailleurs, ce livre - parti pris comporte beaucoup de redites, d'affirmations à l'emporte-pièce ou hasardées, d'inexactitudes (lire l'article Geyer), d'approximations et de clichés, de digressions hors de propos (Article « Dodo » ou « Expérience personnelle ») ainsi que de grossières erreurs (« Wagner, a dû se contenter pour les créations de L'or du Rhin, de La Walkyrie, de Tristan et des Maîtres chanteurs du petit théâtre de cour de Louis II de Bavière, où il est douteux que 150 musiciens tenaient dans la fosse » (p. 30). L'auteur prend pour argent comptant les arguments de l'ouvrage de Gottfried Wagner qui serait « désormais étrangement introuvable en librairie (interdit ? à la suite d'un procès) » (p. 24) [sic ! ! !] et témoigne d'une méconnaissance profonde de l'homme (« L'absence totale d'humour semble bien ce qui caractérise l'homme Wagner[...] » (p. 50). Autre défaut récurrent et exaspérant à la longue : l'argumentation, trop peu développée... volontaire certes pour éviter le « pesant travail déductif et démonstratif », mais qui aurait eu l'avantage de donner une tonalité plus juste, et l'invocation répétée à Hector Berlioz, comme pour conjurer les mânes de Wagner... Au final, bien que Serna n'emploie jamais la première personne du singulier (sauf à « Expérience personnelle »), c'est, bien sûr, sa propre conviction qu'expose cet opuscule. Ce dernier aurait dû s'intituler pourquoi je déteste Wagner - autant l'homme que l'artiste - et ses aeuvres avec « leur gangue collante et malodorante » (p. 86). Malheureusement, les compétences de l'auteur font défaut. La plume manque de malice, de pertinence et d'éloquence. On lui préférera la prose d'un Nietzsche ou d'un Debussy et bien évidemment, les articles du Dictionnaire-Encyclopédique Wagner de Timothée Picard, pour une analyse fiable des interprétations historiographiques parfois contradictoires de l'histoire wagnérienne. Verdict : l'accusé Wagner est acquitté... « Ce n'est pas la contribution décisive sur la question » comme l'écrit François Lehel dans Opéra magazine de mars 2013 ( N° 82 : p. 97)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Anti-Wagner, 28 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Anti-Wagner sans peine (Broché)
Wagner n'est certes pas mesuré, mais Serna est excessif... Ce n'est pas un livre que l'on a envie d'offrir ni de garder
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Beurk !, 23 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Anti-Wagner sans peine (Broché)
Beurk ! Dites du mal, crachez sur un personnage connu, ça se vendra ! Voilà ce qui constitue le fond de ce très mauvais bouquin que tout être un peu cultivé prendra soin d'éviter !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 le pro-Wagner sans peine, 11 mars 2013
Par 
Antoine Martin (Saint Brieuc, Bretagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Anti-Wagner sans peine (Broché)
Pamphlet facile meme si nous interrogeant quant à notre relation à Wagner .

Quelques informations mal connues et remarques assez justes:
- surtout les interrogations sur le père naturel de Richard Wagner qui n'est peut etre pas le fils de Friedrich mais celui de Ludwig Geyer, comédien célèbre en son temps naturellement plus " glamour " que Friedrich, anodin greffier. Le lien au père est une des problématiques traversant beaucoup d'opéras wagneriens : rapports Wotan/Brunnhilde; dialogue Gurnemanz/Parsifal à la fin du I ...
- l'"esprit bourgeois" de Wagner qui transparait à l'analyse de sa biographie: ascension sociale et amour de l'argent comme beaucoup. Et alors !!! La révolution industrielle de la fin du XIX ème siècle contemporaine des créations wagneriennes était le terreau propice à l'établisement de grandes fortunes. De là à dire que ceci empèche les gens modestes ( y compris les "jeunes " des banlieux !!!! ) d'assister à des opéras wagneriens !! On peut en douter: idem pour Mozart qu'il cite en contre-exemple !
- les emprunts et le magnifique thème du prélude de Parsifal est décalqué de l'andante de la Vème symphonie de Mendellsohn. Oui et c'est très beau à la fois chez Mendellsohn et chez Wagner

Sinon beaucoup d'affirmations péremptoires et caricaturales bien dans l'air du temps ou il est de bon ton de démolir les maitres ( se rappeler la phrase idiote de Woody Allen )
1 L'antisémitisme : " Hitler n'aurait pas existé sans Wagner " Quel raccourci facile. Plusieurs dizaines d'années séparent Wagner et Hitler. C'est donner beaucoup de pouvoir à l'art que de soutenir une telle filiation hative. Idem quant à l'accusation de "pangermanisme" et au nationalisme dont a fait preuve Richard Wagner. On pourrait faire la meme critique à Verdi. Ces 2 grands compositeurs sont contemporains de la réunification de leurs pays respectifs, ceci expliquant celà !!
Allons plus loin dans les opéras: certes Hagen, brute épaisse et certains moments du Ring peuvent évoquer les sombres années de l'histoire allemande. Mais ou y a-t-il trace d'une volonté de pouvoir et d'anéantissement dans Parsifal ou au contraire on peut voir un opéra sacré au message charitable et pacifiste contredisant totalement l'idéologie national-socialiste. Parsifal était d'ailleurs interdit en Allemagne entre 1939 et 1945 !
2 Un chapitre idiot et raté intitulé "dodo" : " somnolence ou sommeil s'emparant d'une partie du public " !!!!!! Je ne vois pas trop ou Pierre René Serna a fait ce genre de constatations. Et pourtant il affiche ( p 39 ) 15 Tristan, 9 Rings complets et 10 Parsifal à son tableau de chasse Pas mal pour un "anti-Wagnerien sans peine" !!
3 Les livrets qui abondent " dans la boursouflure, l'emphase, le pathos , la fatras ". Les histoires sont pourtant assez simples: l'amour de Tristan; la rédemption de Parsifal; une comédie de pouvoir, d'argent et de sexe dans le Ring.
4 La mélodie qui serait absente: quid des préludes des I et III de Tristan ou de Parsifal, de la plus grande partie du I de Walkyrie, de beaucoup d'endroits des Maitres Chanteurs, de la totalité du II de Tristan .........
"vocifération des heldentenors et sopranos tonitruantes investi(e)s pour ce répertoire": oui pour les mauvais chanteurs et il y en a eu pas mal mais peut-on taxer de "hurlements monotones et exaspérants " les grands chanteurs wagneriens d'hier ( Hotter, Windgassen, Vickers et tant d'autres ) ou d'aujourd'hui ( Kauffmann en premier lieu )?

Peit livre très excessif, brutal et péremptoire voulant faire la peau aux " wagnerolatres" mais finalement trop attendu quant à ses affirmations qui ne sont qu'un coup d'épée ( Nothung ? ) dans l'eau tiède du médiocre contemporain.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 merci M. Serna, 24 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Anti-Wagner sans peine (Broché)
Wagner remis à sa vraie place : antisémitisme - nazisme (filiation d’héritage de Cosima,
Winifried et son grand ami Oncle Wolf… lire à ce sujet le livre du dissident Gofffried,
“l‘Héritage Wagner”) - pilleur de la musique des autres (CF la symphonie n°5 de
Mendelssohn - les lettres de Liszt (censurées par la famille Wagner) se plaignant des
“emprunts” de Wagner dans sa musique - Hans Rosbaud faisant écouter à ses amis
du pur Beethoven… qui était du Wagner et du pur Wagner… qui était du Beethoven) -
ses absences de scrupules pour profiter de la générosité d’un Louis II de Bavière perdu
dans ses rêves…
Quant à la “modernité” de sa musique : n’oublions pas que la Symphonie Fantastique
a été composée en 1830, le Requiem en 1836... alors que le Vaisseau Fantôme date
de 1841...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Excellent!, 14 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Anti-Wagner sans peine (Broché)
Enfin un auteur qui ose dire tout haut ce que j'ai toujours pensé de Wagner dont la musique est, comme disait Debussy, l'expression complète d'une intelligence incomplète!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'Anti-Wagner sans peine
L'Anti-Wagner sans peine de Pierre-René Serna (Broché - 28 septembre 2012)
EUR 9,50
Habituellement expédié sous 1 à 3 semaines
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit