undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles33
4,4 sur 5 étoiles
Format: Relié|Modifier
Prix:10,95 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

LA POURSUITE DES TRAFIQUANTS DEMARREE DANS *LES CIGARES DU PHARAON* CONTINUE JUSQU EN CHINE OU TINTIN RENCONTRERA TCHANG...ET LE TERRIBLE RASTAPOPOULOS QU IL RECROISERA A DE NOMBREUSES REPRISES...NOUS SOMMES EN 1935-1936....
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2013
Rien à redire sur cette commande , livre reçu en très bon état
La note justifie mon contentement
à recommander à tous les fans d'HERGE
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
La passion de la BD me fait racheter les livres que j'avais offert à mon fils et qu'il à naturellement conserve. toujours aussi amusé de relire
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2015
il faut connaitre faire connaitre lire et relire les Tintins.Toujours d'actualité; être Tintinophile devrait être remboursé par la SQ Merci
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2008
Cette suite des Cigares du pharaon entraîne Tintin en Chine où on fait tout pour le renvoyer chez lui : menaces, tentatives de meurtre, prison... C'est aussi dans ce tome que Tintin rencontre Tchang et se lie d'amitié avec lui. Une belle rencontre qui donnera suite à Tintin au Tibet.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2014
En général les articles me plaisent, le seul inconvénient c'est les emballages.
En effet, à plusieurs reprises, j'ai du vous retourner des livres ou des albums abimés surtout sur les côtés et les coins,
je trouve que soit l'emballage n'est pas assez soigné, soit l'article se trouve déjà abimé avant son conditionnement ,???.
C'est vraiment désagréable quand cela ce produit régulièrement.......
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2013
Tintin et son fidèle Milou sont les hôtes du Maharadjah de Rawhajpoutalah, dans le palais duquel ils s'accordent une période de vacances bien méritées. Depuis quelques jours, le jeune reporter s'emploie à capter des messages sur un appareil de radiotélégraphie. Il finit par recevoir celui qu'il attendait mais il demeure crypté. Sur le moment, Tintin ne peut le déchiffrer et s'efforce d'y trouver un sens.

Après une brève entrevue avec le Maharadjah qui a désiré lui présenter le fakir Cipaçalouvishni et après que ce dernier, qui a le don de voyance, lui a annoncé qu'un homme qu'il croyait mort préparait sa vengeance, l'un des serviteurs s'avance auprès de Tintin pour lui dire qu'un étranger venu spécialement de Shanghaï l'attend dans la galerie du palais. Lors de la rencontre, l'individu en question l'informe qu'il a d'importantes choses à lui communiquer mais à l'instant où il s'apprête à le faire, une fléchette au radjaïdjah, le poison-qui-rend-fou, l'atteint au cou. Il n'a que le temps de prononcer quelques mots : « Mitsuhirato... On a besoin de vous... Je... Shanghaï... Retenez bien ce nom : Mitsuhirato... Mitsu... Mitsuhirato... », avant de sombrer dans la folie.

Tintin comprend dès lors qu'une mystérieuse affaire l'attend à Shanghaï et décide d'y partir immédiatement...

Hergé, du reste, nous propose à travers cette intrigue un ensemble de péripéties qui convoque les qualités de fin stratège de Tintin dans le contexte de l'occupation japonaise en Chine. Le jeune reporter évolue dans une ville, Shanghaï, alors sous le joug des autorités militaires japonaises et marquée par la présence de la concession internationale, née en 1863 de la fusion des concessions britannique et américaine. L'auteur en dresse le portrait d'un enquêteur parfaitement intégré à la population chinoise qui opère dans tous les milieux en tâchant chaque fois de démêler le vrai du faux. La trame s'organise autour du « Lotus bleu », une fumerie fréquentée par de nombreux touristes et qui s'avère être la plaque tournante d'un important trafic d'opium, d'envergure mondiale. Enfin, cet épisode constitue le cadre d'une nouvelle rencontre qui comptera dans la vie affective et le réseau d'amitiés de Tintin, celle de Tchang Tchong-Jen, mais aussi celui d'un nouvel affrontement contre le maléfique Roberto Rastapopoulos, déjà présent dans Les Cigares du pharaon : « Rastapopoulos, qui est tombé dans les rochers, près de Rawhajpoutalah, et que tu croyais mort !... »
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2015
Incontournable de la bande dessinée, Tintin est sans doute l'un des plus connus. il a d’ailleurs inspiré george lucas pour le personnage d'indinana jones. excellente BD pour personne de tout âge.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2009
Les albums anciens de Tintin sont toujours un régal pour les tintinophiles. Un papier épais , une présentation rétro et une reliure à l'ancienne qui changent des albums modernes.

Tout en étant une suite des cigares du Pharaon, ce récit marque une seconde évolution de la série en raison d'une documentation plus fouillée sur le pays que Tintin va visiter.

Au commencement du récit (voir les cigares du Pharaon), Hergé avait déjà envisagé une aventure en extrême orient : le parcours du navire évoque déjà dans les premières cases la ville du "Lotus Bleu".

Dans Le Lotus Bleu, la première case résume le récit précédent et un mystère demeure : l'identité de la personne tombée dans les rochers.

Le récit commence par l'arrivée d'un messager chinois envoyé par MR Wang. Le fakir des Cigares du Pharaon échappé de prison parvient (par ordre de Mitsuhirato) à lui lancer une fléchette au poison qui rend fou. Le messager a eu juste le temps de nommer Mitsuhirato . Tintin part malgré tout en Chine et part à sa rencontre. Mais il échappe in extrêmis à deux attentats grace à l'intervention du fils de Wang qui joue le rôle d'ange gardien.

Il rencontre par la même occasion un industriel américain antipathique Gibbons lorsqu'il prend la défense d'un tireur de pousse-pousse et fera par la suite connaissance du chef de la police Dawson qui deviendra complice de Mitsuhirato et livrera Tintin aux Japonais.

Mais Tintin bénéficiera d'une protection de Wang, chef d'une association nommée "Les fils du Dragon" dont le but est de lutter contre les trafiquants de drogue.

Hergé dénonce à la fois la main-mise des occidentaux et l'occupation japonaise en Chine et soutient la cause chinoise.

La rencontre de Tchang Tchong Jen aura contribué à ce récit avec la présence de caractères chinois dénonçant l'impérialisme, quelques publicités et autres messages philosophiques.

C'est aussi dans ce récit qu'on découvre le remède au poison qui rend fou. Seul le fils de Wang sera guéri et on ne sait pas ce qu'il en est pour les autres victimes.

La fin est assez émouvante dans la mesure où une amitié est née entre Tintin et Tchang à laquelle s'ajoute la sympathie des "Fils du Dragon".

Mitsuhirato fait partie des méchants les plus réussis des aventures de Tintin. Comme Rastapopoulos, c'est un forban qui a une couverture honorable et qui n'hésite pas à commettre un attentat pour déclencher l'occupation japonaise (référence à l'attentat de Moudken).

Hergé dresse ici un portrait de Tintin plus humain, que ce soit vis à vis du fils de Wang ou de Tchang. Un excellent album.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2006
L'idée d'envoyer Tintin en Chine remonte à la fin du récit de Tintin en Amérique, mais avec une image des Asiatiques bien différente que celle évoquée dans cette aventure. Les Asiatiques apparus comme tortionnaires dans Tintin au pays des Soviets et complices de gangsters dans l'édition noir et blanc de Tintin en Amérique mangeurs de chien auront une dimension toute autre.

On trouve un tintin plus humain (il commence à l'être déjà lorsqu'il délivre des bandits le fils du Maharadjah qui le supplie de prolonger son séjour chez le Maharadjah) et prêt à tout pour faire guérir le fils de Wang qui l'a hébergé et avec qui il lutte contre le trafic de drogue et la mainmise du Japon sur la Chine....avec l'aide de Tchang dans la dernière partie du récit. Notre héros sera aussi confronté par des occidentaux qui exploitent certaines portions de la Chine comme l'industriel Gibbons , grotesque personnage et raciste et le chef de Police Dawson qui n'hésitera pas à livrer Tintin aux autorités japonaises afin de rendre service à Gibbons, tout en devenant complice du terrifiant Mitsuhirato qui effectue du trafic de drogue pour financer l'armée japonaise et n'hésitera pas à faire sauter une voie ferrée pour faire venir les Japonais (référence à l'attentat de Moudken des années 30).

On notera une suite sensible avec le récit précédent, car hormis que ce récit commence là où s'est terminé le précédent, on retrouve le même poison qui rend fou et on découvre à la fin de l'album un puzzle manquant aux "Cigares du Pharaon" : l'identification du mystérieux chef qui avait soi-disant trouvé la mort en Inde en tombant dans les rochers : Rastapopoulos.

Il n'est pas impossible que le Fakir soit en contact avec le japonais Mitsuhirato, car c'est par ordre de ce dernier que le Fakir a lancé une fléchette au messager chinois envoyé par Wang.

Hergé aura réalisé avant Le Secret de la Licorne et le Trésor de Rackham le Rouge sa première diptique.

Cependant, il y a quelques défauts dans le récit :

1) les Japonais sont oubliés une fois que Tintin est à Shanghaï avec Tchang.

2) pourquoi avoir fait bénéficier du remède de Fan se Yeng seulement à Didi le fils de Wang ? Hergé aurait pû faire en sorte que le savant, l'écrivain Zlotwsk et le messager chinois bénéficient du même traîtement, ce qui aurait permis de clarifier certains points en suspens présents dans "Les Cigeres du Pharaon".

3) on se demande même comment Rastapopoulos ait pu échapper à la mort. Aurait -il tombé dans un cours d'eau ? N'aurait-il pas été retenu par une branche d'arbre comme Tintin dans Tintin en Amérique qui évite de justesse de tomber au fond du canyon ?

On notera que Rastapopoulos, avec sa ruse et sa stratégie aura constitué plusieurs réseaux de complices. On comprend la raison pour laquelle seul le réseau des "Cigares du Pharaon -Kih Osk" fut capturé sans que les autres complices soient touchés.
Mais cela reste un album marquant l'évolution de travail de Hergé.

On regrettera aussi que Hergé n'ait plus songé à faire partager une autre aventure avec le Maharadjah de Rawajpoutalah, préférant L'emir & Abdallah.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus