Commentaires en ligne 


27 évaluations
5 étoiles:
 (14)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (4)
2 étoiles:
 (6)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tintin Tome XXIV
Juste un peu d'histoire si vous le voulez bien... Au mois d'août 1978, plusieurs mois après la fin de « Tintin et les Picaros » Hergé réfléchissait déjà à une nouvelle aventure. Il voulait que le thème tourne autour de l'art moderne (une de ses passions). Mais en 1979 avec le cinquantième anniversaire de...
Publié il y a 14 mois par Pier

versus
20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Hergé plus que Tintin
Cet ouvrage ne peut intéresser le tintinophile raisonnable et modéré, ni par son histoire (inachevée) ni par son dessin (storyboard crayonné rudimentaire) - mais pour ce qu’il montre des impulsions au premier jet du créateur, dont les opinions et motivations profondes ressortent ici sans aucun masque : une critique acide de...
Publié le 12 janvier 2006 par selonmoi


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Hergé plus que Tintin, 12 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tintin et l'Alph-Art : Version Luxe (Relié)
Cet ouvrage ne peut intéresser le tintinophile raisonnable et modéré, ni par son histoire (inachevée) ni par son dessin (storyboard crayonné rudimentaire) - mais pour ce qu’il montre des impulsions au premier jet du créateur, dont les opinions et motivations profondes ressortent ici sans aucun masque : une critique acide de l’esbrouffe que peut constituer l’art moderne, et le snobisme qu’il peut générer dans une jet-set aussi arrogante que crédule. Des éclairs de caricature brillante et acerbe jalonnent ainsi une intrigue encore maigrelette, répétitive et pas vraiment crédible – et finalement assez quelconque.
C’est probablement par ce décalage avec l’homogénéité d’un album « fini » que cette ébauche est la plus intéressante, par tout ce qu’elle traduit du cheminement –et du talent- de l’artiste, qui finit par habiller et dissimuler son propos dans une intrigue se suffisant à elle-même.
Bref, un ouvrage plus recommandable pour ce qu’il apprend d’Hergé et de son travail, que pour ce qu’il montre de Tintin.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tintin Tome XXIV, 8 février 2013
Par 
Pier (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, tome 24 : Tintin et l'Alph-art (Relié)
Juste un peu d'histoire si vous le voulez bien... Au mois d'août 1978, plusieurs mois après la fin de « Tintin et les Picaros » Hergé réfléchissait déjà à une nouvelle aventure. Il voulait que le thème tourne autour de l'art moderne (une de ses passions). Mais en 1979 avec le cinquantième anniversaire de Tintin, Hergé n'eut pas le temps de travailler l'histoire. A la fin de cette année, il était très fatigué et on découvrit qu'il était atteint d'anémie. Pourtant, dès qu'il allait un peu mieux, il continuait à travailler sur ce nouveau récit.

Le 3 mars 1983, le créateur de Tintin nous quitte. L'histoire qu'il avait commencée n'était qu'à l'état d'esquisse et beaucoup de travail était nécessaire pour la finir et lui donner l'allure des autres aventures. Certains collaborateurs d'Hergé voulaient finir ce qui aurait pu constituer la vingt-quatrième aventure de la série. Mais Hergé a toujours refusé que d'autres personnes créent de nouvelles Aventures de Tintin. Cette volonté d'Hergé a même été un argument pour Moulinsart SA qui a conduit à la fermeture d'un site internet personnel en 2001, qui proposait en libre téléchargement une version de « Tintin et l'Alph-Art » terminée par un autre dessinateur pour ne pas le citer.

Quelques temps après la disparition d'Hergé, Fanny Rodwell (la veuve d'Hergé) décida de publier « Tintin et l'Alph-Art » Mais de façon à le rendre accessible à tout le monde, cet album se trouva séparé en deux parties : La première partie contient le découpage graphique fait par Hergé, la deuxième partie est une transcription des dialogues sous la même forme que les textes des pièces de théâtre. On découvre que le Capitaine Haddock s'intéresse à l'Art Contemporain et a même une vision assez philosophique du sujet (ne cherchez pas, c'est de l'art, ça ne sert à rien). L'histoire s'arrête en plein suspens. Cet album inachevé permet néanmoins de rentrer dans le travail d'Hergé : crayonnés, annotations diverses, découpage des scènes... Il est un peu le bouquet final de cette série et permet à chaque lecteur d'imaginer la fin de la dernière Aventure de Tintin.

Pour rendre hommage à son oeuvre, je cite l'une de ses réflexions à propos de son personnage mythique : Tintin ne lutte pas pour le bonheur de tous les hommes, mais chaque fois que les hasards de ses aventures l'ont mis en présence d'un homme victime de la misère, de l'injustice, de la violence, c'est pour cet homme-là que Tintin a pris parti. [Hergé]
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ENFIN!!!, 12 janvier 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, tome 24 : Tintin et l'Alph-art (Relié)
Enfin une edition abordable du dernier tome du genial reporter belge! Ceux qui attendent une resurrection a la Blake et Mortimer seront decus. Il ne s'agit que d'esquisses, mais c'est deja formidable. On retrouve avec emotion toute la bande et on reste fascinés par l'impression d'avoir le privilege d'assister a la genese d'une oeuvre. La genese seulement, certes...
Mais cette edition qui complete/remplace une edition plus luxueuse (et plus complete) et plus chere, a l'avantage d'etre au meme prix que les autres albums. Donc profitons-en pour l'acquerir et relire les meilleurs albums de ce monument de la BD francophone.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 L'intérêt pour le travail de Hergé, 31 mars 2014
Par 
RAS - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tintin et l'Alph-Art : Version Luxe (Relié)
Cet album n'est bien sûr pas achevé et n'est pas une aventure de Tintin qu'on peut lire comme les autres, c'est d'ailleurs la première chose qu'on vous dit à la première page. Le thème traité devait porter sur l'art moderne, sujet qui passionnait Hergé. Pour ceux qui s'intéressent à avoir une belle BD, aucun intérêt. Ça montre le travail de Hergé tout au début du premier brouillon. Ce sont les esquisses préparatoires pour un ouvrage que l'auteur n'a pas pu finir, car il est décédé. En plus le prix n'est pas donné, je parle de la version dite "de luxe". Indispensable pour ceux qui veulent avoir tout complet, intéressant pour ceux qui veulent connaitre un aspect du travail de Hergé, à savoir le premier jet. Pour les autres, on peut s'en passer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 L'album inachevé, 29 mai 2013
Par 
Durand Sébastien (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, tome 24 : Tintin et l'Alph-art (Relié)
Longtemps disponible uniquement en édition de luxe, ce dernier album (ou plutôt projet d'album) a enfin été intégré dans la collection "classique" et dans un format proche des autres. Il offre une petite fenêtre sur l'esprit d'Hergé, ses motivations du moment (l'art contemporain où il revendiquait sa place - à juste titre) et sa manière de travailler. Mais il s'agit là d'un scénario ébauché (et lui même ne savait pas encore quelle direction il prendrait au final) et de planches à peine esquissées, sauf les premières, magnifiques crayonnés qui prouvent qu'au-delà de son studio, le maître avait encore toute sa "patte". On ne saurait jamais ce qui serait finalement advenu de L'Alph-Art si ce n'est qu'on devine bien sûr que le gourou de la secte n'est autre que Rastapopoulos. Mais après ? Une seule certitude, si dans la dernière case Tintin est conduit à une mort "certaine" (il doit être transformé en compression de César), on est bien sûr "certains" qu'il s'en serait tiré. Mais comment ? Nous ne le saurons jamais.

Beau travail d'édition pour nous rendre ce manuscrit, ces "paperoles" comme dirait Proust, accessibles.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Comme une "10ème Symphonie" ..., 21 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, Tome 24 : Tintin et l'Alph-Art : Mini-album (Relié)
La publication, en 1986, sous une espèce "luxueuse", des esquisses de "Tintin et l'Alph Art" qu'a suivie celle de 2004, pour les 75 ans de Tintin, en format classique Casterman, a permis la diffusion la plus étendue possible - et pour couper l'herbe sous le pied aux éditions "pirates" -, de "l'atelier" de Hergé pour la dernière des aventures de Tintin.

S'agissant de l'intrigue, Hergé réintroduit un dramatisme plus inquiétant encore que, par exemple, "L'Oreille cassé" (dans celui-ci, le crime - le sculpteur Balthazar, Rodrigo Tortilla - et la Mort - Alonso et Ramon - étaient directement abordés ce, dans une atmosphère glauque). Dans "L'Alph Art", l'éditeur Fourcart est assassiné, Tintin lui-même est l'objet de deux tentatives avant que d'être promu à être coulé en statue abstraite de ... "César". Cette noirceur ne se rencontrait guère dans l'oeuvre d'Hergé, à l'exception de "L'Ile Noire", directement postérieure à "L'Oreille cassée" ou dans l'angoisse secrétée par l'enlèvement et l'emprisonnement de Tintin dans les caves du châteua de Moulinsart dans "Le Secret de la Licorne" - Milou, parti à la recherche de son maître, la concentre -. Ce dramatisme "noir" s'augmente dans "L'Alph Art" d'une dénonciation "douce-amère" (bien plus amère que douce) du monde "moderne" tel qu'il commençait à se présenter à Hergé à l'orée des années '80 (FIN des "Trente Glorieuses"), devenu désormais une réalité pour nous : le monde de la fausseté, le monde des "valeurs" pourries, le monde des "paradis artificiels" et des sectes où des milliers et des milliers de "paumés" ou de "snobs" sont embrigadés !!!

Un regret, cependant : la sempiternelle réapparition (apparemment, en tout cas) de Rastapopoulos (l'explication, après sa disparition "extra terrestre" dans "Vol 714 pour Sydney" constituait assurément une gageure pour l'auteur), lors qu'il aurait été "facile" de faire assumer le rôle d'Enddadine Akass par ... Maxime Loiseau, l'antiquaire du "Le Secret de la Licorne" , à ce titre, plus ou moins impliqué dans le monde de "l'Art", et qui, depuis, n'était hélas jamais réapparu (à part une très brève allusion dans "Le Trésor de Rackham le Rouge", motivant - si l'on peut dire - la présence des Dupondt à bord du Sirius) ...

S'agissant du graphisme, que dire, sinon qu'à part le crayonné des trois premières pages, nous n'avons vraiment QUE des esquisses à l'état brut ... intéressantes pour les "spécialistes", frustrantes pour "l'amateur" ... d'autant plus que l'intrigue est inachevée au sens ABSOLU du mot, Hergé étant mort dans le temps où il avouait lui-même ne pas savoir où elle allait le conduire ...

Cela est regrettable, s'agissant de l'édition de 2004 ... La veuve d'Hergé aurait pu (et, à mon sens, aurait dû) AU MOINS confier à un dessinateur maîtrisant le style d'Hergé la tâche de donner à ces esquisses une forme en bandes dessinées ACHEVEES ... au moins jusqu'à cette "fatale" page où Tintin, jeté en cellule, est conduit à une mort (apparente) ... C'eût été une démarche analogique à celle de ces musicologues et compositeurs ayant, depuis quelques dizaines d'années, présenté l'atelier des oeuvres inachevées de créateurs aussi éminents, aussi imposants, aussi géniaux que Beethoven, Schubert, Bruckner) ... L'exemple le plus typique (et le plus réussi) est constitué par la 10ème Symphonie de Gustav MAHLER, à la diffusion de laquelle, le musicologue Deryck Cook, a consacré sa vie ... Elle fait désormais AUTORITE !!!

De toutes manières, en 2053, 70 années après la mort d'Hergé, "Tintin et l'Alph Art" entrera dans le domaine public ... A ce moment, la société "Moulinsart", quelle que puisse être sa VOLONTE, ne pourra PLUS RIEN empêcher !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Alph-art homéopathie ou Alph-arnaque ?, 13 septembre 2013
Par 
Hervé J. (Savoie,France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, tome 24 : Tintin et l'Alph-art (Relié)
Si c'était pour guérir le manque chronique des tintinophiles sous-alimentés, la publication de l'Alph-art relève au mieux de l'homéopathie, au pire de l'arnaque.

En imaginant qu'il ait vécu plus longtemps et même diminué physiquement au point de devoir abandonner son héros, je ne pense pas qu'Hergé aurait autorisé la publication de ce "brouillon" de son vivant.

Bien qu'ayant un nombre conséquent d'ouvrages sur Hergé et Tintin (biographies, essais, analyses spécialisées, voire ouvrages ésotériques farfelus), j'ai toujours traîné les pieds pour acheter cette vingt-quatrième aventure de Tintin. J'avais juste feuilleté à sa sortie le volume luxueux et très onéreux qui avait été soutiré des tiroirs d'Hergé et ce que j'avais vu ne m'avait pas incité à casser ma tirelire (bien vide à l'époque).

Quitte à publier l'Alph-art, je pense qu'on aurait dû laisser Bob de Moor et les Studios Hergé terminer l'album. Le résultat aurait été autrement présentable que cette collection d'esquisses, voire de gribouillis, indigne du soucis de perfection auquel Hergé s'est toujours attaché.

Au vu du scénario et des dialogues du projet, il y a peu à parier que l'Alph-art ait dépassé le déjà très moyen Tintin et les Picaros. Même passionné d'art moderne, on sent Hergé peu inspiré sur cette histoire et l'apport de sujets sensibles (à l'époque) comme la drogue pour moderniser Tintin n'aurait fait qu'affaiblir la série.

Avoir pû remplir les soixante deux pages traditionnelles avec ces quelques brouillons relève du tour de force et démontre ben l'avidité des éditeurs incapables de résister aux sirènes du tiroir-caisse!

J'admets totalement que certains aient pû trouver du plaisir à la lecture de cet ouvrage, pour ma part cet embryon d'album ne m'a rien appris sur l'art d'Hergé. Finalement il ne sert qu'à en boucher un coin vacant (la 24ème case en bas à droite) sur le dos des albums de Tintin.

Le plus grave finalement est que, pour les acheteurs de l'album par correspondance, rien n'indique que Tintin et L'Alph-art soit inachevé et graphiquement à l'état d'ébauche.

Comme le dit intelligemment Jean-Marie Apostolidès dans son excellent ouvrage Lettre à Hergé: Tintin appartient à ses lecteurs qui seuls l'ont rendu célèbre et non aux "ayant-droits", incapables de gérer intelligemment l'héritage d'Hergé.

Tintin et les Picaros était déjà l'album de trop, L'alph-art celui du trop-plein.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Tintin, 2 avril 2014
Par 
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, tome 24 : Tintin et l'Alph-art (Relié)
bon, l'intrigue aurait pu être intéressante...

le seul intérêt, c'est de voir le travail préparatoire d'Hergé

ce n'est pas une bd, juste un document sur ce qu'aurait pu être une bd...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tintin et l'Histoire Mystérieuse, 1 décembre 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Tintin, tome 24 : Tintin et l'Alph-art (Relié)
L'objet passionnera les fans de Tintin mais aussi toutes les personnes intéressées par le cheminement de la création d'un auteur. En ce qui concerne l'histoire en revanche, elle manque singulièrement d'envergure et c'est bien normal car il s'agit d'un premier jet. Il faut se rappeler ce qui se passait dans les 2 précédents albums : un détournement d'avion, une île engloutie par l'éruption d'un volcan et l'apparition d'extra-terrestres pour l'un, un conflit géopolitique, une course poursuite dans la jungle et un coup d'état en Amérique du Sud pour l'autre. Ici il s'agit d'un groupe de faussaires réunit dans une maison en Italie qui manque de renverser Tintin avec une voiture et qui souhaite ensuite le couler dans du polyuréthane. Bof bof... De plus la structure de l'histoire est différente des autres albums. Dans L'Alph-Art, Tintin quitte Moulinsart à la 40e page. Il est habituellement beaucoup plus prompt à partir dans des contrées lointaines ou alors, il reste en Belgique pendant tout l'album (Les Bijoux de la C, Les 7 boules de C, Le Secret de la L). On se dit qu'Hergé, s'il avait plus de temps, aurait certainement beaucoup plus étoffé l'histoire. Le chef des faussaires est également le gourou d'une secte mais cet aspect du méchant n'est pas exploité. Peut-être qu'Hergé, dans la suite de l'histoire, allait faire peser sur le monde, un danger venant de cette secte. Tout cela n'est que spéculation bien sur. Bref cet ouvrage est le trou de la serrure de la porte derrière laquelle se cacherait l'album terminé. On entrevoit des choses et on imagine le reste.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un cadeau de rêve, un héritage formidable., 19 novembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tintin et l'Alph-Art : Version Luxe (Relié)
Cet album est destiné a tous les tintinophiles qui n'ont jamais assez de documents a se mettre sous la dent en ce qui concerne leur personnage préféré, ainsi que de ce grand créateur malheureusement disparu. Et cet album est un veritable heritage que nous avons la possibilité d'acquerir! Une BD d'Herge nait sous nos yeux eblouis et c'est pour ca aussi que cet ouvrage s'adresse aussi a tous les passionnés de bande dessinees!! Cela reste en tout cas une veritable aventure de tintin qui a sa place aux cotés des autres albums avec un avantage certain: c'est nous, lecteurs, qui avons l'honneur et le privilege d'inventer notre propre fin de l'aventure! Du jamais vu!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xab189468)

Ce produit

Tintin et l'Alph-Art : Version Luxe
Tintin et l'Alph-Art : Version Luxe de Hergé (Relié - 4 mai 1993)
EUR 21,33
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit