undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

23
4,6 sur 5 étoiles
Polina (Grand prix de la critique BD 2012 et dBD Awards 2012 du meilleur dessin)
Format: ReliéModifier
Prix:18,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

8 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 mai 2013
J'ai rarement été aussi impressionné par un dessinateur (Inoue dans Vagabond, Alberto Breccia ou encore Tsutomu Takahashi dans Sidooh me procurèrent une expérience similaire), et pourtant je ne suis pas sûr que le dessin de Bastien Vivès m'aurait ému à ce point à un stade antérieur de mon évolution artistique. Sa virtuosité n'est pas évidente aux yeux d'un non-initié, et pourtant, l'auteur de Polina possède un génie qui a le pouvoir de m'effrayer. Cette impression se retrouve amplifiée par son talent de conteur: sa présente oeuvre est magistrale.

L'histoire est celle de Polina, une jeune fille rêvant de devenir ballerine, dont on suit le cheminement laborieux à travers les aléas et les embûches obligés du monde de la danse. Une évolution progressive nourrie de sueur et d'ambition, une vie entière sacrifiée à l'art. A travers le parcours de cette petite fille devenant artiste se reflète l'exigence que requiert la quête de soi dans la recherche de la perfection artistique, et c'est tout le tumulte et le calme quotidiens qui sont représentés avec brio.

Le dessin virtuose de Vivès, d'une simplicité monstrueusement élégante, magnifie cette aventure artistique. Le trait souple et parfaitement maîtrisé, caressant les contours d'un corps élancé, est d'une sensibilité à couper le souffle. Délectation graphique devant ce délice de douceur et d'harmonie. La simplicité formelle (cases rectangulaires sans obliques) couplée à une mise à plat bichrome (relative neutralité entre premier et arrière-plan) confèrent une fluidité cadencée à l'ensemble.

De ce conte contemporain (et ancien en ce qu'il relate la relation maître-élève et la transmission du savoir) émane une douceur mélancolique teintée de solitude, sentiment de l'exigence. Un sentiment exacerbé par l'aura quelque peu désenchantée de l'héroïne. Tristesse vague et indéfinie, insondable. L'implication croissante envers la danse dont elle fait preuve s'accompagne, dès la scène d'ouverture, d'un détachement émotionnel douloureusement agréable. Silence du corps et des mouvements, des visages.
Bastien Vivès a su rendre à merveille la complexité qui se cache derrière l'apparente simplicité du geste artistique.

«Plus de légèreté, ça doit paraître facile. (...) Si vous ne leur montrez pas la grâce et la légèreté, ils ne verront que l'effort et la difficulté.»

Tels sont les mots prononcés par le prof de danse à une jeune Polina grimaçante.
Tout l'art du dessin, serait-on tenté de dire. Du moins celui que nous montre l'auteur. A la manière d'un Takehiko Inoue qui, dans sa série Vagabond, met en parallèle avec une virtuosité inégalée le cheminement vers la perfection d'un jeune samouraï avec sa propre quête de la perfection dans le maniement du pinceau, Bastien Vivès suggère son ambition.

Un dessinateur étoile.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
21 sur 23 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Enfin la confirmation pour Bastien Vivès, jeune auteur prometteur de ces dernières années (le goût du chlore, dans mes yeux...). Sans conteste son album le plus abouti, les quelques défauts reprochés lors des précédents ayant été gommés.

L'histoire et le scénario sont très réussis et agréables à suivre (pour l'anecdote ils s'inspirent librement de la vie de la jeune étoile actuelle Polina Semionova).
Pour faire simple, il s'agit de l'évolution d'une danseuse, de ses débuts et de sa rencontre avec son mentor (personnage hautement charismatique) jusqu'à ses premières scènes et réussites bien des années plus tard.
Je parlais de défauts gommés par rapport aux précédents albums : enfin une histoire complète (plus de 200 pages), non superficiellement traitée et avec une fin qui tient debout.

Les dessins sont eux aussi parfaitement maîtrisés, d'un noir & blanc rythmé et idéal pour illustrer les danseuses. Certaines scènes sont magnifiques (notamment l'une des dernières avec le retour à l'école et "les lunettes" !).

Pour dire un mot sur le fond, l'auteur ne parle pas seulement de la danse mais aussi de l'art dans son ensemble, des façons de l'apprendre ou de le ressentir, et des rapports entre un maître et son élève.

5 étoiles pour l'album mais il n'est pas exempt de défauts pour autant : quelques longueurs, des visages moins précis et des transitions entre les premières années difficiles à suivre.

Pour conclure, un très bel album sur l'art et sur l'apprentissage de la vie en général. A (s')offrir aux amateurs de BD, de danse et même aux autres, tant l'ensemble est maîtrisé et facile d'accès.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce long roman graphique de Bastien Vivès suit l'évolution d'une jeune danseuse depuis le moment où, âgée de six ans, elle intègre une prestigieuse école de ballet. Elle y rencontre son mentor, le professeur Bojinski, réputé pour son classicisme et pour une sévérité qui a déjà poussé bien de ses élèves à s'en aller en claquant la porte. Plus tard, nous la voyons changer d'école, puis prendre un tournant décisif en rejoignant avec son petit ami une troupe avant-gardiste...

Au premier abord, j'ai eu du mal à accrocher sur les dessins en noir et blanc minimalistes et le trait comme tremblé de l'auteur. Petit à petit, l'impression d'inachèvement s'est effacée, et je me suis mise à trouver qu'au contraire, le dépouillement du graphisme servait la sensibilité de l'histoire. A travers le parcours de son héroïne Polina, Bastien Vivès parle des rapports très forts qui peuvent exister entre un professeur et son élève, mais aussi de l'opposition entre tradition et modernité dans l'art. Ses personnages ne sont guère bavards, et l'auteur suggère leurs sentiments plus qu'il ne les expose. Pendant les trois premiers quarts du récit, je me suis demandé qui était vraiment Polina et pourquoi elle dansait, et j'avoue que cela m'a un peu gênée. Mais j'ai aimé la façon dont elle finit par se révéler quand elle part en Allemagne, et que de juste butée elle devient volontaire et passionnée. La conclusion, à la fois nostalgique et résolument tournée vers l'avenir, est l'une des plus jolies que j'aie vue en bande dessinée. Seul petit regret: les bonds dans le temps, quand il s'écoule plusieurs années entre une page et la suivante, auraient gagné à être marqués de façon plus explicite. Mais globalement, "Polina" reste une belle découverte, et un album qui mérite bien les prix qu'il a récoltés.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Vivès a imaginé et dessiné l'histoire d'une jeune danseuse russe, depuis son entrée au cours de danse jusqu'à la reconnaissance professionnelle. Donc, durant 200 pages en N & B, on voit Polina qui danse et qui réagit aux choses qui l'entourent. L'apprentissage, l'enthousiasme, la souffrance et le doute, la domination et la soumission, l'amour de l'art, l'amitié... Je ne me suis pas ennuyé une seconde, tant Vivès parvient à transmettre les émotions que vit son personnage.
En un trait rapide, minimaliste qui semble brouillon mais qui est en réalité archi-bien maîtrisé, il nous montre les attitudes, les mouvements, les sentiments. Polina est intériorisée, mais on vit avec elle. Il y a dans tout ça beaucoup d'observation et de finesse. Vivès prend les lecteurs pour des gens intelligents : l'intrigue est fluide malgré les ellipses, les séquences s'enchaînent logiquement pour peu qu'on comprenne les motivations des personnages.
Il me semble que cette BD peut passionner même celles et ceux qui sont étrangers à la danse (mais je ne suis pas objectif).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 juin 2011
Bastien Viviès était déjà d 'évidence un auteur remarquable par sa qualité de dessin et sa capacité à décrire les mouvements de l' âme à travers la souplesse qu 'il arrive à mettre dans les corps et les expressions des visages , que ce soit dans ses récits à la piscine ( le goût du chlore ) , voire même dans ses premières histoires de bluettes adolescentes , mais ici il arrive à la quintesscence de son art .
Plus de couleur , juste un accord de gris , blanc et noir et surtout une économie de tracé forgée sur le fil d 'un coup de pinceau large qui contraste avec une ligne fine qui arrivent à faire passer l ' espace entre les figures avec une rare efficacité .
C ' est aussi qu 'il a trouvé ( enfin ) un récit qui donne une certaine gravité , ou plus exactement un centre de gravité , un équilibre entre le dessin et l' histoire qui manquait jusqu ' à présent .Le premier paraissant toujours bien supérieur au second auparavant ( et encore en ce moment , on se demande pourquoi ce talentueux dessinateur se perd dans des albums mythologiques peu convaincants ).
Le récit est ici pleinement en harmonie avec le style de dessin car il y est justement question de danse et d ' apprentissage et quoi de plus indiqué que ce vocabulaire de croquis légers pour le dire .Enfin , derrière cette histoire de chorégraphie , on peut aussi lire toute histoire du rapport maitre/élève en général et de l' évolution de celle-ci dans le temps .Il y est aussi souvent question des choix artistiques et de la notion de modernité et d 'opportunité .
A tous égards , un récit et une écriture qui ne devraient pas laisser indifférent .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 janvier 2015
... et l'histoire est super. J'ai lu plusieurs BD de Vivès et j'aime beaucoup son style épuré et très sensible. Mais là je n'ai pas pu m'empêcher de me demander s'il ne prenait pas un peu la grosse tête au point de bâcler le travail. La présence de nombreuses bulles écrites apparemment à la va vite et de fautes d'orthographe monstrueuses me laissent à penser qu'on se moque un peu du lecteur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 novembre 2012
Un vrai beau livre, une belle pièce, un bête de bouquin...

La force du dessin nous transporte, et l'histoire comme souvent très portée sur les relations hommes/femmes, et qui m'ont parfois laissé sur ma faim (comme dans Elle(s)) trouve tout son sens dans ces 200 pages.

Un vrai chef d'oeuvre, fait par la partie "sage" de Vivès.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 décembre 2011
Une bonne bd, tout en noir/blanc/gris, qui raconte les doutes d'une jeune danseuse dans sa recherche artistique et personnelle. Des questions qu'on se pose dans bien d'autres domaines, à bien d'autres moments de la vie. J'ai retiré une étoile à cause des grosses fautes d'orthographe que j'ai trouvées et qui m'ont fait mal aux yeux, gâchant un peu ma lecture.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 10 juillet 2013
Le dessin est bon et le scénario aussi. Nous l'aimons et ceux à qui nous l'avons offert aussi.
C'est une bonne description du fait que devenir danseuse est un effort fantastique et que le succès n'est qu'à ce prix. La leçon vaut aussi pour pas mal de choses analogues.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 mai 2011
J'ai acquis cet ouvrage sans connaitre l'auteur ni rien... excellente découverte, l'histoire est très agréable,
douce mais forte et intéressante, on peut avoir un peu de mal à suivre au début d'un point de vue temporel mais il ne faut pas
trop en tenir compte en fin de compte, malgré la "simplicité" des dessins, ils sont très expressifs et correspondent
tout à fait au style de l'histoire, très belle concordance des deux, bravo à l'auteur, pour notre plus grand plaisir ! :) :)
je pense en acquérir d'autre incessamment sous peu !
à lire, poignant et nous plonge dans le monde de la danse et de la vie de cette femme
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Mauvais Genre
Mauvais Genre de Chloé Cruchaudet (Broché - 18 septembre 2013)
EUR 18,95

Le goût du chlore
Le goût du chlore de Bastien Vivès (Album - 26 mai 2008)
EUR 16,00

Le bleu est une couleur chaude (nouvelle édition)
Le bleu est une couleur chaude (nouvelle édition) de Julie Maroh (Broché - 2 octobre 2013)
EUR 17,50