undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles9
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: AlbumModifier
Prix:11,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

La petite baisse de forme constatée sur les derniers volumes de cette collection a décidément pris fin avec ce vingtième opus. Visite guidée, déjantée, toujours, chez les "boeuf-carotte" avec l'inspecteur Canardo, réincarnation animalière du célèbre Inspecteur Colombo. Le fond de l'histoire est toujours sombre. L'espoir ne luit qu'épisodiquement au fond d'une bouteille de bière, ou bien, dans la relation charnelle avec des créatures sorties d'un bestiaire désenchanté. Il ne clôture jamais la fin des enquêtes de Canardo dont le résultat est toujours déroutant, s'opposant au moralisme simple nord-américain : ni noir, ni blanc, la couleur est grise, celle de la vie, d'une vie sans renaissance; certes, mais avec humour.

Un humour gris ? Dans tous les sens du terme "gris" - la couleur, l'ébriété, le tabac- ; je le pense.

Sokal est un maître de la BD.
33 commentaires4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le Canardo nouveau est arrivé et colle bien à l'actualité du moment où ceux qui sont censés nous protéger ont tendance à passer du côté obscur de la force...

Le commissaire Garenni, alcoolique et dépressif et ami du célèbre canard à l'imper, est au centre d'une bavure policière suite à un braquage de banque qui a mal tourné (le braquage, pas la banque!). Pour le sauver, Canardo jamais à l'abri d'un impair va s'immiscer dans le milieu interlope du grand banditisme, mais aussi celui des boeuf-carottes, tous deux très différents...

Une enquête très alcoolisée (mafia russe oblige!) dans un monde fumeux on l'on se rend compte que la racaille n'est pas forcément là où on l'attend. Toujours beaucoup de violence et d'hémoglobine tarantinesques, un peu de sexe avec la belle Manta (inspecteur à l'Igs de la police de la raie-publique), le personnage félin du mafioso ressemble à celui de la Marque De Raspoutine.

Un Canardo classique et efficace,moins original et abouti que le précédent mais bien dans l'air du temps. Les dessins de Pascal Regnauld sont toujours aussi savoureux et les couleurs évoluent dans une symphonie de gris et jaunes.

Le passage de kärcher final est assez inattendu mais logique dans ce cantique de la racaille.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je l'aime bien se canard bancal, un peu désabusé, un peu alcoolo, le voilà qu'il traîne son imper dans les services de l'inspection des services.
Pas très clairs ses services d'ailleurs.
Intervenant sur un braquage de banque, le commissaire Garenni bute un des ses inspecteurs en lui logeant une balle dans la tête, pas beau, pas clair.
Garenni se retrouve mis à pied et l'enquête de Canardo, commissionné par la femme de Garenni, peut commencer.
Comment un commissaire de police, même très alcoolisé, peut-il tirer sur un de ses hommes ?
De tripots miteux, en services douteux Canardo va démêler l'écheveau de ce sac de nœuds où se mêlent mafia et police.
Attention à ta peau Canardo, tu mets les pieds dans le Milieu, ça flingue, évidemment ça tue mais s'est pour sauver la morale qui semble absente dans ce monde glauque des " affaires ".
Un excellent tome qui donne au canard inspecteur toutes ses lettres de noblesse et font de lui un indispensable de toute bédéthèque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
J'ai choisi cette note, parce que j'aime, tout bêtement.
Originalité certaine humains-animaux.
A recommander à des amateurs de polards noirs.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2013
Quand on commence une série qui nous botte on continue jusqu'au bout! c'est bien le principe de la BD, non...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2013
Canardo est un fameux flic, dans la lignée des plus grands du polar; bref, un vrai Maigret de canard !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 décembre 2011
Voilà une enquête !!! Sokal se reprend bien après son fade 19ème album. Ici on retrouve tous les ingrédients d'une intrigue qui même si on peut se douter du dénouement,nous tient en haleine jusqu'au bout avec une fin aussi étonnante qu'improbable. Si vous êtes fan de Canardo, n'hésitez pas !!!
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2011
J'ai suivi Canardo depuis ses "premières enquêtes", un exercice de style assez virtuose et qui résumait déjà complètement le personnage. La première dizaine de tomes était souvent excellente et très variée. Depuis, le niveau a baissé ou bien on finit par être blasé ? Ou les deux, probablement.
Ca reste toujours sympa à lire. Enfin, pour en venir à ce tome 20, il est très bien, un des meilleurs dans les récents volumes. Bien ripoux comme on aime avec Canardo, d'excellents dialogues (là, je ne suis toujours pas blasé!) et une fin surprenante.
Il y a un certain nombre d'invraisemblances dans l'histoire (la fusillade dans l'entrepôt! ou le dénouement qui surprend agréablement mais en seconde réflexion est un peu pilo-tracté) mais rien de pire que les tellement encensés "dix petits nègres" d'A.C...
Bref, un bon cru à lire plusieurs fois.
0Commentaire2 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 17 novembre 2011
J'ai personnellement adoré ce tome de Canardo, dans celui ci l'inspecteur Garenni se fait accusé d'un meurtre aussi ridicule qu'improbable d'un collègue policier alors que pour changé il était ivre.

Ce tome est souvent risible par des répliques de Garenni ou Canardo dévastatrices.
La fin déçoit un peu je doit l'avouer, mais ce tome renoue enfin avec du vrai Canardo car les derniers tomes étaient devenues trop linéaire a lire.
0Commentaire4 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus