Commentaires en ligne 


21 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (9)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Alix, devenu avec le temps un personnage plus adulte, redevient un adolescent fragile capable d'exploits extraordinaires...
L'infatigable voyageur créé par "Jacques Martin" (1921-2010) avait bien évolué depuis sa création en 1948 dans "Alix l'Intrépide". Depuis que son créateur (aux scénarios et aux dessins reposant sur une documentation très précise, faisant de chaque épisode une véritable reconstitution...
Publié il y a 3 mois par Jord

versus
3.0 étoiles sur 5 Bon à très bon dessin, intrigue satisfaisante, quelques bizarreries
Le dessin de Jailloux est très bon, en général. Il semble toujours autant éviter les villes que dans l’album précédent (La Dernière Conquête). Il faudrait peut-être qu’il s’adjoigne un dessinateur pour les décors, les temples, etc.

Parfois, les dessins semblent fades, pas assez ligne...
Publié il y a 2 mois par Luc Bautmans


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Alix, devenu avec le temps un personnage plus adulte, redevient un adolescent fragile capable d'exploits extraordinaires..., 14 mai 2014
Par 
Jord - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
L'infatigable voyageur créé par "Jacques Martin" (1921-2010) avait bien évolué depuis sa création en 1948 dans "Alix l'Intrépide". Depuis que son créateur (aux scénarios et aux dessins reposant sur une documentation très précise, faisant de chaque épisode une véritable reconstitution historique) s'était entouré de collaborateurs à partir de 1996, Alix était devenu un grand gaillard plus mature qui semblait moins aimer les longs voyages. Si l'on excepte le 25ème album "C'était à Khorsabad" (le dernier album où Jacques Martin participa au scénario) au Moyen-Orient où il visite "Khorsabad", l'une des capitales de l'ancien "Empire assyrien", abandonnée pourtant à l'époque depuis plus de 500 ans, et un long périple jusqu'en "Bactriane" sur les traces d'Alexandre Le Grand dans le précédent album: "La dernière conquête", il se sédentarise dans l'Empire Romain (ce qui est déjà pas mal vu sa taille) et préfère des aller-retour en Egypte (peut-être en souvenir de son va-et-viens avec "Cléopâtre VII Théa Philopator" dans "Ô Alexandrie"). Il se retrouve aussi mêlé involontairement à des complots politiques où il s'oppose de plus en plus aux intérêts de son protecteur "Caius Iulius Caesar IV" (et c'est tant mieux car je n'ai jamais très apprécié ce destructeur arriviste et orgueilleux de la civilisation celtique) et il retourne quand-même de nouveau dans ses contrées d'origine (La Gaule est moins représentée comme une contrée habitée par des barbares incultes et sauvages et l'idée un peu trop faussement repandue que "Rome apporte la civilisation" s'estompe peu à peu). Dans "La Cité engloutie" il fait du tourisme en "Aremorica" (le pays qui fait face à la mer) avec son fidèle ami "Enak" (et certainement plus entre deux albums) où les auteurs (Ferry au dessin et Patrick Weber au scénario) inventent de toute pièce une ville "Tarania" (Tarann: Tonnerre) à la "Pointe du Raz" (Finistère sud) chez les "Osismes" et envoient les deux héros dans l'île de "Sena" ("île de sein", où la présence d'oracles est attestée à cette époque). L'intérêt de ce récit est la représentation des druides gaulois connaissant les écritures grecque et latine, même s'ils ne les employaient que pour des inscriptions sur des stèles.

Mais dans ce dernier opus, scénarisé par "Mathieu Bréda" et "Marc Jailloux" qui en est aussi l'illustrateur, les dessins, contrairement à ceux de "Rafael Moralès" et "Marc Henniquiau" de 1998 à 2005, "Cédric Hervan" en 2006, "Christophe Simon" de 2006 à 2009, "Ferry" de 2009 à 2010 et "Marco Venanzi" en 2010 qui avaient montré un "Alix" plus adulte et plus fort, reviennent aux illustrations d'origine de Jacques Martin (pratiquement identiques) avec des personnages frêles et menus même chez les guerriers et les colosses. Il semble qu'Alix suit la mode rétro "années 60/70" qu'ont déjà entamée plusieurs BD comme "Blake et Mortimer" ou "Spirou". Et le scénario parait prendre la même voie avec ses allusions aux événements historiques qui se sont déroulés en dehors de la BD.

Dans ce récit, "Alix" accompagne son protecteur "César" lors de sa 2ème tentative d'annexion de l'île (En 55 avant JC, "César" réalisa une première incursion en "Britannia", terre alors inconnue et quasi mythique pour les Romains de l'époque, mais n'alla pas plus loin que son lieu de débarquement où il fut aussitôt repoussé par les hordes celtes qui le forcèrent à rembarquer). Dans cette BD, c'est la cupidité du général romain, abusé par un marchand qui vante les richesses de l'île, qui est à l'origine de la seconde expédition en l'an -54. "Alix" et "Enak" se trouvent malgré eux embourbés dans une lutte qui déchire la "Britannia" entre les anti-romains et ceux qui veulent tisser des liens commerciaux avec Rome comme les "Trinovantes", l'un des peuples bretons le plus puissant (originaire de "Gaule Belgique"). Pour conter l'histoire, les scénaristes, même s'ils se basent sur des faits historiquement avérés, ont changé les noms des véritables protagonistes: "Cassivellaunos", le chef de la coalition des armées brittoniques, devient un personnage assez vil nommé "Cassinos" et "Mandubracios", le fils du roi des "Trinovantes" en exil, que César mis sur le trône après la défaite de "Cassivellaunos", se transforme en un dénommé "Mancios". Cet album d'Alix est très bien documenté sur les moeurs de la Bretagne de l'époque avec une multitude de détails qui ont fait le succès de cette série. Il y a très peu d'anachronismes involontaires (la cape de "Mancios" avec des entrelacs irlandais qui n'apparaitront que plus tardivement par exemple...) et pour ceux qui sont volontaires, les aventures d'Alix, adressées aux jeunes lecteurs comme aux plus anciens, ne pouvaient en aucun cas présenter la réalité crue et sans concessions comme ce fut le cas dans la BD en 15 tomes de "Rocca" et "Mitton": "Vae Victis !".

Pour résumer: un vrai retour dans le temps où "Alix" est redevenu un adolescent fragile capable d'exploits extraordinaires. Mais la nostalgie n'est que plus forte. J'ai apprécié cet album de la même façon que je lisais ces aventures quand Jacques Martin les scénarisait et dessinait lui-même. "Alix" est-il en train de retrouver ses sources ? Dans ce cas, Casterman aurait dû changer la petite vignette d'Alix en haut à gauche et remettre l'ancienne.

Et pour la Bretagne, elle devra attendre le règne de l'empereur "Claude" en 43 après JC avant de connaitre les "bienfaits" de la civilisation romaine.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ah, ces rixes chez les Britons !, 15 mai 2014
Par 
Hervé J. (Savoie,France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
Alix accepte d'accompagner Jules César sur l'île de Britannia lors d'une expédititon de maintien de l'ordre à la demande de Mancios , un prince déchu par Cassinos, sorte de Vercingétorix local qui veut s'emparer du pouvoir sur la totalité de l'île. On sent aussi que César est motivé par des buts moins avouables... (roule Britannia?).

Comme dans le précédent album, cette 33ème aventure d'Alix et deuxième dessinée par Marc Jailloux est une très belle réussite graphique: on retrouve une nouvelle fois l'Alix de la grande époque, le dessin est magnifique et les couleurs de Corinne Billon sont superbes et très équilibrées. Je les préfèrerais néanmoins un peu plus soutenues (le rouge et le bleu des tuniques d'Alix et d'Enak sont un peu fadasses).

Le scénario de Mathieu bréda tient bien la route (à gauche?), mais est parfois un peu confus (un peu trop de personnages). Il est drôle d'imaginer que cette histoire pourrait presque être transposée quinze siècles plus tard lors des guerres d'indépendance d'Ecosse en remplaçant les romains par les anglais et les Britons par les différents clans écossais toujours prompts à s'étripper (Day Tripper).

L'histoire se passe principalement dans la nature sauvage (les romains ont toujours cette faculté à construire un camp retranché avec deux brindilles!), hormis vers la fin dans la cité de Camelodunon (Camelot, Cambridge?). Les belles architectures antiques chères à Jacques Martin nous manquent un peu. Le monde celtique est légèrement évoqué avec surtout la très belle druidesse Brecca qui ressemble un peu à Laetitia Casta.

Un bel album, avec de nombreuses scènes de combats (ça nous change des Alix mollassons de ces dernières années) mais qui aurait peut-être mérité une action plus resserrée et des personnages un peu plus charismatiques.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Britannia, 18 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
Bien, cet album est très intéressant, car le dessin rappelle parfaitement la qualité du dessin des premiers albums, le scénario est original. Et au point de vue emballage et délais, tout est parfait, et pour le règlement c'est sérieux, rien à dire.
Merci.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Pas mal du tout, 2 juillet 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
Alix paraissait s'étioler au fil des albums posthumes, mais celui-ci est de bonne facture.
Scénario bien élaboré, dessin solide. Un bon album.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Bon à très bon dessin, intrigue satisfaisante, quelques bizarreries, 18 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
Le dessin de Jailloux est très bon, en général. Il semble toujours autant éviter les villes que dans l’album précédent (La Dernière Conquête). Il faudrait peut-être qu’il s’adjoigne un dessinateur pour les décors, les temples, etc.

Parfois, les dessins semblent fades, pas assez ligne claire, les lignes pas assez marquées, les tons trop pastel. Voir 1re case, 2e bande de la dernière planche. Les traits de César sont peu visibles. Le profil de Brecca soulevant la tête semble trop gras et ne correspond pas à son visage de face ou de trois quarts. Les bateaux au loin page 12 et 13 sont dessinés de quelques traits rapides. Un peu trop. Sinon, on reconnaît des poses des premiers albums de Jacques Martin : le /signifer/ criant « Là ! Voyez ! » page 12 me fait penser à un porte-enseigne des Légions perdues (Ah !Là ! Nous allons tous mourir!) p. 40. La nouvelle version est d'ailleurs moins réussie. Jailloux semble faire des mains trop petites. Ou encore le cavalier gaulois qui s’en va en haut de la falaise (page 13) qui rappelle un cavalier romain tout aussi désinvolte dans le Dernier Spartiate cheminant autour du repaire des Spartiates.

Le lettrage est bon (contrairement aux ouvrages de Martin délégant tout à des épigones indignes et leur affreux z). Peut-être un peu trop petit. Avec d’énormes lettres, par contre, lorsqu’on crie. La différence est trop grande.
Pour ce qui est du scénario, il aborde un sujet plus ample que le volume précédent où la montagne accouchait d’une souris. Ici, le jeu en vaut un peu plus la chandelle. Le rythme semble bon, Alix n’est pas statique. On peut cependant regretter des facilités scénaristiques comme le « marchand » qui pénètre dans la tente de César avec ses mauvaises manières qui sert à introduire un peu trop facilement un personnage clé.

L’album aurait aussi gagné à posséder plus de pages pour développer l’intrigue, la rendre plus complexe, lui donner de l’épaisseur, admettre des rebondissements et permettre un dénouement moins rapide, plus explicite.

Le niveau de langue est bon. On peut regretter toutefois certains pédantismes : « medicus » (plutôt que médecin), le néologisme « Britons » (plutôt que « Bretons » voir les traductions des auteurs latins, Astérix). Notons aussi une faute d’orthographe à la page 47 : « la trirème court encore sur son aire » plutôt que son « erre ».
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 ouvrage fatigant, 17 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
toujours les mêmes scénarios retors qui n'en finissent plus, un dessin pauvret et franchement cheap par rapport à certains albums (ça fait un peu retour sur les deux premiers livres), quelques erreurs scénaristiques et historiques (on n'est plus à ça près dans cette série) ... décevant sans être le plus mauvais des Alix
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 ALIX Tome 33, 12 juin 2014
Par 
Echauzier Philippe "magnum 47" (Toulouse France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
Scénario plus recherché que certains tomes récents,histoire bien tournée et instructive sur la vie des peuples en Angleterre à l'époque Gallo-romaine.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 alix, 10 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
J'avais quelques numeros, les tout premiers, J'avais oublie qu'il y a des coup d’accélérateur, QUID de la bataille de Jules pour s'en sortir? J'aurais aime que cette partie sois plus développée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Une très belle BD!, 9 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
Une très belle aventure d'Alix, agréable a lire et qui me rappelle un des meilleur album, 'Iorix le Grand'.
Alix est a l'aise sous le crayon de M. Jailloux, le scénario de M. Breda est superbe et les couleurs de C. Billon sont très belles, chaudes et apportent a l'histoire une atmosphère poétique.
Une belle equipe, une belle BD.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 RULE BRITANNIA ou..., 31 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alix, Tome 33 : Britannia (Relié)
...roulez lez dans les brancards.C'est du bon Alix. Faut aimer car il n'y a rien de suffisement nouveau (Senator me parait superieur)pour se rouler par terre, mais c'est du bon travail d'artisan, et, ma foi, ce n'est déjà pas si mal!Mention bien pour le resopect du style aux successeurs de Martin. D'où le 4 un peu flatteur. Ave Alix!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Alix, Tome 33 : Britannia
Alix, Tome 33 : Britannia de Mathieu Breda (Relié - 14 mai 2014)
EUR 10,95
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit