undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,2 sur 5 étoiles5
3,2 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
3
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:30,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 septembre 2015
Tout simplement un des plus grands romans du XXème siècle. Les qualités et richesses de cet ouvrage sont immenses, son ambition aussi. Il serait dommage que ce livre retombe dans l’oubli complet où il était tombé. Nous voici certes devant un livre imposant (800 pages) et difficile, ancré dans un monde disparu et dont les thématiques sembleront surannées et sans trop d’intérêt à tout le moins à certains (la plupart ?) de nos contemporains. Qui peut s’intéresser à ces histoires de curé écrites par un petit maître auvergnat dont il s’agit de l’unique roman achevé ? Mais cela revient également à s’interroger sur qui sont ou plutôt qui peuvent être les lecteurs d’un livre comme « La joie » de Bernanos aujourd’hui ? Ce n’est donc pas un livre qu’on terminera en deux heures ni même en quelques soirées et il faudra prévoir d’y passer du temps ce que le véritable amoureux de la littérature ne regrettera pas au fond car un grand nombre de soirée ne suffirait à l’épuiser. De toute façon tous les grands livres sont des voyages et chacun est libre d’embarquer ou pas. Et comme tous les voyages, la plupart comportent leurs moments de longueurs, peut être nécessaires tant ces longueurs font également partie de sa nature intrinsèque. Autant être prévenu. Toujours est-il qu’ « Augustin » prend sa place parmi les très rares livres dont j’ai commencé la relecture sitôt la dernière page tournée. A quarante ans passés, je les compte sur les doigts d’une main : le « visions de Cody » de Kerouac, « Au dessous du volcan », « La nouvelle histoire de Mouchette » et « Moby Dick ». On pense aussi bien sûr à la « Montagne magique ». Alors au fond pourquoi s’engager dans cette lecture ? Parce que les sujets abordés sont toujours d’une brûlante actualité et ont vocation à le rester sauf à extirper totalement l’esprit de la nature humaine, ce que l’on peut craindre parfois vu les incroyables offensives contre tout ce qui est vraiment vivant à l’œuvre dans nos civilisations. Parce que l’écriture est magnifique, ciselée, précise et poétique, parce qu’elle est d’une densité rare tout en conservant la légèreté d’un souffle. Parce que les personnages sont de ceux qu’on n’oublie pas alors même qu’ils n’attirent pas à priori la sympathie. Parce que Malègue est ici l’égal de Proust dans sa transcription du temps, ses étirements et ses condensations. Bref un vrai chef d’oeuvre de la littérature française. Alors oui les amateurs de littérature zapping, de condensés, d’abrégés, de plats préparés, de surgelés à réchauffer au micro-ondes, les amateurs de romans français ou d’ailleurs qu’on torche en 1h30 et où on a du mal à trouver une seule phrase à peu près écrite ou une seule idée un peu originale peuvent passer leur chemin. C’est un peu essayer de faire apprécier un bon vin à quelqu’un qui ne boit jamais d’alcool. Il y a quelque chose qui lui échappe et la faute n’est pas celle de la bouteille. La littérature n’est pas un divertissement, c’est la vie et cela demande qu’on y consacre un peu de temps et un peu de soi parce qu’au fond ce qu’on va y retrouver la dernière page tournée, c’est soi-même.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2014
J'aime le livre. Mais cette version n'est que partielle puisqu'elle ne couvre que le Tome I. Cela aurait mieux en le disant.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'heure est venue de redécouvrir Joseph Malègue, célébré comme le « Proust catholique » dans les années 1930, écrivain lu avec ferveur par le pape Paul VI comme le « conteur de l'histoire de l'âme », et par le pape François comme le grand romancier moderne des « classes moyennes de la sainteté ».

Publié en 1933, Augustin ou le Maître est là est l’œuvre maîtresse de l’écrivain, que les éditions du Cerf ont pris l’heureuse initiative de rééditer comme pour rebondir opportunément sur le clin d’oeil appuyé du nouveau pape, décidément bien marqué par les écrivains catholiques français du dernier siècle. On en s’en plaindra pas !

De 1876 à 1924, des monts d'Auvergne aux boulevards de Paris, de la France rurale des clochers à la France urbaine des usines et des universités, c'est tout un monde qui disparaît, marqué par la séparation de l'Église et de l'État, puis par la Grande Guerre. On est en pleine crise anticléricale : les ordres religieux sont expulsés de France, la République se sépare de l’Église, l’anticléricalisme fait rage et se mue en anti-christianisme.

L’Église subit de plein fouet la Modernité, on veut expliquer rationnellement tous les évènements de l’Évangile et établir une vie de Jésus d’où la transcendance serait exclue. Les chrétiens prennent de plein fouet tous ces évènements, la foi de beaucoup est ébranlée. On appellera cette époque la crise moderniste. La Grande Guerre et ses suites continueront de troubler les esprits.

Ce monde trouble est traversé par Augustin Méridier, héros déchiré entre la foi et le doute, la transmission et la sécularisation, l'espérance et la mélancolie.

De cette destinée tourmentée, hantée par les femmes, et de ce temps de convulsion qui oppose les hommes, Malègue dresse superbement la double chronique où l'abandon à la transcendance ordinaire, c’est-à-dire à l’amour, s'impose comme le seul héroïsme.

L’auteur excelle dans la description des psychologies : les doutes et les recherches, les angoisses et les consolations, la subtile influence des paysages. Un magnifique roman-univers, d'une confondante actualité, sur la crise religieuse des sociétés d'abondance.

G. Ld. in Liberté politique
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 24 février 2014
Ce sont de ces livres du siècle dernier qui contiennent un message très intéressant mais dont les longueurs qui n'en finissent plus finissent par décourager le lecteur contemporain. Il faudrait une âme généreuse pour faire une sorte d'abrégé de ce livre. (note : j'ai lu et donc je commente le livre original en deux tomes).
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2014
Le livre est très bien et ne me déçoit pas. C'est la livraison en 24 heures qui a mis plus d'une semaine + des coups de fils de porteurs ne sachant pas trouve rune adresse postale !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus