undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles32
4,3 sur 5 étoiles
Format: Relié|Modifier
Prix:11,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-10 sur 19 commentaires(5 étoiles). Afficher tous les commentaires
Le retour à la terre est une série en cours en cinq tomes de Manu Larcenet, Jean-Yves Ferri et Brigitte Findakly. Elle est éditée chez Dargaud dans la collection Poisson Pilote.

A la fin des années 90, les auteurs prometteurs tels qu’issus de Fluide Glacial ou de l’Association sont approchés par les grands éditeurs. Dargaud lance la collection Poisson Pilote, qui porte ainsi bien son nom, puisque commencé au tout début de l’an 2000, elle ne propose que des auteurs de cette génération.

Manu Larcenet fait partie de la bande de Fluide Glacial, à l’époque entièrement en noir et blanc pour les pages intérieures, avec d’autres auteurs désormais de renom tels que Blutch ou Etienne Lecroart.

Dans sa série Blotch, Blutch transpose le journal à la belle époque et met en scène des alter-ego de ses collègues. Larcenet devient ainsi Larssinet, Gaudelette devient Gouttelette, et le journal se transforme en recueil de dessins humoristiques avec un simple récitatif, version Almanach Vermot.

Larcenet a toujours dessiné et écrit selon ses deux visages : l’un est enjoué, drôle, caustique, fan de punk et d’absurde, comme dans Bill Baroud. L’autre est angoissé, rempli de doutes et de troubles psychosomatiques ou réels. Dans sa collection On verra bien éditée aux Rêveurs de runes, il publie des histoires personnelles et très sombres sur son service militaire ou son statut d’auteur. Quittant la vie de banlieue qui sied à sa culture de la rue pour la campagne, cherchant sans doute un peu de calme, Larcenet voit son ami Jean-Yves Ferri lui proposer une méta-série mettant en scène son alter-ego Manu Larssinet dans cette nouvelle vie. C’est le Retour à la terre.

En cinq tomes, Manu Larssinet dompte donc le retour à la vie à la campagne, et devient un homme et père accompli. Les titres des tomes ne trompent pas : La vraie vie, Les projets, Le vaste monde, Le déluge, Les révolutions. Chacun apporte son lot de tracas quotidiens, des premiers problèmes de connexion internet aux manques de la vie citadine, de la nature indomptable aux joies du potager.

En choisissant la format en demies-planches, Ferri remet au goût du jour les gags de Gaston, maniant un humour de situation proche des sitcoms américaines, où un seul regard peut faire office de blague. Il garde également un scénario en filigrane, où chaque album trouve une conclusion et se concentre sur quelques péripéties déclinées sur plusieurs gags : l’abattage de châtaigner, le dessin pour l’affiche de la fête du cochon, la convention de bd, le week-end du frère citadin…

Cela génère une galerie de personnages touchants et tous attachants, du maire magouilleur à la vieille ancienne résistante, des potes punks aux autochtones rustres mais accueillants, du chat paumé au chien de berger. Ensemble, ils festoient aux Ravenelles (la ferme des Larssinet), recueillent des ravers pourchassés par la maréchaussée, affrontent Paris et ses éditeurs, jouent de la musique et goûtent aux produits de la terre.

Larcenet dessine tout cela simplement, sans fioritures, mais avec un dynamisme fantastique, une science de l’onomatopée, et donne vie à de vrais personnages avec trois traits universels mais qui une fois associés prennent une toute autre signification.

Ferri écrit sa méta-série en mettant en abyme cette même série, menant à une suite de gags métaphysiques sur le personnage de papier et son modèle réel, tout en gardant un réalisme savoureux. Jamais le lecteur n’est perdu ou ennuyé par ces petites scènes parfois anecdotiques.

Parfois, la demie-planche devient une seule case, et le dessin devient un vrai dessin humoristique à la Sempé, le texte du bas remplacé par le titre du gag en haut à gauche. Les couleurs de Brigitte Findakly sont fonctionnelles mais également rassurantes, jamais agressives ou déplacées, soulignant l’état d’esprit d’une série aussi poétique que drôle.

Partageant les valeurs de l’entraide et du partage, les personnages du Retour à la terre essaient constamment de trouver un équilibre entre la modernité du monde et la nature toujours indomptable. Les solutions qu’ils trouvent sont souvent désarmantes de simplicité et célèbrent toujours l’amour de la vie, des enfants, des bonheurs évidents. Tout comme son illustre modèle, ses relectures n’ennuient jamais et rendent toujours euphoriques et heureux. Elle fournit des blagues à la vie de tous les jours, rendent complices : ma fille me demande régulièrement quand allons-nous aux Ravenelles, alors qu’elle pense en fait à un autre endroit.

Publiée entre 2002 et 2008, la série n’est pas officiellement terminée, mais j’ai personnellement peu d’espoir de voir un tome 6 un jour. Cela n’est pas problématique malgré l’évolution du trait de Larcenet, qui devient plus sec et anguleux avec le temps, cherchant sans cesse la vérité dans le mouvement naturel de ses pinceaux.

Grand succès commercial, la série est pourtant moins reconnue que celles que Larcenet développa seul comme Le combat ordinaire ou Blast. Elle ne mérite pourtant pas d’être ignorée tant ses qualités sont nombreuses et son sujet tellement universel qu’elle n’est pas prête de veillir.

Retrouvez cet article et bien d'autres en version intégrale et en image sur le blog comics-bd-mangas Bruce Lit (brucetringale.com)
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2005
Une série qui vaut la peine d'être lue. Si vous avez aimé "Le combat ordinaire", vous ne pourrez qu'aimer "retour à la terre", une BD semi-autobiographique avec des personnages re-interprétés avec humour et tendresse : Manu Larssinet vient s'installer à la campagne avec sa petite amie, Mariette, et son chat depressif, Speed, afin d'echapper à la ville... Les dessins, terriblement expressifs, servent parfaitement l'histoire et ses protagonnistes (mention spéciale pour la Mortemont). Larcenet a encore gagné un bon point, bravo à lui !
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2008
Les qualificatifs ne manquent pas pour faire l'éloge de cette BD: authentique, juste, toute en finesse, pleine d'humanité... Une BD de bon goût pleine d'humour et de psychologie. Une BD où l'on peut acheter du vrai pain, dans une boulangerie avec des vrais gens, et où la boulangère tend ses miches en souriant! :)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 octobre 2014
Manu Larssenet est valeur sûr de la BD française, sur des tons pourtant très différent, entre Blast et les retours à la terre, c'est le grand écart tout de même, mais le talent de l'auteur n'en est que mieux mis en valeur, un must have pour les amateurs de BD !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2015
Excellente BD qui vaut la peine d'être découverte. Je passe rapidement sur la BD en elle même (les autres commentaires parlent d'eux-même) pour signaler qu'Amazon ne protège toujours pas ses BD lors des envois. Résultat : elle est arrivée pliée en deux...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2013
Une parfaite synthèse du retour à la terre et de l'humour,ça sent le vécu,c'est drôle,léger .Un moment de pur de bonheur que la lecture de cette BD
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2014
Ce livre a reçu un prix pour... je ne sais plus quoi.... désolée... mais je n'ai aucun regret car le thème et les dessins, tout m'a beaucoup plu.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 novembre 2002
Quel bonheur, Manu Larcenet et Ferri ont réinventé, avec brio, la grande BD d'humour classique. Les tribulations d'un rocker parisien s'installant à la campagne ont un parfum intemporel de Gaston Lagaffe, de gags pour tout le monde, drôles, simples et délicieusement tendres et ironiques. Précipitez vous sur ce bouquin, vous allez forcément adorer.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2014
c'est tellement vrai que j'ai commandé la suite, a voir sans modération
mais pour l'instant ils tiennent bon, avoir la suite
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 décembre 2002
Larcenet est probablement le plus drôle des nouveaux auteurs de bande dessinée. Avec Ferri il forme un tandem extraordinaire. Plongez-vous dedans et vous verrez que Gotlib a un successeur.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)