undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles19
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 avril 2009
Incroyable enquête menée avec une précision extrême.
Bouleversant car la "banalité du mal" qui a fait couler tant d'encre trouve malheureusement sa définition. L'histoire de Stangl est celle d'un homme qui a été à l'épicentre de l'horreur de T4 puis de la Shoah... sans pour autant avoir été le prototype du nazi.
Terrifiant car jusqu'ou peut-on être pris dans l'engrenage ?
Vous le découvrirez en lisant cet excellent livre relatant les témoignages de Stangl et de sa famille tout comme celui des rares rescapés (dont R. Glazar, également témoin dans Shoah de Lanzmann).
L'auteur a fait preuve d'un travail d'une qualité remarquable.
A méditer et surtout à clamer lorsque vous entendez un discours raciste.
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2008
j'ai lu un certain nombre de livres sur la shoa et son déroulement."des hommes ordinaires" et "l'état ss" étaient particulièrement marquant et explicatif.Mais ce livre , qui va réellement au fond des ténèbres ,vous touche de manière irréversible de par d'une part le talent incroyable de g.sereny pour percer à jour chacunes des personnes qui témoignent et chercher sans à priori une vérité.L'énorme richesse de ce livre repose essentiellement sur les témoignages de tous les protagonistes (un travail énorme )qui donne un charactère si humain à cette horreur et nous renvoie à notre conscience.on ne sort pas indemne de ce livre et je croit qu'il continuera à vivre en moi pour longtemps.La densité des informations , des émotions et des révélations sont telles qu'il est difficile , de voir la lumière au sortir de ces ténèbres.Malheureusement l'histoire , nous a montré récemment , que les problématiques posées dans ce livre sont et seront encore d'actualités pour longtemps.Je conseil très fortement ce livre car comme des"hommes ordinaires" (c .browning), il éclaire ces faits atroces d'une manière terriblement intime et individuelle en renvoyant chacun des protagonistes à sa propre conscience et par la même nous lecteur à la notre.
0Commentaire|32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mars 2007
J'ai lu beaucoup d'ouvrages sur les camps d'extermination. J'ai lu et relu celui de Gitta Sereny. Ses entretiens avec Stangl, l'ex commandant de Sobibor, puis de Treblinka sont très révélateurs sur la psychologie de gens qui tout en étant comme lui "un homme ordinaire", ni meurtrier, ni méchant, ni idéologiquement exalté, ont pu être pris dans un engrenage fatal qui les a conduit à diriger des usines d'extermination comme l'ont été ces camps. Stangl n'aurait pu échapper à ce rôle que par un refus catégorique, acte héroÎque et dangereux, pour lui et sa famille. L'auteur a fait parler non seulement Stangl mais aussi les membres de sa famille, des survivants de Treblinka, des témoins proches du camp : c'est un modèle remarquable d'enquête rigoureuse et honnête poussée à ses exrêmes limites, motivée par le besoin de comprendre comment un citoyen de famille honorable, d'éducation première chrétienne, a pu accepter de jouer le rôle de responsable d'une entreprise effroyable de mort comme celle de Treblinka. On touche du doigt le dilemme diabolique devant lequel se sont trouvés beaucoup d'allemands : obéir ou risquer d'être rejeté, voire exterminé. L'auteur fait si bien revivre concrètement ce problème qu'on en vient à se demander ce que soi-même on aurait fait dans la même situation.
0Commentaire|47 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au fond des ténèbres

Le livre ouvre plusieurs pistes de commentaires et encore plus de réflexions.

En tant que recherche historique : recoupements de témoignages, citations de sources et bibliographie forment une ensemble de documents assemblés chronologiquement et avec un esprit critique constant.

En tant qu'investigation psychologique : les 70 heures d'entretien avec Stangl, qui fut le commandant du camp de la mort de Treblinka, forment la trame d'un portrait conçu comme une recherche des moments-clés d'une existence ou des rapports à l'autre dans lesquels et par lesquels elle se définit.

En tant que réflexion morale : le problème du courage, de l'innocence et de la culpabilité, les petits arrangements avec ce qui est insupportable... sont décrits avec toutes leurs ambiguités chez les différents acteurs "ordinaires" cités dans ce livre, à quelques rares exceptions héroïques près.

En tant qu'analyse politique et sociologique, en "application" des idées d'Hannah Arendt : comment le totalitarisme est-il possible ? comment et sur quoi (d'ordinaire) se construit-il à l'échelle individuelle ?

En tant que méditation philosophique : le problème du Mal, de Dieu et... de l'Homme...

Ce qui caractérise cette oeuvre passionnante d'un bout à l'autre, c'est l'intrication de toutes ces problémartiques et la certitude qu'oublier une des composantes donnerait du coup une image totalement fausse des autres.

Accessoirement, mais d'une manière qui donne aussi à penser, il y des thèmes plus ou moins liés à l'actualité, qui trouvent là une résonnance particulière. Par exemple :

1)le rappel du rôle tragique du Pape Pie XII et de l'église catholique, pendant toute la période, avant, pendant et après la guerre (la dénonciation du nazisme, puis le silence assourdissant basé sur l'improbable ignorance de l'extermination des juifs, et enfin le soutien aux nazis en fuite).

2) la question de l'euthanasie telle qu'elle renaît à chaque fois ingénument sous la proposition de mort miséricordieuse et son lien morbide avec l'eugénisme sous-jacent...

La traduction en français de cet ouvrage est de bonne qualité. Il s'agit d'une réédition avec une nouvelle préface de Gitta Sereny. Le livre a déjà eu de nombreuses éditions à l'étranger.

Après le succès malsain des 'Bienveillantes' il est important qu'un tel livre soit soutenu, promu et donné à lire.
0Commentaire|24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2013
mon avis sera très différent des autres, car je suis loin de partager leur opinion favorable.

Voila donc un individu qui réussit à faire croire qu'il n'était pas nazi avant l'Anschluss, qui se retrouve choisi par la Chancellerie du Fuhrer pour participer à un programme d'euthanasie secret puis finit par commander les deux principaux camps d'extermination en Pologne occupée. le tout, selon lui, par hasard ...

Son seul argument : il ne pouvait pas refuser sinon ..; sinon quoi ai je envie de demander ? lorsqu'il se retrouve à devoir rendre compte après la révolte de Tréblinka avec destruction du camp et fuite des juifs témoins, que lui arrive t il ? rien, une mutation dans une zone de partisans loin d’être la pire à l'époque. Donc le danger, bof, bof...

Ce n'est pas parce que l'on participe à des monstruosités que l'on est un monstre, semble être le seul argument du livre. Grande nouvelle, l'efficacité n'est pas compatible avec le sadisme pervers et pulsionnel, certes, mais quand on est un acteur essentiel de l'assassinat de six millions de personnes, il est difficile de faire croire que l'on n'était pas parfaitement en accord et que cet acquiescement était tout à fait conscient, lucide et cohérent avec ses convictions idéologiques de l'époque. Je lui accorde qu'il n'était pas une brute vicieuse.

le livre est décevant par cette ambigüité et cette confusion des responsabilités, il ressasse les habituels arguments sur l'attitude du Vatican, des Alliés où je vois une stratégie de défense nazie, en gros, si on avait voulu arrêter l'extermination, yavéka, donc la responsabilité est plus ou moins partagée ...

Le vrai point positif: un nazi reconnait l'extermination, mais bon, ça ne fera changer personne d'avis, les révisionnistes ne lisent pas ce genre de livre.

Au final, à lire, mais en ayant lu précédemment les livres de R.Hillberg, de S.Friedlander et surtout Maus, qui est indépassable pour mettre chacun à sa place.
0Commentaire|40 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2014
Intéressant, mais finalement rien de très nouveau sur les bourreaux nazis.
Une remarque : de très nombreux noms sont cités et répétés, mais les fonctions de chacun ne sont dites qu'une fois, si bien qu'on s'y perd vite.
Une critique : que viens faire là l'enquête fouillée et quasi policière du rôle du Vatican dans l'exfiltration des nazis après la guerre ? Ce n'est pas inintéressant, mais hors sujet
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2013
Incroyable enquête menée avec une précision extrême.
Bouleversant car la "banalité du mal" qui a fait couler tant d'encre trouve malheureusement sa définition. L'histoire de Stangl est celle d'un homme qui a été à l'épicentre de l'horreur de T4 puis de la Shoah... sans pour autant avoir été le prototype du nazi.
Terrifiant car jusqu'ou peut-on être pris dans l'engrenage ?
Vous le découvrirez en lisant cet excellent livre relatant les témoignages de Stangl et de sa famille tout comme celui des rares rescapés (dont R. Glazar, également témoin dans Shoah de Lanzmann).
L'auteur a fait preuve d'un travail d'une qualité remarquable.
A méditer et surtout à clamer lorsque vous entendez un discours raciste.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2014
Ce livre est le fruit des entretiens de l'auteure avec Stangler, le commandant des camps d'extermination de Sobibor et Treblinka.
Stangler fut débusqué au Brésil par Wiesenthal et extradé en Allemagne en 1970.Il mourut en prison avant la fin de son procès.L'auteur a rencontré aussi la femme de Stangler, les autres SS collègues de Stangler,et les survivants juifs. Elle a visité les lieux de ces massacres.
Nous découvrons le parcours de Stangler - son enfance, adolescence, son travail à la police.
Son" travail" dans les camps d'extermination.- il n'a jamais tué de ses mains - il veillait à la bonne marche de ces usines de la mort.
Ce livre est très bien documenté et surtout très bien écrit.
C'est un document hors de commun qui mérite d'être lu .
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2016
Je m'attendais à haïr cet homme et j'ai lu le récit d'un homme banal qui a fait de très mauvais choix aboutissant au massacre de centaines de milliers d'être humains. G. Sereny nous livre une enquête rigoureuse minutieuse et passionnante.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juillet 2014
ce livre est un monument. la méthodologie est rigoureuse, interviews et témoignages. Le sujet est horrible, mais la lecture reste aisée. On pénétre dans le cerveau d'un des plus grands criminels. on croit comprendre, on referme le livre et on est attéré. que cela ne puisse plus jamais arriver.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)