undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

50
3,8 sur 5 étoiles
La 7e femme - Prix Quai des Orfèvres  2007
Format: PocheModifier
Prix:9,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 octobre 2014
Stéréotypé, plein de coquilles et d'un français maladroit (ce n'est pas la peine d'empiler les adjectifs), et puis qu'est-ce que c'est que cette manie de mettre des points d'exclamation partout? Des flics qui sanglotent, une histoire d'amour qui tombe comme un cheveu sur la soupe en 10 secondes, juste pour permettre au tueur en série de mettre un point sur le i de sa semaine meurtrière... une histoire d'amour où la femme est 'douce' (exprimé 48735 fois), mais mystérieuse et impavide (elle ressent quoi, elle??), un flic qui a un ulcère et une ex-femme depressive, un Paris ultra-bourgeois où on évolue entre le Marais, le Faubourg Saint-Germain et l'Ile de la Cité (oui, bon, cela je le concède). Et le plus énervant, c'est le personnage principal qui explose au visage d'un troufion qui a malencontreusement employé l'expression 'cette femme s'est fait violer' (féminisme, tagada tsouin tsouin) pour 10 lignes plus loin nous parler et reparler du 'sexe faible'. Les distinctions genrées sont partout, extrêmement appuyées dès qu'un personnage féminin apparait. Parfois ce sont des 'maîtresses-femmes' (et on insiste et on insiste) mais finalement elles sont toujours 'douces' et 'compréhensives'. Et elles sourient comme 'seule une femme sait le faire'. Hé ho! Apparemment il n'y a pas que le meurtrier qui fait une fixette sur sa mère...!!
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 octobre 2013
Ce roman ressemble plus à un devoir d'écolier sur la PJ qu'à un roman policier. Ce qui entraîne des dialogues improbables: imagine-t-on un commissaire de la PJ expliquer à un autre commissaire de la PJ le sens de "sciences forensiques", comme si ce dernier n'avait jamais entendu le mot?

La tendance au roman sentimental est aussi exaspérante. La seule "originalité" est de prêter au héros masculin les sentiments et les émois généralement attribués à l'héroïne, mais ça ne contribue guère à rendre crédible ce commissaire de la PJ, d'autant que l'auteure a recours à toutes les expressions stéréotypées du roman sentimental.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 janvier 2010
L'histoire est intéressante, on rentre dans l'action dès le début, action qui s'intensifie au fil de la lecture. Quelques rebondissements bien amenés.

Deux reproches cependant :
- un style bateau qui ne permet pas de plus apprécier cet auteur qu'un autre.
- On sait très vite qui sera la 7e femme, il aurait fallu amener ce GROS "détail" autrement.

Ca reste néanmoins un bon roman.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 septembre 2013
Niko ,le commissaire divisionnaire :ne boit pas,ne fume pas ,ne jure pas,ne pratique pas l'argot. Il travaille bien avec ses équipes et a des relations normales avec ses supérieurs.Il poursuit un tueur en série psychopathe qui est au courant de tout et ne laisse pas d'indices. Le fonctionnement du quai des orfèvres est bien documenté,le déroulement de l'intrigue bien déroulè ,les personnages bien campés .La fin du livre est plus conventionnelle , on sort d'une situation catastrophique ou le tueur en série a tous les atouts ,en quelques secondes pour sauver les''gentils ''et terminer par ''une Happy -end ''.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 janvier 2013
Je trouve ce livre interressant quant à la comprèhension des mérhodes de la police Française, le mélange vie privé/vie professionnelle, mais le fil conducteur du livre est un peu "Hard", âmes sensibles à prévenir
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juillet 2013
Au fur et à mesure des crimes, on craint pour toutes les femmes de l'histoire. On ne peut refermer sa kindle tard dans la nuit !
Un très bon polar où on aime les héros et on frissonne pour eux (ou elles ! )
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 mars 2013
Cela manque de rythme et de consistance. Trop orienté "policiers parlent aux policiers". La relation Homme, Femme, reste dans les archétypes. C'est un livre à oublier.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 décembre 2013
Je pensais, naïvement, que le Prix du Quai des Orfèvres était attribué à un roman policier sinon exceptionnel, du moins remarquable. Ce qui n'est pas la cas pour ce livre.
Le sujet est banal (meurtres en série de jeunes femmes), les personnages superficiels et convenus et quant au coupable, à sa toute première apparition, on l'avait deviné.
En résumé : inutile de perdre son temps avec cet ouvrage.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 février 2013
Bon polar, facile à lire , bien ficelé mais ce que j'ai le plus aimé c'est la découverte de ce fameux quai des orfèvres ....

bonne lecture!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
20 sur 26 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 avril 2007
Nico Sirsky, chef de la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris, se retrouve aux prises avec un serial killer redoutable qui s'est mis en tête d'assassiner et de torturer une femme par jour pendant une semaine. A chaque fois, il s'en prend à de joliesfilles , du genre à qui tout réussit: bonne situation, bel appart, etc. Un autre point commun: chacune vient de tomber enceinte. Le tueur n'en prend que plus de plaisir à leur infliger un rituel macabre qui met les flics sur les charbons ardents. Dire que le commissaire Sirsky, beau mec, grand blond aux yeux bleus, doit aussi gérer une vie privée un peu compliquée, entre une ex-épouse dépressive et son fils, un ado intenable! Comme si c'était le moment de craquer pour la très charmante docteur Dalry, gastro-entérologue à l'hôpital Saint-Antoine...

Outre un suspense habilement mené, Frédérique Molay s'est mise au défi de dépeindre le quotidien du Quai des Orfèvres dans ses moindres détails. Elle en révèle aussi bien les lieux (décatis) que les hommes (débordés), l'organisation comme les désordres. Franchement, on s'y croirait!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Tromper la mort : Prix du quai des orfèvres 2015
Tromper la mort : Prix du quai des orfèvres 2015 de Maryse Rivière (Broché - 19 novembre 2014)
EUR 8,90

Des clous dans le coeur - Prix du quai des orfèvres 2013
Des clous dans le coeur - Prix du quai des orfèvres 2013 de Danielle Thiery (Broché - 21 novembre 2012)
EUR 8,90

Le Sang de la trahison: Prix du quai des orfèvres 2014
Le Sang de la trahison: Prix du quai des orfèvres 2014 de Hervé Jourdain (Broché - 13 novembre 2013)
EUR 8,90