Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La mondialisation au service des plus riches..., 23 octobre 2006
Par 
Laurence Soler "Lasso" (Marseille) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un autre monde : Contre le fanatisme du marché (Broché)
Ce livre, quelque peu technique, nous explique comment la mondialisation, qui était censée apporter plus de justice sociale, est manipulée par les grands de ce monde et ne fait qu'accroître la pauvreté dans le monde...et en Europe. [...]
Alors la mondialisation, mère de tous les maux ou est-ce un ultralibéralisme à outrance?
Ce prix Nobel d'économie nous apporte la réponse...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tous les êtres humains sont créés égaux, 12 février 2011
Par 
Luc REYNAERT (Beernem, Belgium) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un autre monde - Contre le fanatisme du marché (Poche)
Pour J. Stiglitz, c'est un devoir moral que la globalisation mondiale se développe d'une manière équitable et en particulier pour les pauvres et les pays en voie de développement.
Les règles de jeu actuellement en vigueur dans notre monde globalisé ont été écrites par les pays développés afin de protéger des intérêts particuliers (surtout financiers) d'individus et de sociétés.

L'auteur voit six domaines où des changements révolutionnaires sont nécessaires pour assurer le bien-être global de notre planète.

1. un allégement de la pauvreté: c'est une honte que des milliards d'êtres humains vivent encore dans des conditions abjectes. Parler de droits de propriété intellectuelle en face d'eux est une véritable insulte.
2. un allégement de la dette des pays les plus pauvres ainsi qu'une aide juridique appropriée; en d'autres termes, diminuer ou éliminer le fardeau de la dette de ces pays et les aider à rédiger des lois pour la protection de l'environnement, pour plus de justice et pour lutter contre la corruption et les pots-de-vin.
3. Un commerce équitable: pas de subsides ou de restrictions commerciales.
4. Une limitation de la libéralisation des marchés. Les marchés sont loin d'être parfaits. Par conséquent, les gouvernements doivent jouer un rôle actif dans l'économie (infrastructure, éducation, un système financier et juridique solide, un minimum général de sécurité sociale).
5. La protection de l'environnement: prendre des mesures pour arrêter et pour réduire le réchauffement de la terre.
6. Un nouveau système de gouvernance mondiale: un nouveau contrat social mondial, un Tribunal de commerce international, une Cour Internationale pour les faillites (de pays incapables de rembourser leur dette) et une nouvelle monnaie de réserve (éventuellement les DTS du FMI).

Le déficit démocratique actuel devrait être comblé en donnant aux pays en voie de développement plus de voix dans le fonctionnement du FMI, de la Banque mondiale et de l'Organisation Mondiale du Commerce. Les politiques anti-keynésiennes draconiennes du FMI doivent être supprimées ainsi que les ventes d'armes.

Toutes ces mesures devraient être énormément bénéfiques pour les pays en voie de développement ET pour les pays développés, bien que des intérêts particuliers seraient touchés.
Ci-après, quelques exemples. L'élimination des subsides agricoles bénéficierait grandement les producteurs des pays en voie de développement et les consommateurs dans les pays développés. L'immigration ralentirait considérablement. Il n'y aurait plus de vraies guerres, mais des batailles juridiques. Et, en dernier lieu mais cardinalement, notre planète pourrait être sauvée.

Ce livre, écrit par un esprit superbement libre, est une lecture obligatoire pour tous ceux qui s'intéressent à l'avenir de notre planète.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 a propos, 28 décembre 2007
Par 
Milan Jean Pierre "milanj2" (grenoble france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un autre monde : Contre le fanatisme du marché (Broché)
Livre interessant par son contenu .Une suite logique du capitalisme perd la boule ...le prix nobel nous montre et démontre comment le marche qui est censée apporter plus d'égalite est au service des plus riches...la France s'appauvrit plus précisemment une grande partie de la population. La classe moyenne s'estompe...beaucoup de francais vivent sous le seuil de pauvreté...au contraire les pays ou l'état intervient sont les pays a coissance vigoureuse japon chine taiwan corée du sud...un livre à lire!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 contre l'ultralibéralisme, 11 octobre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un autre monde : Contre le fanatisme du marché (Broché)
Le consensus de washington, à la poubelle : il ne marche pas .Crise asiatique, crise de l'amérique latine, l'afrique qui ne sort pas du gouffre.

Moins d'état ? Oh non. Voyez la chine, voyez la corée du sud, voyez la Japon. Croyez vous que leur taux de croissance est due á l'absence d'état ? Non : l'état dirige les investissements pour un développement long terme. tout le monde le sait, mais répétons : si les USA n'avaient pas investi dans ce qui est devenu internet, l'internet ne serait peut être pas là maintenant. L'industrie n'a fait que profiter de la recherche fondamentale menée par les subside du peuple.

Moins d'état ! erreur. Pas d'état pas de démocratie...

Bref, vous avez lu "quand le capitalisme perd la boule" ? N'hésitez pas, pas d'énormes decouvertes, mais un grand plaisir de se toruver en phase avec un prix nobel
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une vision globale sur la mondialisation, 19 avril 2009
Par 
J. SUBIT (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un autre monde : Contre le fanatisme du marché (Broché)
Excellent livre écrit avec autant de pédagogie que possible pour traiter de sujets économiques, environnementaux et sociétaux complexes. Ce livre est à conseiller à tous ceux qui souhaitent comprendre les mécanismes actuels de la mondialisation, les pistes d'explications de ses dysfonctionnements, et le pourquoi de la position outrageusement dominante des Etats-Unis. Joseph Stiglitz ne se contente pas du diagnostic mais propose des réformes détaillées et argumentées sur tous les sujets et les institutions internationales qu'il connait très bien.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un autre monde....ou rien!, 7 août 2010
Par 
Arribat - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un autre monde : Contre le fanatisme du marché (Broché)
La mondialisation de l'économie est un processus hautement prédateur qui tente au travers d'organisations comme l'OMC et le FMI de se donner un semblant de légalité alors qu'il s'agit d'établir au moyen du commerce un rapport de force qui par une multitude d'artifices et de subterfuges tend à conserver la position hégémonique des nations riches et en particulier des USA.

Mais là où les anciens nationalismes entretenaient une démarche chauvine, la mondialisation n'est pour l'instant qu'un évènement économique où l'intérêt national n'est évoqué que pour protéger les entreprises privées. Autrement dit la mondialisation est doublement déconnectée de toute démocratie en premier lieu parce que les décisions de ses organismes représentatifs ne sont pas démocratiques et en suite parce que le commerce n'est pas chargé d'autre chose que de satisfaire les intérêts des actionnaires même si cela doit entrainer la destruction d'emplois nationaux ou encore nuire à l'environnement où qu'il soit.

Sans être prix Nobel d'économie nous portons tous plus ou moins le même avis sur un processus qui en donnant la primauté au commerce s'est préoccupé de la charrue avant les bœufs dont il n'a de toute façon rien à faire. Mais que ces arguments soient non seulement confirmés par un prix Nobel d'économie, mais encore étayés par une analyse pertinente et compétente des mécanismes du système, disqualifient définitivement ceux qui voient dans la théorie du ruissellement l'ultime justification à l'injustifiable, et dans les justes récriminations populaires les signes d'une inculture grave.

L'auteur complète son analyse en proposant de multiples remèdes qui nous l'espérons pourront s'exprimer ailleurs que dans son livre. Cependant comme il ne manque pas de le préciser à juste titre, nous ne devons plus ignorer que la mondialisation telle qu'elle est pratiquée n'est pas un phénomène irréversible ni une fatalité et qu'il nous appartient à tous d'abandonner le rôle de victime et de faire valoir nos exigences au travers des institutions partout où cela est possible.

A l'occasion une leçon d'économie avec des mots faciles à comprendre et qui explique clairement l'extrême complexité du sujet et l'ampleur des forces en présence.Un choix entre un autre monde ou rien.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nouvel avenir, 3 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un autre monde - Contre le fanatisme du marché (Poche)
Voici un livre clair et précis sur les questions qui nous préoccupent aujourd'hui. Ce livre ne se contente pas de dénoncer les travers du capitalisme en ressassant sans arrêt les mêmes propos que nous connaissons tous. Au contraire il analyse et étudie précisément les travers de cet obsession de la solution unique et supposément égalitaire des politiques libérales engagées ces 30 dernières années. Il y a vraisemblablement d'autres politiques efficaces bien mieux adaptées pour un bien être global et particulier. Pour cela il faut sortir des cadres bloquants des dites politiques et redécouvrir le rôle essentiel de l'état. A lire sans faute !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Un autre monde : Contre le fanatisme du marché
Un autre monde : Contre le fanatisme du marché de Joseph Stiglitz (Broché - 6 septembre 2006)
EUR 22,30
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit