undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles2
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: BrochéModifier
Prix:18,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 janvier 2006
UNE DEMOCRATIE DE LA COMMUNICATION EN MARCHE
Joël de Rosney connaît parfaitement son sujet, il le maîtrise, rien d’étonnant pour un ancien chercheur !?
Certes, mais son plus grand mérite réside dans sa capacité à faire découvrir à tout lecteur intéressé mais non-spécialiste, la réalité et les enjeux de la révolution informatique.
Le voyage est fantastique et pour ceux qui en veulent un peu plus, il leur suffit de se reporter au glossaire...
Ainsi tout un chacun devient créateur, producteur et émetteur à la fois dans le cadre d’une nouvelle relation ; « tous vers tous ».
Les blogs, les wikis ( sites Internet dynamiques) se développent. Le pronétariat national, voire international communique et s’organise.
Il diffuse des informations, envoie des films épurés de publicité et construit même des radios locales d’expression ...Plus besoin maintenant d’un appareillage sophistiqué et même d’une fréquence :
« L’industrie de la radio, qui a été pendant une grande partie du siècle dernier le symbole du « réservé aux membres du club », deviendra une industrie de l’ouvert à tous »

Des patrons de presse s’inquiètent face à cette prolifération d’informations à l’instant t, diffusées gratuitement à des centaines de milliers d’internautes...
Qui plaindra les « infocapitalistes » ?: ni l’auteur, ni beaucoup de pronétaires !
Par contre, il est indispensable que les informations puissent être vérifiées avant leur diffusion. Il ne s’agit pas de prôner telle ou telle mesure administrative mais de responsabiliser les émetteurs citoyens.
Ces millions de personnes agissant en de nombreux réseaux constituent un potentiel sans commune mesure et d’ailleurs des projets comme Agora Vox en France permettent de s’appuyer sur des milliers de journalistes « militants » éditant un journal citoyen, ouvert :
« ce média peut ainsi devenir une véritable caisse de résonance »
L’émergence de la pensée collective, la circulation libre d’informations, la mobilisation des internautes remettent en cause le pouvoir de tous les grands média... Ce qui conduit l’Empire à contre-attaquer .
Google avec son moteur de recherche peut connaître précisément les goûts et les besoins de tel groupe de consommateurs : une aubaine pour les annonceurs !
Le bras de fer a commencé entre pronétaires et infocapitalistes, la justice s’en mêle ... Mais parfois des collaborations naissent mais les logiques ne sont pas les mêmes.
Le net présente des dangers avec certains risques comme l’intoxication massive avec une communication sans contrôle... oui mais quel levier de transformation des relations et de construction d’une démocratie nouvelle à l’échelle mondiale !
Jean-François CHALOT
0Commentaire26 sur 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2006
Hou, hou, je suis là, je blogues donc je suis. Une affection contagieuse mais sympathique, apparemment inoffensive, au demeurant.
Pourtant ce nouveau média - intermédiaire entre quoi et quoi, on se le demande - ne peut demeurer gratuit, ludique plus longtemps. Les requins qui croisent en haute mer ont senti la chair fraîche, la bonne affaire. Heureusement c’est par bancs entiers que les poissons naïfs se pressent à l’entrée de leurs grandes gueules. Gros croiseurs ou petits cuirassiers se déploient donc en grandes manœuvres, comme d‘habitude. La chasse est ouverte, en attendant qu’ils ne se bouffent ( ne fusionnent, pardon ) entre eux, comme d’ habitude. Là, il n’est plus question de liberté d’expression ni de liberté, ni d’expression, d’ailleurs, il est question de gros sous, comme d’habitude. Quel profit peut-on tirer de cet engouement, de cette nouvelle lubie. That is the question… Une idée surgit :
Et si on mettait tous ces bénévoles à contribution ? Non, pas pour leur réflexions, dont on se contrefout naturellement, mais pour leur nombre et leur ubiquité. Si on en faisait des agents volontaires, des informateurs, si on les recrutait, sans en avoir l’air, pour faire du renseignement ? Ils feraient d’excellents et innombrables capteurs, leurs téléphones portables deviendraient autant de webcams, sans frais, sans entretien, sans contrat. Tous branchés, aux aguets, partout, 24 h / 24. C’est l’apothéose du big brother is watching you, dans une version soft, tellement insidieuse qu’elle devrait normalement passer inaperçu.
En voilà une idée qu’elle est bonne, comme aurait dit le plus goguenard des critiques - et le plus regretté - , a dream come true qui fait rêver même nos maîtres à penser européens, mais il faut l’ aménager. Alors, du blog on vire la réflexion personnelle dont on connaît par avance l’inanité, on garde les petits doigts pour taper sur les touches. Le contenu ?
Quel contenu ? Des informations, évidemment, l’air du temps, les éclats de bombes humaines, les mauvais traitements à enfants, les inondations, les braquages, les trucs spectaculaires ou insolites qui arrivent aux autres et dont nous meublons notre quotidien avec délice pour oublier notre propre médiocrité. Le spectacle du monde quoi, mais nez à nez, sans recul, sans analyse, sans références, le rêve du lobbyiste, du désinformateur et le pouvoir divin pour l’entreprise qui récupère, sélectionne et distribue les infos, chacun selon ses besoins, ses moyens surtout. L’info-matique, quoi, la vraie. Des fichiers ciblés, optimisés, rentables mais payants pour les pros, des échantillons gratuits, pour les badauds, des faits divers comme disait la vieille presse, il y a longtemps. Tout ce qui plait aux gens, en somme, et ce qui fera vendre encore, finalement. Là, en prime, ce sera en direct ! Encore plus saignant, encore mieux qu’une télé réalité aussitôt ringardisée, nos géniaux éclaireurs du futur viennent de réinventer les jeux du cirque, mais permanents, entrez, entrez, cette fois ci il y a vraiment de la place pour tout le monde. Pendant le spectacle on nous fourguera les produits dérivés. Là, on gagne sur tous les tableaux. « Suppose qu’on ai de l’argent et qu’on soit intelligent… ». Et c’est pas un progrès ça ?
La formation est payante, bien entendu. Pour commencer, achetez le livre.
11 commentaire16 sur 38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles