undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

8
2,9 sur 5 étoiles
Les Romains, Tome 4 : Marc Aurèle : Le Martyre des Chrétiens
Format: BrochéModifier
Prix:22,90 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après Néron, « règne de l''Antéchrist », qui semblait représenter le sommet de l''horreur et l''incarnation du Mal dans toute son inventivité (sans oublier quelques années plus tard le terrifiant et sanguinaire Domitien, marchant en partie sur ses pas), pouvait-on imaginer le retour d''un tel personnage, presque sa réincarnation ?

Eclipsant Marc Aurèle, son propre père adoptif, l''empereur philosophe, qui lui-même avait succédé à Hadrien puis Antonin le Pieux, prolongeant ainsi une période de calme relatif, voilà que débute le règne du terrifiant Commode, nouvel « Empereur du genre humain » qui, dès sa prise de fonction, habillé en femme, viole, mutile, torture, joue au chirurgien en pratiquant des incisions à vif au scalpel sur ses victimes, les vidant de leurs viscères, tue, nourrit et se nourrit d''excréments (mélangés aux mets les plus fins) chaque nuit, toujours pour son plus grand plaisir, avant de venir vomir dans la bouche de son giton, qui joue le rôle d''évier ou d''immonde déversoir (Mais comment l''humanité peut-elle accoucher de tels monstres ???).
Tout n''est plus que débauche, luxure, violence gratuite, destruction et escalade dans l''horreur. Une atmosphère de « fin des temps ».

Mais Marc Aurèle lui-même, était-il exempt de tout reproche ?
On se remémore alors ici comment, sous son règne, le martyre des chrétiens a connu des sommets. Et Max Gallo nous invite à partager les questions, les doutes, les contradictions, les remises en cause intellectuelles qu''un proche conseiller de Marc Aurèle ressent malgré lui au contact d''un vieil homme chrétien charismatique et influent, étrangement épargné jusque-là par les exactions terrifiantes qui frappent les chrétiens.
Et si l''empereur philosophe, dont il admirait tant la pensée, n''était pas l'homme aussi pur qu''il avait toujours voulu voir et en qui il avait toujours voulu croire ? Et si sa philosophie avait de puissantes limites, butant notamment sur la question chrétienne et l''intolérance dont celle-ci fut la victime ?
Comment avait-il pu fermer les yeux, se laisser lui-même emporter par tout ce déchaînement de violence et d''indignité à l''égard de l''être humain ?

Dans la continuité du style de ses trois premiers volumes, Max Gallo nous permet de revivre au temps de l''empire romain, de ressentir l''atmosphère et les mentalités profondes de l''époque, toujours sans moralisme ou jugement issu de la pensée contemporaine, mais bien plutôt en tentant de se fondre dans l''univers de ces années-là.
Une plongée dans le Lugdunum des années 170 après J.C, où l''on revit l''acharnement contre les Attale, Alexandre, Blandine et Ponticus, entre autres chrétiens restés célèbres par leur courage exemplaire, eux qui furent maltraités puis torturés de manière horrible avant d''être jetés dans l''arène et offerts en pâture aux bêtes sauvages, vers une mort à la fois lente et violente, érigée en spectacle réjouissant pour le plus grand nombre, qui en redemande, et ce sans jamais renier leur foi chrétienne.
Des temps de sauvagerie impressionnante et à donner froid dans le dos. Un épisode de l''Histoire à connaître et conté ici de belle façon (même si je suis d''accord avec les autres lecteurs commentateurs sur le fait que le personnage de Marc Aurèle et les pensées philosophiques qui sont les siennes sont relativement éclipsés, ne permettant pas vraiment de découvrir le personnage, hormis sous le côté « à charge », et de se faire une idée plus complète de sa personnalité. Il faudra pour cela aller voir ailleurs...').
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 septembre 2008
après la déception de l'ouvrage consacré à Néron (le seul intérêt de ce livre me semble résider dans le portrait qui est dressé de Sénèque), j'avais pris la décision de ne pas acheter la suite. J'ai commis l'erreur de céder à une offre promotionnelle. L'ouvrage consacré à Marc Aurèle est plat, répétitif. Comme l'ouvage consacré à Néron, il me semble manquer cruellement de souffle. Le commentaire de la couverture dans l'édition indique 'on entre dans l'histoire par la petite porte'. Cette formule résume vraiment le livre. Marc Aurèle y est réduit à une simple caricature et à une simple question: comment un homme capable d'écrire 'les pensées' a-t-il pu persécuter les chrétiens. Le type de narration employé conduit à de longs questionnements répétitifs. Aucun repère qui permette de parler d'un roman historique. Tout au plus quelques vagues allusions à ses campagnes. Dommage également que l'auteur ne donne pas les sources précises qu'il a reproduites et/ou utilisées.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 mai 2009
J'ai acheté les 3 premiers qui m'ont bien plu.
Dans celui-ci, on n'apprend pas grand chose sur Marc Aurèle, dommage...
On apprend à quel point les chrétiens ont souffert mais après l'avoir fermé j'ai le sentiment que tout le bouquin ressasse les tortures subies par les chrétiens. Bref, rien de vraiment contructif pour ce tome je trouve.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 septembre 2008
les premiers volumes consacrés aux romains m'avaient beaucoup déçu. J'ai pris le risque d'acquérir le volume consacré à Marc Aurèle. J'y retrouve les mêmes défauts : manque de rythme, caractère répétitif. Finalement, Marc Aurèle est au second plan au profit de longues interrogations sur le martyre des chrétiens. Même si le fossé nqui sépare les Pensées du philosophe du comportement de l'homme politique apparaît régulièrement, le récit manque de repères qui en font un roman historique au sens réel de ce terme. A regretter aussi qu'il ne soit jamais clairement indiqué si les paroles prêtées à Marc Aurèle sont une transcription de ses Pensées ou s'il s'agit de propos imaginés.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 juillet 2009
Une lecture fluide, un récit porteur, un livre qui se dévore, de l'émotion à revendre
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
A la mort de l'empereur-philosophe Marc-Aurèle, Commode, son fils, en réalité un batard que sa femme a eu avec un gladiateur, lui succède. Sadique et dépravé, ce dernier va se comporter comme un nouveau Néron et persécuter sauvagement les chrétiens. Un noble romain, Julius Priscus, disciple et ami de Marc-Aurèle est désolé du tour que prennent les évènements. L'attitude des chrétiens lui semble incompréhensible. Comment ces gens font-ils pour aller à la mort en chantant et pour se laisser martyriser aussi facilement ? Il interroge longuement Eclectos, un grec chrétien qui croit que le royaume de Dieu est proche et qui affirme que bientôt un empereur se convertira et que de l'alliance entre romains et chrétiens sortira un monde et une ère nouvelle.
Un roman historique sur une période particulièrement troublée. Décadence romaine d'un côté et montée en puissance des Chrétiens de l'autre. Le sang des martyrs étant semence de nouveaux Chrétiens. Au début, ceux-ci passent pour des renégats car, objecteurs de conscience avant l'heure, ils refusent de prendre les armes et ne rendent pas le culte dû à l'Empereur divinisé. Ils sont accusés de tous les maux, fouettés, battus, torturés et jetés aux lions. Gallo décrit longuement le supplice de Blandine, de l'évêque Pothin et de leurs malheureux compagnons suppliciés dans les arènes de Lugdunum. Une des scènes les plus gore du livre. Heureusement, il a su contrebalancer ces horreurs par de longues discussions entre Julius et Eclectos et faire quelques flashbacks sur la pensée et les écrits de Marc-Aurèle (humaniste qui n'alla pas jusqu'à faire grâce aux chrétiens) ce qui permet de comprendre les enjeux et les problématiques de cette véritable « révolution culturelle ». Très facile et très agréable à lire, ce livre donne une bonne idée de l'ambiance de l'époque sous une forme de vulgarisation historique simple et légère. Ouvrage plus divertissant qu'universitaire.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 6 mars 2012
livre correct j'ai beaucoup aimer l'histoire , livre correct j'ai beaucoup aimer l'histoire , livre correct j'ai beaucoup aimer l'histoire
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce tome IV est nul! En tout cas je n'ai pas aimé! La reprise du style du tome I en pire: avec ses sauts du coq à l'âne, avec ses sauts du passé au futur, avec ses sauts d'un lieu à un autre, c'est complètement anachronique, on s'y perd, et on y perd tout l'intérêt.

Déconseillé, passez du III au V, vous économiserez...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Les Romains, Tome 1 : Spartacus : La révolte des esclaves
Les Romains, Tome 1 : Spartacus : La révolte des esclaves de Max Gallo (Poche - 12 octobre 2008)
EUR 7,80

Cesar Imperator
Cesar Imperator de Max GALLO (Poche - 1 janvier 2005)
EUR 7,70

Les Romains, Tome 3 : Titus : Le Martyre des Juifs
Les Romains, Tome 3 : Titus : Le Martyre des Juifs de Max Gallo (Poche - 26 mars 2008)
EUR 7,10