Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lumière Noire
Il était fulgurant, façon fulgure aux poings customisé chaîne à vélo puis, tristement, finira étoile filée, comme les bas de ses nombreuses conquêtes. Folie mais par bergère. Il restera surtout le diable noir, le devil in disguise, habillé cuir ou skaï et résolument pas Prada, looking for trouble sur les...
Publié il y a 12 mois par Debout Jacques

versus
11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ma génération...
Toute biographie possède une part d' interprétation d' auteur: la dose de subjectivité nécessaire. Celle-ci en abuse à mon sens. Pour avoir partagé avec le narrateur une partie du vingtième siècle, dans les mêmes zones d 'influence artistique, et quelques années avant lui, (mon âge en témoigne,...
Publié il y a 11 mois par Jean-Michel Ciochetti


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ma génération..., 9 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vies et mort de Vince Taylor (Broché)
Toute biographie possède une part d' interprétation d' auteur: la dose de subjectivité nécessaire. Celle-ci en abuse à mon sens. Pour avoir partagé avec le narrateur une partie du vingtième siècle, dans les mêmes zones d 'influence artistique, et quelques années avant lui, (mon âge en témoigne, hélas), je fus souvent irrité, à la lecture, par de petits anachronismes. Par des confusions historiques des genres, par la faiblesse d' analyse générale sur le sens de l' Histoire. Jusqu' à ce jour, je n' ai encore rien lu de consistant sur ce que fut le phénomène rock en France. Les sociologues l' ignorent jusqu" à le noyer dans le vocable imbécile et méprisant de "YéYé". De ne savoir lire le sens historique du courant libérateur des moeurs que fut le rock américain, manifeste sociétal réactif d' après guerre à la pudibonderie et précurseur du rock anglais de type franchement social, nous avons du subir notre punition que fut l' emprise de la vulgarité officielle d' un Claude François sur les médias. Le météore Vince Taylor mériterait à mon sens une approche plus finement sociologique et mois anecdotiquement people.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Chouette mais encore une déception quand même, 26 juin 2014
Par 
Abenaki "Livre et musique" (Gard et Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vies et mort de Vince Taylor (Broché)
Certes il est sûrement très difficile d'écrire une biographie sur le personnage de façon à ce qu'elle soit fidèle à la réalité. Vince lui même a donné je crois bien des versions sur certaines périodes de son existence et en a laissé pas mal d'autre dans l'ombre.
Mais de là à faire d'une biographie un demi roman....à titre perso je dis "halte là!"

Il faut quand même l'avouer le livre raconte par moment un peu du folklore comme, par exemple, lorsqu'il est écrit que c'est pour remplacer au pied levé Gene Vincent subitement devenu aphone que Vince part en France et se fait ainsi découvrir chez nous. Alors qu'à la vérité il a accompagné les Play-Boys qui s'étaient débarrassé de lui pour le remplacé par Duffy Power. Il leur avait proposé de chanter pour rien et autres motifs pour les convaincre de l'emmener avec eux car il voulait découvrir Paris. Duffy Power, trainant trop sur les boulevards parisiens au lieu de participer aux répétitions fut remplacé pour de bon par Vince lorsque celui-ci a scotché ses musiciens et Bobbie Woodman par son interprétation et sa tenu vestimentaire.
Dire que Vince s'est présenté avec une chaîne trouvée dans la rue et qu'il y a accroché son médaillon dès le début est également excessif. Primo, ce détail de la chaîne me semble, outre imaginaire, franchement inutile au récit mais ceci est un détail. C'est surtout que Vince n'apparait avec son médaillon qu'à partir de son 3ème ep (novembre 61) si j'en juge en tout cas les pochettes de disque. Alors pourquoi en rajouter pour écrire un peu n'importe quoi qui n'apporte rien?

Ce genre d'entorse à la vérité me semble nombreuse dans le récit tel qu'il est raconté.

Un autre aspect désagréable. Ayant lu ou possédant même nombre d'articles sur Vince, certains passages sont pratiquement des copies ou des extraits d'interviews de ceux l'ayant connu. Ou de témoignages. J'ai parfois l'impression d'avoir déjà lu certaines lignes. Pour cause : je les ai effectivement lu ailleurs (Jukebox Magasine, The Observatory, Encyclorock special Vince Taylor, etc....) sur le coup j'ai cette impression que l'on se retrouve par moment dans la même situation qu'au temps du livre "Alias" qui, comme le lecteur de ces lignes le sait peut-être, est principalement un assemblage honteux et médiocre d'articles, d'interviews et de témoignages sur l'artiste et qui sont présentés comme une biographie.

Je trouve aussi que la période glorieuse de Vince est passé à la vitesse grand "V". Sa tentative de come back de 64-65 est plutôt traité de manière expéditive également à mon goût. C'est dommage.
Je trouve aussi regrettable ces moments où l'auteur nous fait passer du récit à la 3ème personne au témoignage subite à la 1ère personne sans crier gare. Pas de ponctuation pour nous prévenir (les fameux deux p'tits points, pas de guillemets...) le texte n'est même pas écrit en italique à ce moment là. Nous passons d'un récit à un témoignage sans s'y attendre. Et c'est dans ces moments là que je retrouve cet aspect de "déjà" lu auquel je fais allusion plus haut.

Alors oui, c'est super chouette de pouvoir enfin lire une biographie sur le roi du rock. Le deuxième qui sort en quelques semaines d'ailleurs. y aurait il un nouvel engouement pour l'artiste maudit qui commencerait à se faire jour? Ce serait génial. Quand je pense que le cinéma ces dernières années se consacre de plus en plus aux biographies, voici un sujet bourré d'intérêts et qui mériterait d'être traité (avec soin et talent s'il vous plait). Ce serait aussi une belle occasion d'y inclure des extraits de concerts de Vince et de ses Play-Boys, interview, passage télé, etc...car il est évident qu'un acteur, aussi talentueux soit il, qui essaierait de bouger comme Vince en chantant ne pourrait éviter le ridicule.
Donc chouette cette série de livres (deux à ce jour) qui sort sur ce roi maudit, mais toujours rien de complètement fidèle. Toujours un peu trop romancé. C'est grandement dommage car nous avons là aussi l'impression d'une sorte de come-back qui s'avère finalement qu'une demi-réussite, un peu à l'image de tout ces come-back foireux dont l'artiste s'était malheureusement fait un spécialiste. C'est bien écrit dans son ensemble, certains passages assez émouvant, on voudrait tendre une main au chanteur. Mais l'auteur a beau s'appeler Gaignault, cela ne suffit pas à contrer les faiblesses du récit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lumière Noire, 16 mai 2014
Par 
Debout Jacques "jacquesd" (Nancy, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vies et mort de Vince Taylor (Broché)
Il était fulgurant, façon fulgure aux poings customisé chaîne à vélo puis, tristement, finira étoile filée, comme les bas de ses nombreuses conquêtes. Folie mais par bergère. Il restera surtout le diable noir, le devil in disguise, habillé cuir ou skaï et résolument pas Prada, looking for trouble sur les scènes d’un rock’n’roll de « pionniers » qui vivait, en ces années soixante, ses derniers feux de gloire pure. Aussi dans ce « vies et mort de Vince Taylor », le diable retourne-t-il aux Enfers, païen chemin de croix à la bande son pleine de fureur et de bruit pas racontée du tout par un idiot mais par Fabrice Gaignault, chroniqueur de cette mort annoncée où l’élégance du Vince entremêle ses rimes avec la déchéance de Brian (Holden). De rock il est aussi question dans ce livre, celui-ci perdant, aux fils des pages, son k final pour écraser, rocher que roule Vince Brian sur les routes de son propre oubli, ce noir dandy, Sisyphe électrique. La généalogie d’un mythe né hier. Brillant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 souvenir du plus grand, 21 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vies et mort de Vince Taylor (Broché)
superbe livre comme il ai dit dans le livre .il me faut un micro et une scene pas besoin de claudettes .c est vraiment le n 1 ila pris un peu sur elvis repris les chansons des autres a sa sauce invente le maquillage avant bowie avant garde du punk j.petit jackson sur scene a cote .vince méritait bien cela
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Vies et mort de Vince Taylor
Vies et mort de Vince Taylor de Fabrice Gaignault (Broché - 30 avril 2014)
EUR 18,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit