Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour savoir ce qu'humour anglais veut dire, 3 novembre 2010
Par 
zybine, amateur éclairé (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grandeur et décadence - NE - Pavillons poche (Poche)
Ce premier roman (1928) du grand Evelyn Waugh (1903-1966), écrit à vingt-cinq ans tout juste, est un chef d'oeuvre de l'humour anglais. Le monde dépeint est celui des public schools, ces collèges et lycées privés destinés à préparer l'élite britannique à entrer à Oxford ou Cambridge. Injustement viré d'Oxford, le jeune et transparent Paul Pennyfeather est contraint d'enseigner (à peu près rien) dans une de ces écoles pour héritiers au Pays de Galles. Il y rencontrera de très troubles personnages, manquera d'épouser une duchesse qui s'avèrera être une maquerelle et finira comme de juste en prison.
Plus c'est gros, plus ça passe : quelque part entre le Candide de Voltaire et les grand satiristes irlandais du XVIIIè (Sterne, Swift), Waugh nous délivre à un rythme quasi insoutenable de réjouissantes scènes comiques touchant à l'absurde. Vos voisins de métro inclineront la tête pour connaître le titre de ce roman qui vous fera rire aux éclats, même dans une rame bondée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Grandeur et décadence, 27 mars 2011
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grandeur et décadence - NE - Pavillons poche (Poche)
Dans le Lost in Translation de Sofia Coppola, lorsque Kelly (Anna Faris), jeune starlette aussi blonde que bruyante, confie que son pseudonyme à l'hôtel Park Hyatt de Tokyo est Evelyn Waugh, Charlotte (Scarlett Johansson) ne peut s'empêcher, une fois la jeune écervelée à distance, de rectifier de manière fort condescendante : 'Evelyn Waugh was a man'.

Evelyn Waugh, le vrai, l'auteur ' au masculin donc ' de Grandeur et Décadence, aurait pu intégrer cette scène dans une version '21ème siècle' de ce vrai-faux roman initiatique et picaresque tant l'auteur se joue des codes littéraires attribués à ces deux genres pour mieux livrer une satire féroce de la Grande-Bretagne de l'époque. Mais pas que, tant l'œuvre, très partiellement autobiographique, prend dans ses derniers chapitres une dimension que l'on qualifiera, pompeusement sans peur des poncifs, d''universelle' pour ne pas faire l'offense à l'auteur d'utiliser la terminologie 'générale'.

Evelyn Waugh dénie, au milieu de l'ouvrage, l'utilisation de l'adjectif 'héros' pour définir le personnage principal, Paul Pennyfeather, tant ce dernier n'a aucune prise sur les évènements ' forcément injustes ' dont il est autant le spectateur que la victime. Renvoyé par méprise de la solide public school de Scone, il échouera tour à tour en tant que professeur dans une obscure et désargentée public school du Pays de Galles, en tant que futur époux d'une riche aristocrate dont il était le précepteur du fils, puis en tant que prisonnier pour avoir aidé ' sans le savoir ' cette dernière à fournir en chair fraîche une série de bordels sud-américains'

Inutile de donner plus de détails tant cet enchaînement de tribulations et de personnages y jouant un rôle factuel actif (le docteur Fagan, Mrs Beste-Chestwynde ou encore Sir Lucas Dockery, directeur de prison) ne constituent pas le principal intérêt de l'œuvre. En effet, au-delà d'une critique vigoureuse et rigoureuse de l'époque (parfaitement divisée en trois parties s'enchaînant parfaitement les unes aux autres : la Grande-Bretagne 'd'en bas' ' comme l'aurait appelée Jean-Pierre Raffarin ', celle 'd'en haut' et celle des institutions), ce sont les personnages secondaires et récurrents, qui surgissent et réapparaissent dans la vie du héros tout au long du roman, les apparitions théâtrales et spectrales de ces increvables qui viennent étayer la thèse de l'auteur : l'absurdité de toute existence sociale. Ainsi, ces personnages tirant leur épingle du jeu sont qualifiés de 'dynamiques' : il en va donc de ce cher Philbrick, qui débarque aux moments où on l'attend le moins par le truchement de combines erratiques ne présentant aucune logique ; ou encore de l'architecte Silenus ' une sorte d'Auguste Comte postmoderne croisé avec Le Corbusier ' qui, aux antipodes du réel, est le visionnaire le plus lucide et désenchanté qui soit ; à un degré moindre, le capitaine Grimes fait également partie de ceux-là, même si son sort est souvent moins enviable. Ces personnages qui, en ne jouant jamais dans les règles, retombent toujours sur leurs pattes, ou plutôt savent savamment se mettre en selle ; ces personnages plus absurdes que l'absurdité du monde lui-même sont les seuls fils rouge de l'univers présenté par l'auteur. Les seuls véritablement pérennes.

Dans l'absurdité des valeurs, des coutumes, des conventions et de l'administration, les personnages 'statiques' n'ont rien à espérer, si ce n'est que d'être partie prenante de la 'grande machine' du monde sans en être éjectés : ainsi, si Paul Pennyfeather n'est jamais maître de son destin, ce n'est pas tant par sa candeur que parce qu'on ne lui en laisse jamais l'occasion. Dans un univers où les valeurs et pensées des personnages sont aussi fluctuantes et superficielles que leurs situations matérielles (l'attachement de Paul à la Société des Nations remis en cause de manière hilarante dans la chaleur de Marseille), se fabriquer un destin hors des règles d'un monde oublié de Dieu est ' pour l'auteur qui deviendra très croyant un peu plus tard ' la seule manière de s'affranchir de son absurdité, à défaut d'être une manière de se rapprocher de Dieu. Désirer laisser une trace à la postérité sans faire preuve d'absurdité revient à tomber dans le piège de la rationalité sur laquelle se base l'institution sociale ; cette même rationalité se révélant elle-même absurde'

Evelyn Waugh nous donne donc les clefs du moins pire en jouant avec ses personnages 'dynamiques' comme avec une balle rebondissante. Mais ce faisant, il nous indique par dessus tout que le mieux, ce vers quoi devrait s'élever l'homme, a déserté les lieux. Chronique finalement plus amère et mélancolique que ne le laissait penser sa mordante ironie, Grandeur et Décadence, par-delà son enveloppe croustillante et divertissante, est autant un éclat de rire qu'un éclat de conscience qui appelle aux éclats de l'âme, le tout dans une langue rapide, précise, où nul mot n'est superflu sans qu'aucun ne manque à l'appel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Grandeur et décadence - NE - Pavillons poche
Grandeur et décadence - NE - Pavillons poche de Evelyn WAUGH (Poche - 6 octobre 2006)
EUR 9,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit