Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'immense talent de Soljenitsyne : une expression par l'humour, 17 août 2008
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oeuvres : Tome 1, Le premier cercle (Broché)
Soljénitsyne n'était pas le premier à évoquer la terreur des goulags. Il y eut des prédécesseurs qui ne furent pas écoutés. L'immense talent de Soljénitsyne réside dans sa mémoire : il veut témoigner de tout ce qu'il vit de la réalité concentrationnaire. Il ne dispose d'aucun support écrit "normal". Il écrit partout, en micro écriture et compose un poème sans fin, que chaque jour il se récite. Il refuse d'oublier. Il est un témoin privilégié de la Liberté.

Ce géant de la littérature décrit dans "Le premier cercle" un univers privilégié de ces camps, appelés charachkas, puisqu'il regroupe une élite : ingénieurs, mathématiciens qui vont travailler pour les programmes nucléaires et spatiaux soviétiques. Soljénitsyne est mathématicien. Il a donc eu ce privilège de travailler dans cette prison.

Quel enfer !

L'humour anime l'écrit. Quel bonheur que cette scène surréaliste d'un gradé politique qui est imposé conférencier et qui lit un discours qu'il n'a pas préparé. Quelle surprise de lire sur le visage des autres détenus l'incompréhension gênante, inconfortable car le rire est si proche de la confusion créée par ce bonhomme insipide, aigre, qui ne se rend pas compte qu'il lit deux fois les mêmes pages du discours ; le secrétaire ayant oublié de retirer l'exemplaire carboné !

Soljénitsyne se réfère par le titre et le développement de son sujet à la "Divine Comédie" de Dante. Pour le lecteur qui connaît à la fois Dante et Soljénitsyne, cette référence est un appel à la Foi qui sauve. Soljénitsyne, dans "L'Archipel du Goulag", tome 2, au chapitre intitulé "l'âme dans les barbelés" remercie le Goulag de lui avoir rappelé qu'il existe un fonds en deçà duquel l'homme ne peut chuter, qui est la Foi en Dieu. Le "premier cercle" de Dante est celui où se rencontrent les âmes damnées c'est-à-dire vertueuses n'ayant pas connu la révélation du Christ.

"Le Premier Cercle" est un très grand livre d'où l'espoir ne sort pas vivant en apparence fors l'humour et la Foi en Dieu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 pure merveille de littérature russe, 3 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oeuvres : Tome 1, Le premier cercle (Broché)
L'auteur de l'Archipel du Goulag nous donne à lire (et à voir) l'intérieur de la machine stalinienne. Une lecture indispensable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Oeuvres : Tome 1, Le premier cercle
Oeuvres : Tome 1, Le premier cercle de Alexandre Soljénitsyne (Broché - 24 novembre 2006)
EUR 13,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit