undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
180
3,9 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 novembre 2012
C'est avec impatience que j'attendais cette nouvelle épopée "Werberienne", et le tout 1er avis publié sur un blog était tellement élogieux que j'avais hâte de voir ce qu'il en était.
Résultat: je reste un peu perplexe, un peu sur ma faim aussi. Pourquoi?
D'abord, le côté positif de ce roman. On constate que le travail de recherche de l'auteur est vraiment intense et soulève pas mal de questions "sérieuses" pour notre époque. Le retour des parallèles à l'Encyclopédie du Savoir relatif et absolu est vraiment plaisant et les différentes symboliques contribuent à rendre de livre très travaillé.
Néanmoins, j'avoue que je m'attendais à un "renouveau", un vrai, bon Werber, digne des Fourmis (inimaginable comme cette trilogie constitue une référence...). "La troisième humanité" s'alourdit peut-être un peu trop de parallèles, de recoupements pour que le récit soit suffisamment fluide. De plus, et cela est tout à fait personnel, étant devenue moi-même biologiste depuis les Fourmis, le côté scientifique ne m'apparaît plus aussi magique qu'auparavant.
Pour conclure, je dirais qu'il s'agit d'un bon roman, tombant à pic dans une actualité décadente qu'il nous lance d'ailleurs peut-être trop vivement au visage pour qu'on en sorte avec une impression positive. Au lieu de nous faire rêver, comme ce à quoi on pourrait s'attendre, il nous confronte à une réalité devant laquelle on baisse trop souvent les yeux. En fait, il est un peu le reflet de l'Apocalypse: une vérité que l'humanité ne peut supporter...
0Commentaire| 37 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2014
J'aime habituellement les livres de Werber et certaines sciences fictions. On accepte une proposition fantastique, un vaisseau spatial , des fourmis dotées de conscience, un voyage dans le temps, et on s'abandonne au plaisir de la lecture, l'effort d'imagination est en fait minime si le livre est bon. Dans ce roman par contre l'imagination doit sans cesse être forcée contre le simple bon sens, jusqu'à en interrompre le cours à chaque chapitre.
Je ne reviens pas sur un style plus convenu que lors des précédents romans, ni sur le choix des méchants iraniens et gentils français, ni même sur la motivation des "héros" qui n'ont rien de plus pressé que de torturer la nouvelle humanité qu'il viennent de créer et de s'en servir comme cobaye. Ceci a été évoqué par d'autre lecteur. En revanche la torture du sens commun m'a gâché la lecture plus encore.
Dés le premier chapitre, on retrouve sous les glaces antartiques (apparues bien avant les australopithèques mais bon...) un corps humain de 17 mètres, donc de 10 fois la taille et 10 fois le poids des humains actuels, soit 700 kg. En fait non: 10 fois la hauteur donc aussi 10 fois la largeur et 10 fois la profondeur, donc 1000 fois le volume: 70 tonnes, la taille et donc le poids d'une baleine. Je n'arrive pas à les imaginer faire un pas sans s'écrouler victime de fractures multiples.
Les mini-humains eux font 17 cm donc 7 kg, en fait plutôt 700 g avoue l'auteur après un instant de réflexion, trop courte. Essayez d'injecter un demi litre d'eau dans une poupée Barbie pourtant deux fois plus grande. Les mini-humains pèsent 70g et sont condamnés à marcher comme Neil Amstrong sur la lune ou comme un marsupilami, je ne sait trop.
Ayant une vie plus courte, les mini-humains sont adultes à 2 ans, et dans ce laps de temps ils arrivent à ingurgiter la totalité des informations, lecture, langage, que les autres mettent 20 ans à acquérir. Pour information le primate ayant le plus gros cerveau par rapport à son corps est le singe capucin - l'homme arrive en deuxième - et s'il n'arrive pas au niveau de conscience d'un chimpanzé ou d'un éléphant, c'est précisément parce qu'il a un cycle de vie et surtout une enfance très courte.
Je cherche peut-être la petite bête mais toutes les explications "scientifiques" sont du même tonneau. Une vague de froid fait disparaître les géants parce qu'il ont une plus grande surface exposé au froid, sauf que c'est l'inverse, un plus grand volume résiste mieux aux écarts thermiques, l'ours brun triple son poids entre les Pyrénées et la Sibérie, et les suédois sont plus grands que les portugais.
Une météorite tombe sur la terre il y a 65 millions d'années (vrai), change l'inclinaison de la terre (faux, pas grave) et donc change sa gravité ??? La gravité ne dépend que du poids de la terre et vous pouvez pencher une boule comme vous voulez, elle fait toujours le même poids.
On retrouve le premier homme, fruit des amours d'un primate et d'un phacochère. En conclusion loufoque d'un précédent livre, cela pouvait passer même si c'est génétiquement idiot, mais en tombant au milieu d'un autre roman et dans l'optique d'un descendant de 17 m, il n'en reste que le ridicule.
Une épidémie tue un quart de l'humanité, on a là une science fiction intéressante. Cela semble vaguement aboutir à un chaos indescriptible..., et d'ailleurs non décris puisque les héros vivent l'ensemble de l'épisode coupé du monde dans leur bunker. Cela aurait pu faire l'objet d'un livre, voir d'une trilogie, et c'est bâclé en deux chapitres, ensuite, rien... Tout repart comme avant. La dernière fois qu'une épidémie a emporté un quart de la population, le vieil ordre féodal stable et prospère a été balayé, toutes les anciennes valeurs remises en question et les contemporains ont nommé eux même cette période "Renaissance". Pour Werber par contre il ne se passe absolument rien, et cela me donne l'impression désagréable qu'un excellent roman n'a pas été écris.
Continuons. L'épidémie est arrêtée brutalement par une chute de neige... à Paris. Les australiens vont être contents.
L'Atlantide, les pyramides, l'ile de Pâques, tous les ingrédients de la science fiction sans imagination défilent. C'est curieux qu'il reste si difficile d'imaginer les ancêtres de ces gros ploucs d'égyptiens ou de mayas construire des pyramides sans l'aide de divinités, d'extra-terrestres, voir d'occidentaux. La tour Eiffel par contre n'a jamais servi d'antenne cosmique, étonnant non?
J'ai fini par penser que j'avais raté un humour de deuxième degré bien caché, en particulier quand on apprend que le bunker est gardé par un chihuahua, plus dangereux qu'un gros chien parce qu'il peut se cacher et que sa petite taille "l'oblige à être plus vicieux". Je me demandais justement pourquoi Bill Gates s'était recyclé en garde du corps de Mike Tyson.
J'ai fini par lire ce roman comme une suite d'affirmations péremptoires toujours fausses, une enfilade de perles ridicules, et non comme une histoire. Il semble que d'autres ont aimé. Bernard Werber a un bon talent de conteur, cela peut suffire aux inconditionnels, je n'en suis plus.
S'il vous plait Mr Werber, pourriez-vous faire une trilogie sur l'épidémie?
11 commentaire| 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2012
Troisième Humanité renoue enfin avec les trilogies, que j'aime tant chez cet auteur.

Ce livre est très prenant, les personnages attachants et ont a qu'une envie, voir où l'aventure va les mener.
Une fois commencé, on veut le finir, l'accroche est immédiate.
J'aime bien ce rythme de lecture, qui suit un personnage en alternance avec l'encyclopédie (Dommage que certains extraits de cette dernière soit des reprises, bien placés et utiles à l'histoire, il est vrai) et surtout l'"être" spécial dont je ne veux pas révéler l'identité. Cette façon de lui prêter une conscience est à la fois fantastique & terrible, je pense.

Après, quand je lis un livre, j'aime bien qu'il me déconnecte de la réalité et de ses problèmes et ce livre est, pour moi, trop proche de la réalité. Loin de moi l'idée de fermer les yeux sur le désastre écologique qui se joue chaque jour, mais en tant que personne engagée dans la protection de l'environnement et animale, ce livre ne m'a pas permis de m'évader dans un autre monde tellement certains ne sont qu'une retransmission de la triste réalité.

Le clin d’œil aux autres ouvrages de l'auteur ne me dérange pas, les ayant lus, mais ils n'apportent rien au présent livre je pense, et me demande comment ils sont compris par des personnes ne les ayant pas lus...

Je pense que ce livre est un bon choix pour ceux et celles qui ne connaissent pas les œuvres de B Werber et qui veulent se lancer. De mon côté, j'attends avec impatiences la sortie du Tome 2 pour connaitre la suite des aventures de ces personnages, petits & grands.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2012
3ème Humanité, le dernier livre de Bernard Werber ne peut pas laisser insensible. Pour tous ceux qui se préoccupent un temps soit peu, ou carrément beaucoup de notre avenir sur cette planète Terre. En effet, il s’agit cette fois de se poser les questions existentielles sur la préservation de notre humanité qui semble être fortement lié à notre chère planète bleue. Plusieurs projets sont mis en concurrence par plusieurs scientifiques et chercheurs; Le but final étant managé par l'état dans le but de prévoir une solution à long terme pour la sauvegarde de l'humanité. Déjà le roman commence sur les chapeaux de roues par la découverte de géants humains. La suite du roman nous emmène dans une aventure hors du commun, sur un fond d'apocalypse grandissant. Dommage que le récit reste toujours un peu froid avec Bernard Werber. Mais ce n’est pas grave car on ne s'ennui décidé pas de ces romans. Vivement la suite légèrement présagée à la fin du livre. L'histoire reste très originale et on en a vraiment pour son argent.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
N'en déplaise à certains, un roman reste un roman !
Un roman avec toutes ses intrigues, toutes ses fantaisies et toute l'imagination de l'auteur!
>
"bitaud Christophe" nous pond toute une tartine visant à décrédibiliser ce premier tome de Bernard Werber !
Diable, nous sommes justement dans une fiction et non dans un documentaire, pourquoi ne pas se laisser porter par le récit au lieu d'en décortiquer toutes les invraisemblances ?
Je suppose que la lecture a du être fastidieuse pour vous Christophe, et c'est dommage de ne pas avoir su vous laisser aller aux fantaisies de l'auteur !
Ceci étant dit, il est inutile de vous préciser que j'ai été complètement captivée par ce livre !
>
Trois intervenants s'alternent par chapitre.
- La terre d'abord, qui se raconte et qui nous raconte.
Je n'en dirais pas plus...
- Le groupe de savants à l'origine de cette troisième humanité.
Ses incertitudes, ses échecs, sa victoire puis ses problèmes...
Encore une fois je n'en dirais pas plus...
- Enfin des extraits de l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu d'Edmond Wells, cette encyclopédie que tous les fidèles de Bernard Werber connaissent.
Là, je n'ai pas grand chose à rajouter...
>
Nous voilà témoin de la création de cette troisième humanité, incertaine, sûrement... Mais au combien séduisante !!!
Et puis zut !!! ..........ET POURQUOI PAS !!!!!!!!!!!!!!!!
Que vont inventer nos chercheurs du futur ? Nous l'ignorons.
Que nous ont appris le passé et le présent ? Que la réalité dépasse souvent la fiction !!!
Alors je me suis laissée porter, je suis entrée dans le rêve et je n'ai qu'une hâte... C'est de connaître le sort infligé à ces petites créatures.
>
Amateur de rêve, de fiction, de science et d'irréalité, je vous conseille ce livre.
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2015
J'avais beaucoup aimé les deux premiers tomes des Fourmis et les Thanatonautes quand j'étais plus jeune. Mais j'avais lâché après avoir été déçu par ses ouvrages suivants, il y a une quinzaine d'années.
Et là cet été je me suis dit "tiens, pourquoi pas retenter le coup". Mal m'en a pris. Car de la lecture de ce livre, je retiens quatre grandes lignes de force:
1) une histoire bancale et qui sombre parfois dans le ridicule. L'auteur à la fin du livre nous apprend que la version que nous lisons a été la 21ème; grand bien lui aurait pris de s'atteler à une 22ème, ne peut-on s'empêcher de penser en refermant l'ouvrage
2) des dialogues d'une platitude rarement atteinte, avec des personnages caricaturaux et sans aucune profondeur
3) un style d'écriture qui ferait passer Marc Levy pour un grand technicien de la langue française
4) un galimatias de condensé de "pensées" new-âge mal digérées par l'auteur, qui nous amène plus du côté de oui-oui que d'un roman pour adulte

A moins que ce livre ne soit destiné à des 10-14 ans n'ayant jamais lu de roman d'anticipation et désirant découvrir le genre à partir d'un livre facile à lire et assez inoffensif sur le fond, je déconseille sa lecture. Il n'est pas dans mes habitudes de poster des commentaires négatif sur une oeuvre littéraire tellement je connais la difficulté d'écrire et tellement je respecte les écrivains, mais là...
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2012
Je suis en train de lire ce roman (j'ai une autre activité chronophage, le jeu en ligne, ce qui fait que je lis ce roman par petits bouts, 10 à 15 pages par jour), pour le moment, je ne suis pas déçu par ce que j'ai lu c'est du bon Werber... mais ...
Il ne faut pas oublier que Mr Werber a mis près de 2 ans pour sortir ce roman, je ne dis pas que ça ne valais pas le coup d'attendre, mais attendre 2 ans pour un livre qui est une pub pour les autres œuvres de l'auteur, notamment la trilogie des fourmis et le papillon des étoiles, me permet de juger que ce livre ne vaut que 4 étoiles, c'est ma nuance pour dire qu'il n'est pas parfait...Ceci nous montre, sans doute, que vu ce qu'a déjà gagné l'auteur avec le reste de son oeuvre, il a le temps de faire d'autres choses à côté et de prendre son temps afin de peaufiner sa nouvelle trilogie...
De même, l'auteur surfe sur la vague environnementaliste (je préfère au mot écologique, qui sous-entend une notion politique qui me déplait), un sujet qui est à la mode et qui fait vendre (ok, il le fait avec brio)...
Je n'ai presque jamais été déçu par cet auteur, juste 2 fois, à la fin du papillon des étoiles car il y a un gros plagiat de la Bible, ce qui, pour moi, dénote un manque flagrant d'imagination, et par la fin de la saga des Dieux, l'auteur nous tiens en haleine durant 3 gros pavés pour nous sortir une fin tellement énorme qu'elle me paraît biscornue...

Enfin je voudrais rebondir sur la phrase "un auteur qui ne se prend pas au sérieux", car j'ai encore en mémoire la fermeture d'un forum, qui a longtemps été considéré comme le forum officiel de Bernard Werber, ce forum a été conçu par 3 passionnés de l’œuvre de Werber, il a accueilli en son sein les fondateur d'un autre excellent forum l' ESRA online (l'encyclopédie du savoir relatif et absolu en ligne)
Malheureusement ces passionnés ne pouvaient plus continuer à faire héberger gratuitement le forum, et ils en sont arrivé à 3 choix, fermer le forum, rendre payant le forum afin de se payer un bon hébergement (ce qu'ils ont refusé de faire, bien que ça aurait permis de garder une certaine indépendance vis à vis de l'auteur), ou accepter l'offre de Bernard Werber de faire héberger ce forum par Albin Michel, c'est cette dernière solution qui a été retenue...
Malheureusement cet auteur, qui ne se prend pas au sérieux a voulu faire de ce forum, la vitrine de son œuvre, et a demandé aux admins de censurer les personnes qui venaient sur le forum en disant qu'ils n'aimaient pas tel ou tel point de l’œuvre de Werber (alors qu'auparavant régnait sur ce forum une vraie liberté de penser, une personne pouvait s'inscrire sur le forum et dire qu'il n'aimait pas telle partie de l’œuvre de raison, du moment qu'elle argumentait, un dialogue s'instaurait...)
Les admin ont refusé de céder aux caprices de l'auteur, et ils nous ont annoncé leur décision de fermer le forum, 15 jours plus tard, en nous en expliquant les raisons...
Je ne garde pas de rancune de cet épisode, au point de boycotter les livres de cet auteur, car j'y trouve toujours un plaisir de lecture, et j'ai l'impression d'y apprendre des choses, mais je garde ceci en mémoire, et je ne peux pas laisser passer qu'on dise que BW ne se prend pas au sérieux...Il donne l'apparence d'un auteur qui ne se prend pas au sérieux, mais dans les faits, il n'est pas toujours aussi cool qu'il essaie de nous le faire croire...
11 commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 octobre 2014
Dur, dur, dur de tenir la distance !
Dommage, l'idée était vraiment très intéressante : a priori, des humains moins volumineux consomment moins de ressources, finies. Mais à vouloir "se la péter" scientifique, on commet beaucoup d'erreurs de simple bon sens. S'ajoutent à cela un scénario anémique à peine digne d'une série D.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2012
Werber fait partie de ces auteurs dont beaucoup de gens entendent parler sans oser se lancer... c'est bien dommage.

Je pense que ce "Troisième Humanité" est un bon moyen de découvrir l'auteur, le livre est très accessible et prenant, les 50 première pages sont déroutantes au possible (comment souvent on à pas envie de lâcher le livre !).

L'encyclopédie est toujours un régal (même si certains articles sont dans pas mal de livres).

Pour le lecteur qui découvrirais l’œuvre sachez que dans ce roman beaucoup d'allusions sont faites à d'autres romans précédents de l'auteur (les fourmis, le papillon des étoiles) peut être une bonne idée pour compléter votre bibliothèque ;)

Après deux derniers livres très moyen Werber semble renouer avec ce qui fait son succès, vivement la suite (le 3 Octobre 2013 ?)

Au niveau des regrets : la manière "simple" de se sortir de certaines situations
le côté "l'écologie pour les nuls"
une couverture pas forcément bien choisie...
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2013
Je suis fan de Bernard Werber, ai lu pratiquement tous ses livres, et pourtant ici, je ne suis pas du tout emballé par ce livre, bien au contraire. C'est difficile de critiquer surtout lorsque l'on imagine tout le travail que représente un livre, en plus en fin il explique qu'il y a eu 21 versions et deux ans d'écriture.

Ce livre m'a vraiment mis mal à l'aise:

1. J'ai rarement lu un livre aussi mal écrit. Je parle ici de l'écriture en elle-même. On critique souvent Bernard Werber pour son écriture simple, voire simpliste...jusqu'à présent je n'y voyais que des jaloux ou de tristes sires sans imagination et n'étais pas dérangé par l'écriture simple, mais rythmée. Mais ici, c'est triste. L'écriture est non seulement simpliste, mais il y a des mots mal utilisés, des images peu convaincantes, c'est plat mais plat.On a l'impression que Bernard Werber ne s'est pas relu, comme si pour lui, ce qui compte uniquement à présent, maintenant qu'il a tracé son chemin, c'est le contenu et son imaginaire plus que le texte en lui-même qui n'a plu vraiment d'importance. Même les réflexions sont plates. Reste l'encyclopédie du savoir relatif et absolu excellente.

2. Mais pire: les sous-thèmes abordés par le livre: des clichés, des préjugés. Les méchants sont les iraniens,les musulmans... Dingue quand on connaît l'aura qu'a BW,l'influence qu'il a sur les lecteurs, de plonger tête baissée dans une actualité souvent biaisée par les médias et d'enfoncer le clou: méchants et dangereux musulmans, mauvais iraniens. Werber pourtant semble prôner un monde réconcilié, un monde d'humanité en paix....alors pourquoi prolonger la haine de notre réalité dans un roman imaginaire. C'est dangereux et contreproductif...à moins que l'on souhaite les guerres et enraciner les haines et préjugés,ce que je doute venant de sa part. Je ne suis pas musulmans, mais en connais beaucoup (toujours la même histoire, une fois qu'on rencontre les gens on apprend à mieux les connaître)et suis vraiment mal à l'aise par rapport à toute l'humanité que j'ai rencontrée, que j'ai découverte chez beaucoup d'entre eux. La vision de BW est sans recul et regard extérieur. Pauvres musulmans, à cause d'une poignée (grande certes), les voilà mis au pilori de la société... Un peu comme du temps de la guerre froide: les gentils américains et les méchants russes...Incompréhensible pour quelqu'un de la culture de Bernard Werber.A ce titre ce livre est "dangereux", tristement raciste.

3. quel excellente idée de faire parler "le personnage en italique"... mais que c'est plat, petit, nombriliste ce que ce personnage dit: on aurait aimé du lyrisme, de la philosophie, de la magie....rien de tout ça.

Si j'ai continué à lire le livre jusqu'au bout c'est que régulièrement je venais (re)lire les critiques pour me persuader de continuer...si vers la fin du livre on retrouve un peu Werber, bof, bof,bof...
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,90 €
22,00 €