undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles34
3,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Ce roman est centré sur les soit-disants élites new-yorkaises, qui, après avoir mené des études plus ou moins brillantes dans les universités uppées du pays (le plus souvent grâce à l'aide financière de leurs parents), se concentrent à Manhattan (avec, pour luxe suprême, un appartement donnant sur Central Park) et gagnent bien leur vie en travaillant dans les banques et fonds d'investissement de Wall Street.
Ce livre est, disons-le tout de suite, assez énervant pour un lecteur européen, car il doit supporter des pages et des pages de description minutieuse des endroits en vogue à NY (même l'adresse du meilleur fromager local !) et des us et coutumes de tous ces parvenus (responsables quand même d'une crise économique majeure mondiale!). Le lecteur doit aussi faire l'effort d'assimiler une foule non négligeable de personnages, ne jouant pas tous un rôle-clé dans l'intrigue du roman, qui ne commence vraiment à se dessiner qu'à la page 120 (sur 450).
Celle-ci porte sur un scandale financier touchant une boite d'investissement, fondé par un self made-man : Carter DARLING. L'un des personnages principaux du roman, Paul ROSS, jeune avocat d'affaire, ayant épousé Merril DARLING, une des filles de Carter, vient justement, à la suite d'un licenciement économique lié à la crise) d'être engagé chez son beau-père. Il comprend très vite qu'il est rentré dans une boite au centre d'un énorme scandale financier (à la MADOFF) : il est condamné à choisir, pour sa survie professionnelle, entre la fidélité au clan des DARLING ou la coopération avec l'avocat général qui maîtise la SEC (Commission de Contrôle de la Bourse).
Les 150 dernières pages du roman sont, heureusement pour le lecteur, beaucoup plus prenantes et le dénouement (assez complexe) de l'intrigue est fort réussi. Il est dommage cependant que les 300 premières pages, fourmillant de détails sur la vie new-yorkaise n'aient pas la classe et l'ironie d'un Tom WOLFE (auquel l'auteure du roman apporte ses remerciements en fin d'ouvrage) : la description des activités de ces « maîtres du monde » (qui, en général, il faut bien le reconnaître, sont des bourreaux de travail) et de leurs proches est en effet d'un conformisme très vite lassant.
Dommage car l'intrigue et le dénouement final auraient mérité mieux...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
J'ai lu ce livre avec beaucoup de facilité. Le suspens est maintenu à travers les différents chapitres. L'histoire se déroule sur une petite semaine autour de Thanksgiving et permet au personnages de nous montrer aussi bien le New-York des riches banquiers que la campagne environnante de la société bien notée. Bien sûr ce sont des personnages qui ne font partie de cette société clinquante qui vont apporter de l'éthique et vont faire tomber les riches sans morale, tournés uniquement vers l'argent. On veut à tous prix croire que les riches ont fait tout ça pour assurer un avenir heureux pour leur famille, mais même ce but n'est pas atteint puisque tout le monde est égratigné par quelque chose qui leur sera refusé. Les enfants qui ne voient pas assez leur père, la femme qui ne peut qu'aimer ses enfants alors que son mari se sentant délaissé, a une maitresse attitrée, un femme du pouvoir de l'argent.
Plein de portraits un peu communs, l'histoire arrive tout de même à porter le livre jusqu'à la dernière page.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Au début du roman, j'ai eu un peu de mal. Beaucoup de personnages, un sujet complexe (mécanismes financiers, et manoeuvres frauduleuses), des personnages dont le point de vue est exposé tour à tour, rapidement, une impression d'être un peu "dépassée" par ce rythme saccadé qui s'accorde si bien à New York... et puis, au fil du roman, on rentre de plus en plus dans l'histoire, et on se surprend à vouloir en connaître le dénouement. Au final, j'en suis sortie avec le sentiment que la finance, c'est vraiment un monde qui broie ses protagonistes, potagnosistes qui sont prêts à toutes les vilennies, et même à renier leurs attachements, pour y arriver ou se sortir des ennuis... Le plus décourageant étant sans doute que les pires requins peuvent arriver à s'en sortir... le monde de la finance New-Yorkaise, pire que Dallas ? sans aucun doute...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Beaucoup de commentaire positif... Néanmoins, moins je l'ai trouvé barbant. Pourtant prenant. Une quantité de lieux, et de noms trop mirobolante !

Au debut j'étais bien dedans, mais tous ces noms propres m'ont fait couper court à cette lecture, je retenterais plus tard.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
A l'instar de la Saison 3 de Damages, Park Avenue nous propose de revisiter l'une des plus grosse arnaque financière de l'humanité, la célèbre pyramide de Ponzi de Bernard Madoff. Et tout comme dans la série, l'angle choisi est celui de la destruction d'une famille de puissants dont l'héritage est bâti sur le mensonge, plutôt que celui des victimes anéanties ou celui du peuple qui a pu se réjouir de voir les nantis se faire prendre à leur tour au piège du jeu de la bourse. Sans être trop technique, l'intrigue est crédible et le suspense agréablement dosé, à la manière d'une série policière où l'on découvre les uns après les autres les épisodes clés des suites de la découverte de l'affaire, les manoeuvres politiques désespérées de dernière minute, les codes et les moeurs de cette haute société qui se révèle vulgaire et indécente sous ses artifices. Mais si le ton est juste et le plan habile, la pauvreté de ce style sans fioriture et le goût trop prononcé de l'auteur pour les détails matériels assomment malheureusement le lecteur à petit feu : la faute à une traduction clinique sans grande originalité ou à l'écrivain focalisé sur son plan plutôt que sur sa tournure de phrase ? Ici, vous ne serez pas bercés par la "petite musique" du style, et encore une fois, le sentiment prédominant est qu'il s'agit davantage d'un scénario sans identité que d'un véritable roman, fâcheuse tendance de ces romans grand public venus d'Amérique du Nord...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
le rythme de ce livre ne m'a pas du tout convenu. Je suis une lectrice du soir et j'ai besoin d'être tenue en éveil, par l'intrigue, par le style, par ce je ne sais quoi qui fait qu'on veut avancer voire qu'on doit se faire violence pour poser ce livre parce que demain il faut quand même se lever....
Sauf que là... pas le bon moment, pas le bon livre je ne sais pas... mais j'ai eu beaucoup beaucoup de mal à avancer. Je me suis fait violence pour lire quelques pages chaque soir, pour ne pas capituler...
Je n'ai rien de particulier à reprocher à ce roman :
- il n'est pas mal écrit, mais pas exceptionnellement bien non plus,
- l'idée n'est pas mauvaise mais l'intrigue est looooooooooooooooooooooooooongue à se mettre en place, tout est lent,
- les personnages ne sont pas désagréables mais insipides....
- Bref tout parait tellement convenu à l'avance dans ce livre que j'ai eu de grandes difficultés à me motiver pour le lire.

Et sûrement ce n'était pas le moment, peut-être que sur une plage au soleil tout serait mieux passé... mais je n'aurais sans doute quand même pas été captivée comme par d'autres auteurs anglais...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Madoff expliqué aux nuls! Ce livre dénonce très bien les méfaits de la spéculation et démonte les mécanismes.
Sujet hélas tellement d'actualité.
Je complèterais quand j'aurai fini de le lire!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
C'est avec un grand plaisir et beaucoup d'intérêt qu'on lit "Park Avenue".

Après un prologue qui nous raconte le suicide d'un homme très riche, collectionneur de voitures, le roman nous plonge d'emblée dans le milieu des grand financiers New Yorkais, un monde parfaitement décrit par Christina Alger, avec ses codes, ses rites, son système de valeurs si étranger au commun des mortel qu'est le lecteur lambda. Et c'est du point de vue des membres de cette caste, en particulier de la famille Darling, que nous allons petit à petit découvrir le pot aux roses, l'escroquerie monstrueuse sur laquelle repose toute cette richesse frauduleuse. Car il s'agit bel et bien d'une transposition de l'affaire Madoff qui a secoué l'Amérique peu de temps après la faillite de Lehman Brothers et le début de la crise dans laquelle nous pataugeons toujours.
L'auteure va nous présenter de nombreux personnages dans un temps du récit très resserré: le week-end de Thanksgiving. Elle a donc recours à l'évocation des souvenirs des uns et des autres au fur et à mesure que l'on rentre dans leur courant de pensée. Ils sont, somme toute, sympathiques ces richissimes patrons de fonds spéculatifs, ces avocats pourris. Ils aiment leurs femme, ou leur maîtresse, leurs enfants et leurs chiens. Ils dépensent des millions de dollars pour agrémenter leur vie courante parce que c'est ce qui se fait. Ils sont prisonniers d'un système qui exige tout cela. On les plaindrait presque! Alors, que certains d'entre eux deviennent des escrocs pour maintenir leur train de vie n'étonne qu'à moitié.
A travers tous ces nombreux personnages (dont certains sont quand même honnêtes), un portrait sans concessions de l'Amérique est dressé. On y voit des femmes riches et oisives occupés à organiser des galas de charité brassant des millions de dollars en faveur des animaux et organiser de luxueux dîners alors que des secrétaires ont bien du mal à joindre les deux bouts même si elles n'ont pas pris de vacances depuis quatre ans, et que d'autres sont ruinés par la maladie ou la perte brutale de leur emploi, (sans indemnités de chômage, cela va sans dire).
Dans la dernière partie du roman, un sorte de suspense s'installe: qui va l'emporter? Les innocents qui veulent faire éclater la vérité ou bien les escrocs qui veulent les incriminer et les piéger pour se dédouaner?
"Park Avenue" nous passionne donc jusqu'à la dernière ligne.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Cela aurait pu etre un tres bon thriller sur l'impact d'une fraude, genre Maddoff, sur le monde financier, c'est en fait un recit des consequences de la ruine sur une famille.
Etude de moeurs plus que roman sur la crise financiere, ce livre vient long et un peu ennuyeux. Dommage car il y a de bons passages sur le machiavelisme des acteurs du desastre financier pour se sortir d'affaires..
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2013
La partie monde de la finance et high society new yorkaise est intéressante mais un peu survolée et l'intrigue est très décevante
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)