undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

104
4,2 sur 5 étoiles
La patience du diable
Format: BrochéModifier
Prix:22,90 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 juillet 2014
Fan de Thrillers, j'attends toujours avec beaucoup d'impatience les nouveautés. Un livre de Maxime Chattam est toujours un événement.
et bien j'ai été très déçue par ce roman.
Bien sur, il y a une intrigue intéressante, mais ce n'est pas un grand livre, l'histoire parâit être un résumé de plusieurs thrillers et les pensées de Ludivine sont assez longues parfois.
bref, j'ai eu du mal à rentrer vraiment dans l'histoire..... et j'ai deviné le nom du coupable des son apparition.... dur dur.
Comme le disent certains dans leur critique, un roman de vacances, même si parfois certaines scènes sont violente.
Le prochain livre de M. Chattam sera surement meilleurs ... du moins je l'espère.
j'avais adoré la trilogie...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 juin 2014
Fan de la première heure, tous ses livres achetés des leur sortie, je me suis vue peiner pour finir ce dernier livre de Mr Chattam. La tournure est "pompeuse", l'intrigue un peu mole et le plaisir de retrouver Ludivine et Segnon, gâchée par ces phrases à la tournure si peu "chattamesque". Avant de me précipiter pour le prochain (je reste fan malgré tout), j'attendrais de lire les premières critiques.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
18 mois après les événements de la « conjuration primitive », Ludivine et Segnon tentent de retrouver une vie normale.. Alors qu’ils prêtent mains fortes dans l’interpellation d’un go-fast, ils tombent sur une cargaison surprenante… de la peau humaine… l’enquête prend très vite des allures inquiétantes et hors norme, des gens morts de peur, des massacres qui s’enchainent… tout cela est-il lié ? Par qui ? par quoi ?… une nouvelle descente aux enfers se profile pour les deux gendarmes… avec l’aide de Guilhem, le petit nouveau de l’équipe (suite au décès d’Alexis dans le livre précédent) saura prendre petit à petit un rôle plus important, malgré sa réticence à se rendre sur le terrain…

S’il prend la suite de la « conjuration primitive », (qu’il n’est pas absolument nécessaire d’avoir lu, les éléments clés étant rappelé quand cela est nécessaire), ce second opus n’est pas vraiment aussi bon…
L’intrigue met très longtemps à décoller et la première moitié du roman traine beaucoup en longueur. Le personnage de Ludivine peine à accrocher le lecteur, ses souffrances un peu lourdes et ses réactions rebelles parfois incompréhensibles la rendent peu charismatique au final… Il faudra donc du temps pour rentrer dans ce roman… où les 200 dernières pages seront plus prenantes et dynamiques… mais les situations parfois bien improbables… (A croire que les leçons du passé n’ont pas été retenues)… rendent le tout parfois difficile à engloutir avidement…
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
19 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 juin 2014
Autant j'avais adoré "la conjuration primitive", autant j'ai été très déçu de ce dernier roman. Sans doute pour moi le moins bon de l'auteur... Intrigue sans grande surprise, souvent peu crédible, pas autant d'action et de suspense que dans les précédents romans, j'avais hâte d'en finir. Vivement le prochain, je ne pense pas que Chattam, d'ordinaire si bon, parvienne à sortir deux médiocres romans d'affilée.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 juin 2014
J'ai passé un bon moment mais sans plus. L'histoire est bien moins bonne que la conjuration primitive qui était un chef d'oeuvre à mon goût. Ici on a juste à faire à un petit thriller sympa mais sans plus. Il n'y a pas de grand suspense et l'histoire a vraiment du mal à décoler. On sent que l'auteur à un fait le tours de la question avec ses précédents ouvrages et il a du mal à nous donner une histoire créative et intéressante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 septembre 2014
Comme beaucoup et comme à chaque sortie d'un livre de Maxime Chattam, je me suis ruée dessus ... pour vite retomber !
J'ai été déçue de ne pas avoir la qualité des autres livres !

L'histoire est bien trouvée, comme d'habitude, une imagination débordante, des situations déroutantes, tragiques, cruelles mais un sentiment de lieu commun, des habitudes prises au fil des autres livres ...
Sauf qu'ici en plus, ça perd en plus de son intérêt, c'est long long long !
Je m'attendais à une montée en puissance comme dans les autres trilogies ou son dyptique, mais non même pas !
Je ne retrouve pas la terreur des autres livres et c'est dommage ...

En fait le seul intérêt du livre se trouve dans son épilogue ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 juin 2014
On tourne toujours avec la même fébrilité, les mains moites et le coeur battant les séries noires de Maxime CHATTAM. Jusqu'au bout on se demande comment tout va finir et c'est ce qu'on aime. Du grand CHATTAM même si moins effrayant que la conjuration primitive a mon goût.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juin 2014
Je lis sur des commentaires des comparaisons avec le roman : "La conjuration primitive" du même auteur. Quelle drôle d'idée !! "Moins bon, meilleur, pas à la hauteur, décevant"... STOP ! Rien n'est comparable. Après avoir fini sa crise d'adolescence avec la série beaucoup moins intéressante (sauf pour des enfants pré-pubères), de Autre Monde, l'auteur s'est enfin réveillé et il est sorti de sa rêverie onirique. De retour aux affaires, avec ce très bon roman, La patience du Diable. Même si l'écriture est perfectible, et moins affûtée qu'à ses débuts, l'histoire tient la route. Et le point d'orgue, c'est qu'on ne sait jamais trop où est la limite entre le rationnel et l'irrationnel. Entre le roman purement fantastique et le polar. A mon avis, l'auteur croit au Diable comme il doit croire en Dieu, et l'incarnation qu'il en fait dans le côté obscur de l'homme qui vit au quotidien, n'est pas sans rappeler la scène d'ouverture du CHEF D'ŒUVRE du cinéma américain, L'exorciste de W. Friedkin sorti en 1973 et qui a terrorisé toute une génération. Scène qui se passe au Moyen Orient et où le réalisateur nous montre brièvement des déficiences humaines (borgnes, aveugles, handicapés, cul de jatte etc...). Le mal n'est pas un être rouge aux pieds de bouc et aux cornes de bélier, il est en chacun de nous; le côté obscur du plus abstrus de nos consciences. Et c'est bien vrai. La perversion humaine, la haine et la violence émergent de temps à autre; l'actualité nous le montre tous les jours à la télévision. Bref, un très bon moment de lecture, en espérant que Chattam ne s'égare plus dans les sentiers des succès faciles.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 juillet 2014
Parce que je suis fan de Maxime Chattam, que j'ai découvert avec Le Cinquième Règne, que c'est un des rares auteurs qui m'aie donné envie de lire tous ses bouquins, la lecture de la Patience du Diable m'a foutue en colère. J'en ai marre de relire sans arrêt les mêmes descriptions, que ce soient des schémas de personnages récurrents, des situations identiques d'une histoire à l'autre ou des clichés reproduits dans pas mal de scénarios. En plus d'avoir droit au pourcentage réglementaire de métaphores, en bon élève, fier de sa trouvaille, il nous l'explique en long, en large et en travers : oui, on le sait qu'une enquête policière est comme un puzzle à reconstituer. Pas besoin de nous expliquer dans un long paragraphe comment on s'y prend pour rassembler les pièces... Sans compter les explications criminologiques qui reviennent constamment, d'un bouquin à l'autre, lorsqu'il prend l'envie, à l'un des personnages principaux, de faire un cours magistral sur la question.

Peut-être serait-il temps de lâcher un peu les carnets de notes, les plans détaillés à l'adverbe près, de sortir des cases et de se lancer dans une écriture plus spontanée et enfin nous faire palper un nouveau style et des personnages plus réalistes ?

Maxime Chattam, dans une interview, avait reproché à Stephen King de faire un peu trop de disgressions dans ses romans. De quoi se souviendra-t-on dans It, mis à part le clown tueur d'enfants ? De Bill le Bègue, torturé par la mort de son petit frère et l'indifférence de ses parents, de Beverly March, maltraitée par son père, de Ben qui a perdu son père à la guerre et qui se sent à l'étroit dans son corps et dans sa vie, et d'autres choses bourrées de détails qui font du roman bien plus qu'une histoire d'horreur. Si on prend l'histoire de Stand By Me... finalement ce bouquin n'est qu'une énorme disgression par rapport à l'intrigue de base, non ?
Et que retiendra-t-on des personnages de Maxime Chattam ? Une héroïne balèze, un peu stupide sur les bords (qu'est-ce qu'elle a branlé à aller voir toute seule le taré qui se prend pour le diable ?!), et torturée par la trouille de laisser son esprit être envahi par la folie des tueurs (répété à loisir dans le bouquin, sans pour autant être réellement exploité).
L'essence d'un livre n'est finalement peut-être pas son histoire, mais tout le reste (et dans ce cas, peu importe le style). Peut-être Chattam aurait-il dû suivre son propre conseil, et laisser son manuscrit pourrir un peu au fond d'un tiroir, pour y voir ensuite les trous, les trop pleins, les trucs qui ne vont pas, comme la fin du roman bâclée (mais pas autant que celle de la Conjuration Primitive) avec une dernière intriguée pliée en 3/4 heures. A ne laisser que les lignes directrices de l'enquête, sans justement aller explorer les alentours, on se retrouve à lire en fin de compte un rapport de police écrit par un élève doué en rédaction, dont on trouve trop rapidement les inspirations (l'affaire du drogué bouffeur de clochard à Miami, Batmaaaaaan, les nombreuses scènes de films d'horreur, de thriller, où une femme est espionnée dans son bain ou sa douche par le meurtrier, Nip Tuck... bon ok, là, je n'en suis pas sûre).

Attention, ce n'est pas parce que ses bouquins se vendent de toute manière comme des petits pains (effet beau gosse doué dans ses débuts, suivi par sa horde de fans, quoi qu'il écrive) qu'il peut se satisfaire d'écrire des romans pas terribles. Je ne voudrais pas me retrouver face à un cas de Marc Levyite aigüe, en version gore !

ATTENTION SPOIL :

Une chose me turlupinait, en cours de lecture... une histoire d'hallucination qui fait mourir de peur, ça me rappelait un truc. Buffy ? Non, pas tout à fait, j'y étais presque. L'illumination après avoir vu Vampires, de John Carpenter ("Tire Montoya ! Mais tire bordel !) : Batmaaaaaaaan !

Les gentarmes sont à la poursuite de l'Epouvantail ! Je finis ma lecture. Grosse révélation : le méchant est un psychiatre. Donc, pour résumer : le héros torturé par la mort de ses parents et par son côté obscur est une héroïne torturée par la mort de son pote et par son côté obscur, on dégage le Ninja blanc du Tibet, et on remplace le bat-signal par le gyrophare de la voiture bleue.

Et sinon, ce serait cool si Maxime Chattam pouvait jeter à la poubelle ses fiches persos (ainsi que ses CD de Christopher Nolan) et renouveler son stock, parce que y'en a marre de l'héroïne super balèse (Annabelle en version américaine, Ludivine en VF) qui prend la suite du jeune et fringant flic (Josh Brolin, au moins, n'a pas fait la connerie de mourir), du type de cinquante ans avec le visage taillé à la serpe, etc. Finalement, c'est plutôt lorsqu'il sort des sentiers battus (Les Arcanes du Chaos, Le Sang du Temps), qu'il va au-delà du simple roman policier gore (et pourtant, j'adore quand ça saigne) que j'arrive vraiment à être captivée. Mais bon, on pardonne tout à son auteur de thriller préféré... À condition qu'il se renouvelle un peu !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
On avait fait leur connaissance dans la conjuration primitive, revoici Ludivine et Segnon, accompagnés de Guilhem le p'tit nouveau, dans une nouvelle enquête qui mettra vos nerfs à rude épreuve.
La trame est identique à son précédent roman: plusieurs meurtriers au M.O différents et à priori sans lien les uns avec les autres, pour autant je ne me suis pas ennuyée; l'imagination de Maxime Chattam est sans fin (l'attaque du centre commercial... OMG! Mais où va-t-il chercher tout ça??).
Et une fois de plus, derrière l'écriture romancée se cachent quelques vérités: le mal, la violence et l'effet de masse galvanisent les foules et les esprits les plus "faibles" et il suffit d'une étincelle au bon endroit au bon moment pour mettre le feu au poudre. Dans notre société moderne où la crise sociale que nous traversons incite à l'individualisme et au repli sur soi, la lecture de ce livre fait froid dans le dos et on se dit que sur certains points, nous ne sommes pas à l'abri qu'un jour la réalité rejoigne la fiction...

Avec la patience du diable, M. Chattam nous prouve encore une fois qu'il fait partie des meilleurs écrivains français de thriller.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
La Conjuration primitive
La Conjuration primitive de Maxime CHATTAM (Poche - 13 novembre 2014)
EUR 8,10

Carnages
Carnages de Maxime CHATTAM (Poche - 12 mai 2010)
EUR 4,20

Que ta volonté soit faite
Que ta volonté soit faite de Maxime Chattam (Broché - 2 janvier 2015)
EUR 21,90