undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles183
4,2 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:15,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 novembre 2008
Savoir dire,oser dire, avec-apparemment- tant de simplicité : l'amour, l'agacement, la violence, l'injustice, le courage et la lâcheté, embellis, ennoblis par cet humour ravageusement positif.
Non je ne vous envie pas d'avoir engendré Mathieu et Thomas, c'est trop dur à vivre,.
Oui je vous envie, comme homme, comme écrivain, comme humoriste.
Et je vous remercie.
Michèle Bruhat
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2009
L'écrivain veut laisser ici un témoignage de la vie de ses deux garçons « pas comme les autres » handicapés physiques et psychologiques, qu'il nous décrit comme deux oisillons laissés pour compte sur le chemin de la vie.
Ni roman, ni chroniques, cet ouvrage est la compilation de ses pensées douces-amères face à l'injustice du destin.
Maître de la dérision (ami de Pierre Desproges, il a réalisé les épisodes de « La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède »), il nous fait part de sa vie quotidienne par le biais de billets d'humour noir, vifs et acérés, masquant sa douleur poignante et son incompréhension face à la non-vie de ses fils.
N'attendez pas ici de longs monologues déchirants, d'auto-apitoiement, de grande dignité : au contraire, dans de courts chapitres, il décrit sans fards ce qu'il ressent, ce que les autres -nous- pensons souvent en notre fort intérieur sans vouloir l'admettre publiquement.
Pour cela, il dérange, oh combien, car il est bien loin du politiquement correct, et au contraire en rajoute dans la provocation, ultime possibilité pour lui de pouvoir faire un pied de nez face à l'adversité.
Ce livre vous va droit au cœur, tellement la douleur de ce père transparaît entre les jeux de mots.
Comme il le dit en parlant de son humour (qui avait choqué son interlocuteur) : « Il avait raison, ce n'était pas drôle. Il n'avait pas compris que c'était la seule façon que j'avais trouvée de garder la tête hors de l'eau".
Ce livre est à lire absolument : il décape le coeur de tous les faux-semblants jamais écrits sur le handicap, les handicapés (surtout les enfants) et leurs proches.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2008
Je n'avais pas ressenti une telle émotion depuis la lecture des "Onze lettres de mon père" de Philippe Gourdin.
Fervente adepte de l'écrivain Jean-Louis Fournier, j'ai découvert ici l'homme, le père. La rencontre fut belle, drôle et douloureuse sans être jamais larmoyante. Le monde du handicap ne sera plus jamais le même désormais, voilà le livre qu'on attendait sans oser l'espérer.
Merci monsieur Fournier d'avoir eu la générosité de nous offrir ces pages de votre vie avec la délicieuse impertinence de votre regard qui rend l'insupportable possible.
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2008
une occasion de rire de ce qui ne devrait pas dans un monde où il faut etre bien comme il faut ! Une occasion de comprendre ce qui se passe dans la tete d'un père qui a eu 2 enfants pas comme les autres...les autres...qui ne comprennent pas grand'chose...
l'espoir de faire réfléchir ceux qui ont le pouvoir de faire fonctionner leur neurones,lisez-le ,il se dévore en quelques heures!
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2008
L'auteur nous apprend comment on peut rire sans se moquer, en racontant simplement et avec humour tout l'amour porté à ces deux "petits oiseaux déplumés", qui sont arrivés un jour dans son nid.
Un livre trés trés drôle dont on sort avec... un mal de gorge inouï.
Merci Monsieur Fournier.
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2008
C'est le plus beau livre de la rentrée 2008 ! Une leçon de vie et d'amour, de tact et d'humour face à la tragédie. Merci Monsieur Fournier, vous êtes un père et un artiste formidable.
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2009
Je savais dès que j'ai eu ce livre entre les mains que je ne sortirais pas de ce livre comme d'un roman.
Jean Louis Fournier nous emporte dans les tourbillons de sa vie, Mathieu et Thomas, ses fils handicapés mentaux.
Il décrit avec simplicité, amour, humour, tragédie & tendresse ses relations avec ses enfants, des moments de leur vie.
Il sait se "moquer" gentiment de sa progéniture avec tant d'amour que l'on rit autant qu'on pleure avec ce livre.
Merci à l'auteur pour cet ouvrage magnifique en l'honneur de ses deux fils adorés.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
-
Ce court roman, très agréablement écrit, teinté d'un humour noir à la fois réjouissant et émouvant, est le témoignage d'un père, dont les deux premiers enfants, deux garçons, sont nés handicapés, moteurs et mentaux.

De toute évidence ce récit ne peut pas convenir à tous types de lecteurs. Je comprends que certaines personnes puissent détester, être choqués même. Seuls ceux capables d'apprécier l'humour à sa juste valeur - celle d'une manière de supporter l’intenable pour certains d'entre nous, de rire pour ne pas pleurer - seront touchés par ce livre. Et très vraisemblablement, comme je l'ai été moi-même, profondément émus et marqués.

Bien que cela ne soit pas le sujet de ce livre, on peut se poser la question de la "bienséance" à rire de tout, en particulier à rire d'une situation tragique, celle d'une famille où les deux premiers nés sont nés avec une santé précaire, qui ne cessera de se détériorer.
Peut-on rire de tout ?
Cette question me rappelle un sketch de Stéphane Guillon, qui explique (avec un certain second degré bien entendu) comment il en est venu à choisir l'humour noir comme marque de fabrique puis, du même élan, le temps à respecter pour faire un sketch à propos d'un événement tragique, selon la nature de celui-ci. Je trouve ce sketch très drôle, mais je ne doute pas que certaines personnes le trouvent de très mauvais goût...
Alors peut-on rire de tout ?
Jean-Louis Fournier a-t-il le droit de nous faire rire à propos du handicap de ses enfants ?

Sans doute pourrait-on répondre que si quelqu'un a le droit d'en rire c'est bien le père de ces enfants, devenus grands, mais jamais "normaux".
La douleur s'exprime de manière variée dans l'espèce humaine et si quelque chose peut apporter une forme, si ce n'est de soulagement, du moins de baume à la douleur, je ne vois pas qui, et au nom de quoi, reprocherait à un père, manifestement anéanti par ce sort qui s'est ainsi acharné sur sa famille, à rechercher une forme d'apaisement, aussi particulière, voire indécente, qu'elle puisse paraître à certains.

Si vous n'appréciez pas ce type d'humour, s'il vous parait aisément irrespectueux, déplacé, voire même outrageant, de rire de personnes handicapées, passez simplement votre chemin, vous ne serez sans doute pas en mesure de compatir à la douleur de ce père dont la vie, comme celle de ses proches, a été gouverné et piétinée par l'injustice du hasard...

En revanche si pour vous, comme pour l'auteur, l'humour est l'arme ultime, la manière la plus aboutie de supporter à la fois les petites tracasseries du quotidien et les horreurs de ce monde, si pour vous plaisanter des travers ou même des tares de vos proches, présents ou absents, est leur rendre hommage, prenez le temps de lire ce beau roman...

L'auteur raconte : la naissance de ses fils, l'ébahissement et la colère à ne pas comprendre pourquoi avoir été deux fois maudit, la culpabilité, la patience, le poids du quotidien, les anecdotes, l'impatience et parfois même, le rire malgré tout.

J'ai ressenti un immense amour de ce père pour ces deux enfants, si injustement maltraités par la nature. Dans la manière dont il s'attendrit sur leurs corps fragiles et meurtris, les nommant ses petits oiseaux, dans la manière qu'il a de les regarder, de faire le point sur leurs maigres atouts, leurs rares aptitudes.
L'amour paternel n'est pourtant pas le seul sentiment exprimé, comme un amour salvateur qui permettrait de glorifier la situation, conférant de sortes de supers pouvoirs de tolérance et de joie de vivre aux malheureux parents. On ressent également l'exaspération de quotidien, l'injustice intolérable quand on ne se plie pas au joug de la justice divine, la colère permanente, la culpabilité (les gènes de ces deux enfants viennent de leurs parents) et peut-être encore plus, la déception.
Quand un parent reçoit du ciel (ou d'ailleurs) un enfant différent, il doit faire le deuil de tout ce qu'il avait rêvé de faire avec celui-ci. L'enfant rêvé ne se réalise jamais bien sûr, nous décevons toujours un peu nos parents comme ceux-ci nous déçoivent toujours un peu, à moins d'avoir atteint le stade de la sagesse et de l'acceptation de la différence, mais le père d'enfants aussi lourdement handicapés que le sont Thomas et Matthieu dans ce récit a dû faire son deuil de tous ses rêves de père, de la transmission de père en fils, du partage de ses passions.
C'est cruel, c'est injuste, comme la vie l'est si souvent, et bien plus pour beaucoup que pour nous. Pour moi en tout cas.

J'ai beaucoup rit en lisant ce livre et pleuré aussi, comment ne pas être ému par tant de souffrance ? On ne peut guère parler d'élan optimiste ou positif, ni de recette miracle, ni d'espoir, et pourtant cette lecture n'a pas été pénible, mais lumineuse. C'est simplement le témoignage sincère d'un père qui manie l'humour noir comme la seule arme qui lui reste, un homme qui ne cherche pas à cacher ses faiblesses, lesquelles se dévoilent d'ailleurs moins par ses aveux que par la personnalité qui se dessine au fil de ces lignes.

"L'humour, c'est la politesse du désespoir", disait Oscar Wilde...
44 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2009
J'ignore si ce livre est un roman ou une histoire vécue.
tout porte à croire en tout cas que l'auteur a approché de très près ce drame du handicap de l'enfant.
Pour pouvoir évoquer avec une telle désinvolture les blessures, les regrets, la culpabilité qu'engendre la naissance de deux petits totalement différents des autres, pour pouvoir évacuer tout son malheur à travers un humour noir que personne ne comprend, il faut certainement être marqué au plus profond de son coeur !
Tout cet amour, tout ce courage, cette patience et cette abnégation qu'il faut pour supporter le disgnostique que vos enfants ne seront jamais semblable aux autres, pour les voir peiner, souffrir dans cette vie sans bien comprendre ce qu'ils ressentent, savoir que leur existence sera brêve et devoir supporter deux fois l'épreuve de mettre en terre ses petits c'est émouvant, poignant.
Et pourtant à aucun moment on ne sombre dans le sentimentalisme. Au contraire, ce texte est plutôt drôle, désespérement drôle.
Fournier signe ici un bouquin qui est un diamant.
On sent tout cet amour et toute cette peine à la fois.
Ce livre se lit en une ou deux heures, surtout le lire, le lire, le lire.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2009
Je ne voulais pas acheter ce livre, car directeur d'un établissement accueillant des enfants en situation de handicap mental , sans doute je croyais tout savoir... à tort. Je comprends la souffrance de l'auteur car je reçois au quotidien des familles dans sa situation et la plupart sont comme lui, même si, bien entendu leur mode d'expression est très différent. Je respecte son amour pour ses enfants car je vis l'attachement que l'on peut avoir pour des enfants "différents", qui ont et je le constate à chaque instant une autre forme d'intelligence et de beauté qu'il ne faut pas hierarchiser même si notre société ne fait pas beaucoup pour nous aider à changer de regard sur le handicap. Je respecte aussi son style et même ses provocations ( son humour grinçant qui est semble t'il sa défense et lui a couté cher avec ses proches ) . Cependant je ne suis pa certain que tout le monde soit apte à acceter cette forme de réaction bien que ce soit toujours l'amour qui domine dans ce livre derrière des propos provocants
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,90 €
17,50 €
15,90 €