Commentaires en ligne


27 évaluations
5 étoiles:
 (12)
4 étoiles:
 (11)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les militaires en êtres humains : ça change non?
Voici l'histoire de Bartle (21 ans), et de son frère d'armes Murph (18 ans), alliés dans le quotidien très difficile que représente la vie en territoire ennemi. Après le film Jarhead, voici son équivalent littéraire avec "Yellow birds". En effet, nous sommes très loin du récit bourré...
Publié il y a 20 mois par Dr King

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Resté sur ma faim...
Je suis resté sur ma faim à la lecture de ce roman. Contrairement aux commentaires positifs sur le livre, je n'ai "pas assez vu" la description du quotidien de ces soldats. Il y a trop de descriptions inutiles et pas assez de faits quotidiens transcrits par le narrateur sur la vie réelle de ces soldats avec les atrocités et les douleurs. Je...
Publié il y a 16 mois par Talon Andre


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les militaires en êtres humains : ça change non?, 14 avril 2013
Par 
Dr King - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Voici l'histoire de Bartle (21 ans), et de son frère d'armes Murph (18 ans), alliés dans le quotidien très difficile que représente la vie en territoire ennemi. Après le film Jarhead, voici son équivalent littéraire avec "Yellow birds". En effet, nous sommes très loin du récit bourré d'adrénaline, d'action et de dynamite beaucoup plus présents quand l'Amérique tente de traiter du sujet des conflits armés.
Dans ce magnifique et émouvant roman, l'auteur démontre tout au contraire que la violence d'une guerre se trouve autant dans les émotions psychologiques des militaires que sur le théâtre des affrontements : les doutes, la peur, l'incompréhension, la mélancolie, le mal du pays et de sa famille/ses amis sont le cocktail malheureux que chaque combattant ressent lorsqu'il est dépêché dans un pays ennemi et souvent inconnu.
On retrouve un peu les tares de l'Amérique lors de la guerre du Vietnam dans cette version irakienne : on fait partir au combat les plus jeunes, on les endoctrine, on les pousse à faire ce à quoi ils ne sont pas préparés (physiquement et psychologiquement), on leur promet monts et merveilles à leur retour (papiers officiels pour les étrangers, études payées pour les autres...) sans leur préciser que retour, il n'y en aura peut-être pas.
De plus, à travers ce roman on arrive à mieux comprendre (sans toutefois accepter) les faits et gestes totalement consternants et incompréhensibles pour les civils que nous sommes(tortures et humiliations j'entends) , des combattants de chaque camp sur les partisans du camp opposé.
Avec efficacité et lyrisme (par moments un peu trop sans doute), l'auteur essaie de montrer les catastrophes délétères qu'engendre un envoi au combat, chez des militaires qui sont avant tout des être humains, avec leurs failles et leurs faiblesses.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pauvres moineaux, 10 juin 2013
Par 
foxie "vie en livres" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Un moineau jaune/ au bec jaune/ s’est penché/ sur ma fenêtre/ j’lui ai donné/ une miette de pain/et j’l’ai éclaté/ c’putain d’serin… (Chant traditionnel de l’armée américaine)
Bartle,21 ans, revient de guerre, mais la guerre lui colle aux semelles, lui colle à la peau, lui pourrit l’âme au plus profond. Murph était son copain, son frère. Il avait promis à sa mère de le lui ramener vivant. Ils partaient en Irak, non pas la fleur au fusil, non .Ils s’étaient engagés pensant que la grande armée de leur pays les protègerait, prendrait toutes les bonnes décisions à leur place.
Ils débarquent. La guerre est là, la guerre et sa réalité. « Pendant notre sommeil la guerre frottait ses millions de côtes par terre, en prière. [….] Elle gardait les yeux blancs ouverts dans l’obscurité. Nous mangions et la guerre jeûnait, se nourrissant de ses propres privations. Elle faisait l’amour, donnait naissance, et se propageait par le feu. »
La guerre : la poussière, la cendre, les cadavres puants. La guerre : l’épuisement des corps et des âmes, la peur… terrible…la peur ! Murph est mort. N’en pouvant plus, il est parti, nu au milieu des ruines. Ses copains ont retrouvé son corps atrocement mutilé au pied d’un minaret. Bart n’a pu le protéger ni de l’ennemi, ni de lui-même.
Powers rend compte ici, de la « beauté triste » de la guerre, opposant la poétique du texte à l’obsénité apocalyptique des combats. Chantez Yellow Birds !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La part sombre de l'Amérique, 26 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Les américains n'ont pas vraiment choisi les bonnes guerres dans l'émoi et la fureur causés par la 11 septembre et y ont envoyé au casse-pipe de jeunes hommes à peine sortis de leur adolescence et encore moins de leur Amérique profonde. L' effort introspectif d'auto-analyse et d'autocritique auquel excellent les américains est en marche et nous a valu déjà quelques films (Kathryn Bigelow). La littérature s'empare maintenant de ces épisodes guerriers qui vont rester à la fois comme des traumas sur la conscience américaine et des tâches sur l'image que nous nous faisons des Etats-Unis.

Ce court livre -sinon autobiographique, du moins inspiré par l'expérience de ce 'vétéran' de la guerre d'Irak - nous fait marcher dans les pas d'un jeune soldat plongé dans la violence sordide de la guérilla urbaine en Irak, puis confronté à l'impossible réintégration dans le cours normal de la vie, à son retour aux US.

Livre sur la déchéance -déchéance de la part humaine en soi quand on est exposé à l'ultra-violence et qu'on en est à la fois l'auteur et le témoin et la victime- et sur la façon dont l'épreuve de la guerre vous change irrémédiablement au point que revenir chez soi c'est revenir en terre étrangère.

Sans doute rien de complètement nouveau en matière de livre de guerre mais la sobriété du ton, le désespoir poisseux qui transpire tout au long du récit, la poésie macabre qui l'habite par moment, le sentiment d'authenticité qui s'en dégage, rendent ce premier roman terriblement prenant et efficace.
.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un Grand Roman, 5 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
J'ai beaucoup ce livre , parce que derrière l'horreur de la guerre et ses morts démembrés j'ai trouvé des mots justes , poétiques émanant d'un auteur au regard naïf .
L'horreur tient aussi du fait que ce livre est intemporel : là , il traite de la guerre d'Irak , mais aurait autant pu se passer au Vietnam, en Corée ...
Les chapitres alternent entre la guerre et l'après guerre comme déstructurés , ou un soldat rentre au pays vivant , mais mort intérieurement , essayant de nourrir pour fuir un sentiment de culpabilité qui l'étouffe .
Un Grand Roman .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Resté sur ma faim..., 5 août 2013
Par 
Talon Andre (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Je suis resté sur ma faim à la lecture de ce roman. Contrairement aux commentaires positifs sur le livre, je n'ai "pas assez vu" la description du quotidien de ces soldats. Il y a trop de descriptions inutiles et pas assez de faits quotidiens transcrits par le narrateur sur la vie réelle de ces soldats avec les atrocités et les douleurs. Je n'ai pas compris non plus le "scénario" de ce livre: pourquoi le narrateur est il finalement incarcéré ? pour quelle faute réelle ? incompréhensible et non cohérent.
Donc beaucoup de déception. Il reste néanmoins du positif d'où une évaluation"moyenne", mais on est très loin de Hemingway!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 poignant, 4 juillet 2013
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
livre très dérangeant car devant la télévision, les infos et assis dans le canapé avec un bon verre on surpasse un peu voir beaucoup
le fait d'être martyrisé par les vraies images de ce que peut-être la guerre, celle qui tue atrocement et qui blèsse vilainement
la tête, ce roman est très bon mais aussi très dur donc attention aux âmes fragiles!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Yellow birds, 24 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Livre très intéressant sur la guerre d'Irak. Pas de voyeurisme mais du réel. A lire absolument pour connaitre la vérite, le vécu de nos soldats sans les médias pour broder!!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 6 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Magnifique roman. Si la guerre d’Irak en est ici le cadre, l'histoire pourrait se dérouler dans n'importe quel conflit car le background est surtout la réaction des hommes face à l'insupportable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Un roman qui dit plein de choses mine de rien..., 5 octobre 2014
Par 
Rebecca (Strasbourg, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow Birds (Broché)
Intemporelle, universelle, cette histoire intense et brûlante est de celle qu’on n’oublie pas et qui fait dire qu’au fond toutes les guerres sont les mêmes et que, d’une manière ou d’une autre, on n’en revient jamais. Jamais entier. Jamais « comme avant ». Jamais tout à fait.
Ici, pas de héro, pas de grands sentiments, pas d’idéaux et pas de trash non plus, l’auteur reste pudique, n’en dit pas plus qu’il n’en faut et c’est d’ailleurs inutile car ce qui est dit est suffisant pour faire ressentir toute l’horreur (indicible) de cette expérience. C’est un roman qui dit plein de choses mine de rien, qui parle par exemple du poids écrasant de la culpabilité, de l’impossible retour à la vie civile, de la perte de soi et des mensonges parfois nécessaires qu’il faut faire – y compris à soi-même - pour pouvoir continuer.
C’est très bien écrit, réaliste et poétique à la fois, très fort surtout : impossible d’oublier l’odeur du métal, les carcasses de chien bourrées d’explosifs et le goût du mauvais whisky jordanien. Aucune phrase ici ne semble posée au hasard, elles sont toutes lourdes de sens, presque métaphysiques, et le lecteur est captivé, tenu en haleine, la nausée au bord des lèvres jusqu’au bout.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Aussi fort que les fragements d'Antonin, 23 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow Birds (Broché)
Pour ceux qui s'interrogent sur la guerre pour ce qu'elle est pour le soldat, loin des héroïsations complaisantes et patriotardes, au XX siècle comme au XXIe siècle (ici un soldat américain en Irak) il est indispensable de lire ce livre. La guerre détruit les corps et les âmes. Vue de près elle n'a rien à voir avec ce qu'on en dit de loin, on ce qu'on imagine. C'est ce qu'avait déjà rappelé le film magnifique sur les traumatismes liés aux combats de la première guerre mondiale (les fragments d'Antonin). Ici un livre évidemment bouleversant mais difficile, qui laisse le lecteur en piteux état tant la guerre y apparaît pour ce qu'elle est : un grand moment effrayant où le meurtre devient légal, voire encouragé. Relisons également les mémoires du sergent Bourgogne qui dans l'horreur de la retraite de Russie de 1812 reconnaît avoir été sur le point de perdre son humanité. C'est cela la guerre. Peut-être y en a-t-il de justes, je ne sais pas, sûrement! mais c'est cela ...quand même.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson
EUR 19,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit