Commentaires en ligne


26 évaluations
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (11)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les militaires en êtres humains : ça change non?
Voici l'histoire de Bartle (21 ans), et de son frère d'armes Murph (18 ans), alliés dans le quotidien très difficile que représente la vie en territoire ennemi. Après le film Jarhead, voici son équivalent littéraire avec "Yellow birds". En effet, nous sommes très loin du récit bourré...
Publié il y a 19 mois par Dr King

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Resté sur ma faim...
Je suis resté sur ma faim à la lecture de ce roman. Contrairement aux commentaires positifs sur le livre, je n'ai "pas assez vu" la description du quotidien de ces soldats. Il y a trop de descriptions inutiles et pas assez de faits quotidiens transcrits par le narrateur sur la vie réelle de ces soldats avec les atrocités et les douleurs. Je...
Publié il y a 15 mois par Talon Andre


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4.0 étoiles sur 5 Roman court et saisissant sur la guerre en Irak et le retour au pays, 20 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow Birds (Broché)
"Yellow birds" de Kevin Powers

Guerre d'Irak, présence américaine qui suit la chute de S. Hussein. Bartle, le narrateur, 21 ans en 2004, combat en Irak auprès de son ami Murphy, qui ne reviendra pas.

Alternant scènes de guerre et retour au pays, K. Powers écrit l'indicible : en Irak la terreur des mortiers, les tirs à l'aveugle, les morts civils ; aux E.-U., la culpabilité, le remord, la vie rétrécie ("J'étais comme le conservateur d'un musée désert"), la tentation du suicide.

Pas un pamphlet ni le livre d'une génération, mais un roman court et fort, poétique parfois (comme lors du passage en Allemagne où Bartle reprend contact avec un monde en paix), multi-primé. Aucune polémique explicite sur l'"utilité" ou le sens de cette guerre en Irak, mais l'inanité des motivations parfois évoquées est suffisamment parlante. Et pour les soldats, seule compte la survie...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un roman implacable sur le traumatisme vécu par les militaires, 31 mai 2013
Par 
Woland (Mouvaux) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Auréolé du prix Le Monde 2013, Yellow Birds est l'oeuvre d'un jeune romancier états-unien, et vétéran de l'armée ayant officié en Irak au mitan des années 2000.

L'aventure humaine extrême vécue par Kevin Powers est censée garantir une authenticité des postures et états d'âmes de la soldatesque mise en scène. Force est de constater que l'entreprise de restitution des impressions, sentiments et obsessions des protagonistes sonne juste. L'orientation narrative de Yellow Birds est celle de "l'auscultation" du traumatisme survenu durant les épisodes guerriers ou accablant les rescapés lors du retour sur leurs terres d'origine. Kevin Powers suggère que l'écriture de cette fiction, dénuée d'éléments autobiographiques, aurait un effet cathartique sur sa personne en nourrissant l'espoir de vivre plus sereinement avec ces abîmes de l'âme et ces souvenirs imprescriptibles qui l'affectent.

La description implacable de ce qu'endurent les personnages (cette palette de sentiments allant de la peur à l'émerveillement) est très efficace, le narrateur livrant sa vision, introspective, des événements répétitifs survenus en 2004 à Al-Tafar en Irak, ilustrés par la banalisation de la violence, l'insignifiance des actions militaires, la réclusion psychique, l'impossibilité d'obvier au traumatisme naissant, la culpabilité,etc..

Le récit se focalise principalement sur deux jeunes engagés, John Bartle, narrateur de l'histoire, Daniel Murphy et leur supérieur. Des figures marquées, rudoyées, laminées par l'expérience intérieure de la guerre. Le premier a promis à la mère du second de le ramener au pays vivant. Le lecteur présume aisément ce qu'il adviendra de l'une de ses destinées. En alternant habilement les chapitres consacrés aux séquences militaires (ayant impliqué le narrateur) et aux périodes de (l'impossible) retour à la vie civile (s'agissant du narrateur), Kevin Powers parvient à préserver un suspense lié aux circonstances tragiques des événements narrés, celui de la disparition d'un soldat et celui de l'incarcération du narrateur.

Le roman ne se caractèrise pas par son originalité, ni par son ambition démesurée, mais la maîtrise narrative et stylistique sont à louer (premier roman). Dès l'incipit, la prose est soignée et sa poésie traverse l'oeuvre sans faillir, évoquant une personnification de la guerre. Yellow Birds est une oeuvre marquante, d'une grande justesse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Livre moyen, 19 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
J'ai été un peu déçu par ce livre. Je l'ai acheté de retour d'une opération. Si le style est assez surprenant, ce n'est pas vraiment ce que préfère. La description de la guerre est réaliste et quelques images sont magnifiques mais je trouve l'histoire un peu décousue par moment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Superbe, 9 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow Birds (Broché)
Superbe description de ce que la guerre fait aux soldats.
Un film est apparement en préparation, j'attend avec impatience cette adaptation.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Commentaires du lecteur à qui le livre à été offert, 25 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow Birds (Broché)
Livre non lu car commandé pour offrir mais déjà en possession du destinataire.
Apprécié par celui qui l'avait déjà lu: reflète avec beaucoup d'émotion le vie d'un soldat en Afghanistan, récit authentique de la dure réalité de la vie des militaires imoliqués dans ce conflit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 250 pages inside, 16 septembre 2013
Par 
jay (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Tout comme l'auteur Kevin Powers, Bartle, 21 ans, engagé volontaire dans l'Armée américaine, est parti en Irak et en est revenu. Alors bien sûr, même s'il s'agit d'un roman, « Yellow birds » propose une expérience très authentique de ce qu'ont pu ressentir ces jeunes Américains à peine adultes qui ont essentiellement vu en l'Armée un moyen de sortir de leur trou paumé et, après une rapide formation, ont été brutalement confrontés à la guerre.

L'auteur consacre autant de pages - et donc peut-on en déduire : autant d'importance - à l'après-conflit qu'au conflit lui-même. Les chapitres alternent entre les deux périodes et les deux périodes peuvent même exister au sein d'un même chapitre. Contrairement à ce que l'on pourrait attendre d'un récit de guerre, relativement peu de place est consacrée à l'action proprement dite. Le roman est étrangement très introspectif et contemplatif et son rythme s'avère assez lent. Le lecteur suit le cheminement de l'âme de Bartle plutôt que l'avancée des troupes. Les descriptions des paysages en Irak comme aux Etats-Unis sont très présentes et même souvent poétiques. Le roman devient la cartographie du jeune soldat.

Le roman ne prendra jamais véritablement de hauteur politique sur le conflit ; il n'interroge pas le bien-fondé de la présence américaine ni les conséquences du conflit pour l'Irak à ce niveau. Par contre, il montre très bien comment la guerre et l'armée peuvent pervertir ce qu'un individu croit être lui-même. L'individu est comme dépossédé de lui-même. L'instinct de survie et la hiérarchie s'imposent au détriment de la distance critique et des valeurs personnelles. Le roman montre très bien aussi comment il est difficile de survivre à cela. Ainsi, on sait dès le début du roman que la mort a frappé un frère d'armes de Bartle mais seule la fin parviendra à dévoiler l'implication de Bartle dans le drame. « Yellow birds » est un beau témoignage sur la guerre d'Irak qui répond à un désir d'actualité mais le dépasse à mon sens. Il ne parle pas tant d'Irak que du traumatisme d'une jeunesse que rien n'interdit malheureusement à l'avenir de reproduire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 La guerre essaya de nous tuer durant le printemps, 7 septembre 2013
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Le narrateur, Bartle est un vétéran de la seconde guerre du Golfe. A 21 ans, il est parti combattre à Tal Afar en Irak. Dans son unité, il a fait la connaissance de Murph, 18 ans, avec qui il se lie rapidement d’amitié. La veille de leur départ au combat, il a promis à la mère de celui-ci de le ramener sain et sauf à la maison. Cette promesse, il ne parviendra pas à la tenir, et se retrouvera hanté par ses souvenirs.

A travers les mots d’un soldat traumatisé par ce qu’il a vécu, Kevin Powers nous raconte l’horreur de la guerre. Il alterne les chapitres se déroulant en Irak et ceux se passant après son retour chez lui.
De manière très poétique, il décrit le quotidien des soldats et de son amitié avec Murph. La virtuosité de l’auteur contraste avec la signification de ses propos. La mort est une ombre permanente qui pèse sur leurs épaules, tel le soleil écrasant du désert irakien. Tellement omniprésente, elle en devient presque banale dans la vie de tous ces soldats, mais parait vaine également, quand le seul but de l’unité des protagonistes est d’occuper un pâté de maison vidé de ses occupants, dans une ville perdue à la frontière syrienne. Inexorablement, il nous entraine vers la mort de Murph, que l’on devine dès les premières pages.
L’autre partie du récit se déroule après le retour de Bartle à la vie civile. Lentement, il sombre, rongé par la culpabilité de ne pas avoir su protéger son ami, et par les atrocités commises durant la guerre.

Au final, l’auteur, à travers sa propre expérience de soldat, nous livre un roman saisissant de réalisme sur ces jeunes gens qui se sont engagés volontairement, qui ont massacré et se sont faits massacrer, ainsi que sur leur retour à la vie quotidienne, parfois plus dur que la guerre elle-même.
A lire absolument, ne serait-ce que pour effleurer l’horreur et l’inutilité de cette guerre (puis enchaîner avec « Boule et Bill », par exemple, pour un peu plus de légèreté).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 A lire absolument, 5 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
L'écriture de Kevin Powers est simplement parfaite, ce qui rend ce livre unique. Seul petit bémol, les flash-backs qui parfois peuvent être difficiles à suivre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Magnifique roman de guerre, 6 août 2013
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Dans la lignee d "A l Ouest rien de nouveau" de Erich Maria Remarque, ou de "la chute du faucon noir" de Ridley Scott, l auteur vous fait vivre les etats d ame d un soldat que la guerre a metamorphose.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 trop court, 6 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson (Broché)
Et oui ! trop court.
Quand c est bien, tres bon et de qualité, pourquoi faire si court ;-)
Vraiment tres tres bien
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson
EUR 19,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit