Commentaires en ligne


23 évaluations
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (8)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Envoûtant
Gabriel Garcia Marquez est vraiment un maître de la littérature sud-américaine. Il y a toujours une atmosphère à part dans ses romans. "L'amour au temps au temps du choléra " fait partie des plus beaux livres que j'ai lus (avec "Cent ans de solitude" du même auteur). Je le conseille vraiment à tout lecteur : poésie,...
Publié le 25 juillet 2003 par rguichard

versus
2.0 étoiles sur 5 livre d'amour
j'ai acheté ce livre car conseillé , mais ils est très bien écris mais je m'ennuie tellement que je préfère arrêter de le lire
Publié il y a 2 mois par Allonneau


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Envoûtant, 25 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amour aux temps du choléra (Poche)
Gabriel Garcia Marquez est vraiment un maître de la littérature sud-américaine. Il y a toujours une atmosphère à part dans ses romans. "L'amour au temps au temps du choléra " fait partie des plus beaux livres que j'ai lus (avec "Cent ans de solitude" du même auteur). Je le conseille vraiment à tout lecteur : poésie, écriture, peinture sans complaisance de l'être humain, un délice. Ce livre est un hymne à l'amour, un voyage intemporel, une incitation à poursuivre son but sans en être aveuglé. On en sort différent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La démarche d'amour éternel, 27 octobre 2006
Par 
P. Sandrine "sandrinep75" (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amour aux temps du choléra (Poche)
"L'amour au temps du choléra" est un hymne à l'amour absolu, éternel, fidèle et unique. Au travers d'un retour vers le passé, nous découvrons comment deux êtres se sont rencontrés et se sont séparés, pour finalement se retrouver. Grâce à l'excellente plume de Marquez, nous apprenons à comprendre les premiers émois amoureux, la passion, la libération par l'écriture, l'attente, l'espoir, le besoin de l'autre, la déchirure de l'absence, l'émotion, ... Pour tout ceux qui ont envie d'y croire !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quelle poésie!, 3 janvier 2011
Par 
Pol Macqueron "polopicolo" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour aux temps du choléra (Broché)
Garcia Marquez est un surdoué! J'avais lu Cent ans de solitude il y a quelques années, et avais été subjugué par la prose du bonhomme. Et j'avais tellement peur d'être déçu en lisant un nouveau roman de cet auteur, que je n'en avais pas relu.
Et puis je me suis finalement plongé dans l'Amour aux temps du choléra. Au bout de 3 pages, la magie agit de nouveau. L'auteur utilise tout ce qui faisait la magie de Cent ans de solitude: sauts dans le temps au sein d'une seule et même phrase, un nombre d'histoires parallèles à la principale absolument hallucinant, magie du langage, réalisme historique, magie de l'environnement et des sentiments, personnages complexes et complets... Bref, on tombe dans ce livre comme on tombe amoureux.
Certes, le style n'est pas facile, et ce n'est pas le genre de livre qu'on peut lire tout en faisant autre chose. Mais c'est justement aussi la magie du langage qui donne envie d'aller plus loin dans le livre. La magie des mots entraine très loin le lecteur dans l'imaginaire complètement fou de cet auteur unique.
Quand le livre s'achève, on finit par un petit frisson de plaisir, et une envie unique: lire plus de Garcia Marquez.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Amour ou choléra?, 30 octobre 2003
Par 
Catheline (Newton, MA United States) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amour aux temps du choléra (Poche)
Une petite ville des Caraïbes dans les années 20, un docteur respectable, une épouse à "la démarche de biche," un amour de jeunesse impossible et qui, à sens unique, dure toute une vie... Cette histoire serait probablement bien banale si elle n'était pas racontée par Marquez. Il réussit néanmoins à captiver, il fouille dans les sentiments de ses personnages, dans leurs actes, tout dans ce roman est descriptif et mystérieux à la fois, remarquable prouesse que celle de transformer une histoire belle et touchante en véritable épopée du coeur humain. L'amour aux temps du choléra est plein d'humour et d'ironie, et on ne sort pas de sa lecture sans être touché, sans se sentir complice de l'auteur. J'avais lu "Chronique d'une mort annoncée," un tout petit livre que je trouve formidablement bien écrit. Il est écrit dans un style dépouillé de fioritures, l'histoire prime. Ici, l'écriture est différente, plus riche, et les sentiments sont mis en avant. Tous les deux sont à lire pour découvrir un auteur de grand talent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un immense roman d'amour., 15 mai 2014
Par 
Gerard Müller "médicactus" (Nouvelle Caledonie) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amour aux temps du choléra (Poche)
L’Amour au temps du choléra/Gabriel Garcia Marquez
Le docteur Juvenal Urbino profite de sa retraite auprès de son épouse Fermina Daza : ils viennent de fêter leurs noces d’or et ne savent vivre un seul instant l’un sans l’autre.
Son œil clinique n’a jamais quitté le docteur et il « reste toujours capable à quatre vingt un ans de savoir ce dont souffre un malade à son seul aspect.
Il sait aussi que la plupart des maladies mortelles ont leur odeur propre, mais que nulle n’est plus spécifique que celle de la vieillesse dont son ami Jeremiah dit qu’elle est un état indécent que l’on devrait s’interdire à temps. »
Le docteur a encore la lucidité de se rendre compte qu’il est « accroché à ce monde par des filaments ténus qui peuvent se rompre au moindre changement de position pendant son sommeil, et s’il fait l’impossible pour les conserver c’est par terreur de ne pas trouver Dieu dans l’obscurité de la mort. »
Mais quelques jours après avoir enterré ce meilleur ami, Jeremiah de Saint Amour qui a mis fin à ses jours, un accident stupide se produit : voulant attraper son perroquet chéri qui s’est réfugié dans un manguier, le docteur fait une chute et perd la vie.
Fermina Daza n’est pas une veuve éplorée de façon ostentatoire ; secrètement accablée de chagrin, elle se réfugie dans la solitude. Elle songe : « Les gens que l’on aime devraient mourir avec toutes leurs affaires… » Elle ne peut se résoudre à accepter cette mort et ne parvient à sortir des maremmes du deuil : « Elle était un fantôme dans une demeure étrangère devenue d’un jour à l’autre immense et solitaire, et à l’intérieur de laquelle elle errait à la dérive, se demandant avec angoisse lequel des deux était le plus mort : celui qui était mort ou celle qui était restée. »
Dans cette petite ville de San Juan de la Cienaga tout au nord de la Colombie, un homme est fou amoureux d’elle depuis un demi-siècle : c’est Florentino Ariza qui pense que son heure est venue.
Un retour dans le passé de Fermina va nous faire connaître les amours contrariés de Fermina et de Florentino, par le père de celle-ci.
Fermina qui va se consumer dans les braises d’un amour impossible avec Florentino jusqu’au jour où elle va faire succomber le docteur Juvenal Urbino à ses charmes plébéiens.
Tandis que Florentino, malgré sa passion éconduite, va se livrer pour oublier ou se consoler par la suite à des amours débridées avec la veuve Nazaret entre autres, lui qui emprunte le chemin des amours des rues tout en continuant à chasser d’orphelines petites oiselles de nuit dans l’illusion de soulager son mal de Fermina Daza, et même à trouver le temps d’écrire des lettres d’amour pour les autres.
Ses amours avec Sara Noriega avait cela de pittoresque et saugrenu que pour « atteindre les sommets de la gloire pendant qu’ils faisaient l’amour, elle devait sucer une tétine de bébé. »
Et puis Florentino a un penchant pour les veuves ; il est persuadé que le monde est plein de veuves heureuses : « ils les avait vues devenir folles de douleur devant le cadavre de leurs maris, supplier qu’on les enterrât vivantes à l’intérieur du même cercueil afin de ne pas avoir à affronter sans eux les vicissitudes de l’avenir, mais à mesure qu’elles se réconciliaient avec la réalité de leur nouvel état, on les voyait renaître de leurs cendres avec une vitalité reverdie. »
Et Florentino collectionne avec quelques déboires les conquêtes : « Angeles Alfaro était repartie comme elle était venue, avec son sexe tendre et son violoncelle de pécheresse sur un transatlantique battant le pavillon de l’oubli, et il ne resta d’elle sur les terrasses lunaires qu’un mouchoir blanc en guise d’adieu qui, sur l’horizon, ressemblait à une colombe triste et solitaire, comme dans les poèmes des jeux Floraux. »
Quel humour magnifique et cruel et quel style !
Florentino et Fermina finiront-ils par se rencontrer alors qu’on vient de fêter le centième anniversaire de la mort du Libertador, Simon Bolivar, survenue en 1830.
Connaitront-ils un dernier voyage au delà de l’amour ? Le dernier chapitre est particulièrement émouvant teinté de tendresse, de lucidité et de folie.
J’ai lu ce chef d’œuvre il y a 25 ans lors de la sortie du livre et à l’occasion de la disparition de G.G.Marquez j’ai voulu relire ce récit qui m’avait tant plu alors.
Tout d’abord par le style, un style distingué très classique qui a le souci du détail qui percute. Un style essentiellement narratif avec très peu de dialogue, mais avec de la poésie et une magie des mots qui vous transporte dans un autre monde.
Attention cependant, ce n’est pas un livre qui se lit comme un policier : c’est de la haute littérature et la complexité des personnages, les sauts dans le temps et la multitude d’histoires parallèles ou qui se superposent peuvent rebuter certains. Ce serait dommage pourtant de n’aller point au bout de la lecture de ce chef d’œuvre.
« Le docteur Urbino reconnut de près la densité des marais, leur silence fatidique, leurs ventosités de noyé qui, à l’aube de tant d’insomnies, montaient jusqu’à sa chambre, mêlées à la fragrance des jasmins du patio, et passaient comme un vent d’autrefois qui n’avaient rien à voir avec sa vie. »
Saluons au passage la qualité de la traduction de Annie Morvan.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Enchanteur, 27 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amour aux temps du choléra (Poche)
Univers particulièrement vivant: les descriptions des lieux et des évènements réussissent à nous plonger dans l'univers de cette ville des Caraïbes de façon particulièrement intense. La construction narrative, faite d'aller-retours incessants entre les époques de la vie et entre les personnages, participent à la réussite de cette fresque inoubliable. Le grand talent de l'auteur est de ne jamais nous perdre malgré les méandres de l'histoire tout en donnant suffisamment d'épaisseur à ses personnages pour nous les rendre proches.
En revanche, la trop grande rapidité de la fin du récit contraste, en négatif, avec le rythme du reste de l'ouvrage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 attention, chef d'œuvre!, 17 avril 2011
Par 
Agnes Mathieu (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour aux temps du choléra (Broché)
La plus belle histoire d'amour, la plus insolite, la plus osée, la plus libre. Un style "tropical", foisonnant, luxuriant. Une merveille.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une ecriture qui glisse comme la plume sur le papier, 13 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amour aux temps du choléra (Poche)
Je n'ai pas encore fini ce livre, mais je comprends pourquoi Garcia Marquez a gagné le prix Nobel de la Litterature. L'écriture est fluide, les études de caractère fouillées, les scènes souvent drôles ou tragique mais sans pathos. Un vrai régale pour ceux qui aiment la vraie litterature...mais aussi pour les autres. Rien d'inabordable pour les lecteurs/lectrices de romans populaires.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 excellent, 25 septembre 2010
L'évaluation d'un enfant
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amour aux temps du choléra (Poche)
C'est un roman qui met en exergue l'amour éternel, vrai et sincère.A lire ligne par ligne et à déguster pleinement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Embarquement pour les Caraïbes, 12 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amour aux temps du choléra (Poche)
A la fin du XIX siècle, dans les Caraïbes, le jeune télégraphiste Florentino et l’écolière Fermina tombent éperdument amoureux. Mais la promesse faite ne sera pas tenue par Fermina qui va se marier avec le brillant médecin Juvenal Urbino. Que va devenir cet amour ? Vous le saurez si vous parcourez ce roman de presque 450 pages.
Tous les ingrédients pour un roman à l’eau de rose sont réunis. Mais Garcia Marquez réussit le tour de force de sublimer le tout par une écriture prenante et envoutante. Avec une ribambelle de personnages hauts en couleur et plus fantasques les uns que les autres dans une ville omniprésente et en déliquescence, on se laisse bercer par la nonchalance des heures de sieste qu’un orage tropical vient soudain balayer et redistribuer les cartes du même jeu immuable.
Lecture plaisante qui donne le goût de s’évader vers d’autres lieux en d’autres temps et qui pourrait réconcilier certains avec la lecture des gros pavés intimidants.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'amour aux temps du choléra
L'amour aux temps du choléra de Gabriel García Márquez (Broché - 7 octobre 2009)
EUR 22,20
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit