undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles17
4,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:20,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Enfin !!!!

Enfin quelqu'un qui ose démonter la stratégie des diseurs de mauvaises aventures, qui depuis des millénaires nous prédisent la fin du monde et qu'il faut se repentir de nos fautes. Après avoir longtemps occupé le domaine religieux, ils s'incarnent maintenant dans l'écologie de la mauvaise conscience. Le but est de gagner de nouveaux adeptes en promettant un avenir noir et à culpabiliser l'humanité.

Alors si vous en avez marre qu'on vous reproche d'aimer vivre et vous amuser, lisez ce livre, vous retrouverez votre sourire au moins l'espace d'un week end.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 décembre 2011
Ce livre de Pascal Bruckner constitue en quelque sorte une suite logique à ses précédents livres "Le sanglot de l'homme blanc" et "La tyrannie de la pénitence". Ainsi, après s'être attaqué au sentiment de culpabilité vis-à-vis de notre passé de colonisateurs et à la "repentance", il s'attaque ici "au remords anticipé de l'avenir" ! Pour lui, en effet, après le "mea culpa" que l'on a voulu nous imposer en lieu et place de nos parents et de nos grands parents pour les crimes qu'ils auraient commis, on voudrait nous culpabiliser maintenant pour l'hypothétique enfer que nous serions en train de construire sur terre pour nos enfants... Au cours de leur lecture certains lecteurs ne manqueront pas de replacer ces thèmes dans un cadre plus général, comme celui étudié par Nietzsche dans son deuxième traité de la "Généalogie de la morale", ou de repenser, entre autres, à d'autres livres comme "Histoire et utopie" de Cioran.

L'auteur dit clairement, dans un interview donné à un hebdomadaire lors de la sortie de ce livre, que "ce n'est pas l'écologie en tant que telle que je critique, elle est indispensable, c'est sa dérive cataclysmique". De fait, l'Histoire nous ayant montré que pratiquement toutes les nouvelles "religions" ont entraîné des excès, voire des horreurs, il ne faudrait pas que l'écologie, qui par certains côtés peu flatteurs peut déjà apparaître comme une nouvelle religion avec ses dogmes, ses élus et ses hérétiques, devienne une nouvelle sorte d'extrémisme ou de totalitarisme ! Ce qui devrait être la chose commune et la mieux partagée, intégrée et implicite à toute action citoyenne ou politique, a malheureusement déjà été récupérée par une multitude de chapelles, plus ou moins partisanes ou sectaires, qui ne brillent certainement pas par leur ouverture d'esprit et par leur aptitude au dialogue. De plus, quand on voit certaines minorités politiques venir s'intégrer à ce mouvement général pour bénéficier de sa vitalité et de son audience médiatique et ainsi renforcer leurs positions, il n'y a pas lieu d'être très optimiste quant à la possibilité d'un débat apaisé et réellement positif... et chacun de lancer ses "fatwas" en continuant à fourbir ses armes pour les futures guérillas !

Toujours dans le même interview Pascal Brukner nous dit que "le péché originel revient par l'empreinte carbone que nous laissons tous"... Nous devrions donc de nouveau expier, mais cette fois-ci pour notre soit-disant bien-être acquis, alors que d'autres, et ils sont beaucoup, en sont encore à se battre pour survivre... Ce "bien-être" n'est en réalité qu'un bien-être tout relatif, et certainement pas équitablement réparti, même dans nos sociétés. Il est même superflu d'aller jusqu'à dire, comme l'auteur : "quand un hebdomadaire [...] titre "manger tue", on a envie de demander aux Somaliens ce qu'ils en pensent".

Il faut de préserver des "gourous" et des "ayatollahs" qui militent "pour je ne sais quelle régression, privation, éloge de la pauvreté"... Mais il faut, par contre, avoir "la sagesse des limites" ! Pourquoi un tel message, même s'il est parfois développé de façon polémique, ne devrait-il pas être entendu et discuté, calmement ?
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 septembre 2013
Pascal Bruckner met en perspective le fanatisme des différents courants écologiques en soulignant les multiples contradictions et autres contresens qui les traversent. Il en analyse les ressorts et incite le lecteur à une lecture critique du discours ambiant, lequel joue essentiellement sur les affects. A lire !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2016
Bruckner a su prendre de la hauteur. il montre bien quelle idéologie et quelle représentation du monde se cachent derrière les discours écologistes. Entre les propos de Cousteau et ceux de Cochet on voit une forme de fascisme de la nature s'imposer aux hommes comme si nous n'étions que des parasites.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2014
livre très intéressant qui donne une interprétation alternative à la vision apocalyptique
de notre futur telle qui nous est imposée par les maitres à penser du politiquement correct
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2013
Pour nous faire prendre un peu de recul par rapport à l'écologie dogmatique étouffante et qui ne tient pas compte de tous les paramètres en jeu.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
malgré quelques "lourdeurs" : Pascal Bruckner écrit évidemment très bien, mais il a une fâcheuse tendance à reformuler la même chose en tournant autour , jusqu'à ce qu'il ait épuisé les différentes façons de dire ; souvent cela lui permet de pousser l'analyse, de la raffiner, d'aboutir à des formules saisissantes, mais quelquefois on se dit : bon, ça va j'ai compris, ne pourrait-on pas avancer plus vite ? Finalement, dans cet essai, il a raison d'insister et de ne pas passer superficiellement sur les différents aspects de toutes ces Bêtises (redoutables) du délire Ecolo ambiant; il nous livre une très belle collection de perles, recueillies au cours de ces dernières années, en France et ailleurs. Hilarantes, mais Bruckner n'est pas Phiippe Muray, ce n'est pas le ridicule des citations qui l'intéresse le plus, plutôt les conséquences possibles de l'écho qu'elles rencontrent....Malheureusement, les excités, les militants, ne liront pas Bruckner : mais tous ceux qui ont encore des doutes sur ce qui nous attend si nous continuons de les laisser nous faire peur, avec la complaisance des médias, pourront ressortir de cette lecture avec une vue saine de la situation...
0Commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 février 2013
Un regard avec hauteur de vue qui permet d'échapper aux informations ou aux pensées qui transitent par les ondes ou la presse de plus en plus banale et banalisante. Il semble que Bruckner se positionne de la même façon que Desproges sur le sacré : dès lors que le sujet devient sacré et la pensée unique, l'urgence est d'en prendre le contre-pied.

"C'est l'esthétique même du pamphlet que d'accentuer le trait.
S'il concède de temps à autre que le péril n'est pas que fantasme et qu'existent des « problèmes réels », Pascal Bruckner ne va pas jusqu'à prendre en compte lesdits problèmes pour nuancer un tant soit peu son propos. Préférant s'employer, au fil des pages, à revendiquer pour l'homme, et surtout pour lui-même, rien de moins au fond qu'un droit d'insoucieuse jouissance - avec un égoïsme presque infantile.(Telerama)"
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2013
Un livre exceptionnel qui rabat le clapet à de nombreux préjugés intellectuels et qui devrait trouver sa place dans un maximum de bibliothèque !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2013
Pascal Bruckner a décidément l'art de dénoncer les travers de notre époque et d'en expliquer les causes. Il aborde dans cet ouvrage tonique les excès et les dérives de l'écologie. Cette dernière, hautement respectable et nécessaire, s'est en effet fourvoyée dans des combats douteux au point de parfois tomber dans un passéisme mortifère. La plume fait mouche et est toujours aussi allègre, le livre est bien documenté. Bravo M. Bruckner!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,60 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)