undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

1,8 sur 5 étoiles8
1,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
6
Format: Broché|Modifier
Prix:12,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Il y aurait beaucoup de bonnes raisons de ne pas écrire ce commentaire. La première est qu'il existe depuis très longtemps une philosophie mondaine distincte de la philosophie savante : il serait dérisoire de vouloir l'empêcher d'exister. Hume par exemple souhaitait les combiner plutôt que les opposer. Mais nous ne sommes plus à l'âge des salons et de la conversation polie ; nous sommes à l'ère des médias (Point, Express, Match, Libé, radios, télés) et voici une marchandise culturelle et sa publicité agressive, dénuée de la légèreté du causeur, qui excuse tout. La meilleure chose à faire serait d'ignorer cette marchandise et d'opposer au tintamarre (dont la polémique n'est que le prolongement) le droit de regarder ailleurs, de penser à autre chose. A défaut, on peut aussi dire ceci.

De la philosophie vivante, celle qui s'est faite depuis qu'il a quitté l'ENS, Bernard-Henri Lévy ne sait à peu près rien. Rarement les philosophes ont autant philosophé ; mais pour suivre, il faut s'instruire ; ouvrir des ouvrages non traduits, remettre en cause ses premières certitudes ; se déplacer avec l'évolution du savoir (et il y a un savoir philosophique, qui dialogue avec d'autres). Tout ce qu'il peut donc faire, c'est parler de lui, vivre au milieu des morts, porter des jugements à l'emporte-pièce sur des auteurs canoniques (Kant : « philosophe sans vie et sans corps», un étudiant de première année peut et doit faire mieux). Cette forme de philosophie littéraire, riche en formules et pauvre en arguments, où on fait mine d'avoir des idées quand ce sont celles des autres(Je en mouvement contre Je stable : quelle découverte bouleversante), était peut-être acceptable il y a très, très longtemps, mais elle a beaucoup vieilli. Que son auteur puisse citer un canular comme une référence sérieuse (Botul, p. 122, voir le Canard Enchaîné du 10 février 2010) n'est donc pas un accident : c'est un signe parmi d'autres de son amateurisme, je veux dire de sa totale incompétence.

De la philosophie académique, il ne sait rien et ne veut rien savoir. Qu'importe certes pour sa notoriété, puisqu'il sera commenté dans la « grande » presse, congratulé par des gens qui n'en savent pas davantage que lui. Mais son idée n'est pas: j'ai le droit de philosopher, moi aussi (pourquoi pas, on juge sur pièce). Elle est plutôt : là où je suis, je peux penser, et l'Université elle n'est pas un lieu propice pour cela (p. 36, p. 38). Cette médiocre charge repose sur l'ignorance de la qualité des travaux ; sur le cliché de la sclérose des institutions, opposée à la liberté du penseur qui embrasse l'univers du regard depuis la terrasse du Café de Flore. Mais l'enseignant qui prépare un cours sur la base de l'état de l'art malgré tout ce qui conspire à l'en empêcher, le chercheur à l'avenir incertain qui travaille toute l'année sur des sujets austères, et qui a pour horizon social la critique argumentée de ses idées et non le plateau de Canal Plus, sont libres d'une liberté bien plus concrète que l'intellocrate démodé qui voit sa barque prendre l'eau, ressasse ses souvenirs et court après sa propre gloire.
4141 commentaires|69 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ouahh... oh la vache on a eut peur... un peu plus et on finissait l'année sans nouvelles de BHL ! Imaginez l'horreur dans laquelle le bon peuple français aurait alors été plongé. Point de phare de la pensée pour lui, point de ralliement à une étincellante chemise blanche, nul direction vers laquelle penser bien. Non vraiment, il n'y a pas à dire, en publiant coup sur coup 2 ouvrages de sa pensée fulgurante, BHL nous a évité de nous perdre définitivement.

Alors oui, les esprits chagrins reviendront sur le fait que l'auteur s'est quelque peu emballé sur ses sources sans même chercher à savoir si elles étaient crédibles. Qu'il base une grosse part de son argumentation sur un pastiche d'une brillante plume du Canard Enchainé, qu'il s'est depuis englué dans de bien vaseuses explications, qu'il s'est battu becs et ongles pour empécher la parution de livres qui ne lui étaient pas franchement favorables. Oui, effectivement, cette année encore, BHL a eu à batailler férocement pour que son immense parole, pour que son puit de sciences infuse puisse parvenir dans les foyers français, fébrile de savoir comment penser le monde en 2010.

Et voilà que le philosophe milliardaire régale ses ouailles de non pas 1 mais 2 bouquins coup sur coup, preuve que son génie débordant n'est pas prêt de se tarrir et qu'il n'aura de cesse de porter sa bonne parole à tous les coins de la planète où les avions présidentiels voudront bien l'amener. Que personne n'en ait rien à faire à part les médias français n'est pas quelque chose qui semble le géner plus que celà. Que plus personne n'accorde la moindre crédibilité à ses prétentions philosophiques de par le monde, celà le touche à peine, du moment qu'il arrive à être encore influent en notre bel hexagone, où les médias se précipitent pour lui servir la soupe, et où le pouvoir se sent tellement grandi de pouvoir mettre à son tableau de chasse le plus beau spécimen d'intellectuel bobo immaculé.

Alors BHL, auréolé de sa resplendissante chemise immaculée et de ses souliers si brillants d'être brossés inlassablement par la soit disante majorité silencieuse de bon goût, BHL, donc, tartine des pages de pensées vides, d'inventions pures et simples, de témoignages personnels durant lesquels il fut prouvé qu'il n'était même pas présent. Il arrive même à se citer lui même, comble de la prétention ampoulée. Pour ma part, je préfére citer la très philosophique Chantal Lauby (des Nuls): "L'homme qui pétait plus haut que son cuI a un peu de merd* derrière les oreilles".

Que les droits de ce livre permettent à l'auteur de s'acheter des cotons de tiges, c'est tout le mal que je lui souhaite.
1515 commentaires|25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
B pour business, bécassin, bon-à-rien, bazar
O pour oubli dans intelligence oubliée
T pour Tartarin son modèle de va-t-en guerre et d'inventions
U pour "Un bon business que voilà"
L pour "lecteur ne lis pas ce que moi-même je n'ai pas lu et sans nul doute encore moins écrit".

La presse (unanime):

"Le Point dans la Virgule" ; insensé voyage philosophique dans les ténèbres du mal"
" L'Expresso" ; "BHL au sommet de ses abysses"

A l'écriture des impostures, seul un professionnel peut s'y enrichir.
117117 commentaires|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2012
Ce livre est avant tout celui de l'affaire Botul ou de l'imposture philosophique.
Et BHL continue de se pavaner à la télé comme si les toujours plus grosses et nombreuses casseroles qu'il traînait étaient invisibles. BHL et les médias nationaux tout en courbettes, c'est la version moderne des "habits neufs du Roi".
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2010
Encore plus mégalomane qu'à l'ordinaire, BHL convoque le ban et l'arrière-ban des célébrités médiatiques pour appuyer ses propos fumeux sur la guerre, la paix, la religion, la Shoah, la France, etc. Rien n'échappe à ses affirmations péremptoires, terroristes et auto-satisfaites. Ce salonnard se veut "un pirate" en philosophie. Ilest plus facile parler des "concepts froids" que d'en produire. Un déluge de sophismes et de caricatures qui,'a d'autre fonction que de lui permettre de prendre la pose. Que le narcissisme s'exerce aux dépens de la plus élémentaire rigueur intellectuelle pose tout de même question; comment peut-on encore diffuser de telles sottises, auxquelles je ne suis pas sûr que l'auteur croit lui-même ?? Notons au passage qu'il s'est bien fait avoir, BHL, en prenant pour argent comptant un canular sur la vie sexuelle de Kant, oeuvre en fait d'un journaliste du Canard Enchaîné !
0Commentaire|38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 février 2010
Cette histoire me fait penser à ce qui était arrivé dans les années 1970 à une "fausse gloire" du moment, Antonietta Macciochi, ardente avocate de la révolution culturelle chinoise. Omniprésente présente dans les médias, elle aussi, elle en fut "effacée" en quelques minutes par les commentaires, en direct à la télévision, de Simon Leys, sinologue averti qui énuméra paisiblement les sottises et les ignorances de la dame. On n'entendit plus parler d'elle. On peut penser qu'il en sera de même pour notre "philosophe médiatique". Sic transit...
77 commentaires|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 9 février 2010
Strategos Autokrator se rêve libérateur du Monde Arabe...Quoi de plus élégant que de d'invoquer le Saint Patronage de Neron 1er (élysée.com et plus si aff.) pour engager Flotte et Aviation dans la liquidation du Guide Proprement Suprême....

"Fraîche et joyeuse" (on dirait une pub pour une mousse) selon son excellence Juppé II, enlisée et en bout de course aujourd'hui (comme le signale Jean Guisnel dans son article du journal Le Point, le Ramadan mettra fin aux opérations de couverture...) n'ayant atteint à ce jour aucun objectif (lesquels d'ailleurs ? remarque un coup de bol et boum ! plus de GPS), la guerre franco-libyenne s'éteindra d'elle-même ("From the shore of tripoli to the walls of l'Elysée").

Bref, la Grande Echéance approchant, on passera à autre chose et les grandes manoeuvres BHLiennes seront cachées sous un coin de tapis comme un reliquat de poussière non aspiré.

Strategos Autokrator (à côté de lui, même George Bush ferait office d'expert en matière de Monde Arabe) nous relira Clausewitz lors d'une conférence prévue à l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (horaire prévu : 02h00-0h5H00 ; venez armé car vous serez seul) aimablement prêté, main forcée (un ordre reste un ordre) grâce à l'entregent de Miss Néron...et s'engagera pour la libération des Iles Lofoten dont les habitants vivent tranquilles loin des fureurs houlesques de la Polémologie revue et corrigée par Strategos Himself, en personne et surtout personne d'autre (quel animal doué de raison voudrait être vu en sa compagnie)...;
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2010
Tout le monde hait, peu ou prou, Bernard-Henri Lévy. Tout ce qui fait profession de penser le détestent et souhaitent presque sa mort. C'est entendu. Mérite-t-il autant de haine ? Aucune idée... n'en déplaise à ses détracteurs, BHL continue d'écrire des livres depuis 1975 et parfois des bons.

Ainsi, ce De la guerre en philosophie est un livre court en apparence mais dense et complexe et difficile d'accès. Ce n'est pas la « ménagère de moins de 50 ans » qui y comprendra quelque chose. Et il faut une sacrée mauvaise foi pour taxer sa pensée de vide ou de médiocre alors qu'une lecture sérieuse enseigne tout le contraire.

Ici, BHL entend justifier sa vision de la philosophie et convoque Lacan, Althusser, Nietzsche et Heidegger. Comme de juste, c'est délectable car BHL est un excellent passeur d'idées. Si on peut contester ce qu'il est (un système plus qu'un intellectuel), on ne peut pas affirmer qu'il n'aurait pas d'idées et les siennes valent bien celles d'un Michel Onfray qui est strictement à l'opposé mais qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau (BHL reprend son idée de psycho-biographie).

Ainsi, ce texte peut offrir une excellente introduction à la philosophie et à son essence et ouvre de toute façon un débat riche et intéressant sur le positionnement du penseur : en retrait ou dans le monde ? En actes ou en pensées ?
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €
6,90 €