undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles11
4,4 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 janvier 2014
Très rares sont les premiers romans de cette qualité.

Patrick McGuiness, poète et néo-romancier inspiré, nous livre dans Les cent derniers jours la réalité saisissante des ultimes vicissitudes d'une dictature stalinienne pantelante (sous l'ère crépusculaire des Ceaucescu en 1989) et d'une capitale roumaine, Bucarest, en proie à la déconstruction et à la paranoïa.

L'acuité du regard, quasi journalistique, portée sur ces événements par l'auteur, lui-même occupant temporaire des lieux à la fin des années 1980, nourrit la première partie de l'oeuvre. Cette focalisation sur la découverte du contexte socio-politico économique de l'époque, Patrick McGuiness nous la restitue magistralement en plongeant son protagoniste, un jeune homme anglais enseignant ayant décroché un poste pour lequel il n'était pas candidat, dans un cauchemar kafkaïen ou une farce ubuesque...

L'impression d'être aux confins de la réalité et de l'imaginaire n'existe cependant pas, la véracité des descriptions et des représentations ne semble à aucun moment relever de l'élucubration d'un auteur qui mystifierait son lectorat par le truchement d'une vision apocryphe de l'Histoire.

C'est avec finesse et habileté que sont évoqués l'ennui totalitaire, l'impéritie étatique (qualifiée par l'auteur "d'incuritocratie véreuse"), les trafics humains, les privations de liberté (au niveau intime, de la politique nataliste), le rationnement, les activités interlopes, la propagande du régime communiste, la corruption, la surveillance permanente (entre individus, et orchestrée par la police politique secrète roumaine, la Securitate), la "triplicité" (l'auteur évoque ici "le dépassement de la duplicité, une couche supplémentaire de dissimulation qui permettait un espace de liberté: si je sais que tu sais que je mens, alors il est possible que s'installe entre nous une sorte de vérité"), les mutations architecturales de Bucarest ainsi que ses humeurs et ses odeurs, ou encore la mégalomanie du clan Ceaucescu.

Outre ce cachet instructif, l'histoire centrée sur ce professeur fraîchement arrivé en Roumanie fait la part belle également à quelques personnages plus ou moins recommandables, séduisants. C'est dans un climat oppressant et anxiogène que vibrionnent ces personnages et notamment la figure cardinale, en plein apprentissage, qui se heurte à un univers déconcertant et désenchanté, que l'on pourrait croire façonné par un démiurge imaginaire.

Certes, l'intérêt pour l'histoire s'essouffle quelque peu au mitan du roman, quelques longueurs ternissant son attrait, mais les séquences finales égalent qualitativement les premières.

Quant au style, empreint de poésie, et d'ironie, il sert admirablement la narration.

Patrick McGuiness est en définitive l'auteur d'un roman captivant et éclairant pour qui s'intéresse aux tournants historiques et, particulièrement à celui de l'effondrement d'un régime communiste avilissant.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2014
On se laisse prendre très rapidement par se livre que j'ai trouvé intéressant. Il se passe pendant les cent derniers jours avant la chute des Ceaușescu. Le livre est bien écrit, bien traduit. On se croit à Bucarest ! On est dans l'ambiance. Le livre est un mélange de roman et de faits historiques. Il exlique bien le nationalisme de façade qui règne à cette époque, destruction-reconstruction de Bucarest selon les vues du dictateur. On voit aussi toutes les faiblesses, les prévarications … d'un régime totalitaire.
Intéressant
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2013
Il est inutile de faire le résumé de ce roman, puisqu'il se trouve sur la page d'Amazon ...
En dire davantage serait déflorer l'histoire .

Ce dont je peux témoigner, c'est que ce roman réconcilie avec lecture tous ceux , dont je fais partie, qui s'ennuient en lisant la littérature narcissique , prétentieuse ou indigeste qui nous est parfois proposée depuis une vingtaine d'années.

"Les cent jours" est un superbe roman un peu mélancolique , d'une écriture à la fois très originale ( bravo à la traductrice .... il est si rare qu'on ne ressente aucune maladresse à la lecture d'un roman traduit, et que l'écriture reste si fluide ), souvent poétique et imaginative , fût-ce pour décrire des égouts , et pourtant facile d'accès , traversé par des personnages attachants qui sont dépeints par petites touches au fur et à mesure que l'histoire se déroule .

A travers l'intrigue, il offre la vision fascinante , vécue de l'intérieur ( par le narrateur) , d'une ville déchue ( en l'occurrence Bucarest) juste avant la chute de son dictateur , un monde constitué de couches et sous- couches qui s'entrecroisent , petit peuple, diplomates, apparatchiks , trafiquants, artistes, aristocrates déchus, etc, etc..

Au -delà de la pénétration dans ce monde ubuesque se déroule aussi une réflexion personnelle sur l'histoire d'un individu pris dans les remous de l'Histoire , et les adaptations de l'être humain à la dictature, à la pauvreté, aux compromissions , au deuil, à l'amour qui fuit, etc..

Et l'on se dit que l'auteur , P.McGuiness , est non seulement un véritable écrivain, mais de plus un écrivain dont l'intelligence des profondeurs se fait sentir presque à chaque ligne du roman .
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2014
Atmosphère des plus étrange ou l'on est conscient d être au bord du gouffre et que c est inéluctable. Les personnages du livre semblent tous être plus ou moins paumés et c est peut être pour cela qu ils se retrouvent la et y demeurent malgré tout. A lire pour savoir comment cela se passait dans un pays proche du notre il y a bien peu de temps.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2016
le roman décrit les 100 derniers jours du dictateur roumain vu et subit par deux anglais professeur de fac. l'un pétrit de bon principe alors que l'autre s'accorde quelques libertés avec le régime. j'ai beaucoup apprécié le style d'écriture fluide et les descriptions des dégâts causées à la ville de Bucarest par le parti de Nicolae Ceaușescu. Il y a la bonne dose d'amour, d'indifférence, de trahison, de schizophrénie due au flicage continuel des autres et de la police politique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nous sommes en Roumanie, cent jours avant la chute du régime de Ceausescu. Un jeune professeur va rejoindre son poste à Bucarest. Dès son arrivée, il est "absorbé" par l'atmosphère oppressante de ce pays en pleine déliquescence, où les files d'attentes des magasins s'étirent le long des rues sans âme..; le pays de tous les excès pour les partisans de Ceausescu !
Le pays de la délation, de la violence et de la peur où l'homme n'est qu'un pion sur un jeu de l'oie maléfique, où la case prison côtoie la case 1, sur simple maladresse .
Notre héros, en déplaçant les lignes, vit dangereusement !pourquoi rester ? Il faut lire ce superbe livre !

Ce premier roman est une réussite, qui me rappelle un peu par son intensité, "Cet instant là" de Douglas Kennedy ; à quand le second ?
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2014
l'idée de départ est intéressante. Cela décrit bien l'ambiance "fin de règne" de ce pays.
Dommage il y a un peu d’essoufflement sur la fin... mais la conclusion est , hélas, très réaliste!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2014
Eclairage vivant d'une ignoble dictature et de la folie megalomaniaque et devastatrice des Caucescu.
Lecture aisée et captivante d'un "roman" (?)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2014
La Roumanie dans les derniers jours de Ceaucescu , un tableau effarant et glaçant qui fait regarder d'un autre oeil vers les pays encore opprimés.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 novembre 2014
Une véritable claque littéraire, le fond, la forme, tout est juste. Ils sont rares les auteurs contemporains à vous transporter de cette façon...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus