undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles12
3,6 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:17,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 décembre 2013
Leonora Miano nous offre une fois de plus son talent d'écriture et ne cesse de mettre en relief l'âme et la richesse de la culture africaine.
Ce livre s'inscrit dans la lignée de "l'intérieur de la nuit", "contours du jour qui vient" et "les aubes écarlates".
D'une manière plus universelle, elle décrit comment les femmes et les hommes peuvent affronter les drames et continuer à aller de l'avant en s'inscrivant dans la lignée et l'héritage de leurs peuples, clans, familles, aïeuls, en portant en eux tout ce qui a été et en ne se soumettant pas à la fatalité.
La solution vient toujours de la solution créative issu du chemin que l'on parcourt et des rencontresque l'on y fait.
Un beau travail de mémoire et de deuil.
A lire absolument
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2013
Après avoir entendu l'auteur évoquer son livre, lors d'un salon littéraire, l'envie de le lire était irrépressible.
J'en suis sortie séduite, emportée dans ce voyage africain, à l'aube du basculement d'un monde, lorsque des hommes sont venus de par-delà les mers, pour s'emparer et asservir d'autres hommes... La sensibilité du récit m'a saisie dès les premières pages, suivant les pas de ces femmes, celles dont on n'a pas retrouvé les fils ou les maris, celles auxquelles n'est resté que la détresse, l'incompréhension, la résignation mais aussi la force de résister, parfois à la trahison des peuples frères ...et de survivre.
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2015
ce livre est très bien écrit et apporte un point de vue intéressant sur l'esclavage et la traite des Noirs. Le propos se limite essentiellement à la description et aux conséquences de l'esclavage, vues du côté de l'Arique, sans aborder la déportation transatlantique, ni la vente et l'exploitation des captifs, une fois débarqués dans les colonies d'Amérique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2013
Approche intéressante qui montre la Traite du point de vue de ceux qui sont restés et qui ont vu disparaître leurs proches sans comprendre où ils étaient allés. Cette romancière est l'un des talents les plus prometteurs d' Afrique.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2013
Me voici divisé :
Cette jeune écrivaine, doualaise de naissance, m’a véritablement séduit par son style et son talent. Je retrouve en sa plume l’élan actuel d’une génération d’artistes "Africains" prometteurs et surtout novateurs. Ce roman est riche, dense et permet une lecture sans entraves. De plus, et j’y suis particulièrement sensible, le Douala est souvent employé, et je le dis bien que je ne pratique pas cette langue, de façon délicieuse et judicieuse. De l'excellente littérature. Par là-même, il mérite largement un 5/5.
Cependant, et je ne force pas ma sévérité, sur le fond je me porte en faux. Rejoignant fortuitement l’immensité d’une diaspora Africaine qui aurait voulu retrouver en Léonora Miano le courage et l’honnêteté de (par exemple) l'auteur Rosa-Amélia Plumelle-Uribe. Car, au-delà d’une valeur technique indéniable, le sens véhiculé mais surtout les déductions et les conséquences intellectuelles qui en découlent sont, à mon sens, indubitablement incomplètes, inexactes, parcellaires et donc faussées. L'histoire véritable est bafouée, l'honnêteté intellectuelle inexistante, bref : Leonora Miano entre dans le schéma du révisionnisme. Je m’explique :
- L’auteure indique combien les Africains qu’elle décrit se sont révélés ignobles au point de capturer (ou d’aider à la capture) et de vendre leurs frères et leurs sœurs pour une simple affaire de cupidité ; irait-elle jusqu’à déclarer que ces pratiques furent observées en toutes régions de l’Afrique subsaharienne et en toutes périodes ?
- L’auteure considère apparemment, tout comme l’ont fait et le font les occidentaux envers l’antiquité Grecque, que l’Afrique est monobloc et statique malgré les quelques derniers siècles de "mouvements" ? (pardon pour l’euphémisme)
- Comment considérer autrement que par du révisionnisme la négation par omission des faits suivants par l’auteure : les pays, états, chefs de gouvernements, rois et chefs locaux qui, durant plusieurs siècles en Afrique, ont combattu les esclavagismes et engagismes qu’ils soient chrétiens, musulmans, d’une autre religion ou tout bonnement à but économique ? Quid de tous les complots ourdis par les Européens qui ont abouti à une sélection (et jusqu’à présent) biaisée et Darwinienne de l’élite Africaine et donc des directions des peuples ? La géostratégie actuelle appliquée du Nord jusqu’au Sud de l’Afrique n’hérite-t-elle pas de ces siècles de violences et de trahisons ? Léonora Miano serait-elle dans le déni ? J’eusse voulu qu’elle ait été, en lieu et place d’avoir conscience de son écrit, simplement dans l’ignorance : cela m’eût plu et presque rassuré.
Un célèbre proverbe Africain dit : « Aussi longtemps que les lions n’auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur. » Je dirais gentiment que Léonora Miano est l’antilope qui s’affuble de la peau du chasseur afin d’ériger un récit à la gloire de celui-ci ! La voici en ligne droite d’un Olivier Pétré-Grenouilleau avec son "Traites négrières : essai d’histoire globale". Bienvenue dans le monde de l’inexact et de la veulerie.
Je préfère, et de très loin, un Lilian Thuram qui, même s’il est loin d’être exhaustif, cherche à rétablir la clarté au travers d’un historicisme juste. Et "La Férocité Blanche" édité chez Albin Michel et autrement plus instructive et précise que ce "roman" de Léonora Miano.
Sans lui demander d’être exhaustive, j’attendais néanmoins autre chose d’une romancière de cette qualité. Je suis donc sincèrement déçu.
Sans en éprouver une fierté qui serait inopportune, j’aime profondément mes origines et souhaiterais que l’immensité des Africains de cœur et/ou de sang soient amoureux également de ce continent chargé de civilisations et de valeurs authentiques.
J’applique le couperet d’une étoile sur cinq pour la seule raison que je ne peux techniquement en mettre zéro.
66 commentaires|32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 octobre 2013
Le jury auquel j'ai appartenu cet été, pour attribuer le Prix des Lecteurs du Maine Libre, l'a classé 3e des 8 romans sélectionnés : je l'avais mis en 2e ! La rencontre avec Leonora Miano, ce dimanche de la 25e Heure du livre, au Mans, a été une révélation au point de regretter de ne l'avoir pas élue. Le temps de ce qu'on appelle "un petit déjeuner" auquel nous n'avons rien touché, avec elle, en dit long sur sa capacité à vous embarquer. Elle n'est pas qu'un écrivain, elle est aussi un griot : quelqu'un dont les textes, les paroles et la voix produisent davantage en vous que la lancinante errance à la recherche des fils enlevés dans son récit. C'est à sa lecture, de ce qu'il en reste, même quelques semaines après, que je comprends comment bien des années plus tard le blues, que j'affectionne autant que la littérature, a pu naître sur le continent d'en face. Toute la puissance de l'auteur est dans ce roman. On me dit que Leonora s'est calmée : qu'est-ce que ça devait être... et qu'est-ce que ce sera la prochaine fois !
11 commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juillet 2014
Pour ma part je me suis passablement ennuyée. Je ne connaissais pas l auteur mais je ne lirai pas d autre oeuvre
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mai 2014
Livre tout en ambiance. On a l'impression de mieux comprendre l'âme africaine après l'avoir lu. Le rythme est lent et donne une atmosphère particulière et agréable dont on s'imprègne petit à petit.
Belle découverte.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2014
Un roman poignant sur une partie douloureuse de l'histoire du continent africain. Une puissance d'évocation poétique étonnante sur un sujet qui interpelle.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2013
Un roman qui entraîne le lecteur au temps de la traite négrière vue et vécue par les tribus africaines. Envoûtant et très bien écrit.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles