undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles8
3,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:4,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Trois nouvelles de Tolstoï, regroupées au bénéfice du thème commun qu'est la mort, la première et la plus connue n'étant pas forcément pour autant la meilleure...
Si le climat de ces nouvelles n'est évidemment pas réjouissant, il n'est pas non plus morbide.
Tolstoï y souligne plutôt le caractère inexorable de la mort et, partant, la nécessité d'une espèce d'acceptation. Alors s'ouvre un possible qui varie bien sûr selon les uns ou les autres : Ivan Illitch devra être sauvé du « comme il faut », le Maitre de son égoïsme (le Serviteur qui lui n'en pas besoin ne mourra donc pas). La Maitresse ne « bougera pas » alors que le vieux Fédor donnera ses bottes à l'image de la nature, c'est-à-dire de l'ordre des choses, où l'arbre accepte de mourir et donne son bois...
Ce n'est pas spécialement plaisant mais très russe; surtout, très Tolstoï !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 février 2013
Que dire de ce livre à la fois si ancien et toujours d'actualité . Il se lit d'une traite , et l'empathie est rapidement présente envers ce pauvre Yvan Illitch . Ce génie de Tolstoi , de décrire avec tant de précisions les sentiments de ce pauvre malade . Et les personnes qui l'entourent , serait ce nous ? serait ce vous ?
Bref ce livre est poignant et magnifique . Et pourtant , il n'est pas triste .
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2015
Un magistrat ordinaire, confronté à la maladie, douloureuse et invalidante, va être amené à dépasser le conformisme confortable qui a jusque là guidé ses actes et à réaliser l'égoïsme, l'hypocrisie et la lâcheté de ses proches confrontés à une maladie qui les dérange.

Un thème réaliste abordé avec la sensibilité de Tolstoï, très attaché aux moujiks, et qui fait du valet Guérassime le seul être fidèle et dévoué à son maître jusqu'à la fin, rédemptrice, elle aussi dans la lignée de la conception tolstoïenne de l'existence.
Au delà des particularismes du grand auteur, ce classique nous propose de quoi méditer sur ce qui nous pousse en avant, nos rapports aux autres et à la mort.

Maître et serviteur

Un riche marchand ne veut pas rater une affaire et part en hiver sur les routes malgré le blizzard, accompagné de son serviteur, Nikita.
Apparemment à l'époque les chemins étaient dangereux l'hiver, j'avais déjà lu ça dans "Carnets d'un jeune médecin" de Boulgakov, le froid terrible, la neige qui égare, et éventuellement les loups, et voilà les deux héros bloqués au milieu de nulle part en pleine nuit, à deux doigts de la mort.
Et le riche marchand qui ne pensait qu'à ses affaires va trouver la rédemption: très tolstoïen.
Tolstoïen également le style, impeccable, atmosphère très bien rendue avec des rebondissements et du suspense.

Un recueil axé sur le thème de la mort qui est une véritable ode à la gloire du petit peuple russe.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
c'est surtout la deuxième nouvelle qui m'a le plus plu. Maître et serviteur. Le froid qui prend possession peu à peu des corps, l'engourdissement. On se sent proche de ces deux êtres perdus au coeur de la plaine enneigée et froide. Le trio cheval et hommes est un concentré de relations très fortes au sein de la tourmente. Etonnant que personne n'en ait vraiment fait mention. La nouvelle qui donne le titre n'est point mauvaise, cependant elle un peu plus conventionnelle et très Tolstoïenne. Un livre court qui se lit très agréablement malgré la profondeur du sujet abordé. En revanche pour ma part je trouve que la mort de Jean Valjean dans les misérables fait elle aussi partie des must de la littérature. Ce sentiment de la fin et du devoir accompli est merveilleusement rendu par Hugo.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2010
Un chef d'oeuvre sur la nature humaine et ses rapports avec la peur de la mort.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2011
Un livre à lire absolument, parmi les références de son auteur. On relira la Mort d'Ivan Illitch sans se lasser.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2014
3 Nouvelles, 3 Tolstoïstory pour le prix d'une. C'est pas mal, ça sent le 19ème siècle, la troisième est pas terrible, les deux premières sont chouettes, je n'ai pas non plus était ébahi, la deuxième a une ambiance bal des vampires, le froid, le traîneau, la neige. Bon moment de lecture, mais Fiodor Dostoïevski m'avait plus impressionné en son temps, là je trouve que Léon y va tranquille sans trop forcer son talent. Recommandable pour appréhender la littérature russe sans se taper 1000 pages d'un coup
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 avril 2011
Certes c'est un classique qu'il faut connaître... Mais quelle agonie également pour le lecteur! portée, cependant, par une écriture et un souci du détail subtils
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

2,00 €
8,10 €