Commentaires en ligne 


80 évaluations
5 étoiles:
 (40)
4 étoiles:
 (18)
3 étoiles:
 (9)
2 étoiles:
 (8)
1 étoiles:
 (5)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Comment passer à coté ?
Alors que s'achève le XIX°s, Dorian Gray, jeune dandy, initie sa jeunesse au grand monde londonien, en posant pour Basil Hallward, peintre novateur et passionné, qui se prend d'une fascination sans limites pour son modèle, dans lequel il croit voir toute la pureté et l'innocence, disparues de son siècle et de sa...
Publié le 27 juillet 2009 par Madamedub.com

versus
17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Même gratuit, format Kindle à éviter, traduction trop mauvaise!
J'ai téléchargé "Le portrait de Dorian Gray" en format kindle, et la version que j'ai reçue est décevante. En effet, la traduction est très mauvaise. Il y a beaucoup de fautes dans les mots, il y a également des mots écrits à la place d'autres, des mots non traduits de l'anglais (!!), des phrases dont la syntaxe est...
Publié le 27 juillet 2012 par Iris


‹ Précédent | 17 8 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Dorian Gray ou l'exaspérante permanence d'un double obsédant, 26 avril 2011
Par 
Juste BEMBELE (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le portrait de Dorian Gray (Broché)
Unique roman de Wilde, je saisis l'opportunité, le temps d'un office, d'en décliner autant les blancs que les reliefs choisis pour faire dire à l'élégant Lord Henry Wotton (Harry), un des paradoxes au centre du livre: 'The only way to get rid of temptation is to yield to it' I can resist everything but temptation (Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder' Je peux résister à tout sauf à la tentation)'. L'on verra d'ailleurs plus loin, comment l'hédonisme de Lord Henry mène Dorian à sa perte.
Paradoxes et aphorismes torsadent dans la bouche de l'immoraliste Lord, dont l'éloquence parvient à gommer la nocivité évidente du vice pour en faire une éclatante vertu, avant de faire d'une 'fatigante vertu, un vice commode', pour reprendre Molière (Amphitrion)*. Le cynisme avéré de Lord Wotton nous sert un catalogue de maximes qui, vous en conviendrez, pour une Angleterre puritaine, constitue un affront délibéré aux convenances de l'époque.
On n'échappe pas, en lisant le roman, à la tentation de voir dans la vie de bâtons de chaise que mène Dorian Gray, celle dissolue de l'auteur, déclamateur zélé et exalté du dandysme dont il est un des représentants de l'ère victorienne. Oscar Wilde y fait l'éloge de la jeunesse et de la beauté, y compris le raffinement porté par celui qui en est le 'dépositaire', ce qui suffit à froisser les orientations morales affirmées des 1800 finissantes.Le roman se déploie à partir du tableau qui se dresse, magistral, dans l'atelier de Basil Hallward: le portrait d'un éphèbe.

La suprême beauté de ce jeune homme, peint de pied en cape, en impose par un aplomb que renforce l'imposant chevalet sur lequel il 'trône'. L'ami du peintre, Lord Henry Wotton, découvre cette splendeur et se convainc de la nécessité pour Basil d'exposer ce chef-d'œuvre au regard du public. Alors que ce dernier s'y oppose pour des raisons intimistes, Lord Wotton meurt d'envie de rencontrer celui qui a servi de modèle à l'artiste: Dorian Gray. Mais Basil Hallward connaît bien la moralité de son ami pour ne pas craindre que celui-ci ne cherche à faire succomber à son charme celui à qui il voue une extrême adoration. Il l'en supplie, sans croire un seul instant que Lord Wotton y consente. L'influence de ce personnage est telle qu'il faut se garder de contrecarrer ses désirs, surtout au moment où il est question d'assouvir une curiosité dont on peut aisément deviner l'aboutissement dans l'exaltation des sens. La rencontre a lieu. De façon fortuite? Dorian est déjà dans l'atelier, assis au piano, dos tourné à l'entrée, occupé à compulser les 'Forest Scenes' (Scènes De La Forêt) de Schumann. Entrent, un peu plus tard, Basil et Lord Wotton. Dorian ne se doute pas que Basil dont il perçoit l'entrée dans l'atelier est accompagné d'une personne. Lorsqu'il s'en aperçoit, il s'excuse, non sans rougir, du fait de son attitude lascive. Lord Wotton ne manque pas de flatter Dorian, en faisant allusion à son éclatante beauté et le garçon n'y est pas indifférent. A cet instant semble scellé son sort que le tourment, désormais en branle, va l'accompagner au gré de l'omniprésence incantatoire de Lord Wotton. Dorian Gray est subjugué par 'le nouvel hédonisme' dont il peut, s'il le veut, 'être le symbole visible'. Il se rend de moins en moins à l'atelier de Basil, à la grande satisfaction de Harry qui, allègrement, professe des théories fondées sur le plaisir, mais aussi et surtout sur l'éphémère, à l'origine du cri de Dorian, visiblement troublé, devant son portrait: 'If it were I who was to be always, and the picture that was to grow old! For that - for that - I would give everything! Yes , there is nothing in the whole world I would not give! I would give my soul for that' (Que ne serait-ce à moi de rester toujours jeune et au portrait de vieillir! Pour l'accomplissement de ce miracle, je donnerais mon âme).
Des jours après, il fait la connaissance d'une comédienne, Sibyl Vane, dont il demande à Lord Wotton et à Basil Hallward de venir apprécier le talent, à l'occasion d'une représentation. D'elle, il dit que c'est un génie. Ce à quoi rétorque, cynique, Lord Wotton: '...no woman is a genius. Women are a decorative sex. They never have anything to say, but they say it charmingly'' (' aucune femme n'est un génie. Les femmes sont le sexe décoratif. Elles n'ont rien à dire, mais elles le disent avec tant de charme). Eh bien, malheureusement, ce soir-là, Sibyl, transi d'amour pour Dorian, confirme le propos froid de Lord Wotton, au travers d'une piètre représentation. Atteint dans son amour propre, Dorian la quitte sans ménagement.
Entretemps, le tableau lui rappelle le caractère fugace de cette beauté peinte, par le biais de la commissure d'une bouche assaillie par l'inébranlable fermeté du temps. Il se rappelle alors avoir formé le vœu que le tableau vieillît à sa place. Il est donc assuré, faustien, que son souhait est réalisé. Alors qu'il tente de rattraper Sibyl par une lettre enflammée, il apprend que la pauvre s'était suicidée le soir où elle avait été éconduite. Le désespoir de Dorian est de très courte durée car, grâce à des fragments de la philosophie 'wottonienne' qui convertissent cette fin tragique en un drame romantique, il est délesté du poids de la mort de Sibyl Vane.
Désormais, ne connaît son secret que le tableau. Il décide alors de l'enfermer dans une pièce de la maison qui, autrefois, était une salle d'étude. Il se consacre dorénavant à la lecture du livre jaune *que lui offre Lord Wotton. Un roman dépourvu d'intrigue, avec un seul personnage. Il en fait le schéma directeur d'une dynamique de vie qui allait précipiter sa décadence: errance dans le dédale de la nuit et réceptions mondaines, le tout rythmé par sa passion démesurée de belles pièces d'art. L'atelier de Basil n'est plus qu'un vague et lointain souvenir. Le tableau dont il va de temps en temps observer l'évolution vers l'inévitable décrépitude, continue de le rassurer, tant son intemporalité lui confère une indiscutable victoire sur les êtres et les choses.
Un jour, il arrive à Basil la mauvaise idée de vouloir savoir un peu plus de la source de jouvence qui maintient indéfiniment son ami dans une forme aussi enviable. Dorian se livre et, pris de folie, tue Basil. Avec l'aide d'un chimiste, Alan Campbell, il se débarrasse du corps. Tue-t-il Basil parce qu'il a peur que ce dernier n'évente le secret ou y recourt-il pour lui faire payer le travers de l'avoir mis face à l'imminence du châtiment que lui renvoie son reflet dans la toile.
Il jette son dévolu sur les milieux interlopes de Londres pour oublier la persécution de l'image d'un crime atroce. Se met à l'opium, entamant ainsi un lent et inexorable glissement vers les bas-fonds de ce que l'être peut avoir de profondément pitoyable et/ou détestable. Il manque de se faire tuer par James Vane, le frère Sibyl, décidé de venger sa sœur. Il doit la vie sauve à son visage d'éternel adolescent de 20 ans, alors qu'il en a dix-huit de plus. Autrement dit, il n'eût pas été possible que ce fût Dorian Gray. Il y échappe à jamais car celui-ci se tue dans un accident de chasse. Dorian pense trouver du répit dans la pièce où il mit le tableau à l'abri des regards. Quelle énorme est sa désillusion alors que le tableau lui arbore le prolongement terriblement décati de son reflet. Fou de rage, il repère le couteau qui servit pour ôter la vie à Basil, avant de lacérer la toile. Un cri horrible, suivi d'un fracas, se fit entendre. Les domestiques, à moitié vêtus, ne purent constater que le corps gisant d'un vieillard laid, que dominait le portrait d'un jeune homme remarquablement beau. Et l'identification du corps hideusement ridé, avec un couteau planté en plein cœur, n'est possible que grâce aux bagues que porte le cadavre. Les bagues de Dorian Gray dont c'est finalement le cadavre.

* 'J'aime mieux un vice commode/Qu'une fatigante vertu'
* Ce livre dit 'empoisonné' (poisonous, dans le texte), est en fait A Rebours (1884) de J.K. Huysmans sur le parcours perturbé d'un jeune Parisien, Le Duc Jean.

A (re)lire:

1. Honoré de BALZAC, La Peau de Chagrin (le cas de Raphaël de Valentin acceptant le pacte diabolique dont le vieil antiquaire lui rappelle le ferme et cruel principe): 'Le vieil homme lui montre alors « une peau de chagrin » ayant le pouvoir d'exaucer tous les vœux de son propriétaire : « Si tu me possèdes, tu possèderas tout, mais ta vie m'appartiendra »';

2. Edgar Allan POE, Le Portrait Oval, nouvelle (The Oval Portrait);

3. Autre référence à l'hypocrisie sociale de l'ère victorienne: R.L. STEVENSON, L'Etrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde (The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde)

4. Christopher MARLOWE, The Tragical History of Doctor Faustus , théâtre (écrit: environ 1586 - 1596. Il existe deux versions de la pièce. La première: 1604, 11 ans après la mort de l'auteur; la seconde: 1616). La tentation y est traitée sous l'angle de sa consubstantialité à la damnation.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Décevant, 6 novembre 2007
Par 
O. Sansano (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Portrait de Dorian Gray (Poche)
Je vais faire figure d'exception, mais je n'ai pas apprécié ce roman plein de longueurs et de caricatures.
J'ai trouvé que la psychologie des personnages n'était pas assez approfondie et que l'histoire manquait cruellement de rythme.
La lecture de ce qui est souvent considéré comme le "chef d'oeuvre de Wilde" me laisse un arrière goût d'ennui persistant, je retourne voir le fantôme de Canterville.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Philosophe, 12 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Portrait de Dorian Gray (Poche)
J'ai acheté ce livre car on me la recommandé, je ne suis pas habitué à lire ce genre de livre alors je suis assez mitigé concernant le commentaire, le point positif de ce livre c'est qu'il y a beaucoup de philosophie, remet en question 'l'homme' dans son milieu social, dans sa façon de penser ect, de la moral au rendez vous. Le point négatif me concernant, je n'ai pas trouvé le fameux "suspense" qui nous pousse à lire la suite, c'est monotone a certains momments, mais je suis sûre que d'autres lecteurs ont apprécié ce livre dans son intégalité, ce n'est simplement pas mon genre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Portrait de dorian Gray, 28 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Portrait de Dorian Gray (Poche)
Ce livre est très bien,
Les quatre premiers chapitres sont assez ennuyeux mais la suite nous emmène dans une belle
histoire. Plein de commentaire philosophique ce livre est excellent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Je le recommande, 3 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Portrait de Dorian Gray (Poche)
Le Portrait de Dorian Gray est un très bon livre du début à la fin. Il fait partie des must have. Seul bémol, les 2 ou 3 chapitres de descriptions de tapisseries et compagnie vers le milieu du roman qui ne servent en rien l'histoire et ne sont en plus que de gros plagiats. Mais à part ça, c'est un roman très sympathique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Que de longueurs interminables..., 26 avril 2011
Par 
Alice "Jane Austen is My Wonderland" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Portrait de Dorian Gray (Poche)
Le portrait de Dorian Gray parut en 1890 et fut immédiatement jugé immoral. Il nous raconte l'histoire d'un jeune dandy naïf, tout au moins au départ, qui fait le voeu insensé de ne jamais vieillir et de garder sa jeunesse pendant que son portrait peint reflèterait l'état réel de son âme.

Grande amatrice de classiques, j'étais toute à ma joie de me plonger dans ce livre. Malheureusement, et malgré toute ma bonne volonté, je dois avouer que je n'ai pas accroché. Je suis triste de dire que je n'ai pas apprécié un livre que tant de personnes aiment mais c'est pourtant vrai. J'adore toujours la plume acérée d'Oscar Wilde mais si ça ne tenait qu'à moi, je supprimais des passages entiers de blabla. Je ne suis pas une fan des livres où il peut ne rien se passer pendant des dizaines de pages et c'est bien le cas ici où la première altération du tableau n'arrive qu'après la page 130... Beaucoup trop long pour moi.

J'ai peur de devoir avouer que j'ai refermé ce livre avec autant de plaisir que j'en avais eu à l'ouvrir, et de façon tout à fait définitive. J'ai de plus enchaîné par le visionnage de la dernière adaptation de l'oeuvre qui semble n'avoir conservé du livre que le peu d'éléments lui permettant encore d'user du titre de Dorian Gray et qui, malgré des acteurs que j'adore, ne m'a pas plus convaincu que le livre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Bon bouquin!, 15 septembre 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Portrait de Dorian Gray (Poche)
Super livre de Wilde et surtout une grande leçon de vie qui nous apprends à profiter du moment présent!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Satisfaite!, 1 juin 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le portrait de Dorian Gray (Poche)
Produit quasi neuf, dont l'emballage a été réalisé avec soin et envoyé très rapidement, vraiment rien à dire!! parfait!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un portrait bien dangereux, 21 avril 2002
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Portrait de Dorian Gray (Poche)
Dorian Gray savait il ce qu'impliquait son ardent désir de toujours rester jeune et beau? Pensait il que, relégué au fond d'une chambre lugubre, le tableau oblierait son voeu? Pénétrez dans l'univers du dandy Oscar Wilde, et ainsi que Dorian Gray, ressortez grandi et transformé de cette épopée aux accents magiques...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Laissez-vous tenter, 13 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Portrait de Dorian Gray (Poche)
Un sommet du roman mondial. Tout simplement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 17 8 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le Portrait de Dorian Gray
Le Portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde (Poche - 19 décembre 1972)
EUR 3,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit