Commentaires en ligne


14 évaluations
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Que ma joie demeure.
Oui, que ma joie demeure d'avoir lu la trilogie de Pan et surtout ce dernier opus. Etre entraîner sur les sentiers de la Provence de Giono a été un vrai plaisir. Sous chaque pierre, chaque caillou, chaque buisson de cet itinéraire se cache un émerveillement. Au delà de toute espérance ce dernier tome couronne magistralement une...
Publié le 15 janvier 2010 par Hexagone

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Récit très poussif... Préférez E. Guillaumin, M. Barrès, et H.D. Thoreau
Si les admirateurs de Giono me sacquent -tant pis. J'ai lu "Regain" de la première à la dernière page. j'ai du me forcer à partir de la 20e-30e pages, mais bon, j'étais en vacance et j'espérais que le livre décolle à un moment jusqu'à ce que je réalise qu'à la 150e page rien n'avait...
Publié le 1 mars 2009 par Joseph Fouché


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Récit très poussif... Préférez E. Guillaumin, M. Barrès, et H.D. Thoreau, 1 mars 2009
Par 
Joseph Fouché (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
Si les admirateurs de Giono me sacquent -tant pis. J'ai lu "Regain" de la première à la dernière page. j'ai du me forcer à partir de la 20e-30e pages, mais bon, j'étais en vacance et j'espérais que le livre décolle à un moment jusqu'à ce que je réalise qu'à la 150e page rien n'avait décollé...

Hé oui, mon premier Giono, quelle déception... L'intrigue est plate et le style descriptif très poussif (il manque quelque chose.)

Je mets deux étoiles -au lieu d'une- parce qu'il y a un goût du pays et des racines : ré-enracinement de style barrésien que je respecte.

Nb: Emile Guillaumin avec "La vie d'un simple" est un roman champêtre et un roman rural bien plus intéressant.
Et Vis-à-vis du thème du retour à la nature autant lire "Walden ou la Vie dans les bois" de H.D. Thoreau

Nb.2. en parallèle, j'admire "Le Hussard sur le Toit" de Giono que je possède en Broché Gallimard/NRF
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Que ma joie demeure., 15 janvier 2010
Par 
Hexagone (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
Oui, que ma joie demeure d'avoir lu la trilogie de Pan et surtout ce dernier opus. Etre entraîner sur les sentiers de la Provence de Giono a été un vrai plaisir. Sous chaque pierre, chaque caillou, chaque buisson de cet itinéraire se cache un émerveillement. Au delà de toute espérance ce dernier tome couronne magistralement une trilogie déjà bien engagée. Pour moi " Regain" en est le meilleur opus, même si les deux autres sont déjà extraordinaires. C'est toute une mythologie que Giono a mis en oeuvre, tout un Panthéon d'êtres incroyables de surprises, d'allégresse, cachées derrière la rudesse des hommes de l'époque. Sous couvert de dieu païen, comment ne pas voir dans " Regain" une allégorie chrétienne. La terre dénudée, oubliée qui devient par le truchement du destin une terre de lait et de miel. Comment ne pas voir dans la noyade de Panturle, une métaphore du baptême purificateur. Arsule la femme pècheresse qui devient rédemptrice et salvatrice. Les stigmates du travail sur les mains de Panturle sont sublimes de sacrifice annonçant le meilleur, l'enfantement. Une oeuvre courte mais évocatrice de sensations parfois oubliées. Une explosion d'odeurs, de couleurs, de sentiments avec l'apothéose de l'homme transformé, transfiguré pour un avenir radieux. On peut y voir un roman paysan, une comptine rurale, mais diable, tant de symboles sont dissimulés dans ce livre que c'en est un plaisir d'aller les chercher, non pas entre les lignes, mais en soi. Ceci en fait un livre magnifique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Du Giono, 1 juin 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
Que dire!
Une aération, la Provence ; l'histoire, tout est si bien écrit... bref une source régénérative...excellent, magnifique, a lire pour s'évader
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Peut-on évaluer Giono et en "Regain"! Non! C'est ..., 21 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
Peut-on évaluer Giono et en "Regain"! Non! C'est un chef-d'oeuvre absolu et éternel!
J'avais perdu ou prêté mon vieux poche et j'ai été ravie d'en retrouver un autre, le même !
Les poches dont des amis qu'on peut emmener partout!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 un classique indemodable, 14 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Relié)
le livre est en bon etat et livre dans les temps
la relecture d un classique puissant, une tres belle ecriture
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Roman champêtre des années 30, 6 septembre 2004
Par 
HORAK (Zug, Switzerland) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
Le petit village d'Aubignane a été abandonné par la plupart de ses habitants il y a bien longtemps déjà, essentiellement à cause de la mauvaise qualité des terres environnantes. Pourtant les derniers habitants persistent dans leur volonté de demeurer à Aubignane: Le Panturle, paysan énorme qui continue à travailler ses terres avec acharnement et Arsule qui deviendra l'épouse du Panturle. Bravant un climat rude et une nature hostile, ils sont déterminés à lutter pour la survie d'Aubignane. Leur courage s'ébruite dans les villages alentours et lorsque Désiré et Delphine vienne s'installer avec leurs enfants à Aubignane, le Panturle, "les bras le long du corps, il ne bouge pas. Il a gagné: c'est fini", peut savourer le succès de ses efforts.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Regain, La vie revient., 9 février 2011
Par 
Carcharoth (Aix, PACA France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
Regain est l'histoire d'un village, d'un hameau sur un plateau petit à petit déserté, vidé de ses enfants, vidé de ses vieux. Il ne reste plus que Panturle depuis la disparition de ses deux derniers compagnons. Mais voici qu'avec le vent surgit une femme, porteuse de vie, de promesse, d'avenir. Et la terre se remet à donner du blé, le blé du pain, et le pain...
La vie revient, les gens admirent le travail de cet homme, la mort et le désert recule face à sa force, à son souffle. Un livre puissant, vivant, presque bestial et qui puise sa force dans un tellurisme solaire (!)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 PANTURLE ET ARSULE ......, 9 décembre 2012
Par 
BAGRATION "MOLTO LENTE" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
La scène où Fernandel rémoule du céleri en chantant " je fais une rave-party" est complètement prémonitoire du devenir du Rock...A noter les présences fulgurantes d' Astruc, courtier en blé, Louisard, le garde-champêtre et Charblay, le boucher
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Regain, 30 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
C'est un vrai régal!!!! des personnages comme on les aime, qui vous prennent par la main, cette main que l'on leur laisse
juqu'au dernier mot. UN livre dont on ne sait meme pas en le refermant si l'on a lu un .
livre ou vu un film

UN auteur comme on désirait en avoir encore.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Bucolique, 27 janvier 2012
Par 
Eminian - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Regain (Poche)
Jean Giono (1895 - 1970) écrivain et scénariste français, d'une famille d'origine piémontaise, a écrit un grand nombre de ses ouvrages dans le cadre du monde paysan provençal et plus particulièrement autour de sa ville natale de Manosque. Son roman, Regain, paru en 1930 est le dernier d'une trilogie intitulée Pan, dont les deux autres volets sont Colline et Un de Baumugnes.
Il ne reste plus que trois habitants à Aubignane : Panturle, Gaubert le vieux forgeron et la Mamèche, une vieille Piémontaise qui y a vu mourir son mari et son enfant. Le forgeron quitte le hameau lui aussi, pour terminer sa vie près de son fils à la ville, quant à la Mamèche elle disparaît après une discussion avec Panturle, un homme encore dans la force de l'âge qui lui avoue que la solitude commence à lui peser et qu'une femme à ses côtés lui redonnerait espoir.
Panturle se retrouve définitivement seul, dernier habitant de ce lieu abandonné de tous, vivotant de sa chasse. Jusqu'à l'arrivée inopinée d'un rémouleur égaré, Urbain Gédémus, et d'une jeune femme qui l'accompagne, Arsule, tirant sa carriole et lui tenant compagnie. Entre Panturle et Arsule l'attrait physique est immédiat et ils se mettent en ménage à l'insu de Gédémus qui reprend la route, croyant Arsule partie.
La présence d'une jeune femme à ses côtés rend Panturle plus exigeant sur ses conditions de vie. La femme embellit le maison et lui se lance dans les travaux agricoles, allant jusqu'à semer du blé au prix d'efforts physiques énormes. Les mois passent, les récoltes donnent leurs fruits, le couple vit mieux. Le bouche à oreille répand la nouvelle, la terre d'Aubignane est bonne pour la culture, quand le livre se clôt, Arsule est enceinte et une jeune famille vient s'installer dans une maison du village. Panturle a des voisins et Aubignane va renaître.
Sans être un chef-d'œuvre, ce court roman de Giono est un très joli livre aux accents de poésie bucolique qui nous renvoie aux temps anciens où la terre était le bien le plus précieux pour les hommes. Alors que le village d'Aubagne semblait condamné à l'abandon et à la mort certaine, le courage et la volonté d'un homme, Panturle, associé à la rouerie ultime d'une vieille femme mourante, la Mamèche, permettront de redonner la vie à ce coin de terre perdue. Car la Mamèche qui avait disparu, n'était pas si loin, elle se profilait dans la lande pour effrayer et détourner de leur route le rémouleur et sa compagne, afin de les rabattre vers Aubagne et Panturle. La Mamèche interférant sur le cours du destin, pour que l'homme et la femme se rencontrent sur cette terre, paradis en devenir, qui fera du chasseur un agriculteur. Une de ces bonnes vieilles ruses comme on en trouve dans les mythologies grecques et romaines.
Un beau roman, plein d'une naïve innocence, écrit avec des mots et des tournures du vieux temps qui nous font revivre une époque faite de simplicité et de rudesse mais aussi de vérités basiques, donc essentielles.
« - Vous êtes bien, là. Et cette idée, si des fois elle n'avait pas été bien finie, elle s'est finie avec la bonne soupe d'Arsule, une pleine écuellée que les bords en étaient baveux, puis encore une, avec tous les légumes entiers, avec les poireaux blancs comme des poissons et des pommes de terre fondantes, et les carottes et tout le goût que ça laisse dans la bouche. Il y a eu une grande taillade de jambon maigre avec un liseré de gras qui miroite comme de la glace de fontaine. Puis il y eu le fromage jauni entre les feuilles de noyer et parfumé aux petites herbes, et l'homme a mâché plus lentement, alors, d'abord parce qu'il commençait à avoir le ventre plein et puis parce qu'avec sa bouche il lui semblait qu'il pétrissait de la langue un morceau de la colline même avec toutes ses fleurs. Alors la pensée a été finie en plein et il a encore dit : - Vous êtes bien ici, vous êtes bien ! »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Regain
Regain de Jean Giono (Poche - 1958)
EUR 4,60
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit