Commentaires en ligne


28 évaluations
5 étoiles:
 (21)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un indispensable vaccin
Une lecture obligatoire pour tout citoyen européen qui veut comprendre le rôle de la permière guerre mondiale dans la structuration de nos mentalités et cultures durant le XXème siècle. A été "naturellement" interdit en Allemagne avec la montée du nazisme. Comme quoi, on n'est jamais prophète en son pays...
Publié le 9 février 2011 par Hugo

versus
3.0 étoiles sur 5 bon roman
Un très beau roman sur la 1ère guerre mondiale vue du côté allemand. Même si on se rend vite compte que d'un côté ou de l'autre les préoccupations des soldats restent les mêmes. J'ai passé un très bon moment. Je comprends l'élan qu'il a pu suscité lors de sa sortie
Publié il y a 11 mois par Gaëlle


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un indispensable vaccin, 9 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest, rien de nouveau (Broché)
Une lecture obligatoire pour tout citoyen européen qui veut comprendre le rôle de la permière guerre mondiale dans la structuration de nos mentalités et cultures durant le XXème siècle. A été "naturellement" interdit en Allemagne avec la montée du nazisme. Comme quoi, on n'est jamais prophète en son pays...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A lire absolument, 7 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest rien de nouveau (La cosmopolite) (Format Kindle)
Un livre extraordinaire sur la guerre de 14, à lire absolument.
En plus de voir la guerre du côté allemand, ce récit nous plonge dans l'horreur des premières lignes, et dans le décalage presque plus terrible encore entre le front et l'arrière, que l'on découvre lors de la permission.
Cela faisait longtemps que je voulais le lire, c'est chose faite, et c'est presque dommage de le lire trop jeune.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


33 internautes sur 37 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Emouvant, 3 février 2006
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest rien de nouveau (Poche)
J'ai du lire ce livre quatre ou cinq fois tellement il m'a plu. Il est vraiment très émouvant et raconte la vie des quelques soldats, et les liens de solidarités qui se tissent entre eux. Très beau livre pacifiste qui raconte d'une manière simple l'horreur de ses jeunes soldats, qui pourraient être nos frères, nos fils ou nos maris. Et qui n'ont pas demandé à partir à la guerre et à se battre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'horreur avec sobriété., 1 mars 2012
Par 
Victaureau (Haute Auvergne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
C'est J-L.B qui m'a conseillé cet ouvrage et je l'en remercie chaleureusement. Des livres sur la GRANDE GUERRE il en existe beaucoup, mais comme c'est un spécialiste de cette partie de l'histoire je sais que ses conseils sont avisés. Il a aussi tenu compte de ma profonde aversion pour l'exaltation d'une terrible période de notre histoire et c'est le témoignage d'un soldat allemand que l'on lit sur ces trois cents pages qui retrace avec un style simple, qui n'en est que plus percutant, l'horreur qu'il a vécue entre 1916 et 1918 souvent sur le front, parfois un peu à l'arrière, à l'Hôpital et en permission.

Paul à vingt ans, il ne se conduit pas en héros, il n'accorde pas à ses faits d'armes l'importance dont certains se vanteraient facilement. Non, il est avec sept ou huit camarades qui ont pris un peu de bouteille, à constater les ravages de cette boucherie et il doute de lui pour l'après...s'il s'en sort. Il se considère non plus comme un homme mais comme une bête et cependant son humanité refait surface quand, caché dans un trou d'obus et sous l'effet de la peur, terrible, il poignarde à plusieurs reprises un jeune soldat Français qui l'aurait sûrement trucidé. Enseveli en partie dans la boue, il regarde ce visage, ce corps de jeune homme qui râle en attendant la mort et là il commet un acte inouï il essaye de panser le blessé malgré la peur panique qu'il lit dans les yeux de sa victime et prend la décision d'écrire à ses parents une fois qu'il aura lu son nom dans son portefeuille:...Gérard DUVAL typographe; mais revenu près de ses camarades il comprend l'inanité de cet élan du coeur.

Des passages de cette intensité, dans ce livre il y en a bien d'autres. Mais j'ai surtout remarqué que cet auteur, Allemand, ne jette jamais la pierre aux Français aux Belges, Anglais ou Américains, sauf peut-être pour souligner en fin d'ouvrage les dommages terribles causés par les avions alliés aux jeunes recrues allemandes totalement inexpérimentées; c'est la Guerre qu'il honnit de tout son corps et de toute son âme. Cet ouvrage devrait venir en appui aux manuels scolaires qui traitent de ce terrible conflit. je ne suis pas contre les classiques de Molière, autres Racine et Corneille, mais à mon avis obliger les jeunes à lire un ouvrage de cette nature, les empêcherait peut-être de se gausser ou de fumer la cigarette devant le Monument aux Morts de leur commune. Ce n'est pas leur faute mais de la nôtre tout simplement: le devoir de mémoire reste encore trop souvent une expression vide de sens parce qu'elle est trop galvaudée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La Grande Guerre en toute simplicité et émotions, 11 novembre 2011
Par 
Lucy (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest rien de nouveau (Poche)
C'est un livre que j'ai piqué à mon frère, qu'il m'avait vivement conseillé et décrit comme très fort mais je ne m'étais pas encore décidé...finalement je me dis que j'aurai du le lire plus tôt. L'auteur se livre: il détaille l'horreur de la guerre, les liens qui se tissent entre les soldats, leurs "rigolades" (quand ils y arrivent) pour ne pas devenir fous dans des moments aussi terribles, les permissions pas aussi idylliques qu'on pourrait le croire, l'apprentissage du terrain, du combat et de l'"ennemi". Il nous raconte aussi et surtout la façon dont de simples hommes comme nous tous deviennent l'ombre d'eux même. Tout ceci est raconté de façon pacifiste mais aussi avec beaucoup de simplicité. On ne tombe pas dans le glauque, on n'a pas la nausée à chaque page, on a seulement beaucoup d'émotions et de respect.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Humain dans l'horreur des tranchées, 20 août 2008
Par 
David W.J. (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest rien de nouveau (Poche)
Au lycée, ce livre nous était conseillé. Je ne l'avais pas lu. Je reconnais maintenant qu'il s'agit d'une oeuvre témoignage essentielle.
E.M.Remarque qui a vécu cette monstrueuse boucherie décrit avec une simplicité déconcertante la préparation militaire et la hiérarchie, l'enfer au front, les hopitaux, les prisonniers, les permissions douloureuses, les amitiés intenses, les moments de joie inespérés. Un livre pour connaitre le pire et le meilleur de l'homme.
Malgré son succès mondial, ce livre, paru en 1928, censuré en Allemagne, n'a hélas pas empèché l'horreur de se reproduire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Ainsi s'explique la guerre...", 18 février 2013
Par 
Roger Dominique Maes (Bruxelles) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest rien de nouveau (Poche)
Erich-Maria Remarque "A l'Ouest rien de nouveau" (1929), Le livre de Poche, 224 pages.

En refermant ce livre, je n'ai pu m'empêcher de le comparer à "La Débâcle"...
Le génie d'Emile Zola, qui fait de sa reconstitution de la défaite 1870 une des plus admirables architectures littéraires qui soient, l'ampleur de sa vision, ses préoccupations sociales, son sens de la couleur, du mouvement, du rythme, donnent à son oeuvre quelque chose de monumental dont la beauté, proprement artistique, nous subjugue autant que nous émeut, nous désole ou nous interroge l'histoire qu'il recompose. Il est pourtant une émotion à laquelle son génie ne peut atteindre, un ton qu'il n'aurait pu trouver, c'est celui du témoignage vécu, celui d'Erich-Maria Remarque.

Qu'importe les maladresses d'un style empâté quelquefois, dilué souvent, manquant en tout cas de concision et de vigueur, quand chaque scène dépeinte par Remarque a la crudité d'un instantané, la pauvre laideur de la vie, sa platitude, sa sécheresse, son odeur, sa saleté, ses petites joies, ses pâles tendresses; quand, au long de deux cents pages, on entend geindre et s'esclaffer, souffrir et trembler, rire, hurler, mourir, toute une humanité, orgueilleuse et misérable, jetée pêle-mêle dans un enfer qu'elle n'a pas voulu, qu'elle ne comprend pas, et qu'elle continue d'entretenir.

Ce livre, qui nous raconte la vie de Paul Baümer, enrôlé à 19 ans dans l'armée allemande lors de la guerre de 14-18 -livre terrible et tendre, c'est sa grande force-, nous fait entrevoir comment un homme, vous, moi, n'importe qui, paysan ou intellectuel, artiste ou employé, ignare ou savant, brute ou délicat, peut devenir et demeurer, tout le temps que l'exige la guerre, un soldat, cette créature hybride et improbable, ce mélange de bassesse et d'héroïsme, qui cesse volontairement de penser parce que la conscience de ses actes le tuerait aussi sûrement qu'une balle ou un obus...
"Ainsi s'explique la guerre, faite par l'humanité contre l'humanité malgré l'humanité", écrivait Victor Hugo.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Où en est l'Humanité?, 22 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest rien de nouveau (Poche)
Un an que le roman est dans la bibliothèque, section "roman à lire. Un an que je le regarde mais que suis prise par d'autre oeuvres. Je l'avais acheté initialement pour mon fils qui était en 3ème et dont le programme est la 1ere guerre mondiale. Et puis, je me suis enfin arrêtée devant l'oeuvre l'ai saisie... et...
Un à Priori/ comment accepter un récit de guerre vu vécu par l'ennemi. Nous sommes en 2012 et pourtant cette période reste taboue pour nombre d'entre nous dont je fais partie.
Et pourtant... page après page, je ris (rarement) je frissonne, je me prends d'amitié pour ce soldat qui traverse du haut de 18 19 et 20 ans l'horreur des tranchées, la saleté, la faim... Son égarement devant cette cruauté qu'il ne comprend pas, ses questions métaphysiques sur ce qu'il fait et pourquoi il le fait... Pourquoi après tout ne pas mettre les gradés et généraux à poil dans une arène et les laisser règler leur problème tout seul avec un gourdin et foutre la paix aux autres, à ceux qui qui n'ont pas commencé leur vie, qui ne connaissent rien aux femmes, aux rires et qui finalement ne savent pas ce qu'ils feront après CA ?
Une bête à tuer.... voilà ce qu'ils ont fait de lui. Mais en face, sans les uniformes marquant une appartenance, ce ne sont que des hommes comme lui, des frères peut-être...
Des scène d'horreurs remplies de poux et de rats, de faim... et des camaraderies aussi... être ensemble, vivre ensemble donner ce qu'on a .
Je ressors attristée et informée de cette vie du front, et émue par cet hymne à la vie
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Plus loin que la mort !, 24 mars 2014
Par 
FINET Franck (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest rien de nouveau (Poche)
Il y a 100 ans tout juste, le monde s'enflammait et l'Horreur allait faucher une génération de jeunes hommes. La "Grande Guerre", la "Der des Ders". Au diable les qualificatifs !
Un incroyable récit, percutant par sa violence, sa fraternité, son... Humanité.
La très grande force de cette oeuvre est la maîtrise de tous les sentiments, les pensées que peut ressentir un jeune soldat allemand pendant ses 4 années de guerre. Son quotidien, ses espoirs, ses peurs à la lisière de la folie.
La Guerre y est décrite dans toute ses dimensions, comme un voyage en "absurdie" ...
L'auteur trouve le ton juste pour décrire l'indescriptible, ces corps et ces âmes à jamais broyés.
Y survivre ne signifie plus rien car le "Front" détruit les hommes les plus aguerris.

Un roman que je n'oublierai pas de sitôt et qui fait son entrée dans mon "Top 10".
Plus explicite que n'importe quel manuel d'Histoire sur la Grande Guerre.
Une lecture indispensable !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'horreur humaine dans toute sa splendeur !, 4 février 2011
Par 
Guyard (Lille, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'ouest rien de nouveau (Poche)
Récit autant que journal tenu par un simple troufion allemand sur le front occidental, les pages se lisent parfois avec plaisir (ah le fait de rosser leur ancien instructeur qui leur en a fait baver) mais le plus souvent avec le dégout et la pitié. Le dégout de ce que le génie humain est capable de faire et de produire en mal (armement, gazage, lance-flamme, etc) et pitié de voir de simples hommes qui font l'amère constat que tuer leur simple voisin d'hier ne nous élève pas.
Le soldat allemand de la 1ère GM agissait certes par patriotisme, autant que nos propres "poilus", mais la question se pose de savoir à qui profite cette guerre (une allusion est faite aux marchands d'armes, entre autres).
De la chair à canon, voilà ce qu'ils étaient !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

A l'ouest rien de nouveau
A l'ouest rien de nouveau de Erich Maria Remarque (Poche - 14 juin 1973)
EUR 5,10
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit