undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles12
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:4,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 juillet 2002
A travers cette oeuvre, on peut voir la lutte d'un grand maitre de Go contre deux voir trois opposants: le temps, la mort et son adversaire. En effet, on peut assister à une lutte incéssante qui semble ne jamais vouloir en finir, entre la tradition et le moderne.Mais encore une fois, ce que l'on peut remarquer n'est autre que le theme de la destinée si présent dans l'esprit japonais. Le maître de go, malgré son aptitude au combat, sa grande experience, doit faire face à son destin; et rien ne pourra empecher cela. Chacun dispose d'un destin , l'homme du thé:la voie du thé, le samourai:la voie du comabattant, et ce maître:la voie du Go. Une oeuvre apaisante qui montre avec grand dicernement un jeu d'opposition entre la coutume: le japon traditionnel et la modernité: le Japon moderne,superbe...
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2011
Publiée une première fois en séries en 1951, cette œuvre du prix Nobel de littérature 1968 Yasunari Kawabata est une semi-fiction dont l'action principale, le dernier tournoi de Go d'un Champion d'alors, se déroule en 1938. Opposant Honinbo Sh'sai et son rival Otaké (dans la réalité Kitani Minoru), cette rencontre, qui va s'épuiser sur plusieurs mois, devient le théâtre des tensions grandissantes entre Ancien et Moderne. Kawabata exploite largement le contexte de 1938 pour mettre en perspective en 1951 des jeux de valeurs antagonistes dans le Japon d'après-guerre, et si il prend quelques libertés avec les faits pour donner plus d'ampleur au caractère romanesque du livre, c'est aussi parce qu'il connaît bien ces faits pour avoir suivit la rencontre pour le compte du Mainichi Shimbun: dans le roman, nous suivons le déroulement de ce tournoi par les impressions d'un jeune reporter au Nichinichi (aujourd'hui Mainichi)
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le Maître ou le Tournoi de Go/Yasunari Kawabata
Né à Osaka en 1899 Yasunari Kawabata est mort en 1972 après avoir obtenu le prix Nobel de littérature en 1968.
Dans ce récit il relate la dernière partie de go disputée en 1938 au restaurant Koyokan du parc de Shiba par le vieux Maître Shusaï, joueur professionnel, déjà malade, jusque là invincible contre le champion Otaké septième dan.
Une partie d’adieux en quelque sorte au cours de laquelle le Maître, sa femme à ses côtés, met son titre en jeu.
On peut dire que cette histoire commence par la fin puisque tout le début concerne la veillée mortuaire de Shusaï , mort quelques mois après avoir perdu la partie, ce qui brisa sa vie :
« La vie de Shusaï, Maître de Go, semblait s’être achevée quand son art s’était éteint, lors de ce dernier tournoi. » Lui qui disait toujours :
« Je m’absorbe dans le jeu ; mon adversaire ne compte plus. »
La partie qui dura six mois fut interrompue durant un mois en raison de la santé chancelante du Maître et reprit à l’auberge Danko à Ito, mais faillit être annulée à plusieurs reprises pour diverses raisons liées à la tension extrême régnant entre les deux adversaires.
C’est une histoire vraie que nous conte ici avec minutie Kawabata, en place de journaliste narrateur sous le nom d’Uragami. Seuls les noms des protagonistes ont été changés dans ce récit sous forme de reportage. Avec force détails nous sont décrits l’aspect, les gestes, et le comportement général des joueurs. En somme comme le dit le narrateur, « j’observais moins le jeu que les joueurs », ce qui fait tout l’intérêt de ce récit même si l’on ne pratique pas le jeu de go.
Le jeu de go est un jeu stratégique, complexe et subtil, reposant sur la notion d’encerclement. D’origine chinoise, il fait partie des cérémoniaux japonais où il a pris sa forme définitive.
Deux générations dans cette partie s’affrontent, celle du vénéré Maître Shusaï né au début de l’ère Meiji pour qui le jeu de go est plus un art de vivre qu’un jeu, et celle du jeune Otaké pour qui le jeu de go est plus un combat qu’un art :
« Le Maître n’avait pas l’habitude de l’égalité moderne, mais celle des prérogatives d’antan. » D’où les conflits qui surviendront au cours des mois que va durer la partie.
Un face à face dantesque parfaitement décrit par l’auteur, chaque joueur tour à tour usant de ses armes pour déstabiliser avec respect l’autre. Le comédien et raisonneur Otaké contre le rusé et capricieux Shusaï. Un fabuleux combat psychologique.
Et l’état de santé du Maître tout au long de la partie déstabilisa Otaké en ce sens que si Otaké gagnait on pourrait dire qu’il avait vaincu le Maître affaibli ; et s’il perdait, ce serait pire encore, plus humiliant, car il serait vaincu par un Maître affaibli.
Quand Otaké sent qu’il va gagner, « il nous donna l’impression de se trouver en état d’extase, entrainé par des pensées trop fortes pour être contenues. Son visage plein, rond, harmonieux, évoquait, par sa perfection, quelque bouddha ; ce visage d’une beauté qui défiait l’analyse, devait être celui d’un homme devant lequel s’ouvrait le domaine de l’exaltation artistique. » Magnifique !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mars 2016
En 1938, Shusai, le ''Maître invincible'', met son titre en jeu pour la dernière fois. Il a 65 ans, son corps le lâche mais sa capacité à s'immerger totalement dans une partie de go reste intacte. En face de lui, Otaké, 30 ans, a durement combattu contre ses concurrents pour avoir l'honneur d'affronter le Maître. La partie durera 6 mois, interrompue par les ennuis de santé du Maître. Uragami, journaliste, est envoyé par sa rédaction pour suivre ce combat historique entre celui qui incarne la tradition ancestrale du go et le représentant de la jeune garde.

KAWABATA qui, pour les besoins du roman, devient Uragami, n'en demeure pas moins le témoin privilégié de ce mémorable tournoi de go. Et, comme il pratique le jeu sans être un expert, il s'est plutôt attaché à décrire la personnalité des protagonistes et les enjeux de cet affrontement.
La bataille du go est aussi une bataille d'ego. La Maître, sage et discret en apparence, entend tout de même faire savoir que son grand âge et son statut lui donnent des prérogatives et se laisse parfois aller à une forme d'autorité que le jeune Otaké a souvent du mal à tolérer. Il est certes respectueux mais veut aussi que l'on suive les règles et chaque entorse dictée par son adversaire donne lieu à de longues négociations. Otaké menace d'abandonner, on négocie, on le raisonne, il cède, conscient de sa position délicate. Peut-il être celui qui aura empêché le Maître d'aller jusqu'au bout de son tournoi d'adieu ? Soumis au jugement de ses pairs, il se doit de continuer même si affronter un homme vieillissant et diminué le met dans une situation ambiguë. Qu'il perde ou qu'il gagne, on discutera sans fin sur l'issue de la partie.
Rendant compte des tensions, des enjeux, le journaliste se veut impartial mais ne peut empêcher de laisser transparaître son respect et sa tendresse pour le Maître, l'homme du passé, le garant d'un go qui tient plus de l'art que du jeu, un combattant prêt à laisser ses dernières forces, sa vie même, dans cette ultime partie.
Derrière le silence de la concentration, derrière le calme apparent, derrière les visages impénétrables, c'est une guerre qui est déclarée et on en connaît l'issue. le Maître va s'éteindre et, avec lui, une page se tourne sur le Japon ancestral et traditionnel.
Entre lenteur poétique et tension palpable, ce petit roman va bien au-delà du jeu proprement dit, même si les parties sont très détaillées, pour cueillir aussi bien ceux qui sont au fait de la stratégie du go, que ceux qui n'y connaissent rien.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 26 décembre 2014
C'est un grand classique de la litterature japonaise, ecrit par un romancier qui a traverse le XXe siecle dans un style journalistique rendant la lecture absorbante. Comment une partie de go, ce jeu d'echecs chinois a l'origine millenaire, permet de decrire ce Japon qui evolue a vue d'oeil, avec l'affrontement de deux ecoles, de deux cultures, de deux visions de la societe. Tout y est subtilement dit, c'est un chef d'oeuvre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2016
ÉPOUSTOUFLANT.
Vous aimez le Japon?ses mystères?
Vous aimez le Go, ce qu'il représente?
Alors ce livre et à vous, pour votre entrée dans l'univers des champions de GO.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si vous êtes amateur de GO o de culture (et litérature) asiatique ce livre est pour vous.
C'est un classique qu'on ne peut laisser de coté i qui ne man,que pas d'interêts. Dans le cas contraire sachez qu'il n'est pas dificile à lire (aprés vair bien repéré les personnages et leur fonctions, du aux noms non occidentaux) et vaut la peine si vous êtes un simple passioné de litérature ciurieux.
En gros, tout ceci pris en compte, mériterai un 13-14/20
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2014
Cet ouvrage est considéré comme un grand classique de la littérature japonaise. On y retrouve ce style dépouillé, ces phrases courtes, une certaine éloge de la lenteur. C'est très zen et les gens sont très polis...mais on s’ennuie un peu et si le livre n'était pas si peu épais et les chapitres si courts, je ne suis pas sûr que je l'aurais fini. Dommage, on est bien loin d'un portrait de joueur de go aussi mémorable que celui que Zweig a brillamment brossé pour son joueur d'échec. Évidemment comme joueur d'échec je suis un peu partial dans ma critique mais même si je pense bien me mettre au go un jour ou l'autre on ne peut pas dire que la lecture de ce roman y aura contribué.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2016
Très beau livre; l'auteur exprime avec sobriété et délicatesse toute l'intensité de cet affrontement dramatique, feutré mais cruel, entre le "vieux Maître" du jeu et son jeune et trépignant dauphin.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2012
Très bon livre, il parle pas mal du go mais c'est surtout une biographie qui nous est conté mais ça reste très intéressant !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,60 €