Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Exquis, 19 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Polyeucte (Poche)
Une tragédie chrétienne mise en scène comme Corneille semble être l'un des rares à savoir le faire.
La beauté des vers semble sans limite, et je me suis laissé bercé par cette pièce tout au long de la lecture.

Un moment que je qualifierais d'exquis.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un grand chef-d'oeuvre à redécouvrir, 6 septembre 2011
Par 
David Waléra (Châlons-en-Champagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Polyeucte : Tragédie (Poche)
J'ai eu la chance d'assister deux fois à cette pièce de théâtre, dans la mise en scène impeccable de Christian Schiaretti à la Comédie de Reims. C'est une oeuvre pleine d'humanité qui arrive encore à nous toucher aujourd'hui.

L'action de cette tragédie historique se situe en Arménie, au IIIème siècle après Jésus-Christ, lors de la persécution des chrétiens par l'empereur romain Décie. Corneille évoque les conséquences de la conversion au christianisme de Polyeucte : conséquences morales et sociales pour le converti lui-même, qui doit rompre avec ses attaches humaines, et conséquences politiques puisqu'il est le gendre du gouverneur romain, Félix.

C'est aussi l'occasion pour Corneille de nous offrir de magnifiques scènes d'amour conjugal entre le héros et sa femme, Pauline.
Pour avoir brisé des idoles, Polyeucte est condamné au supplice par Félix. Polyeucte ne veut pas mourir en laissant seule son épouse. Il lui propose donc de la confier à Sévère, noble chevalier romain et homme de bonne volonté, ancien prétendant de Pauline. Or, celle-ci, qui aime encore secrètement Sévère, préfère rester fidèle à son époux : le dilemme cornélien est bien au rendez-vous !

Le tragédien fait véritablement oeuvre de théologien en nous montrant les diverses formes de conversions :
- progressive chez Pauline, qui finit par adhérer au Christ en assistant au martyre de son mari ;
- instantanée, et quasi miraculeuse, chez Félix.

Le tout est exprimé en une langue merveilleuse qui fait beaucoup penser à celle de Racine, c'est tout dire !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Bonne tragédie et très bons commentaires associés, 10 octobre 2013
Par 
Bedin P (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Polyeucte (Poche)
La tragédie «Polyeucte» date de 1643, une époque où la Contre-Réforme appuie en France le théâtre religieux, comme à Rome d'ailleurs. La pièce «le véritable Saint-Genest» de Jean Rotrou (meilleure à mon goût) va suivre en 1648.
Corneille s'inspire d'une pièce italienne «le Polietto» de Bartolommei et l'adapte aux règles de la tragédie française du XVIIe siècle (que Corneille a en partie définie lui-même).
L'histoire : Polyeucte, tout frais baptisé, brise les idoles romaines pour s'attirer les foudres du gouverneur et trouver la mort. Ce qui lui arrivera au dernier acte. Sa femme Pauline et le gouverneur Félix se feront chrétiens dans la foulée (par des arguments pas toujours convaincants).
On ne saurait trop insister, comme dans la tragédie chrétienne de Jean Rotrou, le côté fanatique de ces convertis, pleins de mépris pour la religion des autres, et qui accumulent les propos bornés et exaltés dans leurs discours. Jean Rotrou est d'ailleurs meilleur que Corneille sur ce point et ses vers sont, à mon goût, plus beaux.

Enfin, c'est dans cette tragédie que l'on trouve le vers le plus humoristique de Corneille. L'auteur place dans la bouche de Polyeucte :

«Vous me connaissez mal, la même ardeur me brûle,
Et le désir s'accroît quand l'effet se recule.»

On imagine facilement Corneille en train de rire après avoir écrit ce dernier vers...

Cette édition de «Polyeucte» dans le Livre de Poche brille par ses commentaires sur la pièce, l'époque, et le rôle des tragédies chrétiennes au XVIIe siècle. Commentaires très savants, fouillés malgré un faible nombre de pages (mais les notes indiquent les sources et les références d'autres livres). C'est indiscutablement un plus pour remettre la tragédie dans son contexte historique.

Rappelons que, en avant-première, lors d'une lecture privée de sa pièce chez des Précieuses parisiennes, Corneille fut humilié par les réactions des auditeurs. Il s'en vengera en écrivant «les Précieuses ridicules», pièce portée à la scène par la troupe de Molière en 1658 sous le nom d'auteur de Molière.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Polyeucte
Polyeucte de Pierre Corneille (Poche - 28 septembre 1988)
EUR 3,10
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit