undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
273
4,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:11,61 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 février 2005
Vous trouverez dans les nombreux commentaires écrits par les lecteurs, abondance d'éloges qui est en grande partie méritée.
J'ai longtemps hésité avant de me lancer dans la lecture de Ken Follett. Je devinais, derrière les nombreuses critiques dont j'ai pris connaissance, un auteur talentueux, mais ses romans à caractère «Espionnage» ne m'ont jamais tentés, n'affectionnant pas vraiment ce genre littéraire. C'est en découvrant que l'auteur c'était aussi essayé aux romans historiques que j'ai décidé de franchir le pas, et de lire, pour commencer, «Les Piliers de la Terre». Bien m'en a pris !
Il s'agit d'une œuvre remarquable sur bien des aspects. Les bâtisseurs de cathédrale sont un support, pour ne pas dire un prétexte, pour nous présenter un fresque historique de l'Angleterre moyenâgeuse et féodale du XII éme siècle. Celle-ci est rendue avec beaucoup de détails et précisions, qui donnent au récit un grand réalisme et une grande légitimité ; on mesure le travail considérable de recherche et de documentation auquel s'est livré l'auteur avant d'entamer son talentueux exercice romanesque.
L'histoire est centrée autour de la construction de la cathédrale de Kingsbridge, à côté de laquelle vont évoluer un ensemble de personnages hors normes, très attachants pour certains ô combien méprisables pour d'autres : un maître maçon idéaliste dont les raisons d'être sont de nourrir sa famille par ces temps de disette et de bâtir la plus belle des cathédrales ; un tailleur de pierre talentueux et intelligent, amoureux de la belle et inaccessible Aliéna ; un prieur bon, généreux et déterminé aussi bien dans l'exercice de sa foie que dans la gestion de son prieuré ; une belle et jeune noble déchue ayant perdu son père, son domaine, sa fortune et son honneur de femme ; un évêque ambitieux, machiavélique et assoiffé de pouvoir ; un comte orgueilleux, cupide, sanguinaire et pervers ; et les puissants du royaume qui s'entredéchirent pour s'accaparer pouvoir et richesse sans se soucier du peuple qui souffre et qui meure de faim.
Même si la vision du monde peinte par Ken Follett est parfois un peu trop manichéenne à mon goût, on se laisse absorber par l'histoire pour la vivre de l'intérieur et partager l'existence des humbles et des grands. A aucun moment on ne s'ennuie ; les rebondissements incessants tiennent le lecteur en haleine du début à la fin : complots, ruses, intrigues, trahisons et cruautés se succèdent, n'ayant pour opposition que bonté, miséricorde, générosité et crainte de Dieu. Un petit voyage jusqu'en Andalousie Maure, en traversant la France et l'Espagne, nous rappellera d'où venaient et comment circulaient les idées, les sciences et les techniques qui ont influencées les civilisations chrétiennes de l'époque.
Le style de l'auteur, que je découvre avec ce roman, est des plus agréables : à la fois simple sans être simpliste, fluide et profond, communiquant les émotions avec force - la qualité de la traduction n'est certainement pas étrangère à ce rendu stylistique. Même bedonnant de ses 1000 pages, c'est un livre qui reste accessible à tous, et que je conseille au plus grand nombre. L'histoire est structurée en épisodes, étroitement imbriqués, qui permettent au lecteur de relâcher la tension et de souffler un peu entre les événements majeurs. Même si la construction de chaque épisode est rythmé de manière identique, le plaisir de lecture reste intact du début à la fin.
Peut-être ressentirez-vous, vous aussi, ce grand vide lorsque vous tournerez la dernière page de ce magnifique roman.
Amis Lecteurs, régalez-vous de cette merveille !
77 commentaires| 275 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2003
Dans l'Angleterre du XIIe siècle, un homme est mené sur la place publique d'un village et pendu. Une femme, un enfant dans les bras, sort de la foule, s'avance et lance une malédiction aux trois accusateurs du pendu, un chevalier, un prêtre, un moine. Vingt ans plus tard, un maçon, pauvre mais maître d'ouvrages doué, rêve de construire une cathédrale. Avec sa famille, il erre de village en village, au fil de ce que la providence lui offre, en travail, en pain. Le malheur frappe, ce maître maçon perd sa femme qui vient d'accoucher de son troisième enfant, et dans la confusion du moment, délaisse le nouveau-né sur le ventre encore chaud de la mère morte. Un prêtre recueillera l'enfant, l'élèvera dans un monastère. Plus loin, dans un autre domaine, un moine, pieux et intelligent, se retrouve à la tête du monastère d'une des villes les plus influentes d'Angleterre. A quelques lieues, une famille avide de pouvoir et de richesses convoite les terres d'un noble chevalier et parvient à les saisir par la ruserie et la traîtrise. Ce noble, mené à l'échaffaud, laisse deux enfants orphelins qui, au fil des années se battront pour reconquérir leur fortune et la place qui leur a été soutirée.
Vous l'aurez compris, Ken Follett nous offre une véritable saga, mêlant plusieurs personnages bien développés dans un contexte riche et recherché. Se révèlent très clairement une Angleterre pauvre, grise, usée par la famine et l'injustice, pétrie de superstitions, de malheurs, de souffrance, et une poignée de personnages au destin insensé, qui s'entremêleront jusqu'à ce que les liens se resserrent au point de les unir ou les étouffer. C'est une lecture vive et accessible, avec des personnages parfois stéréotypés mais néanmoins souvent attachants. Il y a de l'eau de rose bien sûr, et une structure très évidente des chapîtres qui donnent un air hollywoodien au texte. Ce n'est pas de la grande littérature, mais c'est certainement intéressant du point de vue historique, car l'Angleterre décrite prend vraiment vie sous la plume de Follett, et pour les fans d'architecture, il y a de beaux passages, de belles descriptions. Les périples des héros deviennent un peu lassants à la longue, et les épreuves surviennent de façon très rythmée et donc artificielle. On sait qu'une fois un obstacle surmonté, quelques pages plus loin un autre surviendra, et ce encore et encore. On vient à bout du livre un peu essoufflé, mais satisfait. La lecture aura été plaisante et assez légère malgré les 1000 pages qui l'auront animée.
33 commentaires| 69 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2008
Une histoire poignante qui encore un fois nous montre la nature de l'homme, des détails prodigieux, un contexte historique précis et très renseigné et tout ça sans jamais nous ennuyer. L'auteur nous appelle à tourner la page si bien que vous ne lâcherez que difficilement le livre une fois ouvert. Il sait arrêter son histoire sur des passages où il nous fait ressentir tour à tour chaque odeur, l'humidité de l'air, la peur qui anime un personnage, la souffrance d'un autre, la joie, les bruits de la rue ou de la forêt ... et tant d'autres précisions qui font que l'on vit le roman plus qu'on ne le lit.
Jetez-vous dans ce pavé sans hésitation, de folles et intenses aventures vous y attendent.
0Commentaire| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'aurais bien aimé écrire le titre d'un certain commentateur, le commentateur numéro 1, mais c'était trop tard; le plagiat n'a pas droit de cité. Comme lui, je n'avais jamais lu Ken Follett, n'étant pas amateur de roman d'espionnage non plus . Et puis un jour, un libraire de mes amis me dit: "Lis ce pavé " et tu seras émerveillé; tu ne t'en remettras pas de sitôt. J'ai été émerveillé, jusqu'aux larmes je dois l'avouer, à la lecture d'un chef d'œuvre absolu décrivant avec brio et passion cette époque médiévale anglaise au sein d'une communauté de bâtisseurs de cathédrales. La lutte pour la survie certes mais avec en ligne de mire un idéal celui de bien faire, avec amour de l'art. Un roman épique, passionnant du début à la fin, extrêmement documenté, une histoire magnifique dans laquelle évoluent des personnages attachants, sensibles et grands. Alors je viens de m'attaquer à la suite, "Un monde sans fin", un pavé de 1200 pages que je dévore ...et dont je vous ferai partager mon opinion d'ici quelques jours.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2007
Quelle fougue, quel style et quel bon conteur ! Ken Follet parvient à nous captiver, tout au long de ses 1048 pages, que l'on regrette, en final, de n'être pas 2048... On a l'impression de vivre à cette époque, et grâce à son talent, d'un peu mieux comprendre comment se bâtissaient les monument impressionants que sont nos cathédrales gothiques.
C'est vrai, depuis que j'ai lu le livre, je ne visite plus les cathédrales de la même façon. Je vais voir comment ils ont sculpté les pierres, les colonnes, comment est fait le transept, comment se bâtit la toiture etc... C'est réellement fascinant; et on s'imagine un peu mieux comment vivaient nos ancêtres de cette époque (qu'ils soient comtes, évêques ou manants...). A lire, de toute urgence.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2016
J'ai beaucoup de mal a comprendre l'engouement des masses pour ce livre. Le style n'a rien de particulier, le rythme est lent, les descriptions architecturales enlisent le tout, et les personnalités des personnages sont d'un commun mortel. J'en aurais lu les 2 tiers a batailler pour finir par m'imposer d'arrêter de perdre mon temps.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2002
C'est un ouvrage palpitant sur ce moyen âge qui nous apparaît comme une période un peu sombre de notre histoire. Or au travers du récit, on découvre l'explosion du gothique flirtant avec des personnages attachants ou repoussants. L'histoire nous tient en haleine jusqu'au bout et l'on se sent un peu orphelin à la dernière page. J'ai découvert Ken Follet un peu par hasard, son style nous plonge dans le récit nous donnant l'impression d'en faire partie. Le 3ème jumeau, la marque des Winfield, les lions du Panshire etc…sont autant de plaisirs renouvelés
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2006
An 1100 une epoque si lointaine... et pourtant grace a une formidable recherche historique, l'auteur Ken Follet m'a fait vivre le temps de ces 1000 pages au temps du moyen-age.

Trahison, pouvoir, amour et ambition guident les personnages que sont les chevaliers, les eveques et les batisseurs.

L'histoire se deroule sur environ 40 ans, temps nécessaire a construire une cathedrale.

J'ai ete emporté par cette aventure dans laquelle les rebondissements sont tres nombreux. On ne s'ennuie pas.
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2007
Livre surprenant par son rythme, sa richesse de description, l'imaginaire qu'il suscite, et cette "intrigue" toujours rebondissante. Mélé de chevaleresque, de moralité, d'aventure, j'ai découvert cet auteur avec beaucoup de plaisir. Je viens de finir un autre de cet auteur: L'Arme à l'oeil, un autre genre, mais très bien aussi.

Je les reconmmande vivement
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2012
Ensemble très décevant! Le contexte historique est brossé de façon anecdotique (une pincée de données techniques, une pincée de guerre, une pincée d'épidémie etc...), avec des redites et non des approfondissements. Les rapports humains, entre des personnages stéréotypés, sont empreints de manichéisme. Parmi les éléments récurrents, il y a une sorte d'obsession vis-à-vis de rapports sexuels particuliers, qui finit par lasser.
Enfin, la construction systématique reposant sur des rebondissements successifs s'apparente à celle du feuilleton de télévision ou de magazine qui trouve ainsi un moyen de fidéliser son lecteur. J'ai laissé avant la fin, ne sentant aucune évolution digne d'intérêt dans cette histoire.
Je ne renouvellerai pas l'expérience de lire cet auteur à succès...
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles