undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux cliquez_ici

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
6
3,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Prix:6,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 janvier 2001
Lire La Femme des sables c'est un peu comme lire le mythe de la caverne de Platon (Livre X de la République). Il y a un milieu, le sable, toujours en mouvement, fluctuant, comme l'est le monde sensible, et puis il y a les habitants de ce milieu. Il y a cette femme qui vit dans son trou, qui passe ses nuits à déblayer le sable qui s'est accumulé le jour et qui menace sa maison ; cette femme pour qui chaque jour de sa vie est le même. Le même sans être le bon selon ce professeur, entomologiste à ses heures qui se retrouve prisonnier du sable et qui ne conçoit pas que l'on puisse être résigné à ce point. Plutôt platonicien, il cherchera à fuir sans y parvenir. Peu à peu cependant, il va s'attacher à cette femme qu'il sent libre dans ses choix, une passion va naître, une passion amoureuse, sensuelle et finalement lorsque l'occasion lui est donnée de pouvoir s'échapper il la rejette. Parce qu'enfin, n'est-il pas heureux avec cette femme qu'il aime et qui l'aime ? Les sensations qu'il éprouve avec elle, en pensant à elle, ne sont-elles pas plus agréables que celles qu'il pourrait avoir à la surface, le sable qui emmené par le vent le transpercerait, le soleil qui l'aveuglerait ? Perd-il sa liberté ? Non, parce qu'il choisit de rester...
0Commentaire| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avant de lire "la femme des sables" j'ai vu le film qui en a été tiré et ça m'a aidée à suivre l'épopée insolite du héros. Dans le film nous appréhendons l'histoire de l'extérieur et dans le livre nous suivons pas à pas les pensées de l'homme. Il s'agit d'un homme qui, ayant pris un congé pour partir chercher des insectes vivant uniquement dans le sable, se retrouve hébergé (le dernier bus étant parti) par une veuve qui habite une maison de bois construite dans un trou la dune et chez laquelle on le fait descendre par une échelle de corde. Au matin, l'échelle n'est plus là et l'homme est prisonnier et de la femme et des villageois. Il se rebelle, renâcle, peste, tempête, menace, essaie en vain d'attendrir les durs à cuire du village qui apparaissent la nuit au bord du trou. Petit à petit il lui faudra participer à cette vie étrange consistant à lutter contre l'élément sable en l'évacuant la nuit dans des récipients que les villageois remontent par une corde et qui sera revendu illégalement (ce sable contient du sel) pour la construction. Bien sûr il a des relations sexuelles assez brutales, comme punitives avec la femme (elle n'a pas de nom), bien sûr il parvient à sortir du trou et manque son évasion comme tous les autres qui vivent, apprenons-nous dans d'autres trous, avec d'autres veuves l'ont manquée avant lui. Le temps passe monotone avec l'écoulement perpétuel du sable qu'il faut dégager pour n'être pas enseveli. Lutte vaine et apparemment inutile. Un jour, l'homme découvre de l'eau au fond d'un seau qu'il a enfoui dans le sable et toutes les réflexions qu'il est amené à faire (pourquoi? comment? etc.) donnent un sens à sa vie. Un soir, la femme envers laquelle il est enfin gentil fait une fausse couche et les villageois la remontent pour la conduire à l'hôpital. Ils laissent l'échelle que l'homme ignore volontairement après être remonté respirer hors du trou. Il a compris que, du moment qu'il a un but, qu'il l'accepte, peu importe le lieu où il vit et il reste. C'est un roman philosophique qui pousse presque jusqu'à l'absurde les réflexions sur le condition humaine. Le traducteur adopte un style surprenant, presque précieux, auquel je me suis habituée et que finalement je trouve bienvenu car il distancie le récit en le plaçant d'emblée ailleurs dans l'espace. Un travail à coup sûr difficile et passionnant. Bravo à lui.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2015
J'ai découvert Abé Kôbô un peu fortuitement à travers d'autres lectures. Le début est un peu déroutant tant la phraséologie y est curieuse. On en vient à penser à une mauvaise traduction. Par la suite, on s'aperçoit que l'auteur joue avec les mots comme il jongle avec les idées et on accroche vraiment. Quelle sensibilité et quelle précision dans l'image ! C'est d'autant plus agréable que tout le roman est pétri d'une philosophie originale, profonde et attachante. Lire ce livre fait naître une envie: celle de poursuivre le dialogue avec Abé Kôbô, en découvrant d'autres de ses ouvrages. Il fait naître également un regret, celui de ne pouvoir le faire dans le texte.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2014
J'ai découvert "La femme des sables" à travers le film qui est vraiment très réussi et les romans étant généralement beaucoup plus intéressant que les films, vous vous doutez qu'à la vue de ce livre j'ai fatalement craqué.
Malheureusement, je pense que dans le but de rester au plus proche de l'ouvrage japonais, le traducteur a fait des choix contestables qui rendent ce roman tout simplement horrible à lire.
C'était vraiment insupportable d'arriver au bout, et j'ai voulu mettre fin au supplice un bon nombre de fois.
Ainsi, je conseille donc aux amoureux de la littérature japonaise d'oublier ce roman et de regarder le film à la place.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2013
J’avais été estomaqué par le film, vu il y a longtemps à la télévision.
Ce livre est magnifique, très profond et révélateur de la pensée japonaise.
Sa lecture n'est pas aisée, les sentiments sont souvent heurtés par le récit, mais il s'en dégage un parfum d'infini.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2013
Livre pour accompagner l'imaginaire, un peu difficile au début de rentrer dans le roman, mais passé quelques pages la magie est là ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,60 €
9,35 €