Commentaires en ligne 


14 évaluations
5 étoiles:
 (12)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


57 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le chef d'oeuvre de Dostoievsky
Je considère Les frères Karamazov comme le chef d'oeuvre de Dostoïevski. On y retrouve tous ses thèmes de predilection comme le côté torturé des personnages, l'absence de point de vue omniscient (qui dit la vérité ?). Outre la richesse psychologique des personnages, qui nous montre la Russie tsariste sous un autre jour, Les...
Publié le 16 mai 2004 par sindalie

versus
Aucun internaute (sur 4) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 bof...
Je ne suis certes pas un " littéraire"...mais c'est long et ennuyeux...je n'ai pas été séduit, par contre je recommande "Crime et châtiment" qui lui est passionnant...et plus digeste!
Publié il y a 21 mois par anolis14


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

57 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le chef d'oeuvre de Dostoievsky, 16 mai 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
Je considère Les frères Karamazov comme le chef d'oeuvre de Dostoïevski. On y retrouve tous ses thèmes de predilection comme le côté torturé des personnages, l'absence de point de vue omniscient (qui dit la vérité ?). Outre la richesse psychologique des personnages, qui nous montre la Russie tsariste sous un autre jour, Les frères Karamazov reste un grand roman "philosophique", dans le sens où on ne finit pas ce livre sans se poser des questions sur la religion (lire le magnifique passage du Grand inquisiteur), le sens de la vie ou les motivations inconscientes ou conscientes de nos actes. De plus, le livre est un roman complet, dans la mesure où l'intrigue policière, pleine de rebondissements, nous tient en haleine jusqu'à la fin, et également grâce à la reconstitution d'une époque, où les relations feutrées entre les êtres peuvent se révéler passionnées et violentes (comme dans Les Possédés). Mais si Les Possédés laissent la désagréable sensation d'une impasse psychologique et morale (celui qui triomphe est l'opportuniste), le dernier roman de Dostoïevski est bouleversant d'humanité (aucun des quatre frères ne semble être défini negativement et de façon manichéenne) et semble laisser une porte ouverte à l'espoir et à l'amour.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Si Dieu n'existe pas, tout est permis, 1 mai 2010
Par 
Zarak (Saintry-sur-Seine, Essonne, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
Quand le monstre sacré de la littérature russe et mondiale souhaite boucler la boucle, c'est en engendrant un autre monstre, littéraire celui-là, pas loin de 1000 pages à dévorer dans une immense et vertigineuse synthèse de toute une oeuvre et de toute une vie. "Les Frères Karamazov" est - enfin ! - clair, limpide, construit. Le grand slave a un énorme dossier à boucler, et il ne compte pas y aller de main morte, il y mettra toutes ses oeuvres, toute sa vie. Ce livre entamait en fait un cycle qui ne sera jamais achevé basé sur l'idée que la charité et la sainteté finiraient par l'emporter sur les puissances maléfiques de l'abîme humain, ce qui transparaît très nettement dans le grand orphéon final. L'écrivain pensait qu'il en avait encore pour 20 ans, il mourra quelques mois après et ne laissera que ce premier tome magistral.

Roman policier, exposé métaphysique, étude polyphonique sur la Russie tsariste travaillée par les dérives socialistes et anarchistes venues d'Occident, on peut tout mettre dans ce roman qui semble contenir l'Univers. Tous ses personnages, et notamment ceux de la famille Karamazov, incarnent une "instance" terrible de vérité, à travers lesquels Dostoïevski voit toute l'humanité. L'intrigue est foisonnante, passionnante, et embarque avec elle des questions morales, religieuses, philosophiques. Freud lui-même, dont la préface n'est certes pas la préface du siècle tant il en fait sa tribune personnelle, eut du mal à s'en remettre et plaça le roman aux côtés d'Oedipe-Roi et de Hamlet dans l'étude du meurtre du père comme point de départ d'un mal sourd et inaliénable qui ronge les fondations de la civilisation. Le mythique chapitre du "Grand Inquisiteur" - l'un des plus incroyables chapitres de toute la littérature universelle - pourrait justifier à lui seul la lecture de ce livre resté indispensable à travers les âges, quand bien même les doutes et les orages qui le traversent passeraient pour terriblement ringards aux yeux de notre époque évidée.

S'il y eut un seul livre au monde où Bien et Mal se donnèrent rendez-vous pour livrer le combat final avant l'Apocalypse ou le Paradis, ce fut assurément celui-là.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


61 internautes sur 67 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des plus grands romans de la littérature mondiale, 11 septembre 2000
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
Les Frères Karamazov font partie de cette vingtaine de romans de la littérature mondiale que l'on ne peut pas ne pas avoir lus. C'est, plus encore que Crime et Châtiment, le chef d'oeuvre de Dostoievski. Ce roman rassemble une intrigue policière, des histoires d'amours, des exposés théologiques et métaphysiques éblouissants, des personnages inoubliables, en particulier le starets Zosime ou Ivan Karamazov. L'âme russe est dévoilée dans ses conflits entre l'élévation mystique et l'avilissement personnel, entre la foi et l'athéisme, entre l'amour et la haine. Le lecteur est tenu sur la brèche en permanence, grâce à des effets de surprise dans la succession des évènements et la violence des combats que se livrent les héros entre eux et à l'intérieur d'eux-mêmes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre de la littérature, 26 août 2011
Par 
Pol Macqueron "polopicolo" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
Les frères Karamazov est un tel monument de la littérature qu'on l'aborde avec modestie en tant que lecteur. Pourtant l'écriture de Dostoievski est assez ouverte et suffisamment simple pour qu'on aborde le livre avec simplicité. Mais cette apparente décontraction dans l'écriture n'est qu'apparente car le fond du livre est beaucoup plus complexe que ne le laisse supposer les premières pages.
Dans la première partie, les personnages sont présentés et la situation est mise en place, le tout à grand renfort de considérations philosophiques qui ne manqueront pas d'interpeller le lecteur. Qu'il s'agisse de la vie, de la mort, de l'amour, de l'existence de Dieu ou de la religion, Dostoievski s'attaque à tellement de sujets et avec un esprit tellement large qu'on ne peut pas ne pas être interpellé. Il y a bien sûr le passage du Grand Inquisiteur, mais aussi toute la vie du staret Zosime, un livre entier sublimement écrit. Cependant, cette première partie avance peu et peut sembler un peu ardue.
Mais il faut s'attacher car tout ce qui a été mis en place dans cette partie trouve son aboutissement dans la deuxième partie de l'histoire. Les personnages créés dans la première partie, avec toute leur complexité, leur folie, leur grandeur, autant que leur humilité, tous ces personnages se trouvent embringués dans une enquête policière basée sur l'affect autant que sur les faits. Le livre perd en profondeur philosophique et gagne en profondeur morale. Les personnages se révèlent tous très intéressants car ils sont complexes, complets et fondamentalement humains, loin de tout manichéisme.
Outre l'intérêt du récit dans son fond, il faut aussi souligner la forme. Car Dostoievski est un auteur hors pair. Son récit est extrêmement moderne. Son narrateur intervient dans le récit, prépare le futur, amenant ainsi une forme d'attente chez le lecteur. Le narrateur en sait d'ailleurs beaucoup plus qu'il ne devrait en savoir, devinant les états d'âme des personnages, mais peu importe, car le résultat est là. Dostoievski semble être un Garcia Marquez avant l'heure, naviguant dans le temps de son récit avec une facilité déconcertante. Le livre se lit très bien, même dans les passages philosophiques les plus durs à aborder.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


23 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La Russie en 1000 pages, 14 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
Dostoievski est actuellement reconnu, "remercié" pour incarner le libérateur du roman classique, qui fit éclater l'intrigue en milliers de morceaux épars, celui qui a dévoilé la conscience haineuse, celui qui a inspiré Nietzsche... C'est bien, mais c'est un peu réduire son oeuvre à la façon d'un Rimbaud, tantôt vu comme un rebelle ou comme un hyppie. Dostoïevski, s'il brille, illumine la littérature occidentale par son regard naïf sur le rêve d'une Russie idéale, à travers l'ange Alioucha; il nous renvoie à nous-même tels que nous sommes à travers le personnage présomptueux d'Ivan; et enfin le héros cher à son coeur, Dmitri, repenti qui illustre de la meilleure façon possible le message évangélique.
Si tous les doutes de Dostoïevski sont bel et bien réunis dans ce monument (avec le "Grand Inquisiteur" notamment, qui stigmatise bien les excès de la religion, néfaste en tant qu'Institution aux yeux de Dostoievski), que dire toutefois du staretz Zossima et de la qualité de ses interrogations théologiques?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le plus grand des Dostoievski ?, 10 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
J'hésite encore, mais à la relecture, je crois bien que Les Freres Karamazov reste pour moi le plus grand des romans de Dostoievski. s'il fallait en emporter un seul, je choisirais celui ci. un roman total, qui capture le lecteur, qui le contraint. quelque chose comme un kidnapping consenti de l'âme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Voyage entre les abimes..., 16 mars 2010
Par 
Carcharoth (Aix, PACA France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dostoïevski : Les Frères Karamazov (Cuir/luxe)
Les Frères Karamazov est un roman passionnant, dont la longueur ne doit pas repousser les éventuels lecteurs ! Il se lit en effet rapidement et avec avidité, comme un bon polar. A ceci prêt que le génie de son auteur y ajoute des touches psychologiques (Nietzsche voyait en Dostoievski un grand connaisseur du caractère humain, et comme l'a souligné un précédent commentaire, Freud adorait cette oeuvre), mystiques, lyriques ou encore tragiques. Les personnages, qui peuvent paraitre comme des stéréotypes se révèlent vite être des caractères très complexes, pleins de contradictions, oscillants sans cesse entre un extrême et un autre, passant de l'amour à la haine en quelques minutes, vivant parfois les deux en même temps ; poussés vers le plus profond nihilisme puis d'un optimisme confinant à la naïveté ; ils sont tous attachants, profondément humains et fragiles.
Je ne sais pas si Les frères Karamazov sont le chef d'oeuvre de Dostoievski, ou si ce livre appartient à la liste de "ce qu'il faut avoir lu", mais ce qui est sur c'est que cette oeuvre saura toucher en vous certaines cordes et les faire vibrer à vous en humecter les yeux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un chef d oeuvre, 1 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
Le plus grand, le plus beau le plus aboutie des romans de Dostoïevski ... A lire absolument et relire s'il le faut
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Roman Total, 10 mai 2013
Par 
Cinho512 - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
Dans ce roman total, qui se lie aisément grâce a sa qualité indiscutable, que ce soit de réflexion, de romanesque, de profondeur ou d'épaisseur des personnages, à travers un père et ses fils, tout aussi passionnant qu'émouvant, profond que complexe, on suit le parcours de cette famille dans la Russie du XIXème siècle, entre leurs réflexions sur la transcendance, la moralité, le libre arbitre ou leur si belle caractérisation influé par le gigantesque Dostoïevski, qui à pour moi le mieux parlé de l'Humanité dans sa nuance et sa poésie tragique, tout ceci dans les paysages glacials de la Russie et son peuple plein de pittoresque et de fougue.

Fiodor Karamazov est un père fantasque et si caractéristique de l'Homme dans son acception naturel, lâché dans la société humaine et là pour se débrouiller, entre lâchetés, mensonges aux autres et à soi-même, méchanceté et vulgarité. Il à trois fils, Dimitri, Ivan et Alexei, dont il ne s'est occupé. Alexei est le plus jeune des frères Karamazov, il est profondément religieux et étudie au monastère. D'un cœur simple et bon, il est assez proche de son starets, le starets Zossime, mais également de son frère Dimitri, qui lui est l'ainé exalté, déséquilibrée et en conflit avec son père. Ivan, lui est détaché de sa famille, profondément rationaliste et solitaire.

L'intrigue principale est basée sur l'assassinat de Fiodor et de l'accusation de Dimitri par de légitimes suspicions étayées. Après la mort du starets, Alexei, sort du monastère et va découvrir la Russie et ses concitoyens. En outre de nombreux personnages secondaires, chacun aussi passionnant et profond que les personnages principaux sont primordiaux dans le roman. Ainsi, il y à Smerdiakov, le fils illégitime de Fiodor. Il est distant avec la plupart des personnes, mais voue une admiration particulière pour Ivan, partageant ses idées sur l'athéisme. Il avouera plus tard à ce dernier qu'il est le meurtrier de Fiodor et prétend avoir agi avec la bénédiction d'Ivan ou encore Grouchenka entres autres.
L'histoire est tellement complexe et riche que j'en laisse la découverte, comme la complexité des personnages dans l'intrigue.

Pour moi et des mots de Dostoïevski même, le chapitre de la discussion entre Alexei et Ivan sur la croyance est la plus intéressante et amorce une réflexion profonde. Le récit raconté par Ivan à son frère Aliocha et que je vous laisse découvrir, expose la thèse selon laquelle Jésus, en résistant à la tentation de la puissance, et laissant ainsi l'homme libre de choisir de croire ou non, s'est trompé sur la nature humaine et a rendu l'homme malheureux. En effet, selon lui, l'homme n'est pas un Dieu, et c'est pour cela qu'il ne déteste rien de plus que la liberté.

De plus, dans ce roman, l'âme russe est présente, à travers la découverte des tristesses et de la vie de ces habitants du froid. Mais surtout la tragique histoire d'Ilioucha et de son père qui est présent pendant tout le récit et résultant une fin tout aussi tragique. Cette histoire se rapportant également à une étude de l'enfance touchante et qui clôture le récit de la morale finale.

L'auteur montre une opposition entre les athées et les croyants et montre l'immoralité de ces premiers livré à eux-mêmes, comme le peut être un peuple entier, mais toujours en nuance qui caractérise la pensée profonde. Dans ce roman, la question spirituelle est posée comme jamais il ne l'a été.
Le génie de Dostoïevski est de pouvoir donner tous les meilleurs points de vues, grâce à sa grande compréhension de l'Homme et de sa psychologie.
Chaque point de vue existentiel est exprimé juste grâce à une parfaite connaissance de la psychologie humaine et des différentes facettes que peut contenir l'homme dans ces acceptions infinies et universelles .

Évidemment, il y à encore tant à dire sur ce roman total et d'une richesse sublime.
IL ne faut surtout pas passer à coté de cet extraordinaire roman, d'un contenu et d'une richesse énorme, et qui en fait un des romans les plus loués et estimés de la littérature mondiale.
Ce roman ne pourra vous laisser indemne et vous toucher profondément.
Magnifique et gigantesque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellente traduction des Karamazov, 15 décembre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Frères Karamazov (Poche)
Pour un roman aussi eblouissant, il s'agit de trouver la bonne traduction. Celle ci est excellente.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Les Frères Karamazov
Les Frères Karamazov de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski (Poche - 1 juillet 1994)
EUR 8,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit