undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

2,8 sur 5 étoiles15
2,8 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 octobre 2007
BHL signe avec pompe et circonstance, le constat de décès de la Gauche. Ce n'est pas vraiment un scoop (il recourt à une citation de Sartre datant des années 60...). Depuis le temps qu'elle se ratatine, on pouvait surtout se demander pourquoi elle n'était pas encore inhumée !
Qu'on ne s'y trompe pas pourtant, selon lui ce « grand cadavre » bouge encore. Et, Pater familias aidant, il y reste envers et contre tout accroché par toutes ses fibres. Ne serait-ce que par fidélité à son père, le digne fils a décidé qu'il serait toujours de ce bord de la rive. De son propre aveu elle est putride, elle est déviante, elle ne mène à rien de concret ou bien à des horreurs, mais tant pis il continuera de suivre cette voie.
Se lavant les mains des innombrables dérives totalitaires, chauvinistes, anti-sémites, anti-américaines, anti-libérales, ou bourgeoises, ils se raccroche à quelques vieilles lunes qui seraient paraît-il consubstantielles à la gauche : anti-colonialisme, anti-fascisme, dreyfusardisme, cosmopolitisme... Et pour finir, Mai 68 au travers duquel il continue de voir avec émerveillement « libertés nouvelles, modernité, allégresse; poésie ... »
Tout ça relève du badinage de collégien premier de la classe. C'est appliqué, bien intentionné, mais un tantinet niaiseux.
Même si l'homme est parfois émouvant et même si tout n'est pas faux loin de là dans son bagout hétéroclite, il faudrait une bonne fois qu'il accepte de voir derrière ses idéaux décatis, les vrais et terrifiants cadavres. Avant tout, ceux des gens que la Gauche a assassinés par millions au seul motif qu'ils n'étaient pas du bon côté. Mais aussi les momies infâmes de leurs bourreaux implacables. Et celles enfin des idéologues aux mains sales par qui le mal est venu. C'est pourquoi il n'est pas nécessaire de savoir s'il on est de droite ou de gauche pour toujours préférer Voltaire à Rousseau, Locke à Saint-Just, Hume à Hegel, Tocqueville à Marx, et Aron ou Camus à Sartre.
33 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2007
Décevant ce livre, très décevant. Présenté comme une analyse de la défaite de la gauche aux dernières élections, c'est plus une étude sur ce qui différencie la gauche actuelle de ce qu'elle devrait être, selon l'auteur bien sûr...
Ségolène Royal n'y occupe qu'un chapitre et encore s'agit il avant tout de la disculper en nous présentant le manipulateur de l'ombre, j'ai nommé Chevènement. Franchement BHL nous prend il pour des imbeciles ?
Je passe aussi sur la partie consacrée à l'Europe qui, entièrement focalisée sur son aspect politique, en oublie totalement les critiques faites à l'égard de son fonctionnement.
Vient ensuite une longue analyse de l'antisémitisme qui sonne un peu hors sujet par rapport au livre.
Bref, au final, un beau coup de marketing...
0Commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juillet 2009
Comme d'habitude, ce pseudo-philosophe pond un ouvrage mal écrit, partial et bourré de contre-vérités. Si BHL est un philosophe, je dois être un évêque...

C'est tellement caricatural qu'on ne peut à aucun moment le prendre au sérieux, les ficelles sont si grosses que seuls de petits esprits pourront se laisser avoir par ce charlatan.

Le problème de BHL est visiblement que c'est un homme de droite honteux. Au lieu d'assumer ses idées comme le font désormais ses collègues Finkielkraut, Bruckner et Glucksman et de prendre les engagements qui en découlent, il continue à se présenter comme un homme de gauche alors même qu'il reconnaît n'avoir aucune "fibre sociale". Quand on n'a pas de fibre sociale, on ne peut être un homme de gauche. Malgré cela, il s'incruste dans la gauche où il n'a plus rien à faire depuis longtemps, tout en ménageant son compagnon de ski Sarkozy qu'il critique du bout des lèvres, les erreurs qu'il pointe chez ce dernier étant systématiquement mises sur le compte de sa bête noire, en l'occurrence Henri Guaino.

Il ferait mieux d'assumer son penchant en se ralliant à la candidature du président sortant en 2012, les choses seraient plus nettes ainsi.
44 commentaires|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'imposteur et menteur BHL nous sert des plats de plus en plus mauséabonds. Le thème en vogue est celui du nazisme. Quelle belle affaire ! Respectueux de La rose blanche, je ne qualifierai jamais la barbarie nazie de pensée. Donc exit le "nazisme" !

Qu'est-ce que BHL nous apprend ? Qu'Emmanuel Mounier, penseur chrétien, père de l'existentialisme chrétien, engagé dans le Mouvement de Résistance "Combat", est l'un des maîtres à penser des néo-nazis !!!

Je cite la critique de Serge Halimi dans "le Monde diplomatique" de novembre 2007 :

"« Cette idée [attribuée à Mounier et à Domenach] que le vrai danger n'est pas l'URSS mais l'Amérique, le communisme mais l'américanisme, on la retrouvera chez les idéologues de la nouvelle droite des années 1980. Puis, dans toutes les sectes néonazies, déjà évoquées, du type Nouvelle Résistance. Puis, enfin, au Front national » (p. 262)

Je continue :

"Harold Pinter, Noam Chomsky (et, à nouveau, Bourdieu) : « On croit écouter Pinter, Chomsky, Bourdieu, ou un néotrotskiste. Mais non. Ce souffle, ce style policier, cette obsession des manipulations (...), cela nous ramène tout de même, je le crains, aux délires de la police tsariste fabriquant son fameux faux censé prouver la domination du monde par les juifs. » (p. 287)"

Allons-y : vous êtes anti-néo-libéral, donc nazi :

"Etienne Balibar, Daniel Bensaïd, Pierre Bourdieu, Jacques Derrida, jugés responsables de « la redécouverte affirmée, et même claironnée, (...) d'un théoricien que son antilibéralisme a conduit au pire, c'est-à-dire au nazisme : Carl Schmitt. (...) Un Carl Schmitt qui nous est carrément présenté comme le sauveur d'une gauche à la dérive ne sachant plus à quel saint ni, en l'espèce, à quel diable se vouer ». (p. 203-209)"

L'alignement de propos injurieux, malfaisants, puants, malhonnêtes, mensongers devient la marque de fabrique incontestable de BHL.

En conclusion de sa critique, Serge Halimi s'exprime avec justesse :

"Mais, plutôt que de lui faire observer quoi que ce soit, mieux vaut peut-être le renvoyer à ses propres écrits :

« Parfois, les bras vous en tombent, la lassitude vous vient, ou le dégoût - à quoi bon ? jusqu'à quand ? peut-on faire entendre raison à qui ne veut, de toute façon, rien entendre? » (p. 322)

En effet."

J'invite le lecteur à lire, pour qui veut comprendre l'Horreur nazie, ma listmania d'une part, et pour qui veut saisir la personnalité de BHL, l'excellent ouvrage Une imposture française.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2007
Ecrit avec habileté - et quelques bonheurs de plume - ce livre est insupportable à cause de son côté prédicateur, "donneur de leçon", mais - surtout - à cause de ses invectives insensées contre une gauche que l'auteur fait mine de défendre par ailleurs.C'est une supercherie.
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2007
Ce livre, au fond, n'a pas grande utilité. Son principal objectif est de mettre en valeur "l'audace" de son auteur qui se glorifié d'avoir résisté aux
sirènes de Nicolas Sarkozy. Plus grave, les commentaires concernant le mouvement altermondialiste sont inutilement haineux.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'imposteur et menteur BHL nous sert des plats de plus en plus mauséabonds. Le thème en vogue est celui du nazisme. Quelle belle affaire ! Respectueux de La rose blanche, je ne qualifierai jamais la barbarie nazie de pensée. Donc exit le "nazisme" !

Qu'est-ce que BHL nous apprend ? Qu'Emmanuel Mounier, penseur chrétien, père de l'existentialisme chrétien, engagé dans le Mouvement de Résistance "Combat", est l'un des maîtres à penser des néo-nazis !!!

Je cite la critique de Serge Halimi dans "le Monde diplomatique" de novembre 2007 :

« Cette idée [attribuée à Mounier et à Domenach] que le vrai danger n'est pas l'URSS mais l'Amérique, le communisme mais l'américanisme, on la retrouvera chez les idéologues de la nouvelle droite des années 1980. Puis, dans toutes les sectes néonazies, déjà évoquées, du type Nouvelle Résistance. Puis, enfin, au Front national » (p. 262)

Je continue :

"Harold Pinter, Noam Chomsky (et, à nouveau, Bourdieu) : « On croit écouter Pinter, Chomsky, Bourdieu, ou un néotrotskiste. Mais non. Ce souffle, ce style policier, cette obsession des manipulations (...), cela nous ramène tout de même, je le crains, aux délires de la police tsariste fabriquant son fameux faux censé prouver la domination du monde par les juifs. » (p. 287)"

Allons-y : vous êtes anti-néo-libéral, donc nazi :

"Etienne Balibar, Daniel Bensaïd, Pierre Bourdieu, Jacques Derrida, jugés responsables de « la redécouverte affirmée, et même claironnée, (...) d'un théoricien que son antilibéralisme a conduit au pire, c'est-à-dire au nazisme : Carl Schmitt. (...) Un Carl Schmitt qui nous est carrément présenté comme le sauveur d'une gauche à la dérive ne sachant plus à quel saint ni, en l'espèce, à quel diable se vouer ». (p. 203-209)"

L'alignement de propos injurieux, malfaisants, puants, malhonnêtes, mensongers devient la marque de fabrique incontestable de BHL.

En conclusion de sa critique, Serge Halimi s'exprime avec justesse :

"Mais, plutôt que de lui faire observer quoi que ce soit, mieux vaut peut-être le renvoyer à ses propres écrits :

« Parfois, les bras vous en tombent, la lassitude vous vient, ou le dégoût - à quoi bon ? jusqu'à quand ? peut-on faire entendre raison à qui ne veut, de toute façon, rien entendre? » (p. 322)

En effet.

J'invite le lecteur à lire, pour qui veut comprendre l'Horreur nazie, ma listmania d'une part, et pour qui veut saisir la personnalité de BHL, l'excellent ouvrage Une imposture française.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2008
Cet ouvrage mérite 0 étoiles!
Livre imprégné de la haine!
BHL ne fît jamais pris au sérieux par les universitaires et les enseignants de philosophie, mais il a acquis une célébrité grâce aux médias qui diffusait sa « nouvelle » version « philosophique » .
Dans sa dernière livre BHL prétend donner des leçons à la gauche (cadavre) afin de la réanimer. Il voudrait infuser le cadavre de ses "bonnes idées" afin de la protéger de tous les adeptes de "mauvaises idées" qui mèneraient la gauche, selon BHL, vers un nouveau « totalitarisme ».
Grotesque, autant plus que, pour Henry Lévy, ce nouveau totalitarisme égal antiaméricanisme! Contre « menace totalitaire », écrivan réhabilite les États-unis en tant qu'indispensable sauveur de la démocratie et défendeur des droits de l'homme.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 février 2008
C'est écrit dans le plus pur style BHL, pompeux, prétentieux, égocentrique, m'as-tu-vu: voir notamment quand il se passe lui-même la brosse à reluire en narrant par le menu ce morceau de bravoure qui a consisté pour lui à résister au charme de Sarkosy.

BHL a été évidemment de tous les combats intellectuels, politiques, au centre de toutes les intrigues germanopratines; de tous les combats humanitaires également (domaine dans lequel, il faut lui reconnaître cela, il n'a pas ménagé sa peine)

BHL n'aime pas la "gôche de la gôche" et il la charge parfois avec trop d'excès, même si sa dénonciation de l'alliance objective rouge-brune qui se rejoint dans un antiaméricanisme de bon ton et un antisémitisme larvé ne peut pas laisser totalement indifférente.

Il y a ce côté philosophe qui enfonce des portes ouvertes quand il s'en prend aux philosophies historicistes et rappelle leur inexorable fin totalitaire et sanglante (mais au moins a-t-il la modestie de reconnaître que La Nouvelle Philosophie n'a pas inventé cette critique, Kostler, Camus et bien d'autres l'ayant démontré quelques décennies auparavant).

Oui, il serait temps de rappeler que la gauche n'est pas qu'un fatras idéologique anticapitaliste, qu'elle est à l'origine du libéralisme politique, qu'elle doit accepter le libéralisme économique; qu'elle doit ne pas perdre de vue ses racines antitotalitaires, dreyfusardes, libertaires, laïque mais pas laïquarde. Bref, qu'elle peut exister sans Marx, sans nécessité de voir un complot américano-sioniste contre l'humanité; que la gauche doit préférer le désordre à une injustice, qu'un être humain torturé, mutilé, tué a droit à la même considération; qu'un dictateur reste un dictateur, un terroriste un terroriste. Cela n'a rien de nouveau, même si cela ne fait jamais de mal de le dire.

Si vous parvenez à ne pas vous lasser de ces banalités écrites dans un style épouvantablement grandiloquent, alors vous aurez du plaisir à lire le dernier chapitre "critique de la raison néoprogressiste", un vibrant et très convaincant plaidoyer pour l'universalité des droits de l'homme. Et ça, dans l'ambiance actuelle, c'est plutôt courageux et original de plaider la rencontre des civilisations plutôt que leur confrontation.

Au final, on voit mal comment la gauche non communiste (puisqu'il s'agit bien de cela) arrivera à rénover son logiciel. Il est certes important qu'elle se rappelle ses fondamentaux que campagne après campagne elle renie, mais BHL n'indique pas le chemin car il oublie de descendre de sa tour d'ivoire pour explorer le champ économique et social de plus près.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 29 septembre 2009
Voilà donc que saisi par le remords, après des passes d'armes concernant le dernier opuscule de fifille, je me décide à me séparer de quelques euros, à me fournir en poil à gratter philosophico-politique donc à lire ce succulent ouvrage (j'avais "découvert" le penseur "Nouveau Philosophe" il y a de ça 55 siècles sans que j'en ai gardé un souvenir impérissable...mais bon avec l'âge ...).

Le problème de cet ouvrage c'est qu'il pratique l'a peu près et l'amalgame. Un sujet sérieux mérite un traitement sérieux. BHL ne l'est pas.Quant à argumenter, je vais m'en dispensr (à auteur intellectuellement volage, arguments léger !).

Je reste donc sur l'opinion résumée dans cet échange de point de vue sur "Mauvaise fille" : "Je maintiens que BHL et autres "nouveaux philosophes "ayant tourné leurs vestes en fonction des courants (Rouge le matin, Tiède le midi, Bavard et Prêcheur le soir... c'est curieux cette manie qu'ont les opportunistes d'être virulents jeunes et poseurs vieux...ça rappelle de fringuantes catins devenues des mères abesses), sont des "ALGECO" de la Pensée Politique".
44 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)