undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

36
3,8 sur 5 étoiles
Kiffe kiffe demain
Format: PocheModifier
Prix:5,30 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

26 sur 29 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 octobre 2004
Ce n'est pas de la littérature ? Peut-être ... (n'est pas Radiguet qui veut...) en tout cas pour une jeune fille de seize ans, elle en fait passer des émotions dans ces quelques pages, Faïza ...
A 15 ans, quand vous avez décortiqué en un mois "Le père Goriot" (Balzac) et "Pierre et Jean" (Maupassant), ça aère un peu les méninges ..., ça fait du bien de retrouver son époque, même caricaturée.
C'est un peu dans ce but que j'avais commandé ce livre, pour que mon fils (en classe de seconde) puisse apprécier la lecture plaisir - sans forcément, pour l'instant, aimer la grande littérature -, et je me suis laissée prendre au jeu, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.
C'est peut-être avec des textes sans prétention comme celui-ci qu'on réconciliera les jeunes avec la lecture (et l'écriture).
Dans d'autres styles : Boumkoeur de Rachid Djaïdani, Les raisins de la galère de Tahar Ben Jelloun...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
26 sur 31 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 novembre 2006
À partir de 14 ans.

Mes sentiments sont assez partagés après la lecture de ce livre, ce qui explique que la note que je lui attribue soit tout à fait moyenne. Et je crois que le style d'écriture y est pour beaucoup.

L'auteure a grandi dans une cité de la banlieue parisienne et en trace, dans cette fiction, une vitrine sociale sans doute assez précise, à la manière d'un journal intime. Mais il me semble qu'elle a cherché son style tout au long du livre. Son écriture oscille entre le langage très direct des quartiers (édulcoré et parcimonieux, malgré tout) et un style par moments plus littéraire pour un résultat pas toujours crédible à mon sens. Sûr qu'elle n'aurait pas pu écrire totalement en langage des cités à moins que le lecteur non avisé ait un décodeur mais ce mélange, au final, me paraît un peu trop artificiel.

Elle combine des points de vue qui, à mon sens, ne paraissent pas émaner de la même narratrice. D'une part, certains commentaires nous donnent la sensation d'une grande naïveté (tout à fait naturelle, soit dit en passant) de la part de cette ado de 15 ans. Dans cette vie socialement et culturellement défavorisée qu'elle partage avec sa mère, elle paraît dépassée par la société qui l'entoure et découvre ses multiples rouages qu'elle ne comprend pas toujours. Normal !

Parallèlement, on assiste à certaines analyses bien plus profondes qui démontreraient une forme de maturité presque précoce et là je pense que l'auteure transparaît un peu trop, employant des structures de phrases plus élaborées. Cette érudition subite rompt un tant soit peu avec le contexte jusque-là mis en place.

C'est ce mélange des genres qui, pour moi, rend l'ensemble un peu emprunté.

Je reconnais toutefois, que le personnage de Doria évolue et mûrit tout au long du livre, en même temps que la situation sociale de sa mère. Il n'en reste pas moins que dès le début, l'auteur mélange les styles sans réel fil conducteur. S'agissait-il d'un effet volontaire pour mettre en relief les tourments tumultueux et incohérents de l'adolescence ? Si c'était le cas, je reste dubitative quant à sa forme. L'ensemble demeure pour moi quand même un peu brouillon pourtant je ne suis pas du tout une partisane DU style LITTÉRAIRE à tout prix, notamment pour les jeunes (d'ailleurs je ne saurais pas trop dire ce que c'est).

Toutefois, je pense quand même que ce livre doit beaucoup leur parler et s'ils viennent un peu vers l'écrit grâce à celui-là, tant mieux ! Il est certain que de nombreux d'ados s'y retrouvent car il dénonce cet isolement que certains subissent en raison de leur condition sociale. Mais c'est vraiment du bout de la plume.

Comme il s'agit du premier livre de l'auteure, écrit à 17 ans, alors sans doute que tout s'explique à propos de son écriture. Même si bien des clichés sont réunis sur fond de galerie sociale assez réaliste, en tout cas tous les ingrédients efficaces sont bien présents mêlant humour, dérision, émotion, colère et sarcasme. Là, l'auteure a su y faire !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 février 2013
J'ai apprécié ce livre que j'ai dévoré. Je recommande cette lecture. Très belles histoires. Il se lit très facilement. J'aime
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
16 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 novembre 2004
Enfin, un livre sur la "cité" vue de l'intérieur.Pas littéraire diront les critiques "branchés". Moi j'ai beaucoup aimé le style avec des mots de tous les jours, et le contenu qui m'a appris plusieurs choses sur la vie des cités. Cela se lit avec un grand plaisir et on partage à fond la vie de Doria. Beaucoup de tendresse cachée sous un humour assez ravageur. Bravo Faïza. Continuez, c'est bien parti et on vous accompagnera dans vos prochaines aventures.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 novembre 2004
Ce n'est peut-être pas tout à fait littéraire, mais c'est très bien écrit, avec beaucoup d'humour et d'à-propos.
Quel sens de l'observation, c'est même du sérieux!
Avis à ceux qui dénigrent ou méprisent "la Cité"...
C'est vraiment un roman qui mérite d'être lu
Bravo Faïza... Encore s'il vous plaît et merci.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 mai 2007
À partir de 14 ans.

Mes sentiments sont assez partagés après la lecture de ce livre, ce qui explique que la note que je lui attribue soit tout à fait moyenne. Et je crois que le style d'écriture y est pour beaucoup.

L'auteure a grandi dans une cité de la banlieue parisienne et en trace, dans cette fiction, une vitrine sociale sans doute assez précise, à la manière d'un journal intime. Mais il me semble qu'elle a cherché son style tout au long du livre. Son écriture oscille entre le langage très direct des quartiers (édulcoré et parcimonieux, malgré tout) et un style par moments plus littéraire pour un résultat pas toujours crédible à mon sens. Sûr qu'elle n'aurait pas pu écrire totalement en langage des cités à moins que le lecteur non avisé ait un décodeur mais ce mélange, au final, me paraît un peu trop artificiel.

Elle combine des points de vue qui, à mon sens, ne paraissent pas émaner de la même narratrice. D'une part, certains commentaires nous donnent la sensation d'une grande naïveté (tout à fait naturelle, soit dit en passant) de la part de cette ado de 15 ans. Dans cette vie socialement et culturellement défavorisée qu'elle partage avec sa mère, elle paraît dépassée par la société qui l'entoure et découvre ses multiples rouages qu'elle ne comprend pas toujours. Normal !

Parallèlement, on assiste à certaines analyses bien plus profondes qui démontreraient une forme de maturité presque précoce et là je pense que l'auteure transparaît un peu trop, employant des structures de phrases plus élaborées. Cette érudition subite rompt un tant soit peu avec le contexte jusque-là mis en place.

C'est ce mélange des genres qui, pour moi, rend l'ensemble un peu emprunté.

Je reconnais toutefois, que le personnage de Doria évolue et mûrit tout au long du livre, en même temps que la situation sociale de sa mère. Il n'en reste pas moins que dès le début, l'auteur mélange les styles sans réel fil conducteur. S'agissait-il d'un effet volontaire pour mettre en relief les tourments tumultueux et incohérents de l'adolescence ? Si c'était le cas, je reste dubitative quant à sa forme. L'ensemble demeure pour moi quand même un peu brouillon pourtant je ne suis pas du tout une partisane DU style LITTÉRAIRE à tout prix, notamment pour les jeunes (d'ailleurs je ne saurais pas trop dire ce que c'est).

Toutefois, je pense quand même que ce livre doit beaucoup leur parler et s'ils viennent un peu vers l'écrit grâce à celui-là, tant mieux ! Il est certain que de nombreux d'ados s'y retrouvent car il dénonce cet isolement que certains subissent en raison de leur condition sociale. Mais c'est vraiment du bout de la plume.

Comme il s'agit du premier livre de l'auteure, écrit à 17 ans, alors sans doute que tout s'explique à propos de son écriture. Même si bien des clichés sont réunis sur fond de galerie sociale assez réaliste, en tout cas tous les ingrédients efficaces sont bien présents mêlant humour, dérision, émotion, colère et sarcasme. Là, l'auteure a su y faire !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
les critiques sont en general des auteurs et ils sont souvent irrites par le talent des autres. dans cet ouvrage, l'ecriture est parfaitement maitrisee. la construction est parfaite. le recit se relance regulierement avec l'arrivee de nouveaux personnages dont on veut connaitre le destin. il y a cette capacite incroyable de traduire avec des mots simples de sentiments complexes. c'est de l'art a l'etat brut. la lecture de cet ouvrage est tout simplement un moment de bonheur. j'attends la suite car clairement il y a la un grand ecrivain en devenir. courage donc ! et surtout faiza n'ecoute pas les commentaires des envieux. c'est de la litterature et de la bonne litterature.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 juin 2015
De la m…., de la m…. et de la m…., voilà ce que nous balance en plein visage Faiza Guene qui ne sait pas écrire. Il y a les toilettes pour ça ! Quand on lit ce genre de prose, on a l'impression d'entendre du rap craché dans le mic
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 5 janvier 2013
Faïza Guene ou l'art de faire rire son lecteur.

Elle manie les mots d'une telle simplicité, que son livre m'a entraîné, ma donné envie de lire... lire.
Et le pire dans tout sa ? C'est que pas un instant je me suis ennuyé !

Son livre est simple, il parle de sujet divers, avec des faits qui peuvent être assez dur, mais toujours avec son talent de réussir a placer une ou deux phrases qui nous fera rire.

C'est la première fois que je lisais un de ces livres, et c'est sans doute pas la dernière.

Je vous le recommande vraiment ! C'est juste un petit instant de bonheur :)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 1 février 2014
On assiste à une tranche de vie d'une jeune adolescente des cités. Le vocabulaire employé, dans les premières pages, surprend par sa vulgarité, avec de nombreuses répétitions. Au cours du récit, le personnage devient attachant. On a envie qu'il s'en sorte du poids des traditions et des codes de la cité. Un fossé culturel peut exister avec le lecteur et peut être déroutant, par une écriture "parlée" mais réellement ressentie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Un homme, ça ne pleure pas
Un homme, ça ne pleure pas de Faïza Guène (Poche - 11 mars 2015)
EUR 6,60

Du rêve pour les oufs
Du rêve pour les oufs de Faiza Guene (Poche - 3 janvier 2008)
EUR 5,10

Les Gens du Balto
Les Gens du Balto de Faiza Guene (Poche - 6 janvier 2010)
EUR 5,60