undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici KDPContest

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles39
3,8 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:5,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 avril 2007
Dans sa "biographie de la faim", l'auteure Amélie Nothomb décline le sujet de la faim de toutes les manières possibles. Sont ainsi traités les sujets de l'absence de faim, de la faim ordinaire, de la rage de sucre, de la potomanie, de l'alcoolisme, de la boulimie, de l'anorexie, de la famine, et de la suralimentation. En sus de ces différents types de faims corporelles, l'auteure aborde également des faims plus psychiques comme la faim d'attention bienveillante, de tendresse et d'affection, la faim d'amour, ou la faim de lectures et de stimulations intellectuelles. L'amour, comme il se doit dans tout livre d'Amélie Nothomb est décliné sous différentes formes atypiques, en ce inclus celles évoluant dans l'exclusivité du féminin. Le traitement de ces sujets divers et thématiques s'intègre harmonieusement à un récit (d'inspiration) autobiographique d'Amélie Nothomb en personne, entre ses trois ans et ses vingt-deux ans. C'est ainsi que tour à tour, l'auteure parlant au "je" nous emmène dans ses souvenirs du Japon, de Chine, de New York, du Bengladesh et ... de Belgique.

Personnellement, je suis un fan inconditionnel de la logique décalée d'Amélie Nothomb. Je ne suis donc probablement pas bien placé pour émettre sur son ouvrage un avis objectif. Cependant, je peux dire qu'en tant que fan de sa logique -- ou de sa non logique, ce qui revient au même -- je n'ai pas été déçu à ma lecture. C'est ainsi que je me suis surpris à sourire une fois de plus à la lecture de chacune de ses périphrases, à rire non sans grincements de son délectable cynisme, à m'esclaffer de ses saillies de mauvaise foi et à apprécier le choix de chacun de ses mots, qui touchent plus juste que jamais. J'ai ouvert ce livre pour y trouver de l'Amélie Nothomb, et j'en ai une fois de plus eu pour mes attentes. Peut-être est-ce parce que moi-même je partage avec l'auteure toute une série de regards sur moi-même que je sais par trop empreints de cruauté, que je savoure ses livres comme autant de marques d'empathie envers mes bizarreries. En lisant les livres d'Amélie Nothomb, et en particulier "biographie de la faim", j'ai l'impression à la fois déglinguée et délicieuse d'entendre parler quelqu'un de ma planète. En pire ! Enfin, j'ai particulièrement savouré la pointe finale d'éloge anti-matérialiste, très discrète, mais diablement juste et bien envoyée.

Bref, encore un de ces must-read dont Amélie Nothomb a le secret.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2008
Amélie Nothomb nous invite à visiter l'esprit de l'enfant qu'elle fut, sans pudeur, nous laissant découvrir ses délires de toute puissance.Un livre plein d'humour, de poésie...Rarement l'introspection est aussi généreuse. Et rarement l'enfance nous est raconté sous angle autre que celui de l'innocente victime... c'est Freud qui serai content !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2006
Amélie Nothomb a faim, tout le temps.
Mais pas de matière organique, si l'on excepte le chocolat. Son corps lui plaît bien davantage s'il sonne creux, en quelque sorte.
Elle a faim de culture, tous azimuts.
Et elle a très faim des gens, à condition bien entendu qu'ils lui échappent. Ses groupies d'enfance lui sont parfaitement superflues, bien qu'elles participent d'une certaine façon à la construction de son personnage riche en contradictions affamées et en ruptures géographiques et relationnelles.
Tous ces paradoxes réunis appelent la fascination.
Cet ouvrage pourrait aussi s'appeler anorexie, description.
Cette biographie de la faim, je l'ai dévorée en deux jours. Je vous souhaite la même voracité.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2010
Je lisais tous les Nothomb, avec plus ou moins de bonheur, jusqu'au jour où j'ai avalé Biographie de la faim. Un vrai choc. Je crois qu'avant de lire tout livre de Nothomb, il convient de commencer par celui-ci. Il permet de comprendre cette auteur, ce que fut son enfance et son adolescence, et tous ses autres ouvrages s'éclairent d'un coup.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Curieux livre: j'ai commencé enthousiaste par les pages sur l'abondance aux Nouvelles- Hébrides, commentaire presque ethnographique, puis je suis revenue au "ton Nothomb" (que j'aime!);

La route n'est pas monotone: on passe du Japon chéri au du Pékin affamé puis à un New-york d'autant plus exaltant que l'auteur rentre justement de Chine........Une mémoire étonnante, le sens de la formule, ce sont les qualités de cette fille intelligente et drôle.

Ceci dit, je n'ai pas oublié au contraire Stupeurs et tremblements ou la métaphysique des tubes. C'est un bon livre, mais il me semble qu'il ne rajoute rien à certains titres du même auteur.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 août 2004
Robert des noms propres et Antéchrista m'avaient déjà déçus, ne faisant qu'aborder une nouvelle fois des thèmes récurents sans aporter d'originalité. On espérait mieux pour le Nothomb de cette année, et force est de constater que "Biographie de la faim" est loin d'être à la hauteur. Plus "gros" que ses précédents, le livre commence par des considérations géographiques ennuyeuses dès la première page, avant que le lien ne soit fait (tiré par les cheveux) avec sa propre vie. La suite est un déballage d'anecdotes autobiographiques, dont on connaissait déjà la majeure partie et dans lequel Amélie perd son fil d'ariane pour tomber dans la narration soporifique, ponctuée de quelques mots quasi inconnus dont elle a le secret mais qui font bien cultivée. Le reste a fini de nous amuser et ressasse avec la même autodérision les fantasmes de l'auteur (j'étais un tube, j'étais potomane, j'étais un génie, j'étais dieu, j'étais suicidaire à 3 ans, alcoolique à 6 ans, anorexique à 12 blablabla ). La fin est baclée, comme on en a maintenant l'habitude et on referme le livre en restant... sur sa faim. La célébrité doit elle permettre la facilité ? A éviter !
0Commentaire|42 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2006
Amélie Nothomb a faim, tout le temps.
Mais pas de matière organique, si l'on excepte le chocolat. Son corps lui plaît bien davantage s'il sonne creux, en quelque sorte.
Elle a faim de culture, tous azimuts.
Et elle a très faim des gens, à condition bien entendu qu'ils lui échappent. Ses groupies d'enfance lui sont parfaitement superflues, bien qu'elles participent d'une certaine façon à la construction de son personnage riche en contradictions affamées et en ruptures géographiques et relationnelles.
Tous ces paradoxes réunis appelent la fascination.
Cet ouvrage pourrait aussi s'appeler anorexie, description.
Cette biographie de la faim, je l'ai dévorée en deux jours. Je vous souhaite la même voracité.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2004
...mais avec plus de maturité, moins de légèreté, et c'est tant mieux.
dans ce nouveau roman, Nothomb n'a pas de recette miracle : c'es de nouveau elle, certes, son bouillonnement intérieur, ses délires existentiels, ses interrogations burlesques ...et ça fonctionne bien.
Amélie a faim, elle a faim de tout : d'eau, d'alcool, mais surtout de connaissance et de révélations sur le monde qui l'entoure et sur elle-même. Elle bouffe tout, elle passe par l'anorexie, la colère, les envies irrépressibles, bref, les milliers de micro-choses qui irritent certains et qui amusent d'autres, mais qu'elle raconte comme personne.
Après les insipides "cosmétique de l'ennemi" et "Robert des noms propres", le faible "Antechrista", on retrouve la Nothomb des débuts avec un ton incisif, grinçant, mais parfois dur, aussi, avec des moments douloureux de sa vie. Elle aura tout dit sur elle, certes, mais qui le fait aussi bien ?
Bon roman, que je conseille à tous ceux qui voulaient se réconcilier avec le phénomène Nothomb...
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 26 février 2015
Je continue sur ma lancée de la lecture de toute la bibliographie d’Amélie Nothomb, et je dois dire que ce livre ci est formidable! Je vais essayer de retranscrire ce que j'ai ressenti, mais c'est une tâche ardue tant mes impressions dépassent les mots. Amélie Nothomb nous décrit sa vie de 3 ans à 22 ans et ses pérégrinations de par le monde à travers les déménagements successifs (son père étant diplomate). Chaque chapitre est une merveille d'écriture, entre poésie, (hyper) sensibilité, et passion; elle expose avec beaucoup d'honnêteté, d'humour et parfois d'auto-critique, ses faims et soifs multiples: d'amour, de beauté, eau, religion, chocolat, arts, lettres, livres, mots, sensations fortes, liberté, absolu, extases, expériences nouvelles... Elle nous livre avec force ses joies, ses bonheurs mais aussi ses peines, ses douleurs, ses déchirements et ses traumatismes. Il est fascinant de voir ainsi raconté de l'intérieur l'itinéraire d'une enfant surdouée, tant cette personne est originale et décalée. En fait, il est jouissif que de tels êtres existent car Amélie Nothomb ose sortir du cadre, elle suit ses passions, ses désirs, dans une recherche d'absolu qui force le respect et (m') inspire. L'analyse fine qu'elle fait des êtres qui gravitent autour d'elle ou des cultures diverses qu'elle traverse, est à la fois savoureuse et enrichissante. Une écriture libre, pure et sans concession.
Le titre du livre est "Biographie de la faim", mais comme l'auteure déclare "La faim c'est moi", cela devient une autobiographie :-).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2013
Il est difficile pour moi de donner un avis, tellement je suis fan des livres d'Amélie Nothomb. J'ai lu tout ces livres, et a chaque fois j'y prend un énorme plaisir. Certes ils sont court, mais il vaut mieux prendre son pied pendant 2h que de se torturer l'esprit pendant 5h. Je le conseil, comme tout les autres livre d'Amélie Nothomb, a tout ceux qui veulent passer un bon moment de lecture sans se prendre la tête.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,10 €