undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles28
3,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 août 2009
Il faut que je vous raconte, il faut que je vous fasse partager le bonheur éprouvé durant ces quelques jours à me plonger dans une histoire fabuleuse....
L'histoire étonnante d'une promesse faite à un ami, comme un gage, comme un serment, comme une poignée d'amis venus accomplir un rituel les empêchant de couper le fil invisible qui les reliait au passé.
J'ai retenu de ces pages, les extraits suivants, mais il y en a tant d'autres que je pourrais presque recopier chaque mot de ces 274 pages !

"Les deux hommes ont descendu l'escalier en silence. Dans le salon Fauvette avait compris. Le bois fatigué lui disait que deux hommes venaient. Il y avait tout le lourd de son Etienne et un froissé fragile.

"Fauvette avait les larmes au yeux, Blancheterre avait les mêmes"

"Berthevin se frotte le front, passe sa main dans ses cheveux. Il ressemble à son enfance, il a les épaules basses. Il est tête rentrée. Il ne regarde plus personne et plus rien."

"Paradis ne tintait pas. Il n'avait aucune clé à sa bretelle. Il venait en silence, juste triste. Léo avait mis le costume qu'il portait pour quitter son Angèle."

"Le Bosco a dit oui. Il a pris une chaise, s'est assis à la table aux coquelicots. Sa tête grondait. Il s'en voulait d'avoir crié à quatre heures du matin, d'avoir hurlé, d'avoir griffé le drame contre la cloison."

Je parviens difficilement à freiner mes doigts qui chahutent le clavier pour vous raconter leur histoire.... Une histoire où l'amitié prend le dessus et s'installe au fil des pages dans un petit village de Mayenne... Je vous incite vivement à vous y plonger et j'attends vos mots, les vôtres, ceux qui sauront vous raconter... et me parler d'eux...

Geneviève Louis-Couvreur
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2008
Ce livre est vraiment bien écrit, difficile de le lâcher avant d'être arrivé au bout.
Mais quel dommage que l'éditeur donne la clé de l'histoire sur la 4ème de couverture. Bien sûr, à la lecture, on comprend très vite de quoi il retourne (même si le pourquoi de cette "promesse" ne nous sera dévoilé que plus tard), mais une partie de la découverte reste gâchée par ce résumé, qui déflore l'histoire avant même d'avoir entamé la lecture...
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2011
Deux belles histoires enchevêtrées d'amour et d'amitié. Les promesses que l'on se fait, le souvenir que l'on veut garder. Ceux que l'on aime et que l'on ne veut pas laisser partir.
J'ai eu beaucoup de tendresse pour le couple de Fauvette et Etienne, pour leur amour ainsi que l'amitié et loyauté qu'ils ont inspiré à leurs amis. Ce roman nous invite à cultiver le souvenir, l'amour, la mémoire de ceux que l'on a aimés.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2010
Le lecteur voit et entend un couple âgé, Fauvette et Etienne, dans leur maison.
Des visiteurs arrivent, accomplissent certaines petites tâches, ou même pas, et repartent.

On est étrangement touché par l'ambiance, quelque chose "cloche": les visiteurs ne parlent pas aux vieux, qui ne se laissent pas voir, mais qui les entendent.

C'est bizarre. Peu à peu au fil des pages le lecteur a l'impression de s'approcher du mystère, tout en restant ébahi par l'audace de l'auteur.
Si c'est ce que l'on croit comprendre, comment va-t-il s'en sortir sans devenir complètement incrédible? (Il s'en sort, grâce entre autres à la légende brétonne de la lampe, citée dans plusieurs commentaires)

Je ne suis pas attirée par le genre fantastique, mais je ne trouve pas ce roman absurde. Simplement très humain, plein de personnages de caractère et de vies brisées et rafistolées. Des gens simples, tordus en parti, et chaleureux à leur façon.

A la fin, presque une marche triomphale (même si c'est immobile dans la cuisine), et je ne regrette qu'une chose: ne pas les avoir connus, Fauvette et Etienne.
Ou, l'autre sentiment qui vient tout seul: vouloir être comme eux.

Lisez vous même, c'est déroutant, touchant, ça parle de deuil et de morts sans être glauque du tout.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
D'un fantastique léger, mais trop lourdement poétique, ce roman m'a fait l'effet d'une purge.

Etienne et Lucien sont deux frères d'origine de l'Ile de Groix en Bretagne. Etienne, beaucoup plus âgé, vit avec Fauvette à Ker Ael, une maison isolée à l'orée d'un village de Mayenne. Lucien, dit le Bosco, tient le bar du village.

Avec une bande d'amis, d'origines sociales très diverses, mais habitués du café du Bosco, Lucien fait l'étrange promesse de toujours aller visiter le vieux couple et sa maison de Ker Ael.

Roman sur l'amour et l'amitié, la vie, la mort ou le devenir de l'âme, j'ai surtout eu l'impression que la joyeuse bande avait beaucoup abusé du petit blanc assassin dispensé sans parcimonie au café du Bosco! Les personnages manquent aussi de profondeur, certains frôlent presque la transparence.

Un peu comme si Sorj Chalandon bégayait avec sa plume, les répétitions et les phrases sujet-verbe sont vite soporifiques à la longue. Beaucoup de noms et d'adjectifs se transforment en verbes, c'est stylistiquement un peu pesant. Malgré l'aide de L'Ankou ou d'autres légendes bretonnes, marines ou pas, et les nombreuses citations littéraires (Hugo, Lamartine, Musset et...Péguy), la construction est malhabile et le suspense s'émousse vite.

Ce roman aurait sans doute fait une très bonne nouvelle, mais sur 270 pages, même écrit gros, on trouve le temps long.

Comme disait Woody Allen: "l'éternité c'est long, surtout vers la fin!".
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2010
Prix médicis 2006. Je me suis ruée sur ce bouquin à sa sortie tant le premier m'avait ensorcelée et j'ai été... contente ! Je n'ai pas retrouvé la magie du Petit Bonzi, mais l'écriture qui m'avait tant plût était au rendez-vous. L'histoire est beaucoup plus triste puisqu'on aborde le thème de la mort et du deuil, mais c'est une très belle histoire, qui, quand on referme le livre à la fin, nous laisse rêveur et semble une légende.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une promesse est une jolie histoire. Cela commence par le récit d'un étrange rituel en Mayenne qui fait penser à un conte ou une légende régionale. Le rythme et la poésie de l'écriture nous bercent lentement et nous plongent dans la torpeur des silences lourds de non-dits. L'auteur anime ses personnages avec beaucoup de sensibilité et de tendresse. Il pose délicatement le thème du deuil et interroge les fonctions et les limites du rituel. Comment préserver le souvenir tout en laissant partir ? Comment rester loyal envers ceux qu'on a aimés sans s'enfermer soi-même ? Ce livre émeut et donne à penser. Il laisse le goût des choses simples et essentielles.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La Promesse/Sorj Chalandon/Prix Médicis 2006
Leo, Ivan, Lucien et les autres… !
« Etienne a expliqué que lorsqu’on aime très fort celui qui part, on peut le retenir encore. »
Cette phrase, le petit frère Lucien dit le Bosco, ne l’a jamais oubliée.
Tenancier d’un petit bistrot à Mayenne, Lucien demande à ses amis de bien vouloir, chacun, un jour de la semaine faire un passage à la maison de son frère Etienne qui était bibliothécaire et leur a donné à tous le goût des livres. Tous les amis de Lucien acceptent et promettent.
Cette belle histoire d’amitié, de fraternité et d’amour, celui d’Etienne et de Fauvette, est émouvante.
Lucien s’efforce de croire en l’existence de l’âme ; il ne veut pas oublier et le devoir de mémoire pour lui est essentiel.
Sorj Chalandon reprend ici les thèmes qui lui sont chers à savoir la douleur liée à la perte d’un être cher et le devoir de mémoire.
Cependant, malgré la beauté de son écriture, Chalandon ne m’a pas fait vibrer comme dans ses autres romans. Il manque un peu de souffle et de lyrisme dans ces lignes parfois un peu soporifiques et répétitives.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2008
Un curieux rituel anime sept personnages de l''histoire. Voilà dix mois qu''ils tiennent la promesse de respecter ce cérémonial d''aller à tour de rôle rendre visite à Ker Ael, la maison de Fauvette et Étienne.

Dix mois que chacun respecte assidûment son engagement pour avant tout conjurer la trop grande peine du Bosco (Lucien, petit frère d'Étienne et tenancier du café où ils se retrouvent tous).

De leurs côtés, Fauvette et Étienne, en gardiens des lieux, guettent les allers et venues de leurs amis qui font partie intégrante de leur vie et même au-delà. À ce niveau la narration entretient durant une bonne partie une grande part de mystères autour de leur situation.

Quel beau livre que voilà et comme les personnages sont attachants et attendrissants ! Une histoire d''amitié, de fraternité, de respect et de solidarité aussi. De bien nobles valeurs ! Une fois la dernière page tournée, je reconnais avoir eu certaines difficultés à quitter l''harmonie de ces gens si simples. Le tout servi par une écriture sensible d''une grande limpidité pour un sujet somme toute assez douloureux et une construction pas des plus linéaires qui côtoie par moments le symbolique voire le sacré.

Un livre sur le deuil et le déni de la mort dans lequel je me suis pourtant sentie si bien, apaisée par tant de chaleurs humaines.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un livre étrange, plein de ténèbres et de croyances en l’au-delà, mais aussi en l’amitié indéfectible au sein d’un groupe d’amis. Il y a Lucien, il y a aussi Léo, Ivan, Paradis, Blancheterre (le Professeur), Berthevin (l’Andouille), Madeleine, Angèle et puis Clara, la femme de Berthevin. Tous réunis au bar de Lucien, ils tiennent leur promesse faite à Étienne (le frère aîné de Lucien) et sa femme Fauvette, les habitants de "Ker Ael". On est en Mayenne, mais la Bretagne est proche, et toujours bien présente dans les cœurs des deux frères, avec ses légendes et ses univers parallèles. Réel et imaginaire se mêlent inextricablement dans ce très beau roman, à l’intrigue habilement ficelée et écrit dans une langue chargée de poésie. Une vision chaleureuse de l’humanité, des gens simples, de ceux que l’on aimerait voir honorés par nos édiles en lieu et place de ce mépris qu’ils osent afficher en toute impunité. Merci, Sorj Chalandon, et bon vent…
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus